Aller au contenu

La poésie est toujours politique. Poetry International explore le "cadrage

Le langage de la poésie est-il encore exempt d'idéologie et de manipulation ? Ou est-il absurde de penser que le langage poétique échappe à l'encadrement, à la charge idéologique des mots ? Tel est le thème principal du festival international de poésie de cette année, qui débute le mardi 7 juin.

La semaine prochaine, comme chaque année, Rotterdam sera la Mecque des amateurs de poésie. Pendant cinq jours, du mardi 7 juin au samedi 11 juin, la ville sera dominée par la poésie et le public pourra écouter des lectures, des conférences et des débats avec des invités néerlandais et étrangers, connus et nouveaux talents. Parmi les invités de cette année figurent Anneke Brassinga, Maarten van der Graaff et la poétesse belge Ruth Lasters, ainsi que Ann Vickery (Australie), Lisa Robertson (Canada), Jeet Thayil (Inde), Luis Chaves (Costa Rica) et bien d'autres encore.

pifr16 1920 x 1080

Cadre par cadre

Le thème d'actualité de Poetry International tourne autour de "Newspeak[hints]".La langue de bois est un langage fictif à George Orwell roman 1984. C'est un langage créé et contrôlé par l'État totalitaire comme outil pour restreindre la liberté de pensée et les concepts qui représentent une menace pour le régime, tels que la liberté, l'expression personnelle, l'individualité et la paix. Toute pensée susceptible de s'écarter des concepts du Parti est considérée comme un "crime de pensée" ("thoughtcrime")[/hints]", développé dans les sections du programme "Cadre par cadre" et "NeuParle Nuevo".

Dans Frame by Frame, les poètes explorent la mesure dans laquelle la poésie est influencée par le framing, dans lequel un orateur ou un écrivain imprègne ses mots d'une pensée ou d'une idée particulière sur l'identité, sans que le "destinataire" en soit conscient.

La poétesse suédoise Aase Berg, qui participe à Frame by Frame, constate que les exemples abondent dans la vie de tous les jours. 'Le langage de gestion, par exemple, affecte le langage ordinaire, nous obligeant à vendre notre personnalité dans un marché dominé par le narcissisme et les faux désirs créés par l'industrie de la publicité. Ou prends le bouton "j'aime" de Facebook - qui est plus qu'un simple pouce levé, un bouton qui signale ton appréciation. Nos vies en sont devenues dépendantes et tournent autour du désir d'obtenir le plus grand nombre de "like" possible.

Poète suédoise Aase Berg © Elisabeth Ohlson Wallin
Poète suédoise Aase Berg © Elisabeth Ohlson Wallin

La poésie n'est pas exempte de ces influences, pense Berg, et sa propre poésie non plus. 'Mais je suis consciente des pièges, ce qui me permet d'utiliser un langage "empoisonné" pour le sarcasme ou pour démystifier certaines choses. Par exemple, j'ai écrit une satire dans laquelle je fais parler un groupe de poulets en langage marketing parce qu'ils veulent exercer le capitalisme et prendre le contrôle de l'univers. Une tentative qui, comme tu le comprendras, ne se termine pas bien.'

Aase Berg aime toujours intégrer de nouvelles expressions et de nouveaux termes dans ses poèmes, comme dans son dernier recueil, dans lequel elle utilise le langage des hackers. 'Dans ce recueil, j'explore la possibilité des chevaux de Troie dans la vie quotidienne, la façon dont les systèmes peuvent être attaqués et détruits de l'intérieur. Il ne s'agit pas seulement de pirater des ordinateurs, mais aussi des parasites qui piratent un corps humain ou des stratégies féministes qui luttent contre le patriarcat que nous prenons tellement pour acquis.'

Ainsi, selon le suédois, le langage de la poésie n'est absolument pas neutre, bien au contraire, mais il est aussi plusieurs fois plus intelligent que le langage manipulateur. 'La poésie offre la possibilité de révéler la manipulation au lieu de la cacher. Et si tu ne saisis pas cette chance en tant que poète, tu es un idiot et tu devrais faire autre chose. Si tout ce que vous voulez, c'est la beauté, achetez une nouvelle robe ou une nouvelle chaise, ou allez nager avec des dauphins, mais restez à l'écart de la poésie', dit-elle avec férocité. La poésie est toujours politique, même si ce n'est pas toujours explicite.

©Marc Brester/AQM
©Marc Brester/AQM

NeuParleNuevo

Sa collègue australienne Ann Vickery participe à la section NeuParleNuevo, qui se concentre sur le langage urbain et son influence sur les poètes et leur façon de s'exprimer. Vickery, qui en plus d'être poète est également enseignante à l'université et envoie et répond donc à d'innombrables courriels, explore le langage d'Internet et des médias sociaux dans son travail de poésie. Mon poème "I Knew a Woman" traite de la façon dont les médias sociaux comme Facebook créent une forme d'intimité publique, et de la façon dont l'utilisation des médias sociaux peut devenir obsessionnelle. Les médias sociaux encouragent une nouvelle forme de voyeurisme et de commérage, et mettent également l'accent sur le fait qu'être heureux est le but de la vie. On peut toutefois se demander si les "vies d'écran" sont des vies meilleures et plus complètes. Mon poème suggère que cela peut finalement conduire non seulement à l'aplatissement et à l'engourdissement, mais aussi à la dépression, "le bleu quotidien", comme je l'appelle. Mon poème explore la question de savoir si le "vrai moi" tel qu'il est affiché sur les médias sociaux n'est pas en fait des images fantaisistes que nous partageons les uns avec les autres.

Poète australienne Anne Vickery © Nicholas Walton-Healey
Poète australienne Anne Vickery © Nicholas Walton-Healey

Vickery trouve passionnant et amusant d'utiliser dans un contexte poétique les nouveaux mots et expressions qu'Internet et les téléphones portables ont fait naître. Dans le poème "Un4seen Fxs", par exemple, elle joue avec le langage abrégé, en lui donnant des significations multiples. Et avec le correcteur orthographique automatique qui a tendance à mettre le bazar dans nos textos. 'La première phrase se lit : Erreur typographique Ou me fait tu vis plus/jour de pêche.Il s'agit là d'une allusion aux fautes de frappe dans "err Or", "live" et "peach". Correct, après tout, serait : L'erreur typographique me fait t'aimer un peu plus chaque jour.." J'étais curieuse de savoir si une humeur romantique serait autocorrigée ou modifiée. En outre, je voulais explorer la façon dont les liens entre les personnes s'expriment dans les médias sociaux. Dans le poème, j'utilise des images liées à la transparence et aux écrans.'

Anne Vickery espère que son utilisation de la langue et sa façon de s'exprimer continueront à se développer et à s'enrichir. 'Je suis enthousiaste quant aux possibilités offertes par le langage urbain, et j'essaie de les explorer avec humour. Je le fais, par exemple, en combinant des mots nouveaux avec des mots chargés de tradition culturelle et d'histoire. Dans un poème, je ridiculise le politiquement correct de certains éco-poèmes, tout en soulignant le changement climatique et le fait que nous devons repenser notre "héritage". Le langage est toujours de nature politique. Je m'intéresse particulièrement à la façon dont le langage de la rue défie et remet en question le langage de la domination.'

Bon à savoir

Poetry International se déroule dans différents lieux de Rotterdam du mardi 7 au samedi 11 juin. Le festival s'ouvre le 7 juin à 20 h 15 au Schouwburg de Rotterdam.

Newspeak : Frame by Frame est le mercredi 8 juin à 21h30 dans la salle RO du théâtre RO. Newspeak : NeuParleNuevo est le samedi 11 juin à 20 heures, au même endroit.

Pour le programme complet, visite le site www.poetryinternationalweb.net 

 

J'apprécie cet article !

Tu es satisfait de cette histoire ? Montrez votre appréciation en faisant une petite contribution ! C'est ainsi que tu aideras à maintenir en vie le journalisme culturel indépendant. (Si tu ne vois pas de bouton ci-dessous, utilise ce lien : don!)

Faire un don en douceur
Faire un don

Pourquoi faire un don ?

Nous sommes convaincus qu'un bon journalisme d'investigation et des informations de fond expertes sont essentiels pour un secteur culturel sain. Il n'y a pas toujours l'espace et le temps pour cela. Culture Press veut fournir cet espace et ce temps, et les rendre accessibles à tous GRATUITEMENT ! Que tu sois riche ou pauvre. Merci à dons Grâce à des lecteurs comme toi, nous pouvons continuer à exister. C'est ainsi que Culture Press existe depuis 2009 !

Tu peux aussi Devenir membreEt transforme ton don unique en un soutien durable !

Wijbrand Schaap

Journaliste culturel depuis 1996. A travaillé comme critique de théâtre, chroniqueur et reporter pour Algemeen Dagblad, Utrechts Nieuwsblad, Rotterdams Dagblad, Parool et des journaux régionaux par l'intermédiaire d'Associated Press Services. Interviews pour TheaterMaker, Theatererkrant Magazine, Ons Erfdeel, Boekman. Auteur de podcasts, il aime expérimenter les nouveaux médias. Culture Press est l'enfant que j'ai mis au monde en 2009. Partenaire de vie de Suzanne Brink Colocataire d'Edje, Fonzie et Rufus. Cherche et trouve-moi sur Mastodon.Voir les messages de l'auteur

Adhésion privée (mois)
5 / Maand
Pour les personnes physiques et les travailleurs indépendants.
Pas de bannières gênantes
Une lettre d'information spéciale
Propre compte mastodonte
Accès à nos archives
Petite adhésion (mois)
18 / Maand
Pour les institutions culturelles dont le chiffre d'affaires/subvention est inférieur à 250 000 € par an.
Pas de bannières gênantes
Un bulletin d'information premium
Tous nos podcasts
Ton propre compte Mastodon
Accès aux archives
Publie toi-même des communiqués de presse
Une attention particulière dans la couverture médiatique
Adhésion importante (mois)
36 / Maand
Pour les institutions culturelles dont le chiffre d'affaires/subvention est supérieur à 250 000 € par an.
Pas de bannières gênantes
Une lettre d'information spéciale
Ton propre compte Mastodon
Accès aux archives
Partager les communiqués de presse avec notre public
Une attention particulière dans la couverture médiatique
Bulletin d'information Premium (substack)
5 abonnements d'essai
Tous nos podcasts

Les paiements sont effectués via iDeal, Paypal, carte de crédit, Bancontact ou prélèvement automatique. Si tu préfères payer manuellement, sur la base d'une facture établie à l'avance, nous facturons des frais administratifs de 10€

*Uniquement pour l'adhésion annuelle ou après 12 paiements mensuels

fr_FRFrançais