Aller au contenu

Danser dans un cimetière ? Ça devrait être possible, pense la chorégraphe Ann Van den Broek.

C'est une année particulière pour Ann Van den Broek qui fête ses 15 ans d'existence en tant que chorégraphe. Que le spectacle Q61 Cimetière du collectif de danse WArd/waRD ferait tant de bruit qu'elle ne l'avait probablement pas prévu. 

Tous les journaux en parlent. Et certains sont un peu plus onctueux que d'autres : Ann Van den Broek ferait danser des danseurs sur des tombes. Au contraire, affirme le porte-parole de WArd/waRD : le spectacle souligne en réalité le rôle de la mort dans nos vies avec beaucoup de respect. Cependant, Leen Spaans, président de la Historische Vereniging Alkmaar (Société historique d'Alkmaar), pense autrement. Il pense que les représentations dans les cimetières sont inacceptables et a engagé une procédure en référé. A vieux tabou La danse de cimetière a été remise au goût du jour alors que de part et d'autre se trouve un chagrin personnel. Ann Van den Broek a créé ce spectacle après le décès de son frère, Spaans, qui ne voulait pas que la danse ait lieu là où sa femme était enterrée.

Mon ami la mort
Souvent craint
Par les pauvres en esprit

Car il a une nouvelle perspective
Il est adroit et plein de ressources
Maintenant, une fois qu'il utilise le trafic rapide
Une pierre détachée et un temps de bête
Puis un autre torpilleur
Mon ami la mort
(d'après Mon ami la mortpar Jeroen van Meerwijk)

La mort. Comment y faire face ? Parce que tout le monde veut aller au paradis, mais personne ne veut mourir. C'est pourquoi les gens avaient l'habitude de danser dans les cimetières, pour exprimer leur incapacité à comprendre la mort, ou pour souligner que la mort ne fait pas de distinction entre les rangs et les classes. Dans ce cas, Ann Van den Broek considère l'art et la danse comme un moyen de rendre tangibles des questions sociales et sensibles. Et elle n'est, bien sûr, pas une tendre. Les Pays-Bas manquent-ils de chorégraphes contestatairesMais elle pourrait aussi faire quelque chose. Ses pièces sont intenses et à la limite de l'agressivité. Mais on peut douter qu'une autre chorégraphe, avec des ailes et des tutus, aurait pu se rendre au cimetière général.

Alors, comment peut-on organiser un spectacle dans un cimetière ? Demander d'abord la permission à tous les membres de la famille ? Ce n'est pas notre problème, répond WArd/waRD. La municipalité s'occupe des autorisations et le festival qui nous invite est responsable.

Les premières images de Q61 Cimetière étaient au moins impressionnantes. La première du spectacle remonte à 2011, mais l'année dernière, il a été dansé dans un cimetière pour la première fois. Dans trois cimetières différents, toujours en Belgique. Mais aux Pays-Bas, et à Alkmaar en particulier, les choses se sont passées différemment. Après que le juge a rejeté la procédure en référé et que la représentation a été autorisée, d'autres ont eu vent de l'affaire. Il s'en est suivi une émeute, du vandalisme, des menaces et une arrestation. La police n'a pas voulu en dire plus pour des raisons de confidentialité. C'est la fin de l'histoire de ce festival Caravane toutes les représentations de Q61 Cimetière annulée. Il reste maintenant à voir ce que Den Bosch fera, quel que soit l'endroit où la production apparaît.

[Tweet "Le Karavaan annule le cimetière Q61 : que fait Den Bosch ?"]

Quoi qu'il en soit, Van den Broek se concentrera sur une commande prestigieuse cet été au Barbican Centre de Londres. Il s'agira d'un avant-goût immédiat d'une œuvre qui sera présentée pour la première fois aux Pays-Bas en novembre. Ce qu'il en sera après La pièce rouge et La pièce noire n'est pas encore connue.

Bonne Pentecôte.

 Qu'en penses-tu : est-il possible de danser dans un cimetière ? 

Mise à jour 25 mai :

(Photo d'en-tête : Quirine Reijman)

 

1 commentaire pour “Dansen op het kerkhof? Moet kunnen, vindt choreografe Ann Van den Broek”

  1. Maarten Baanders

    L'agression contre le cimetière Q61 est bien triste. Ann van den Broek et sa troupe sont des créateurs de théâtre intègres. La façon dont Ann van den Broek intègre le thème de la mort dans son spectacle est très sensible et peut être d'un grand réconfort pour ceux qui ont quelqu'un qui repose au cimetière. Si j'étais mort, je n'aimerais rien de plus que de voir un spectacle d'elle joué sur ma tombe. Peut-être serait-ce une idée d'offrir aux gens la possibilité de réserver le spectacle pour accompagner leur enterrement.

Les commentaires sont fermés.

Ruben Brugman

écrire l'ex-danseurVoir les messages de l'auteur

Adhésion privée (mois)
5 / Maand
Pour les personnes physiques et les travailleurs indépendants.
Pas de bannières gênantes
Une lettre d'information spéciale
Propre compte mastodonte
Accès à nos archives
Petite adhésion (mois)
18 / Maand
Pour les institutions culturelles dont le chiffre d'affaires/subvention est inférieur à 250 000 € par an.
Pas de bannières gênantes
Un bulletin d'information premium
Tous nos podcasts
Ton propre compte Mastodon
Accès aux archives
Publie toi-même des communiqués de presse
Une attention particulière dans la couverture médiatique
Adhésion importante (mois)
36 / Maand
Pour les institutions culturelles dont le chiffre d'affaires/subvention est supérieur à 250 000 € par an.
Pas de bannières gênantes
Une lettre d'information spéciale
Ton propre compte Mastodon
Accès aux archives
Partager les communiqués de presse avec notre public
Une attention particulière dans la couverture médiatique
Bulletin d'information Premium (substack)
5 abonnements d'essai
Tous nos podcasts

Les paiements sont effectués via iDeal, Paypal, carte de crédit, Bancontact ou prélèvement automatique. Si tu préfères payer manuellement, sur la base d'une facture établie à l'avance, nous facturons des frais administratifs de 10€

*Uniquement pour l'adhésion annuelle ou après 12 paiements mensuels

fr_FRFrançais