Aller au contenu

Winternachten donne au public une plus grande voix

Le festival littéraire international Winternachten souhaite impliquer davantage le public dans ses programmes l'année prochaine. Le public veut de plus en plus avoir son mot à dire", déclare le directeur Ton van de Langkruis. Cela peut se faire de toutes sortes de façons, nous y réfléchissons en ce moment.

Winternachten a attiré cette année quelque 7300 visiteurs, égalant ainsi la fréquentation de l'année dernière. Le thème de la dernière édition était "Bonjour les ténèbres" et traitait du Mal chez l'homme et dans la société. Ton van de Langkruis se réjouit de l'acuité du débat, qui a déjà commencé à l'ouverture du festival, lors de la cérémonie de remise des PEN Awards, à laquelle aucun des trois lauréats n'a pu assister. 'Vous avez entendu dans les discours et dans le débat des écrivains sur la liberté d'expression à quel point il est devenu difficile d'imaginer aux Pays-Bas ce que signifie vivre dans un pays où vous êtes torturé à cause de vos déclarations en public', a-t-elle déclaré. L'écrivain égyptien Alaa Al Aswani l'a fait remarquer avec délicatesse. 'Les Pays-Bas ont une position exceptionnelle : ici, nous avons une prospérité sans précédent, une liberté sans précédent, également une liberté d'expression sans précédent, peu importe ce que disent les écrivains et les journalistes. Un pays de fées.

C'est précisément pour cela qu'un festival comme Winternachten est intéressant : il aborde des thèmes solides et donne au public la possibilité d'entendre des voix diverses provenant de toutes les parties du monde et d'engager une conversation avec d'autres nationalités et cultures. Même si le public semblait majoritairement blanc et âgé de plus de 50 ans, les chiffres montrent une image différente, selon Ton van de Langkruis. 'Les enquêtes sur le public nous apprennent à chaque fois que quarante pour cent de nos visiteurs sont d'origine mixte ou non néerlandaise. Pour l'ambiance pendant le festival, il est agréable que la diversité soit importante. Nous le remarquons également dans les réactions du public. Un public diversifié, par l'âge et l'origine culturelle par exemple, réagit aussi différemment à ce qui se passe sur scène. Il n'y a rien de tel que d'entendre une partie du public rire d'une remarque sur scène, tandis que le reste du public regarde derrière lui avec étonnement, parce que les gens ne comprennent pas ce qu'il y a à rire. Et quelques instants plus tard, c'est le contraire qui se produit. C'est ainsi que tu découvres ce qu'est la diversité et à quel point il est important de sentir qu'il existe différentes perspectives sur la réalité.'

On ne sait pas encore quel sera le thème de l'année prochaine. Ce qui est clair, en revanche, c'est que l'organisation du festival sera légèrement différente lors de la prochaine édition. Shervin Nekuee succède à Sigrid Bousset, ancienne directrice du festival de littérature de Bruxelles Passa Porta, en tant que coordinatrice du programme. Originaire d'Iran, Nekuee est sociologue, écrivain et publiciste. Il est assisté pour la programmation littéraire par les programmateurs Maria Vlaar et Jet Steinz. La programmation musicale est confiée à Francis de Souza, et la programmation du foyer à Francis Broekhuijsen. Gerlinda Heywegen est chargée de la programmation des films.

La prochaine édition du festival international de littérature Winternachten aura lieu du 19 au 22 janvier 2017 à La Haye.

 

La philosophe Susan Neiman et l'écrivain Slavenka Drakulic ©Marc Brester/AQM
La philosophe Susan Neiman et l'écrivain Slavenka Drakulic ©Marc Brester/AQM

Impression finale 2016

Ai-je vraiment pris mon petit-déjeuner avec Slavenka Drakulic ? Alaa Al Aswani était-il en train de me remercier d'être son "assistant et ange gardien" ? Est-ce que je suis allé chercher Neel Mukherjee à la gare comme si c'était la chose la plus normale du monde ?

Remplie de gratitude, je me sens lentement prête à revenir à la réalité et à laisser les rêves de côté pendant un certain temps. Cependant, le réveil de demain matin sera légèrement différent, car tout comme la grande littérature, les Winternachten m'ont ouvert de nouvelles perspectives.'

  • Laura van den Bossche, stagiaire

Le maire Aboutaleb donne au poète Adonis un baiser sur la tête. ©Serge Ligtenberg
Le maire Aboutaleb donne au poète Adonis un baiser sur la tête. ©Serge Ligtenberg

'Tout se passe différemment de ce qui était prévu. Le maire Aboutaleb donne la première traduction en néerlandais au poète Adonis lors de la soirée d'ouverture et s'approche ensuite de lui. Je me tiens prêt à photographier une main ou peut-être une étreinte, mais Aboutaleb donne à Adonis un baiser sur le front. En raison de ma connaissance limitée des autres cultures et des formes de politesse, j'ai été surpris.'

  • Serge Ligtenberg, photographe

L'écrivain angolo-portugais José Eduardo Agualusa parle de l'un des péchés capitaux ©Marc Brester/AQM
L'écrivain angolo-portugais José Eduardo Agualusa parle de l'un des péchés capitaux ©Marc Brester/AQM

'Ce qui est très réussi, c'est la façon dont les Winternachten parviennent à programmer des sujets d'actualité. La littérature comme précurseur de notre pensée politique. Les politiciens pensent au présent et Winternachten s'assure que les problèmes de l'avenir sont discutés aujourd'hui.'

  • Babah Tarawally, coordinatrice des visiteurs et des programmes 2012

 

Écrivain Mira Feticu ©Marc Brester/AQM
Écrivain Mira Feticu ©Marc Brester/AQM

'J'avais l'impression que La Haye était la prise, le festival le chargeur et moi le 06. Quant aux écrivains : veni, vidi, vici. Après le festival, je me sens plus fort, plus courageux, plus heureux.'

  • Mira Feticu, écrivain

Présentateur Francis Broekhuijsen ©Marc Brester/AQM
Présentateur Francis Broekhuijsen ©Marc Brester/AQM

Ce qui est spécial, c'est la façon dont les écrivains de classe mondiale ont réussi à m'emmener dans leur monde à travers l'atmosphère chaleureuse du festival par le biais de choses simples comme la gratitude, l'intérêt sincère, le fait de poser des questions et de raconter des histoires dans la sphère personnelle. Un regard sur les coulisses des grands penseurs. Ils ne sont pas différents de moi et sont prêts à tout pour combler le moindre fossé entre les gens. Une belle découverte.

  • Francis Broekhuijsen, présentateur et réalisateur de programmes Winternachten

IMG_2829

'Ce que les visiteurs des Winternachten n'ont malheureusement pas l'occasion de vivre, c'est l'après-soirée toujours animée à l'hôtel avec le personnel et les écrivains. C'est là que j'ai vu nos jeunes stagiaires suspendus aux lèvres du grand écrivain égyptien Alaa al Aswani, qui leur donnait des leçons d'étiquette de cour avec la plus grande aisance, de manière courtoise et très amusante. Différence d'âge, célébrité ou début de carrière, continent différent, peu importe, nous étions "entre nous". Cette atmosphère d'aisance entre écrivains et collaborateurs est très perceptible par le public sur les scènes du festival et ajoute à son "fonctionnement".''

  • Gerda Roest, responsable de la communication Winternachten

Dans les coulisses ©Marc Brester/AQM
Dans les coulisses ©Marc Brester/AQM

'Rencontre intéressante entre deux hommes qui ont vécu la révolution en direct : Alaa Al Aswani sur la place Tahir du Caire et Andrei Kerkov sur la place Maïdan de Kiev. Il y a tout de même plus de similitudes que de différences ! Et Petina Gappah a enroulé tout le monde autour de ses doigts en montrant la photo de l'endroit où elle se réfugierait : une villa avec véranda au Zimbabwe où n'importe qui voudrait vivre...'

  • Maria Vlaar, réalisatrice de programmes

Visiteurs s'exprimant lors de l'émission en direct du Bureau de presse culturel ©Marc Brester/AQM
Visiteurs s'exprimant lors de l'émission en direct du Bureau de presse culturel ©Marc Brester/AQM

'J'ai apprécié le côté sombre des gens et de l'imagination humaine. Et l'insatisfaction de devoir attendre un an de plus pour les prochaines Winternachten est en partie dissipée par la réalisation que j'ai 365 nuits pour commettre 7 péchés capitaux...'

  • Ronald Hünneman, visiteur et philosophe/conférencier à l'université de Groningue.

Après la soirée d'ouverture, au cours de laquelle les prix PEN pour la liberté d'expression ont été décernés, je me suis dit : "Depuis les Pays-Bas, pays hyper prospères et hyper libres, pouvez-vous encore imaginer ce que c'est que de vivre dans l'absence de liberté et dans la pauvreté ? L'écrivain égyptien Alaa Al Aswani a expliqué en quelques mots à ses collègues du jury de PEN Pays-Bas qu'en Égypte, "c'est pour de vrai". Les écrivains y sont vraiment emprisonnés. Et ils sont vraiment torturés.

  • Ton van de Langkruis, réalisateur Winternachten

    Comme chaque année, la dame de toilettes a de nouveau tricoté de magnifiques bonnets ©Marc Brester/AQM.
    Comme chaque année, la dame de toilettes a de nouveau tricoté de magnifiques bonnets ©Marc Brester/AQM.

J'apprécie cet article !

Tu es satisfait de cette histoire ? Montrez votre appréciation en faisant une petite contribution ! C'est ainsi que tu aideras à maintenir en vie le journalisme culturel indépendant. (Si tu ne vois pas de bouton ci-dessous, utilise ce lien : don!)

Faire un don en douceur
Faire un don

Pourquoi faire un don ?

Nous sommes convaincus qu'un bon journalisme d'investigation et des informations de fond expertes sont essentiels pour un secteur culturel sain. Il n'y a pas toujours l'espace et le temps pour cela. Culture Press veut fournir cet espace et ce temps, et les rendre accessibles à tous GRATUITEMENT ! Que tu sois riche ou pauvre. Merci à dons Grâce à des lecteurs comme toi, nous pouvons continuer à exister. C'est ainsi que Culture Press existe depuis 2009 !

Tu peux aussi Devenir membreEt transforme ton don unique en un soutien durable !

Wijbrand Schaap

Journaliste culturel depuis 1996. A travaillé comme critique de théâtre, chroniqueur et reporter pour Algemeen Dagblad, Utrechts Nieuwsblad, Rotterdams Dagblad, Parool et des journaux régionaux par l'intermédiaire d'Associated Press Services. Interviews pour TheaterMaker, Theatererkrant Magazine, Ons Erfdeel, Boekman. Auteur de podcasts, il aime expérimenter les nouveaux médias. Culture Press est l'enfant que j'ai mis au monde en 2009. Partenaire de vie de Suzanne Brink Colocataire d'Edje, Fonzie et Rufus. Cherche et trouve-moi sur Mastodon.Voir les messages de l'auteur

Adhésion privée (mois)
5 / Maand
Pour les personnes physiques et les travailleurs indépendants.
Pas de bannières gênantes
Une lettre d'information spéciale
Propre compte mastodonte
Accès à nos archives
Petite adhésion (mois)
18 / Maand
Pour les institutions culturelles dont le chiffre d'affaires/subvention est inférieur à 250 000 € par an.
Pas de bannières gênantes
Un bulletin d'information premium
Tous nos podcasts
Ton propre compte Mastodon
Accès aux archives
Publie toi-même des communiqués de presse
Une attention particulière dans la couverture médiatique
Adhésion importante (mois)
36 / Maand
Pour les institutions culturelles dont le chiffre d'affaires/subvention est supérieur à 250 000 € par an.
Pas de bannières gênantes
Une lettre d'information spéciale
Ton propre compte Mastodon
Accès aux archives
Partager les communiqués de presse avec notre public
Une attention particulière dans la couverture médiatique
Bulletin d'information Premium (substack)
5 abonnements d'essai
Tous nos podcasts

Les paiements sont effectués via iDeal, Paypal, carte de crédit, Bancontact ou prélèvement automatique. Si tu préfères payer manuellement, sur la base d'une facture établie à l'avance, nous facturons des frais administratifs de 10€

*Uniquement pour l'adhésion annuelle ou après 12 paiements mensuels

fr_FRFrançais