Aller au contenu

Donner aux gens leur mot à dire sur la politique artistique

Depuis la crise financière et les coupes budgétaires qui en ont découlé, le secteur culturel a été contraint de se légitimer. La recherche scientifique doit démontrer les résultats sociaux de l'art et de la culture. Pour aider le secteur culturel dans cette tâche, l'Institut national des connaissances pour l'éducation culturelle et l'art amateur (LKCA) a donc lancé ce que l'on appelle la "fact factory", un aperçu numérique des données clés et des développements dans le secteur, basé sur toutes sortes de recherches scientifiques.

Ocker van Munster, directeur du LKCA, a ouvert la conférence de recherche sur la participation et l'éducation à la culture (lundi 23 novembre) par un discours enflammé. Dans son allocution de bienvenue, il a appelé à une approche plus philosophique et anthropologique de la culture : "un niveau où les valeurs sous-jacentes, la perspective historique, la politique et l'idéologie peuvent à nouveau être discutées et faire l'objet d'une philosophie." Il a opposé cette approche à la logique de la pensée des Lumières et à l'accent mis actuellement sur la recherche scientifique quantitative. La politique culturelle "fondée sur des preuves" repose sur des généralisations basées sur des données limitées, a déclaré Van Munster. La recherche est souvent effectuée pour confirmer des hypothèses plutôt que pour les tester :

"La politique culturelle actuelle est déconnectée des valeurs sous-jacentes de la société, de l'expérience historique, du subjectif et du sensible de la condition humaine. La politique culturelle est devenue une question de cause et d'effet, et mesurer c'est savoir. Je pense que nous devons travailler à une pratique de recherche qui s'éloigne de l'approche instrumentale. Mais surtout, nous devons être conscients que ce que l'art nous fait est finalement impossible à mesurer." Ocker van Munster

Selon l'oratrice principale Eleonora Belfiore de l'Université de Warwick, la politique culturelle en Grande-Bretagne traverse une crise similaire. L'État-providence étant sous pression, il existe une "anxiété de justification". La recherche scientifique - le "culte du mesurable" selon les termes de Belfiore - est donc utilisée pour se légitimer. Cela conduit à un conflit : alors que les politiciens veulent en avoir pour leur argent (value for money), le secteur culturel - comme auparavant - veut de l'argent pour la valeur culturelle (money for values).

La participation culturelle est plus élevée chez les personnes ayant un niveau d'éducation élevé

Mais ce n'est pas la seule crise du secteur culturel en Grande-Bretagne. Environ huit pour cent de la population britannique (les plus riches) profitent de la plupart des offres culturelles. En outre, peu de femmes et de personnes d'autres ethnies siègent dans les comités culturels qui décident de la politique culturelle. "Une grande partie de la vie culturelle se déroule sous le radar", déclare Belfiore. Elle se demande quelles histoires ne sont pas racontées à cause de cela.

Reste à savoir si l'appétit des politiciens pour les faits est réaliste ou souhaitable, et si le secteur culturel ne devrait pas s'élever contre lui. C'est pourquoi la géographe sociale et sociologue culturelle Sandra Trienekens mène délibérément des recherches qualitatives - plutôt que quantitatives - à MusicGenerations, afin de rendre justice à la multidimensionnalité des chanteurs participants. Trienekens souligne que si nous nous considérons souvent comme complexes et l'autre comme simple, l'autre est également complexe. Ou comme le dit si bien la chanteuse et "Turque à la noix" Aysegul Karaca : "Je ne fais pas que chanter, je joue aussi la comédie, mais j'aimerais bien qu'on me donne pour une fois le rôle d'une personne normale plutôt que celui de Fatima, la femme de ménage."

Cette reconnaissance de la complexité humaine semble faire défaut dans la recherche quantitative. La sociologue Natascha Notten étudie la transmission intergénérationnelle de l'inégalité en matière de participation culturelle, mais fonde ses recherches exclusivement sur les "grands" arts - parce que leur valeur a déjà été démontrée. Selon ses recherches, la participation culturelle est plus élevée chez les personnes ayant un niveau d'éducation élevé. Ainsi, comme l'a également souligné Belfiore dans son discours d'ouverture, il n'y a pas d'"effet de classe" aux Pays-Bas, mais un "effet de scolarité". En outre, l'identification à la culture néerlandaise semble être importante pour la participation culturelle. Un signe des divisions sociales croissantes aux Pays-Bas et de l'émergence d'une nouvelle société de classes basée sur les différences d'éducation, comme on l'a également vu récemment dans les pays suivants Le Correspondant pourrait être lu.

"Les hauts et les bas niveaux d'éducation vont de plus en plus créer leurs propres zones culturelles. Notre thèse est qu'avec la culture établie, nous tombons de plus en plus dans une niche au sommet et que nous perdrons également le lien avec l'éducation et la participation si nous ne sortons pas de notre propre domaine et ne commençons pas à recueillir les histoires de la société au lieu d'apporter l'histoire." Ocker van Munster

Donne une scène à la dissidence

La conférence de recherche du LKCA a soulevé de grandes questions pour moi : Lorsque nous parlons de participation culturelle, de qui parlons-nous ? Et de la participation à la culture de qui ? Comme le fait remarquer de manière critique le professeur de cohésion sociale et de questions transnationales Ruben Gowricharn (d'origine surinamaise et hindoustanie), les "grands" arts représentent principalement les normes et les valeurs européennes. Celles-ci ne doivent pas être considérées comme universelles, comme c'est souvent le cas. Il explique en outre que le concept d'"art" lui-même est de nature européenne et que pour d'autres cultures, l'"art" fait surtout partie de leur vie quotidienne.

"Il y a de nouvelles contradictions dans la société qui touchent à nos valeurs fondamentales, que nous avons trop longtemps cru universelles, partagées par tous, et qui n'étaient plus à discuter. Elles sont donc à discuter. Mais nous ne voulons pas vraiment les aborder. Nous sommes encore dans une zone de confort, d'autosatisfaction, et nous pensons que tout cela va s'arranger. Dans le secteur culturel, je remarque que nous passons beaucoup de temps entre nous à discuter de choses et d'autres, mais surtout à essayer de parvenir à un consensus et à nous confirmer les uns les autres. Et même aujourd'hui, bien sûr, nous sommes surtout amis entre nous. Nous ne laissons pas vraiment entrer les personnes extérieures." Ocker van Munster

Selon Belfiore, il est important d'attirer l'attention des politiques sur la participation inégale à la culture et de rendre les décisions en matière de politique culturelle plus démocratiques - avec la participation des personnes elles-mêmes et pas seulement de leurs représentants. Il est tout aussi important que la recherche sur la participation culturelle soit tout aussi "démocratique", en étudiant les expériences culturelles de différents groupes et individus - y compris les minorités. Ainsi, l'art et la culture pourront à nouveau toucher la vie de tous les citoyens néerlandais, et pas seulement celle d'un groupe sélectionné de personnes très instruites.

Peut-être que le exemple de l'Italie va suivre : Pour chaque euro qui va à la sécurité, le premier ministre italien Matteo Renzi alloue un euro à la culture. La moitié du budget supplémentaire de la culture aux banlieues délabrées des grandes villes.

"Si nous ne voulons pas perdre le contact avec les changements rapides de la société, nous devrons faire davantage pour sortir de l'ordre établi et donner une tribune à la voix dissidente." Ocker van Munster

Les citations sont tirées de la Discours de bienvenue d'Ocker van Munster lors de la conférence de recherche sur l'éducation et la participation à la culture du LKCA, le lundi 23 novembre à Utrecht.

Jacqueline de Kuijper

Jacqueline de Kuijper est une scientifique de la danse et cofondatrice de Change Your Rhythm, un cabinet de conseil qui vise à accroître le bien-être des employés grâce au mouvement sur le lieu de travail. Elle s'intéresse notamment à l'importance du mouvement pour le bien-être cognitif et mental et à la pertinence de la danse pour la société.Voir les messages de l'auteur

Adhésion privée (mois)
5€ / Maand
Pour les personnes physiques et les travailleurs indépendants.
Pas de bannières gênantes
Une lettre d'information spéciale
Propre compte mastodonte
Accès à nos archives
Petite adhésion (mois)
18€ / Maand
Pour les institutions culturelles dont le chiffre d'affaires/subvention est inférieur à 250 000 € par an.
Pas de bannières gênantes
Un bulletin d'information premium
Tous nos podcasts
Ton propre compte Mastodon
Accès aux archives
Publie toi-même des communiqués de presse
Une attention particulière dans la couverture médiatique
Adhésion importante (mois)
36€ / Maand
Pour les institutions culturelles dont le chiffre d'affaires/subvention est supérieur à 250 000 € par an.
Pas de bannières gênantes
Une lettre d'information spéciale
Ton propre compte Mastodon
Accès aux archives
Partager les communiqués de presse avec notre public
Une attention particulière dans la couverture médiatique
Bulletin d'information Premium (substack)
5 abonnements d'essai
Tous nos podcasts

Les paiements sont effectués via iDeal, Paypal, carte de crédit, Bancontact ou prélèvement automatique. Si tu préfères payer manuellement, sur la base d'une facture établie à l'avance, nous facturons des frais administratifs de 10€

*Uniquement pour l'adhésion annuelle ou après 12 paiements mensuels

fr_FRFrançais