Aller au contenu

Le Fonds pour les arts du spectacle réduit les subventions pour la danse. Pas assez, selon certains.

Le Fonds pour les arts de la scène a annoncé les récompenses pour la période 2017-2020. Qu'est-ce que cela signifie pour le secteur de la danse ? Pluralisme et "saignement à travers".

Alors que tout le monde est en vacances, le Performing Arts Fund a annoncé les subventions accordées aux arts du spectacle pour la période 2017-2020. Et on l'a répété : le fonds est confronté à une réduction budgétaire de 30 % initiée précédemment. Cela pourrait signifier subventionner moins de compagnies, mais le fonds ne le souhaite pas. Il choisit délibérément de garder plus d'entreprises en leur allouant moins. Cela ne plaît pas à tout le monde.

Vieillissement

La danse vieillit. Lors de nombreuses représentations, le public est majoritairement composé de personnes âgées. Tout comme à l'église. Pourtant, il existe de nouvelles initiatives qui attirent un public nombreux, jeune et culturellement diversifié, tant à l'église que dans la danse. La question posée au fonds était la suivante : comment stimules-tu ces initiatives et comment prévois-tu l'avenir des publics de la danse ?

La réponse est simple : en mettant l'accent sur le pluralisme et la diversité.

Pour le Performing Arts Fund, le pluralisme est "crucial pour l'attrait et la vitalité des arts du spectacle". La directrice Henriëtte Post voit un nouvel élan dans le secteur, une bonne "circulation sanguine" nécessaire pour rester pertinent dans une société qui est aussi en constante évolution. Cette perspective se traduit par quelques nouveaux venus notables sur le marché des subventions.

Qui sont les nouveaux venus ?

Par exemple, l'allocation à Une autre sorte de bleu de David Middendorp, qui crée des spectacles à l'intersection de la danse et de la technologie. La performance "Blue Technology" a remporté un énorme succès aux États-Unis, entre autres, à l'occasion de l'exposition "Blue Technology". Le talent de l'Amérique. Et au Royaume-Uni, il a obtenu un énorme succès dans l'émission de télévision. Britain's Got Talent. Une autre sorte de bleu fait vibrer intelligemment et de façon convaincante le public de masse.

Il s'agit également urbain-Festival de danse Danse d'été pour toujours par son fondateur John Agesilas, entre autres, attire un public jeune et diversifié et constitue désormais une scène sérieuse pour le monde international du hip-hop et du breakdance. Par ailleurs, la Surinamo-Néerlandaise Alida Dors peut faire parler d'elle avec son vocabulaire hip-hop dans Backbone, grâce en partie à une récente récompense du Fonds d'Amsterdam pour les Arts. Enfin, il y a De Dansers, qui associe la danse moderne contemporaine et la musique pop en direct dans le genre de la danse pour les jeunes.

Donc quatre demandes sous un angle différent qui obtiendront un fiat du Fonds pour les quatre prochaines années. Avec une sorte de Si tu penses que tu peux danser-insert (aujourd'hui complètement effondré sur le tube néerlandais) : des spectacles dynamiques destinés à un public jeune et culturellement diversifié. Il en va de même pour l'exemple brillant en matière de demandes de subventions : le urbain la compagnie de danse ISH de Marco Gerris et Vevi van der Vliet. Ceux-ci obtiennent toujours de bons résultats et entreprennent de nombreux projets. des initiatives passionnantes.

Rejets notables

En revanche, le rejet de la demande de l'Internationaal Danstheater est frappant. Cette compagnie a un public fidèle, a également un profil clair de ce public, et apporte de nombreuses représentations, surtout dans la région, avec des spectacles basés sur la danse de tous les continents. Pourtant, cette compagnie âgée de cinquante-cinq ans doit vraiment mourir maintenant, surtout aussi parce que le Fonds d'Amsterdam pour les Arts (voir leur récompenses ici) n'a donné aucune réponse.

Sophie Lambo, directrice générale, le voit avec tristesse, d'autant plus que l'entreprise s'est battue au cours des quatre dernières années pour supporter un changement radical et se lancer dans un nouveau développement avec des ressources limitées. Si l'argent avait coulé à flots sur les plinthes du fonds, leur demande aurait peut-être été acceptée, pense-t-elle. Maintenant, la compagnie risque d'annuler quelque quatre-vingts représentations dans les théâtres à partir de janvier 2017. Reste à savoir comment et si ces places seront comblées, car avec la perte de l'International Dance Theatre, c'est aussi une généreuse portion de la région qui est en moins. Une mauvaise compréhension des fonds, selon Lambo.

L'éloquence artistique

Cependant, l'éloquence est importante et elle a fait défaut, selon le comité. Et l'éloquence est une raison de donner de l'argent à WArd/waRD, la compagnie néerlando-flamande de la chorégraphe Ann Van den Broek, bien que cette demande fasse trembler. Le Fonds estime que l'esprit d'entreprise de Ward/waRD est "faible" et que l'organisation "dépend relativement fortement des subventions". De plus, WArd/waRD s'installe à Rotterdam en 2016, ce qui n'est pas vraiment un endroit où l'on est frileux en matière de danse moderne. Mais Ann Van den Broek est "une artiste exceptionnelle [...] avec des performances fortes et originales". Elle obtient donc une subvention.

Il en va de même pour des noms plus établis, à l'éloquence (relativement) sûre. Comme Conny Janssen Danst, NBprojects, ICKamsterdam, Club Guy & Roni. Et Project Sally. Cette compagnie qui "veut servir tout le monde avec une bonne dose de danse moderne" joue dans la région Sud avec l'aide de la municipalité de Maastricht et de la province du Limbourg. Elle peut continuer à le faire grâce à l'argent du Fonds pour les arts du spectacle. L'un des directeurs de Project Sally est conseiller du Fonds et maintenant directeur de Nederlandse Dansdagen. Cependant, le Fonds affirme qu'il n'évalue pas les réputations, mais les projets.

D'autres grands noms voient donc malheureusement leur candidature refusée : Korzo, LeineRoebana, Dansmakers Amsterdam et Danstheater Aya. Ils devront se contenter d'autres sources de financement.

terme actuel rien a obtenu la période actuelle
période suivante rien n'obtiendra rien à la prochaine période
   
Liquide Maison de la performance Veem
Fondation Ballet van Leth T.r.a.s.h.
Théâtre de danse international LeineRoebana
Festival de danse de Hollande Korzo
LesDDDD Dancemakers Amsterdam
  Festival de danse de l'Inde
  Festival CaDance
  Théâtre de danse AYA
   
nouveaux arrivants a obtenu la période actuelle
  sera disponible à la prochaine période
   
Danse d'été pour toujours WArd/waRD
Les danseurs Fondation du projet Sally
Dorsale Projets NB
Une autre sorte de bleu Théâtre et danse Maas
  ISH
  ICKamsterdam
  Conny Janssen Danst
  Club Guy & Roni

Mais ce n'est pas tout.

Il y a trop peu de travail dans la danse

L'emploi est cependant un problème. Il aurait été préférable de dissoudre davantage d'entreprises et d'offrir plus d'argent à celles qui restent, affirme Berend Dikkers, chef d'entreprise de la Dutch Don't Dance Division. C'est à lui qu'il est revenu article du 1er août sur Culture Press sur le nom de la position de revenu des artistes. Il est également de plus en plus difficile pour les compagnies de danse d'attirer des danseurs. Pour beaucoup, il n'y a pas d'argent pour des contrats collectifs permanents et l'embauche d'indépendants devient difficile à cause des nouveaux modèles de contrats. Quelque chose que le NAPK (Association néerlandaise pour les arts du spectacle) avait déjà tiré la sonnette d'alarme.

[Tweet "Il y a trop de cours : 'C'est former des danseurs à l'aide sociale'"].

Aujourd'hui, 180 étudiants en danse sortent chaque année de l'université, dont seulement 4% ont une chance d'obtenir un emploi dans le domaine de la danse aux Pays-Bas. C'est former des danseurs pour l'aide sociale, dit Dikkers. Et prouve-lui qu'il a tort.

Pour l'instant, il y a trop d'offre de danse (de qualité). Dans un monde idéal, tu allouerais plus d'argent à chaque compagnie afin que tous ces diplômés en danse obtiennent un emploi et un salaire raisonnable. Cependant, le Performing Arts Fund doit se débrouiller avec moins et veut garantir la pluriformité tant désirée pour tout le monde avec moins d'argent. (La bonne nouvelle, c'est que la danse reçoit effectivement plus que pendant la période 2013-2016 : désormais 5 289 775 € contre 4 434 150 €).

Au fait, quelle est la diversité du fonds lui-même ?

Le Fonds pour les arts du spectacle veut être prudent et transparent dans ses évaluations et ses décisions. C'est pourquoi tu trouveras toutes les demandes et les évaluations soigneusement affichées sur son site Web. Ils sont également honnêtes quant à leur propre diversité. Elle n'est pas très élevée sur tous les fronts, mais au moins, c'est quelque chose. Sur le grand nombre de consultants, 38 % sont des femmes, 8 % ont des antécédents (bi-)culturels non occidentaux et 17 % ont une expertise spécifique en matière de diversité culturelle.

Voici quelques conseillers ayant un lien avec la danse : Hildegard Draaijer (DOX), Dave Schwab (programmateur danse et performance Rotterdamse Schouwburg), Irene Start (journaliste Elsevier), Niels van der Steen ("a grandi en tant que fils d'un professeur de danse"), Jasper Weck (Theater de Veste à Delft), Liesbeth Wildschut (membre du jury danse du VSCD), Ronald Wintjens.

Voir le récompenses ici.

Et enfin, la solidarité. Un message d'Amsterdam.

prix de la danse

 

Ruben Brugman

écrire l'ex-danseurVoir les messages de l'auteur

Adhésion privée (mois)
5€ / Maand
Pour les personnes physiques et les travailleurs indépendants.
Pas de bannières gênantes
Une lettre d'information spéciale
Propre compte mastodonte
Accès à nos archives
Petite adhésion (mois)
18€ / Maand
Pour les institutions culturelles dont le chiffre d'affaires/subvention est inférieur à 250 000 € par an.
Pas de bannières gênantes
Un bulletin d'information premium
Tous nos podcasts
Ton propre compte Mastodon
Accès aux archives
Publie toi-même des communiqués de presse
Une attention particulière dans la couverture médiatique
Adhésion importante (mois)
36€ / Maand
Pour les institutions culturelles dont le chiffre d'affaires/subvention est supérieur à 250 000 € par an.
Pas de bannières gênantes
Une lettre d'information spéciale
Ton propre compte Mastodon
Accès aux archives
Partager les communiqués de presse avec notre public
Une attention particulière dans la couverture médiatique
Bulletin d'information Premium (substack)
5 abonnements d'essai
Tous nos podcasts

Les paiements sont effectués via iDeal, Paypal, carte de crédit, Bancontact ou prélèvement automatique. Si tu préfères payer manuellement, sur la base d'une facture établie à l'avance, nous facturons des frais administratifs de 10€

*Uniquement pour l'adhésion annuelle ou après 12 paiements mensuels

fr_FRFrançais