Aller au contenu

Faustin Linyekula met en scène la "ressemblance fondamentale entre les nègres et les ballerines" avec "La Création du Monde" (Fernand Léger, Darius Milhaud), #HF12.

Le classique de la danse afro-cubiste de 1923 est visible au Music Theatre aujourd'hui et demain, commenté par le chorégraphe congolais Faustin Linyekula. "Les Européens n'ont aucune idée qu'ils nient l'histoire commune de l'Afrique et de l'Europe. La Belgique fait partie de la vie quotidienne au Congo, mais les Belges ne savent presque rien du Congo, ou alors ce sont les clichés sur la pauvreté et la mortalité. La plus jeune génération ne sait rien de l'histoire coloniale. À cette différence de perception, je m'interroge."

La Création du Monde" est également connu en France comme le premier ballet nègre. Léger et Milhaud ont collaboré avec l'écrivain Blaise Cendrars et le chorégraphe Jean Börlin. Sa création en 1923 à Paris est devenue un scandale-succès, avec la parution de textes tels que : " Le jazz le plus sauvage, le plus dissonant, tel qu'on doit l'entendre chez les peuples arriérés, a fait irruption dans toute sa ferveur ". On s'étonne d'entendre appeler cela de l'avant-garde."

Le colonialisme

Ce qui était autrefois de la musique sauvage et semblait apparemment arriéré est devenu un modernisme sphérique. Mais sauvage reste la façon dont l'Afrique est portée à la scène, comme une fantaisie cubiste éblouissante et purement esthétique, à une époque où le... Le colonialisme européen a atteint des sommets de plus en plus sanglants. Ou, comme l'écrit Linyekula dans un texte d'accompagnement, "Pourquoi les plus grands intellectuels ont-ils ignoré avec autant d'acharnement ce qui se passait sous le joug de leur propre pays ?"

Linyekula se demande ce qui a réellement changé dans cette relation inégale au cours des dernières décennies. Il y a quelques années, un journal français progressiste a écrit un article favorable à son travail, mais a estimé qu'il gaspillait son talent parce qu'il ne faisait pas d'œuvres "africaines". À l'époque, Linyekula se faisait un nom en Europe avec un opéra rock dans lequel il appliquait la devise no future du punk à sa propre expérience.

Faustin Linyekula est fasciné depuis des années par le "premier ballet nègre" et écrit dans un... texte à partir de 2006 : "C'est ainsi que j'ai commencé à comprendre la similitude fondamentale entre les nègres et les ballerines : ils ont tous deux un maître..." En 2002, il a fondé sa propre compagnie à Kisangani au Congo, Studio Kabako. Il a fait le tour du monde - les mois passés hors d'Afrique permettent de financer les nombreuses activités de son entreprise au Congo - et a reçu le prestigieux prix du Prince Claus.

Pourquoi Faustin Linyekula a-t-il collaboré avec le Ballet de Lorraine qui, à première vue, a une distribution plutôt jeune et semble très innocent dans le contexte délicat qu'il aborde ?

Linyekula : "Il y avait des raisons pratiques, bien sûr. Ce n'est qu'avec une très grande compagnie que l'on peut reconstituer "La Création du Monde". Mais je voulais aussi montrer aux danseurs qu'ils ne se contentent pas d'exécuter docilement les pas de quelqu'un d'autre, qu'ils sont des co-créateurs. Je veux que le public voie d'abord les danseurs, avant qu'ils n'entrent dans la fantaisie, cachés sous les masques, les costumes et les décors exotiques. Créer un monde signifie alors forger une image plus grande à partir de bribes et de morceaux, qui n'est pas la seule histoire possible, mais l'histoire possible de ces personnes. En prenant au sérieux l'énergie de ces jeunes, le petit monde dans lequel ils vivent avec des tensions et des sentiments, et en les mettant en scène, j'espère qu'ils prendront chacun la responsabilité de ce qu'ils font et de ce dont ils font partie."

Les commentaires sont fermés.

Fransien van der Putt

Fransien van der Putt est dramaturge et critique. Elle travaille notamment avec Lana Coporda, Vera Sofia Mota, Roberto de Jonge, João Dinis Pinho & Julia Barrios de la Mora et Branka Zgonjanin. Elle écrit sur la danse et le théâtre pour l'Agence de presse culturelle, Theatererkrant et Dansmagazine. Entre 1989 et 2001, elle a mixé du texte sous forme de son à Radio 100. Entre 2011 et 2015, elle a développé une mineure pour le BA Dance, Artez, Arnhem - sur les processus artistiques et sa propre recherche dans le domaine de la danse. Dans le cadre de son travail, elle accorde une attention particulière à l'importance des archives, de la notation, du discours et de l'histoire du théâtre par rapport à la danse aux Pays-Bas. Avec Vera Sofia Mota, elle fait des recherches sur le travail de l'artiste de vidéo, d'installation et de performance Nan Hoover pour le compte de www.li-ma.nl.Voir les messages de l'auteur

Petites adhésions
175€ / 12 Maanden
Surtout pour les organisations dont le chiffre d'affaires ou la subvention est inférieur à 250 000 par an.
Pas de bannières gênantes
Un bulletin d'information premium
5 abonnements d'essai à la lettre d'information
Tous nos podcasts
Donne ton avis sur nos politiques
Connaître les finances de l'entreprise
Archives exclusives
Publie toi-même des communiqués de presse
Propre compte mastodonte sur notre instance
Nombreux membres
360€ / Jaar
Voor culturele organisaties
Pas de bannières gênantes
Un bulletin d'information premium
10 abonnements d'essai à la lettre d'information
Tous nos podcasts
Participe
Connaître les finances de l'entreprise
Archives exclusives
Publie toi-même des communiqués de presse
Propre compte mastodonte sur notre instance
Collaboration
Adhésion privée
50€ / Jaar
Pour les personnes physiques et les travailleurs indépendants.
Pas de bannières gênantes
Un bulletin d'information premium
Tous nos podcasts
Donne ton avis sur nos politiques
Connaître les finances de l'entreprise
Archives exclusives
Propre compte mastodonte sur notre instance
fr_FRFrançais