Aller au contenu

Tristan und Isolde au Reisopera, il s'y passe quelque chose de spécial

Une Brünhilde qui ne s'enflamme pas mais endure le Götterdämmerung avec un bébé dans les bras, une Senta qui ne saute pas d'une falaise mais est abattue par Erik en même temps que les Holländer. Plus personne n'a vraiment l'air surpris. Et les Isolde qui ne meurent pas dans la Liebestod ne sont pas une exception, mais Tristan qui ressuscite, pour ainsi dire, par les notes d'Isolde atteignant le ciel, se tient en diagonale derrière elle et chante sans bruit ?

Cela se produit dans la mise en scène parfois littéralement époustouflante du metteur en scène Jacobs Peters-Messers et du scénographe et éclairagiste Guido Petzold. Oui, l'œuvre de Wagner Tristan et Isolde te frappe encore et encore, à chaque fois à un moment différent, mais presque jamais dans la fameuse scène finale. Notamment parce qu'à ce moment-là, la soprano qui doit chanter la partie plombée d'Isolde est déjà démolie après toute la violence vocale des trois heures précédentes.

Mais après toute l'effusion de sang de la scène finale - pour l'effet effrayant, le roi Märke est armé d'un fusil - la Suissesse Claudia Iten se tient soudain là, dans une lumière blanche éclatante, presque angélique, et introduit sereinement "Mild und leise". Dans les six minutes qui suivent, l'impossible se produit : dans l'aria finale, elle exprime à nouveau, apparemment sans effort, toutes les émotions de l'opéra entier, mais de façon encore plus poignante. Le Noord Nederlands Orkest met le paquet, mais cela ne dérange pas Iten ; elle transcende l'orchestre, la musique et le drame. Ce n'est pas une Liebestod ordinaire, ce n'est pas une Liebestod ordinaire, ce n'est pas une Liebestod ordinaire. Tristen et IsoldeIl se passe quelque chose de spécial ici.

Mais le directeur artistique et commercial Nicolas Mansfield donne dans le livre du programme une tournure qui, ironiquement, sera aussi de la musique aux oreilles de Halbe Zijlstra : "D'une certaine manière, les budgets modifiés nous ont aussi libérés de l'obligation oppressante de nous épuiser dans la construction de stands glorifiés et dans la présentation d'un excès de textiles et d'une mise en scène accablante."

Nous n'avons certainement pas l'occasion de voir un excès de textiles. Les costumes de Sven Bindsel sont sobres mais efficaces, et on ne voit même pas du tout le chœur d'hommes, qui n'a de rôle que dans le premier acte : "Tout homme sans costume gagne de l'argent." Mais derrière toutes ces économies, il y a bien une vision artistique. "La musique de Tristan und Isolde est si profonde que je ne voulais pas d'une mise en scène qui y ajoute de très nombreuses couches", a déclaré Mansfield au journal Trouw. "C'est pourquoi j'ai proposé à Guido Petzold de s'occuper des éclairages et des décors".

Son décor d'unité abstraite se compose de deux plans carrés qui s'ouvrent et se ferment, pour représenter le navire aussi facilement que le jardin du château. Les associations sont également évidentes : un diamant, un échiquier, une huître. Petzold ne fait pas non plus d'effort pour dissimuler la technologie théâtrale, bien au contraire : les lumières latérales sont pontificalement visibles. Tu peux voir comment chaque effet de lumière est créé, et au troisième acte, même la construction des carrés devient visible, car ils se superposent pour former le château de Tristan.

Une partie considérable de l'action se déroule avant le début de l'opéra et n'est dévoilée que sous forme de monologues et de dialogues au fur et à mesure que l'opéra progresse. L'adage théâtral "show don't tell" a été gaspillé par Wagner, mais comme c'est souvent le cas avec Wagner, il s'agit d'un faux-semblant : la véritable action, le véritable drame se déroule dans les personnages, et c'est précisément cela qui prend tout son sens dans ces décors minimaux.

Grâce notamment à l'accent mis sur l'éclairage, l'ensemble rappelle involontairement la mise en scène dépouillée avec laquelle Wieland Wagner a remis Bayreuth sur le devant de la scène après la Seconde Guerre mondiale. Il voulait rompre avec le passé lourd en se concentrant sur les motivations des personnages. C'est également ce que fait Jacobs Peters-Messers dans sa mise en scène détaillée des personnes, où le moindre geste de la main a une signification et où rien ne détourne l'attention de la musique.

C'est là, dans la fosse d'orchestre, que l'histoire est vraiment racontée. Dès les premières mesures, Antony Hermus parvient à extraire un beau son du Noord Nederland Orkest, avec de belles longues lignes, des accents clairs et une dynamique admirable. Chacun des excellents solistes en profite ; nulle part ils n'ont à se crier dessus, nulle part ils ne sont confrontés à un choix de tempo inhabituel. Que le ténor autrichien soit inférieur à Claudia Iten dans le duo d'amour n'est pas une honte. Face à son Isolde, personne n'a pu lui tenir tête lors de la première.

Tristan et Isolde National Reisopera photographie Marrco Borggreve

Bon à savoir

Opéra national de voyage : Richard Wagner - Tristan et Isolde. Avec : Orchestre des Pays-Bas du Nord et Opéra national et chœur de concert sous la direction d'Antony Hermus. Wilminktheatre Enschede, 22 septembre. 3 autres représentations là-bas, puis en tournée jusqu'au 31 octobre.

Henri Drost

Henri Drost (1970) a étudié le néerlandais et les études américaines à Utrecht. A vendu des CD et des livres pendant des années, puis est devenu consultant en communication. Il écrit entre autres pour les magazines GPD, Metro, LOS !, De Roskam, 8weekly, Mania, hetiskoers et Cultureel Persbureau/De Dodo sur tout, mais si possible sur la musique (théâtre) et le sport. Autres spécialités : les chiffres, les États-Unis et les soins de santé. Écoute Waits et Webern, Wagner et Dylan et à peu près tout ce qui se trouve entre les deux.Voir les messages de l'auteur

Petites adhésions
175€ / 12 Maanden
Surtout pour les organisations dont le chiffre d'affaires ou la subvention est inférieur à 250 000 par an.
Pas de bannières gênantes
Un bulletin d'information premium
5 abonnements d'essai à la lettre d'information
Tous nos podcasts
Donne ton avis sur nos politiques
Connaître les finances de l'entreprise
Archives exclusives
Publie toi-même des communiqués de presse
Propre compte mastodonte sur notre instance
Nombreux membres
360€ / Jaar
Voor culturele organisaties
Pas de bannières gênantes
Un bulletin d'information premium
10 abonnements d'essai à la lettre d'information
Tous nos podcasts
Participe
Connaître les finances de l'entreprise
Archives exclusives
Publie toi-même des communiqués de presse
Propre compte mastodonte sur notre instance
Collaboration
Adhésion privée
50€ / Jaar
Pour les personnes physiques et les travailleurs indépendants.
Pas de bannières gênantes
Un bulletin d'information premium
Tous nos podcasts
Donne ton avis sur nos politiques
Connaître les finances de l'entreprise
Archives exclusives
Propre compte mastodonte sur notre instance
fr_FRFrançais