Aller au contenu

L'adaptation brésilienne de Tchekhov est sensuelle et oppressante à la fois #HF15.

Si Anton Tchekhov avait vécu aujourd'hui, il aurait écrit pour la télévision. Pas pour le théâtre, et certainement pas pour le cinéma. En effet, aussi innovant que le grand dramaturge russe l'a été pendant sa courte vie (1860-1904), il aurait maintenant fait quelque chose avec des bâtons de selfie et des microphones de contact. Le résultat aurait probablement été quelque chose comme ce que l'artiste brésilienne Christiane Jatahy a maintenant créé. Elle a pris le texte de la pièce la plus intime de Tchekhov, "Trois sœurs" (1901), et l'a transformé en quelque chose de très spécial. Ou plutôt, deux choses très spéciales. Un film et un "making of", en grande partie enregistrés en direct et simultanément, mais en partie non. Et que, par conséquent, en tant que public, tu regarderas d'abord le film, puis le 'Making of', ou vice versa, et que cela produira des expériences complètement différentes.

J'ai moi-même vu le film en premier. Témoin ainsi d'un dessin animé dense, voire très dense, avec des références à Tchekhov. Trois jeunes femmes, suivies individuellement par des caméramans invisibles. Et nous, en tant qu'amis, amants, inconnus adressés à travers l'objectif. Tout cela est très fragmentaire, et parce que tout cela est à fleur de peau, également sensuel et oppressant. Que les trois dames, proches par l'âge et la joie de vivre des filles d'officiers égarées de Tchekhov, n'aillent jamais à Moscou est aussi clair que le réseau de soucis, d'intrigues et de frustrations dans lequel elles sont prises au piège.

Après une longue pause, j'ai vu la partie dramatique, le "making of". Ici, tout a commencé de manière légère et joyeuse. La fête d'anniversaire que les connaisseurs de Tchekhov reconnaissent dans la pièce originale, mais élaborée de façon fraîche et moderne. Les trois dames maintiennent la gaieté pendant longtemps, mais nous, les spectateurs qui ont vu le film pour la première fois, sommes sur nos gardes, car nous savons ce qui se prépare et ce qui bouillonne en dessous. Et maintenant, nous voyons aussi ces caméramans, des garçons en fait encore, qui étaient parfois visibles comme des ombres dans la version cinématographique, mais qui jouent un rôle plus important ici.

Ce sont ces hommes incolores qui captent, suivent et parfois dirigent l'action, rendant de plus en plus difficile la tâche des femmes flamboyantes. Cela devient technique, mais donc de plus en plus poignant, au fur et à mesure qu'ils s'efforcent sur scène de maintenir l'ambiance.

Le résultat est finalement un peu mitigé. Tant du côté du film que du côté du théâtre, beaucoup de choses t'empêchent de t'immerger totalement dans l'histoire. Non pas que ce soit une condition nécessaire à une bonne expérience, mais tout de même. Je me suis surpris à regarder beaucoup plus de technique que je ne le souhaitais. J'ai eu du mal à m'attacher aux trois sœurs, malgré le magnifique portugais qu'elles parlaient et la manière extraordinairement désarmante et ouverte dont elles jouaient.

Mais c'est peut-être précisément ce qui en fait la beauté. Parce que ce qui est resté, après l'avoir regardé deux fois pendant une heure et demie, c'est une image de femmes solitaires et sans défense, dans un monde où les hommes sont invisibles mais tout à fait importants. Et ça, c'est encore une fois assez impressionnant.

Vu : "Et s'ils allaient à Moscou" par Christiane Jatahy. Frascati Amsterdam, 14 juin. Toujours présent : le 15 juin 2015. Informations.

Wijbrand Schaap

Journaliste culturel depuis 1996. A travaillé comme critique de théâtre, chroniqueur et reporter pour Algemeen Dagblad, Utrechts Nieuwsblad, Rotterdams Dagblad, Parool et des journaux régionaux par l'intermédiaire d'Associated Press Services. Interviews pour TheaterMaker, Theatererkrant Magazine, Ons Erfdeel, Boekman. Auteur de podcasts, il aime expérimenter les nouveaux médias. Culture Press est l'enfant que j'ai mis au monde en 2009. Partenaire de vie de Suzanne Brink Colocataire d'Edje, Fonzie et Rufus. Cherche et trouve-moi sur Mastodon.Voir les messages de l'auteur

Petites adhésions
175€ / 12 Maanden
Surtout pour les organisations dont le chiffre d'affaires ou la subvention est inférieur à 250 000 par an.
Pas de bannières gênantes
Un bulletin d'information premium
5 abonnements d'essai à la lettre d'information
Tous nos podcasts
Donne ton avis sur nos politiques
Connaître les finances de l'entreprise
Archives exclusives
Publie toi-même des communiqués de presse
Propre compte mastodonte sur notre instance
Nombreux membres
360€ / Jaar
Voor culturele organisaties
Pas de bannières gênantes
Un bulletin d'information premium
10 abonnements d'essai à la lettre d'information
Tous nos podcasts
Participe
Connaître les finances de l'entreprise
Archives exclusives
Publie toi-même des communiqués de presse
Propre compte mastodonte sur notre instance
Collaboration
Adhésion privée
50€ / Jaar
Pour les personnes physiques et les travailleurs indépendants.
Pas de bannières gênantes
Un bulletin d'information premium
Tous nos podcasts
Donne ton avis sur nos politiques
Connaître les finances de l'entreprise
Archives exclusives
Propre compte mastodonte sur notre instance
fr_FRFrançais