Aller au contenu

Peter Sellars : "Cet opéra est un paradis sur terre".

À quoi ressemble l'avenir de l'opéra ? L'Opéra national tente de répondre à cette question dans le Festival Opera Forward: nouvelles visions nouvelles voix, qui est organisé pour la première fois cette année à l'occasion de son 50e anniversaire. Le festival de dix jours débute le 15 mars avec la première mondiale de Seul le son reste Par Kaija Saariaho.

À propos de ce programme double basé sur le théâtre japonais Nôh J'ai parlé plus tôt mettant en scène le compositeur franco-finlandais. Cette production à petite échelle est mise en scène par l'Américain controversé Peter Sellars. Le rôle principal des deux courts opéras est chanté par le contre-ténor français Philippe Jaroussky. Après une répétition, je les ai interrogés sur l'utilité et la nécessité de ce festival.

Philippe Jaroussky, "Only the Sound Remains" ouvre le festival Opera Forward, dans quelle mesure cette production promeut-elle l'avenir de l'opéra ?

Peter Sellars a déclaré le premier jour des répétitions : "Beaucoup de gens pensent que l'histoire de l'opéra touche à sa fin, mais ce n'est que le début !". J'ai trouvé cela surprenant. Il a l'esprit ouvert et cette production montre ce que nous pouvons faire. Nous n'avons que deux chanteurs, un chœur de quatre personnes, sept instruments et de l'électronique pour donner vie à ces histoires émouvantes du théâtre Nôh. Ces éléments recèlent toutes les possibilités que nous pourrons explorer à l'avenir.

Philippe_Jaroussky (crédit photo Wikipédia)
Philippe_Jaroussky (crédit photo Wikipédia)

L'opéra n'existe pas seulement par la grâce des grands spectacles, mais il s'épanouit aussi dans ce cadre intime. Cette intimité me plaît énormément, c'est pourquoi j'ai décidé de participer : nous pouvons vraiment travailler en profondeur. Bien sûr, l'opéra peut être synonyme de grand spectacle - voyez la production de l'opéra de Moussorgski Chovantchina qui fait également partie du festival. Mais il pourrait donc aussi s'agir de ces deux petites pièces qui durent moins d'une heure et dans lesquelles nous explorons un monde plein de magie.

Qu'y a-t-il de si nouveau dans cette production ?

Je chante la musique de Kaija Saariaho pour la première fois et je suis profondément impressionnée par sa connaissance des textures, des couleurs. Elle explore toutes les possibilités de chaque instrument. Ce que je ressens profondément, c'est qu'elle n'en est pas à son premier opéra et qu'elle est immensément douée pour rendre le texte. Bien sûr, ce genre de musique est un peu plus difficile à étudier, il faut plus de temps pour l'apprendre par cœur. Mais une fois que tu connais bien le morceau, ce n'est pas du tout plus difficile qu'un opéra de Haendel ou de Mozart. En fait, c'est même plus facile parce que tout est écrit et que cela ressemble davantage à un dialogue parlé.

Je suis super excitée parce que c'est la première fois que ma voix est éditée à l'aide d'un ordinateur. Cela se passe en direct et j'ai l'impression de pouvoir me concentrer beaucoup plus sur la clarté de ma voix et donc de jouer avec les effets électroniques. Chaque performance sonnera différemment en conséquence. L'électronique est très différente dans les deux parties. Dans la première partie 'Always Strong', mes lignes vocales sont manipulées de telle sorte que bien que je chante très haut, je sonne très bas, une expérience extraordinaire.

Peter Sellars, en quoi l'opéra est-il le genre de l'avenir ?

Chaque jour, nous entendons les nouvelles du monde, et elles sont écrasantes. Chaque jour, nous sommes déçus par nos dirigeants, déçus par des pans entiers de la société. Nous sommes également déçus par nous-mêmes. Nous sommes déçus de notre incapacité à atteindre ne serait-ce qu'un semblant d'harmonie dans le monde. Et cette forme d'art étonnante porte sur la façon dont les gens parviennent à l'harmonie. Des gens qui travaillent ensemble. Des gens qui trouvent le moyen de s'écouter les uns les autres et de faire vibrer leur corde sensible. Pas seulement à un niveau amical, mais à un niveau profond de compréhension et d'accord mutuels.

Pour comprendre cela, il faut bien sûr savoir que tout est une danse. Tout est mouvement, tu te déplaces avec quelqu'un. Cela n'arrive pas par hasard, cela implique un échange, un univers partagé, un espace partagé, une respiration partagée, une extase partagée, un plaisir partagé et un but partagé. Aucune autre forme d'art que l'opéra ne permet d'accomplir cela. L'opéra rassemble toutes ces personnes et leur permet de se dire : d'accord, que pouvons-nous accomplir ensemble ?

Mais il en va de même pour un opéra de Wagner ou de Verdi ?

Je n'en suis pas si sûr. Les opéras de Wagner et de Verdi ont été écrits à partir d'une structure de pouvoir descendante du dix-neuvième siècle. Dans la pièce que Kaija a créée, tout le monde se rencontre sur un pied d'égalité. Tu vois le joueur de flûte et la danseuse se rencontrer sur un pied d'égalité, tu as Philippe, cet artiste étonnant qui offre toutes ces choses incroyables dans de magnifiques duos avec le joueur de tilt, avec le quatuor à cordes.

Tout le monde se rencontre sur un pied d'égalité, notre génération ressent moins cette pression physique sauvage et frénétique. Au dix-neuvième siècle, tu ressens un fort besoin de dépasser les limites. Au contraire, ici et maintenant, on ressent le besoin de vivre les uns avec les autres et de s'amuser. Le ton, la température sont plus modestes. - Comme le paradis sur terre, pas seulement une journée au paradis.

Penses-tu que le public le sentira ?

Je ne m'inquiète jamais pour le public, tout va bien. Ce sont tous des êtres humains aux sentiments profonds et ils vont vivre quelque chose qui va bien au-delà de ce que je vis moi-même. C'est ça la vraie poésie : il n'y a pas une seule façon de la comprendre. Chacun trouve sa propre entrée et découvre son univers magique. C'est la beauté de l'art !

Tu trouveras un aperçu de toutes les activités ici.
Peter Sellars est également l'orateur de la série Scherpdenkers les 17 et 18 mars à Eindhoven Music Building et Concertgebouw Amsterdam; Reinbert de Leeuw joue Via crucis par Franz Liszt.

J'apprécie cet article !

Tu es satisfait de cette histoire ? Montrez votre appréciation en faisant une petite contribution ! C'est ainsi que tu aideras à maintenir en vie le journalisme culturel indépendant. (Si tu ne vois pas de bouton ci-dessous, utilise ce lien : don!)

Faire un don en douceur
Faire un don

Pourquoi faire un don ?

Nous sommes convaincus qu'un bon journalisme d'investigation et des informations de fond expertes sont essentiels pour un secteur culturel sain. Il n'y a pas toujours l'espace et le temps pour cela. Culture Press veut fournir cet espace et ce temps, et les rendre accessibles à tous GRATUITEMENT ! Que tu sois riche ou pauvre. Merci à dons Grâce à des lecteurs comme toi, nous pouvons continuer à exister. C'est ainsi que Culture Press existe depuis 2009 !

Tu peux aussi Devenir membreEt transforme ton don unique en un soutien durable !

Wijbrand Schaap

Journaliste culturel depuis 1996. A travaillé comme critique de théâtre, chroniqueur et reporter pour Algemeen Dagblad, Utrechts Nieuwsblad, Rotterdams Dagblad, Parool et des journaux régionaux par l'intermédiaire d'Associated Press Services. Interviews pour TheaterMaker, Theatererkrant Magazine, Ons Erfdeel, Boekman. Auteur de podcasts, il aime expérimenter les nouveaux médias. Culture Press est l'enfant que j'ai mis au monde en 2009. Partenaire de vie de Suzanne Brink Colocataire d'Edje, Fonzie et Rufus. Cherche et trouve-moi sur Mastodon.Voir les messages de l'auteur

Adhésion privée (mois)
5 / Maand
Pour les personnes physiques et les travailleurs indépendants.
Pas de bannières gênantes
Une lettre d'information spéciale
Propre compte mastodonte
Accès à nos archives
Petite adhésion (mois)
18 / Maand
Pour les institutions culturelles dont le chiffre d'affaires/subvention est inférieur à 250 000 € par an.
Pas de bannières gênantes
Un bulletin d'information premium
Tous nos podcasts
Ton propre compte Mastodon
Accès aux archives
Publie toi-même des communiqués de presse
Une attention particulière dans la couverture médiatique
Adhésion importante (mois)
36 / Maand
Pour les institutions culturelles dont le chiffre d'affaires/subvention est supérieur à 250 000 € par an.
Pas de bannières gênantes
Une lettre d'information spéciale
Ton propre compte Mastodon
Accès aux archives
Partager les communiqués de presse avec notre public
Une attention particulière dans la couverture médiatique
Bulletin d'information Premium (substack)
5 abonnements d'essai
Tous nos podcasts

Les paiements sont effectués via iDeal, Paypal, carte de crédit, Bancontact ou prélèvement automatique. Si tu préfères payer manuellement, sur la base d'une facture établie à l'avance, nous facturons des frais administratifs de 10€

*Uniquement pour l'adhésion annuelle ou après 12 paiements mensuels

fr_FRFrançais