Aller au contenu

Die Zauberflöte II - Accablant, mais alors ?

Zauberflöte

Il y a deux ans, il a été acclamé pour sa mise en scène de Le cœur d'un chien par Alexander Raskatov, il est maintenant richement apprécié pour sa production de l'opéra de Mozart. Die Zauberflöte. La première a eu lieu la semaine dernière à L'Opéra des Pays-Bas et hier soir aussi, le public à guichets fermés a répondu avec enthousiasme. Pourtant, les attentes élevées n'ont pas été tout à fait satisfaites.

McBurney est certainement inventif et créatif. La façon dont il intègre l'orchestre à l'action relève du génie : les musiciens ne sont pas dans la fosse mais sur le sol de la salle, et chaque fois que Tamino (le ténor allemand Maximilian Schmitt) joue de sa flûte magique, il la tend ostensiblement à Hanspeter Spannring, le flûtiste de l'orchestre. Orchestre de chambre des Pays-Bas. Papageno (baryton Thomas Oliemans) fait jouer son glockenspiel encore et encore par Jan-Paul Grijpink - jusqu'à ce qu'il en joue lui-même un joli air à la fin.

 C'est précisément en mettant l'accent sur l'artificiel que McBurney rend l'action crédible. Il place également deux artistes sonores et visuels sur scène. Pendant l'ouverture, l'homme de gauche dessine le texte - projeté grandeur nature. Die ZauberflötAprès un court "hoquet", le rythme de la musique s'estompe. e. Il annonce l'ascension des trois garçons avec des poupées de papier bancales et crée un mur de livres impénétrable lorsque Tamino cherche à entrer dans le royaume de Sarastro.

Depuis une sorte de cabine téléphonique située à droite, son collègue déverse sur nous des sons bouleversants de tonnerre, de cascades et de chants d'oiseaux, parfois accompagnés d'images vidéo tout aussi impressionnantes. Ces techniques sophistiquées contrastent magnifiquement avec des images parfois d'une simplicité enfantine. Par exemple, les figurants de l'ensemble Complicite de McBurney "volent" autour de Papageno en agitant des feuilles de papier ; lorsqu'il envisage de se suicider, quelqu'un lui tend un nœud coulant.

Rien n'est ce qu'il semble être, nous exclame constamment McBurney, ce qui convient bien à la musique. Mozart nous régale à plusieurs reprises avec un Trugschluss - Tu penses arriver à un accord final, mais tu te retrouves sur un autre accord, après quoi la musique continue à couler à flots. Le tout est interprété avec verve par le chef d'orchestre Marc Albrecht et ses musiciens. Le son est généralement transparent et les détails sont joliment mis en valeur, mais les tempi brutaux et les accents soudains se font parfois au détriment du piquant ; les chanteurs cherchent régulièrement à se connecter à l'orchestre. Le chœur de l'opéra néerlandais tient cependant fièrement son rang.

Le théâtre, et l'opéra en particulier, fait appel à notre Suspension volontaire de l'incrédulitéMais McBurney met parfois cette idée à l'épreuve. Lorsque Tamino est assiégé par les dames de la cour de la Reine de la Nuit, il est allongé sur le dos dans un hansop blanc ridicule, son ventre prognathe soutenu. Alors que les dames caressent cette montagne de chair, elles se pâment devant un "holder Jüngling, sanft und schön", ce qui provoque involontairement des rires.

Maximilian Schmitt, malgré son beau ténor chaleureux, ne parvient pas vraiment à animer le rôle de Tamino, et la soprano allemande Christina Landshamer, dans le rôle de Pamina, ne s'impose qu'au deuxième acte. La voix de la Costaricienne Iride Martinez (Königin der Nacht) n'est pas très puissante et ses notes supérieures dans l'aria colorature 'Der Hölle Rache' sonnent un peu stridentes. Le baryton Maarten Koningsberger est souverain dans le rôle du vil Speaker et la basse britannique Brindley Sheratt campe un Sarastro imposant. Le moment où il déclare - amplifié par un micro - que nous sommes "en crise" est hilarant.

La véritable star de la soirée est Thomas OliemansIl s'agit du seul être humain en chair et en os, un animal de théâtre né. Il est en fait le seul être humain en chair et en os, un animal de théâtre né. Avec des gestes minutieux et des expressions faciales, il évoque toute une gamme d'émotions, aidé par son baryton agile et coloré. Dolcomic est son solo avec deux poireaux sur un harmonica bouteille.

Si les autres chanteurs s'en sortent moins bien, c'est aussi à cause du livret ingrat. Après tout, de quoi s'agit-il vraiment ? S'agit-il d'une simple histoire d'amour, dans laquelle Papageno trouve sa Papagena et Tamino sa Pamina, ou s'agit-il de devenir un être humain meilleur et plus sage, comme le suggère le texte final "Weisheit, Schönheit" ? La mise en scène de McBurney, bien que d'une beauté enchanteresse, laisse ces questions sans réponse.

Thea Derks

Thea Derks a étudié l'anglais et la musicologie. En 1996, elle a terminé ses études de musicologie cum laude à l'université d'Amsterdam. Elle s'est spécialisée dans la musique contemporaine et a publié en 2014 la biographie 'Reinbert de Leeuw : man or melody', saluée par la critique. Quatre ans plus tard, elle a terminé 'Un bœuf sur le toit : la musique moderne dans le vogevlucht', qui s'adresse surtout aux profanes intéressés. Tu peux l'acheter ici : https://www.boekenbestellen.nl/boek/een-os-op-het-dak/9789012345675 En 2020, la 3e édition du Reinbertbio est parue,avec 2 chapitres supplémentaires décrivant la période 2014-2020. Ceux-ci sont également parus séparément sous le titre Final Chord.Voir les messages de l'auteur

Adhésion privée (mois)
5 / Maand
Pour les personnes physiques et les travailleurs indépendants.
Pas de bannières gênantes
Une lettre d'information spéciale
Propre compte mastodonte
Accès à nos archives
Petite adhésion (mois)
18 / Maand
Pour les institutions culturelles dont le chiffre d'affaires/subvention est inférieur à 250 000 € par an.
Pas de bannières gênantes
Un bulletin d'information premium
Tous nos podcasts
Ton propre compte Mastodon
Accès aux archives
Publie toi-même des communiqués de presse
Une attention particulière dans la couverture médiatique
Adhésion importante (mois)
36 / Maand
Pour les institutions culturelles dont le chiffre d'affaires/subvention est supérieur à 250 000 € par an.
Pas de bannières gênantes
Une lettre d'information spéciale
Ton propre compte Mastodon
Accès aux archives
Partager les communiqués de presse avec notre public
Une attention particulière dans la couverture médiatique
Bulletin d'information Premium (substack)
5 abonnements d'essai
Tous nos podcasts

Les paiements sont effectués via iDeal, Paypal, carte de crédit, Bancontact ou prélèvement automatique. Si tu préfères payer manuellement, sur la base d'une facture établie à l'avance, nous facturons des frais administratifs de 10€

*Uniquement pour l'adhésion annuelle ou après 12 paiements mensuels

fr_FRFrançais