Aller au contenu

I Like To Watch Too est indispensable pour que les arts du spectacle aux Pays-Bas restent jeunes et frais.

Un homme et une femme dansent passionnément dans le hall du Paradiso. Un tel spectacle de danse expérimentale est inhabituel pour le palais de la pop d'Amsterdam. Pourtant, le festival J'aime aussi regarder ici. Beaucoup de gens ressentent une barrière face à ce type de performance, mais ici, il y a juste la bonne atmosphère "dedans-dehors" pour faire de l'art d'avant-garde quelque chose que tu peux simplement regarder et qui déclenche toujours quelque chose en toi.

Il ne s'agit pas de rester assis sur des sièges de théâtre pendant des heures, mais de se promener librement, de parler, de boire un verre et d'entrer dans des espaces où le monde est très différent de celui de la vie normale. Il y a une sorte de désinvolture qui te rend ouvert à l'imagination avec laquelle ces spectacles sont réalisés. Le festival se transforme en une fête dansante jusqu'à ce qu'il commence à faire jour à l'extérieur. Tu peux donc être absorbé par l'atmosphère de mouvement qui remplit le bâtiment pendant des heures.

Autour de la première partie dans la salle, il y a non seulement des spectateurs lambda, mais aussi deux corps humains avec une boîte sur le cou à la place de la tête. Ils semblent être sortis d'un tableau de Magritte. De façon caractéristique, les gens n'hésitent pas à ouvrir brièvement les portes des armoires pour voir ce qu'il y a à l'intérieur.

Le festival est soigné dans les moindres détails. Partout, il y a des préposés qui se distinguent par leur tenue vestimentaire. Des créations artistiques, parfaitement exécutées, dont les motifs en noir et blanc correspondent au design de l'affiche et du dépliant du programme.

Ces dernières années, la danse s'est de moins en moins limitée aux mouvements sur une scène. Elle n'est plus un genre isolé, mais une forme d'art qui a établi des liens fructueux avec d'autres expressions créatives. Suzy Blok, directrice artistique de J'aime aussi regarderL'émission a réussi à démontrer le pouvoir d'innovation de ces développements. Objets réalisés par des artistes visuels, costumes inhabituels, films de danse, utilisation de l'ordinateur et d'Internet, tout cela figure au programme. Mais encore des combinaisons spéciales au sein même de la danse.

Un bon exemple de ce dernier est AP15 par Sébastien Ramirez et Hyun-Jung Wang (http://youtu.be/MUV8vaupWhc). Ils utilisent leurs différentes formations en danse pour créer une combinaison magnifique et très performante de hip-hop, de breakdance et d'un contrôle élégant et stylé qui trahit l'école classique. Une riche communication s'établit entre les deux danseurs, passant d'une attention craintive à des sauts audacieux l'un contre l'autre et se maintenant l'un l'autre avec les mains sur la tête. Fascinant et intelligent, ce que font ces deux-là, avec un timing flashy qui fonctionne de façon fraîche et surprenante à chaque seconde.

Au Expérience sur les corps de chat (http://youtu.be/KjML-i86RAk), Fabien Prioville entre en contact direct avec des personnes situées ailleurs sur le globe via chatroulette.com. Prioville explore la communication à la fois directe par le corps et globale par le biais d'Internet. Cet élément en direct du spectacle comporte un danger. Il est loin d'être certain de créer une interaction passionnante. Ainsi, le spectacle est absolument captivant pour l'idée qui le sous-tend, mais regarde cette fois-ci... J'aime aussi regarder par manque d'excitation un peu tiède à son égard. Il n'est certes pas exclu que la formule fonctionne à d'autres moments, quand le déclic internet est là. Physiquement, Fabien Prioville et Pascal Merighi communiquent de manière convaincante, des gestes de signalisation clignotants au soutien mutuel, mais les images du chat projetées sur grand écran ne contribuent guère à la tension, quelle que soit la férocité de l'homme sur la toile de fond avec sa guitare, quelle que soit l'absurdité de la scène de strangulation et quel que soit le plaisir de l'ensemble à danser avec une femme et des enfants dans une salle de séjour.

Usonia est un spectacle spatial de style comique créé par Clara Amaral et interprété par Jeroen Bakker et Burkhard Körner (http://youtu.be/wT8V0hFICRY). Ils sont reliés à un centre de commandement sur Terre et font toutes sortes de mouvements lestes, presque robotiques. Usonia est basé sur le film Fargo (1996) des frères Coen et vise à fournir une parodie de la façon dont le mode de vie américain nous colle à la peau. Ça a l'air drôle, les rôles sont constamment soutenus et suscitent régulièrement les rires du public, mais... Usonia reste un peu coincé dans ses manières.

La danseuse italienne Federica Dauri a fait forte impression avec Mathématiques de l'enfermement (http://youtu.be/OgTMyFYebeM). Elle danse à côté et à l'intérieur d'un objet d'art d'Egon Schrama appelé "La Cage". Il s'agit de barres de fer verticales qui, comme des roseaux absurdement durs, se mettent à bavarder et à tinter dès que Dauri s'y cogne. C'est une performance concentrée, profondément vécue, introspective mais en même temps consciente à chaque seconde des barres métalliques qui définissent son monde. Parfois, elle a quelque chose d'un animal qui rampe autour de sa cage. À d'autres moments, elle pose sa main contre elle, tendrement et pensivement. Lorsqu'elle heurte les barreaux et que le tintement retentit dans la pièce, l'effet est magnifiquement orageux. Cela se poursuit de façon inquiétante lorsque Dauri se tient à côté de la cage à la fin. Elle est rivée au sol. Seuls ses muscles recherchent la liberté de mouvement. Chaque muscle de son corps rend palpable sa présence vulnérable dans l'espace.

.ce que j'ai enfin partagé. par Fernando Belfiore, Andrius Mulokas et Valentina Parlato (http://youtu.be/iewA1Us3hg0) déçoit un peu après leur performance spectaculaire sous le même titre dans le Punch !-L'année dernière, le festival a eu lieu. Bien sûr, c'est intriguant quand les interprètes restent immobiles, parsemés de lumières clignotantes, ce qui soulève en toi la question suivante : quelle est la différence entre un être humain qui ne bouge pas et une image d'un être humain ? Ils sautillent sur la scène de façon exubérante mais pas du tout joyeuse, sautant lourdement sur place, sans fin Ils parlent difficilement à comprendre avec des bouts caricaturaux qui étirent extrêmement leurs lèvres. Mais ce dont ces interprètes sont réellement capables, ils ne le montrent pas cette fois-ci, à savoir : aller jusqu'aux limites et t'y entraîner impitoyablement.

Au Au-delà du corps Par Imme van der Haak (http://youtu.be/5UfiDLj4rNU) met en scène trois danseurs vêtus de robes translucides sur lesquelles sont imprimées des silhouettes humaines grandeur nature. Cette œuvre a un grand pouvoir dramatique. Quelque chose ne va pas entre les mouvements et les couches extérieures des corps. La danse est sobrement expressive, juste assez pour ne pas rendre l'effet aliénant trop violent. La couche extérieure est tordue, déformée et soulevée. Flottant, mais ayant en même temps les pieds sur terre, les personnages se tiennent devant le public. Il n'y a pas de moment évident dans cette représentation, même si les trois personnages semblent le chercher. C'est beau à regarder et en même temps, cela te fait réfléchir car les trois personnages irradient la question : "Qui suis-je ?".

La force est également au rendez-vous Un pas avant la chute De la société Spitfire (http://youtu.be/T4Zmnmx0Qb8). La danse de Makéta Vakovská se déroule sur un ring de boxe. Sous des sons électroniques intenses et l'accompagnement en direct du chant et de la guitare de Lenka Dusilová, elle se jette de toutes ses forces dans des mouvements de secousses et des cris de boxe incessants. Cela ressemble à un combat désespéré contre l'air, contre un adversaire que l'on ne peut pas voir et qui n'existe peut-être même pas. Elle atteint des sommets extatiques, mais dans la pause entre les rounds, sa force cède la place à l'absence de défense. Le ring de boxe semble être une frontière qui, tout en la fouettant jusqu'à une décharge de puissance, en même temps ne lui convient pas et la maintient emprisonnée. Très impressionnant. Une autre performance qui non seulement te fait regarder hypnotisé, mais te fait aussi réfléchir.

Ce n'est qu'un échantillon du vaste programme. À minuit, Gil Arazzi danse en douceur sur la piste de la grande salle, au rythme de J'aime regarder Too After Midnight pour s'ouvrir. Le public se met à danser lui aussi. Peu de gens y parviendront de manière aussi impressionnante que Gil Arazzi. C'est magnifique la façon dont il fait venir et disparaître ses grandes ombres projetées sur la toile de fond.

Maarten Baanders

Journaliste artistique free-lance au Leidsch Dagblad. Jusqu'en juin 2012, employée du marketing et des relations publiques au LAKtheater de Leiden.Voir les messages de l'auteur

Adhésion privée (mois)
5 / Maand
Pour les personnes physiques et les travailleurs indépendants.
Pas de bannières gênantes
Une lettre d'information spéciale
Propre compte mastodonte
Accès à nos archives
Petite adhésion (mois)
18 / Maand
Pour les institutions culturelles dont le chiffre d'affaires/subvention est inférieur à 250 000 € par an.
Pas de bannières gênantes
Un bulletin d'information premium
Tous nos podcasts
Ton propre compte Mastodon
Accès aux archives
Publie toi-même des communiqués de presse
Une attention particulière dans la couverture médiatique
Adhésion importante (mois)
36 / Maand
Pour les institutions culturelles dont le chiffre d'affaires/subvention est supérieur à 250 000 € par an.
Pas de bannières gênantes
Une lettre d'information spéciale
Ton propre compte Mastodon
Accès aux archives
Partager les communiqués de presse avec notre public
Une attention particulière dans la couverture médiatique
Bulletin d'information Premium (substack)
5 abonnements d'essai
Tous nos podcasts

Les paiements sont effectués via iDeal, Paypal, carte de crédit, Bancontact ou prélèvement automatique. Si tu préfères payer manuellement, sur la base d'une facture établie à l'avance, nous facturons des frais administratifs de 10€

*Uniquement pour l'adhésion annuelle ou après 12 paiements mensuels

fr_FRFrançais