Aller au contenu

Bilan de l'année d'austérité 2011. Ou comment le cri du PVV "Les subventions artistiques, nous les abolissons" a été largement entendu.

Si 2010 était encore l'année des positions du PVV sur la culture qui étaient soudainement partagées par d'autres partis ("nous supprimons les subventions à l'art"), l'année 2011 est tombée sous le coup de leur mise en œuvre. Ce qui a été frappant, c'est la facilité avec laquelle les administrateurs régionaux et locaux ont également manié cette même machette, comme le porte-parole du PVV, Bosma, n'a pas manqué d'en témoigner.

Par exemple, dans le Municipalité d'Almelo 30 % àf la subvention aux organisations d'activités culturelles, car "ces 30 pour cent sont le maximum que nous sommes autorisés à couper sans avertissement préalable."

Le cabinet réduit les arts et la culture trois fois plus que les autres domaines politiques, a déclaré le secrétaire d'État, parce qu'un véritable changement culturel n'est pas possible autrement. Si tu veux vraiment changer les choses, une once de moins ne suffit pas.

Le financement participatif

Cette quête idéaliste d'un "secteur culturel sain", où le public paie et décide, a été mise à mal cette année. Le crowdfunding a été utilisé en premier. Par des spécialistes du marketing, par des ex-banquiers, par... artistesIl est également utilisé par les musées, les clubs de football, le Stadsherstel et même la municipalité de Rotterdam (pour une passerelle).

Par exemple, le musée du livre Meermanno-Westrianum a réussi à atteindre sa norme de recettes propres (4 tonnes d'euros), et le musée des sciences Boerhaave a franchement admis : "Nous étions aussi trop invisibles. Nous étions trop concentrés sur les expositions. Ce combat nous met énormément en avant."

Dégagement

Les choses se sont moins bien passées pour de nombreuses institutions plus petites qui ont une portée plus restreinte, car souvent régionale. Le musée de la description de Tilburg, par exemple, a fermé ses portes, tout comme le musée de l'éducation de Rotterdam. Un seul musée a été discrédité pour avoir voulu vendre une partie de sa collection à son propre profit (MuseumGoudA, WereldMuseum à Rotterdam). L'idée de la politique, le Musée national d'histoire, a été définitivement mise au placard.

Le ministère des finances a également - à la dernière minute - tiré un gros trait sur les musées. Ils ne peuvent plus utiliser le régime d'exonération pour des activités commerciales telles qu'une boutique de musée ou un café. La raison en est que le règlement a été utilisé abusivement par des organisations non culturelles... (Tu comprends toujours ?) À l'échelle nationale, nos impôts pourraient représenter des millions de dollars en recettes pour les musées.

Alors que la mise en place de la TVA 19% pour le spectacle vivant a été reportée de six mois, elle est entrée en vigueur immédiatement pour les arts visuels. Pour l'anecdote, quels sont les secteurs qui ont échappé à cette décision : la viande, le poisson, les produits laitiers, les livres, les médicaments, les aliments pour lapins, les coiffeurs, les journaux papier, les cirques, les cinémas, les sports, les matchs de football & les parcs d'attraction.

Travailleur indépendant

Outre l'augmentation de la TVA, tous les indépendants du secteur culturel (c'est-à-dire tous les artistes indépendants tels que les sculpteurs, les peintres, les acteurs, les designers, les musiciens et les comédiens) ont été encore plus durement touchés : la déduction pour indépendants ne s'applique qu'aux entrepreneurs prospères, c'est-à-dire que les petits revenus n'ont plus droit à la déduction pour indépendants (comme la réserve de pension de vieillesse), sans compter l'absence d'introduction d'un taux minimum pour les indépendants. Ajoute à cela le fait que les artistes indépendants ne peuvent souvent pas s'adresser aux grandes caisses privées, c'est réservé aux institutions.

Pour les arts de la scène dans leur ensemble, le coup est passé par une réduction du nombre de spectateurs, une programmation obligatoire plus populaire plus moins de représentations par saison. Parmi les visiteurs, il reste à signaler que les personnes à faible revenu en particulier (35% du public) sont plus susceptibles d'éviter le théâtre.

Une étude de l'Atlas Nederlandse Gemeenten a montré que, dans le cas des arts du spectacle, le coût des coupes est environ deux fois plus élevé que les recettes pour le trésor public. Cependant, ces arguments commerciaux sont tombés dans l'oreille d'un sourd.

Les établissements pop réguliers sont tout à fait prêts à accueillir une programmation plus commerciale, à condition que la municipalité ne soit pas trop difficile avec les autorisations. "Mais avant que tu ne t'en rendes compte, tu as l'industrie hôtelière locale sur le dos en voyant une institution subventionnée faire exactement la même chose", et les plaintes de ce genre étaient nombreuses.

Provinces

Le gouvernement central a également réduit le Fonds provincial. Les gouvernements provinciaux renouvelés se sont en partie retirés de leurs tâches principales (aménagement du territoire, économie, nature et loisirs, mobilité) et ont plus ou moins réduit leurs dépenses culturelles. Brabant-Septentrional : 33 %, Zélande et Drenthe 5 % chacun. Après les bibliothèques, l'éducation culturelle, l'art amateur, les arts du spectacle et les musées ont été mentionnés comme des postes principalement amputés.

L'éducation culturelle en Hollande du Nord et du Sud et à Utrecht a largement perdu son soutien provincial.

De nombreuses provinces ont également réduit les budgets consacrés aux subventions de projets. Plus tôt, le Noord-Brabant a indiqué que ce budget serait réduit de 25 % à partir de l'année prochaine. Cela affectera directement les activités dans les municipalités : moins de représentations théâtrales, d'expositions et moins de spectacles musicaux.

Les provinces ont investi, mais surtout dans des projets qui attirent les foules, comme l'extension futuriste du Museum de Fundatie ou l'Orkest van het Oosten, financé à moitié par l'État. Mais Overijssel était la seule province qui s'était engagée à faire des investissements importants dans la culture.

Municipalités

Les municipalités ont également fortement réduit leurs dépenses dans le secteur de la culture. D'une part en raison de la réduction du fonds municipal, d'autre part en raison de l'exploitation décevante des terres. Les municipalités invoquent le fait qu'une part considérable du budget de la culture est de l'"argent gratuit", ce qui rend les coupes plus faciles à mettre en œuvre dans ce domaine que dans d'autres. Les municipalités ont principalement réduit leur propre organisation. Les institutions culturelles (en particulier les musées, les archives et les salles de spectacles) qui font partie de cette organisation municipale sont donc souvent confrontées à un objectif de réduction substantiel. Les réductions internes affectent également les départements de la culture, des monuments et de l'archéologie.

Le marketing urbain est devenu le nouveau mot magique pour les administrateurs locaux, tandis que pour les institutions culturelles, il s'est transformé en "collaboration". Les services communs de front ou de back-office sont devenus monnaie courante.

Les médias

Personne ne sait ce qu'il en est de la radio et de la télévision locales. Voici un exemple d'Amsterdam. "Le département maquillage était fermé - chauffage cassé, plus personne - alors le maire a dû venir directement au studio. Comme il n'y avait personne pour l'attraper - le producteur a annulé - il s'est accidentellement placé devant la porte du placard à balais..." Pour de nombreux organismes de radiodiffusion locaux, la situation est devenue d'autant plus difficile que les municipalités ne payaient régulièrement pas l'intégralité de leurs indemnités légales.

Bibliothèques

Les municipalités subventionnent les bibliothèques aux Pays-Bas pour 90 %. Alors que le cabinet a conseillé d'épargner les bibliothèques dans les plans d'austérité, ce conseil n'est pas suivi par de nombreuses municipalités. Selon l'Association des bibliothèques publiques (VOB), sur plus de 1 000 succursales aux Pays-Bas, plus de 300 seront fermées. Les petits centres sont particulièrement touchés, même s'ils font souvent une exception pour une bibliothèque réduite dans les écoles.

Écoles de musique

Le syndicat des arts du CNV a compté que 25 écoles de musique devront fermer leurs portes cette année. L'année prochaine, ce nombre doublerait, puis 75 autres écoles. Il existe aux Pays-Bas quelque 200 écoles de musique et centres culturels qui dépendent de subventions. Conclusion : dans trois ans, beaucoup d'entre eux n'existeront plus. Car "si l'école de musique doit facturer le prix coûtant, les étudiants devront faire face à des montants astronomiques."

Et cela confirme la tendance générale : les grandes institutions parviennent à s'en sortir, les plus petites mènent une maigre existence, tandis que la majorité des très petites, celles que l'on appelle les one-pitters, ne peuvent s'attendre qu'à des pertes de revenus.

un de nos membres

Les membres de Culture Press sont copropriétaires de notre coopérative moyennant une petite cotisation mensuelle ou annuelle, et peuvent également contribuer au contenu du site le cas échéant. Pour les membres institutionnels, nous offrons la possibilité de publier leurs communiqués de presse en version intégrale. Tu veux aussi devenir membre ? Tu peux le faire. Rends-toi sur le site cette pageVoir les messages de l'auteur

Adhésion privée (mois)
5 / Maand
Pour les personnes physiques et les travailleurs indépendants.
Pas de bannières gênantes
Une lettre d'information spéciale
Propre compte mastodonte
Accès à nos archives
Petite adhésion (mois)
18 / Maand
Pour les institutions culturelles dont le chiffre d'affaires/subvention est inférieur à 250 000 € par an.
Pas de bannières gênantes
Un bulletin d'information premium
Tous nos podcasts
Ton propre compte Mastodon
Accès aux archives
Publie toi-même des communiqués de presse
Une attention particulière dans la couverture médiatique
Adhésion importante (mois)
36 / Maand
Pour les institutions culturelles dont le chiffre d'affaires/subvention est supérieur à 250 000 € par an.
Pas de bannières gênantes
Une lettre d'information spéciale
Ton propre compte Mastodon
Accès aux archives
Partager les communiqués de presse avec notre public
Une attention particulière dans la couverture médiatique
Bulletin d'information Premium (substack)
5 abonnements d'essai
Tous nos podcasts

Les paiements sont effectués via iDeal, Paypal, carte de crédit, Bancontact ou prélèvement automatique. Si tu préfères payer manuellement, sur la base d'une facture établie à l'avance, nous facturons des frais administratifs de 10€

*Uniquement pour l'adhésion annuelle ou après 12 paiements mensuels

fr_FRFrançais