Aller au contenu

AFFR : un vrai festival du film de Rotterdam avec une mission

'L'architecture a toujours été considérée comme une réflexion après coup. Je la vois comme une chose nécessaire, pas comme un supplément. Tu vois maintenant, par exemple, que les technocrates ont pris le pouvoir. Ils trouvent une solution technique à tout. Ils peuvent faire des bâtiments bien isolés, qui utilisent la géothermie : c'est maintenant le travail des constructeurs. Mais tous ces techniciens oublient qu'en fin de compte, ce sont les gens qui comptent. Les gens aspirent à la beauté, à un abri, à un souvenir.'

C'est Jord den Hollander, conservateur et fondateur du Festival du film d'architecture de Rotterdam, qui prend la parole. Cet architecte tout aussi inspiré et flamboyant a lancé son festival lorsque Rotterdam était la capitale culturelle de l'Europe, en l'an 2001. C'est devenu un festival biennal, mais à partir de cette année 2018, il deviendra un phénomène annuel. Apparemment, non seulement il suscite suffisamment d'enthousiasme, mais il y a aussi beaucoup de films produits qui correspondent à un tel festival. Des films mettant en scène des architectes, ou leur travail.

La folie des grandeurs

Le vendredi que je vais regarder, je tombe à la renverse. Un documentaire sur le nouveau bâtiment du Metropolitan Opera de New York montre bien comment l'art, le documentaire, l'architecture et l'intérêt humain peuvent coïncider. Le documentaire n'attire pas un public énorme vers midi en ce vendredi d'octobre exceptionnellement chaud, mais ce qui est là est pleinement vivant. Les occasions ne manquent pas. Emouvant, par exemple, est le portrait de l'ouvreur, qui a jadis débuté dans la chorale des garçons. Il a du mal à dire au revoir à ce vieux bâtiment délabré. Le chanteur d'opéra noir qui a eu le privilège de chanter lors de l'inauguration du nouveau bâtiment est désarmant.

Déconcertant est le processus de construction, et cela provoque beaucoup de reconnaissance dans la salle. Nous voyons, bien sûr, les architectes et les directeurs commencer par quelque chose de grand qui s'accroche avec des illusions de grandeur et des compromis. Le documentaore montre le werdegang dégrisant de la conception, qui commence comme une esquisse mégalomaniaque d'un bâtiment qui relègue Saint-Pierre de Rome à une église de village, jusqu'au complexe de boîtes modernistes encore grandiose qui forme aujourd'hui le Lincoln Center.

Prix des maisons

À l'extérieur de la salle, c'est l'heure du déjeuner au Lantaren Venster. À gauche de la terrasse du complexe cinématographique sur le Kop van Zuid de Rotterdam, une forêt flotte dans de vieilles bouées de mer. À droite, une intervention architecturale relie l'ancien quartier de putes et de marins de Katendrecht à l'hôtel New York. L'embourgeoisement a maintenant franchi ce pont. Même dans ce vieux Rotterdam, les prix des maisons s'envolent aujourd'hui. Juste en face du cinéma, des bâtiments de bétail ont été transformés en appartements de luxe avec d'immenses balcons ensoleillés et un prix de 5 tonnes.

Il n'y a pas de meilleur endroit qu'ici pour le festival du film d'architecture. Rotterdam, c'est l'architecture. Les Rotterdamois chérissent les morceaux de la ville d'avant-guerre qui ont survécu aux bombardements allemands, mais ils sont encore plus fiers des nouveaux bâtiments qui ont vu le jour après la guerre. Les expériences en matière de logement, comme les appartements entre Schouwburgplein et Lijnbaan, Lijnbaan lui-même, le nouvel ajout maintenant appelé 'Koopgoot', la Halle du Marché, les gratte-ciel sur Kop van Zuid, la Gare Centrale.

Abri

Ce vendredi, je vois un autre merveilleux documentaire : "Shelter". Il traite des différentes façons dont les gens essaient de se faire un toit dans un monde en mutation. L'histoire d'un nouveau kit de construction pour un baraquement de réfugiés est superbe, mais aussi très confrontante. Nous voyons comment il est conçu, et comment il fait l'objet d'une exposition très esthétique au MOMA. Entre les deux, nous voyons un réfugié syrien, un gentleman distingué d'âge moyen, qui nourrit sa collection de costumes trois pièces apportée à la hâte dans ce même abri, mais dans un immense camp de réfugiés près de la frontière syrienne. Il s'avère qu'au moins aussi important qu'un toit, c'est le costume dans lequel vous vivez.

De beaux vêtements et des cadres frappants, voilà qui détermine aussi une grande partie de l'identité du public du festival, qui devient de plus en plus nombreux et diversifié au fur et à mesure que la journée avance. L'AIFF n'est pas un festival folklorique, dirons-nous. En effet, j'ai failli renverser deux architectes de haut niveau en me rendant aux toilettes. L'AIFF est unique au monde, et c'est pourquoi il accueille des architectes et des passionnés de tous les horizons.

Amis architectes

Eugene Franken et Xander Arets sont venus respectivement d'Arnhem et d'Eindhoven pour s'immerger dans le festival. Arets : "Je suis déjà venu à ce festival, mais c'est la première année que j'y vais pour plusieurs jours. J'ai réservé un hôtel et maintenant je vais regarder beaucoup de films. Et puis, l'un après l'autre, mes amis architectes passeront. Eugène aujourd'hui, un ami allemand vient ce soir.'

Arets est lui-même architecte. Au festival, il recherche surtout des films sur des collègues étrangers. Cela permet de voir plus large. L'architecture est un très beau métier, mais souvent, tu ne t'occupes que d'une partie très limitée du monde. Moi-même, je fais beaucoup de rénovations, donc de réutilisation. Je m'occupe de transformer d'anciens bâtiments en de nouvelles fonctions. C'est là que j'acquiers de nouvelles connaissances.' Son ami Eugène ajoute : " Tu peux faire du binge-watching à la maison, mais ici, cela se fait naturellement. L'architecture est aussi une culture visuelle, bien sûr. Tu peux faire beaucoup de choses avec ça.

Instructif

Ils apprécient particulièrement l'introduction d'un collègue expert ou d'un scientifique qui précède chaque film. 'Nous venons de regarder un film avec une très belle introduction. Ce film portait sur l'architecture moderne en Afrique. Alors c'est bien d'avoir des informations de fond sur ce sujet de la part de quelqu'un qui s'y connaît. Nous irons bientôt en Afrique pour voir l'architecture moderne, c'est pourquoi nous avons choisi ce film.'

Arets : 'Cette histoire portait sur l'architecture occidentale des années 1950 en Afrique. Donc des bâtiments occidentaux typiques : beaucoup de bâtiments gouvernementaux, de banques et de grands immeubles résidentiels.'

Franken : "C'est agréable de voir à quel point ces bâtiments ressemblent à ceux dans lesquels nous avons étudié, à Delft et à Eindhoven. Ces bâtiments brutalistes et modernistes. Ils ont été copiés à l'identique. Cela ne te sert à rien pour ton métier, bien sûr, mais cela fait de belles associations. Et bien sûr, tu sauvegardes des choses, tu collectes des informations, mais ensuite, je ne sais pas exactement ce que j'en fais.'

Social

Arets : "Le dernier film parlait d'un village minier construit par une société suédoise au Libéria. Vraiment juste l'idée suédoise de : "nous allons construire le village idéal ici". Très noble, mais quand la mine a été épuisée, tout le monde est parti. Aujourd'hui, le village idéal n'est plus qu'une ruine. Mais à l'époque, c'était un morceau d'idéalisme occidental sur l'Afrique.' Franken : 'Mais encore une fois, il s'agissait plus d'un problème social que d'architecture.' Xander Arets n'est pas d'accord : "L'architecture est aussi sociale, n'est-ce pas ?

Plus loin, sur la terrasse ensoleillée, est assis David Young. Il est là pour la deuxième fois et s'intéresse surtout à l'aspect social. 'Je m'intéresse au cinéma, mais aussi à l'architecture. Surtout l'architecture moderne. J'ai créé un petit club en tant que guide pour les touristes à Rotterdam. L'architecture de Rotterdam est fantastique, bien sûr. Je ne suis pas vraiment un connaisseur, plutôt un passionné. Lors de ce festival, j'ai la chance d'apprendre quelque chose. En particulier, comment les architectes pensent et voient le monde. Je m'intéresse de toute façon aux personnes créatives. Moi-même, je ne suis pas du tout une personne créative. Je n'ai malheureusement aucun talent.

Enseignant

Evie Penders (école d'art, étudiant en illustration), manifestement créative, a été amenée au festival par son compagnon Joost. Pourquoi ?

Joost : 'Juste parce que c'est sympa d'aller voir un film ensemble'. Mais à un film d'architecture. L'artiste visuel en formation le reconnaît, mais : "Ce n'était pas la raison principale. Le film avait l'air intéressant. Et il se trouve que je fais aussi une mineure qui a un peu à voir avec l'espace public et l'espace privé. C'est par l'intermédiaire d'un professeur de cette mineure que nous avons été informés de l'existence de ce festival. J'ai donc commencé à regarder l'ensemble du programme et j'ai fait un choix.'

Joost ne se considère pas comme un mordu d'architecture, et Evie non plus : "Ce film ne portait pas non plus sur l'architecture en soi, mais plutôt sur ce qu'est la "maison" pour les gens et sur la façon dont les gens peuvent établir une communauté ou un cadre de vie dans certains endroits, que ce soit par nécessité ou volontairement. Je ne suis pas non plus ici spécifiquement parce que je veux voir certains architectes, je dois l'admettre. Je pense que nous allons plutôt vers des films qui s'en écartent un peu. Qui utilisent l'architecture comme une sorte d'outil pour l'art ou qui offrent certaines perspectives, autres que standard.'

Le bonheur

Dirk et Irma sont ici avec des amis allemands. Irma, elle-même ingénieure en structure mais qui travaille maintenant ailleurs, ne vient pas forcément pour les bâtiments non plus : "Je suis ici pour regarder à nouveau l'esthétique de la vie. Avant, je fréquentais plutôt des experts en construction et des architectes, mais plus maintenant. Alors c'est le bon moment. Je viens surtout pour les films. Nous venons de voir "Mies on scene". Ce film portait davantage sur l'émotion et les composantes sociales du bâtiment que Mies von der Rohe a conçu pour Barcelone, plutôt que d'expliquer le fonctionnement de l'architecture". Dirk est lui-même architecte et a également été inspiré par le film sur l'architecte mondialement connu : "Un bâtiment en lui-même ne peut pas créer une expérience de bonheur. C'est ce que les gens avaient l'habitude de penser. Je pense que l'architecture ne détermine qu'une petite partie du bonheur.'

Architecture et bonheur. C'est le thème du festival de cette année. Le commissaire Jord den Hollander ne vit pas à Rotterdam, mais à Amsterdam, où il possède un grand appartement sur la rivière IJ. Il a cependant promis son cœur d'architecte à la Meuse.

Activiste

Lors d'un débat, pendant l'avant-première d'un film, avec le président de l'Union des architectes néerlandais, il a déclaré : "À Rotterdam, il y a quelque temps, vous pouviez vivre à un prix abordable. Aujourd'hui, les prix augmentent. Les pauvres ne peuvent plus vivre en ville. La ségrégation apparaît entre les riches et les pauvres, nous voyons des forces incontrôlables à l'œuvre. Je charge peut-être maintenant, mais nous ne sommes rien de plus qu'un pion dans le jeu. Nous pouvons négocier autant que nous voulons, mais les promoteurs immobiliers et les banquiers ne nous voient même pas debout. Nous devons redevenir des activistes.

Cette mentalité militante se reflète dans le programme, faisant du Festival du film d'architecture un festival bon non seulement pour les architectes et les constructeurs, mais aussi pour tous ceux qui s'intéressent au bonheur. L'année prochaine encore.

Wijbrand Schaap

Journaliste culturel depuis 1996. A travaillé comme critique de théâtre, chroniqueur et reporter pour Algemeen Dagblad, Utrechts Nieuwsblad, Rotterdams Dagblad, Parool et des journaux régionaux par l'intermédiaire d'Associated Press Services. Interviews pour TheaterMaker, Theatererkrant Magazine, Ons Erfdeel, Boekman. Auteur de podcasts, il aime expérimenter les nouveaux médias. Culture Press est l'enfant que j'ai mis au monde en 2009. Partenaire de vie de Suzanne Brink Colocataire d'Edje, Fonzie et Rufus. Cherche et trouve-moi sur Mastodon.Voir les messages de l'auteur

Adhésion privée (mois)
5€ / Maand
Pour les personnes physiques et les travailleurs indépendants.
Pas de bannières gênantes
Une lettre d'information spéciale
Propre compte mastodonte
Accès à nos archives
Petite adhésion (mois)
18€ / Maand
Pour les institutions culturelles dont le chiffre d'affaires/subvention est inférieur à 250 000 € par an.
Pas de bannières gênantes
Un bulletin d'information premium
Tous nos podcasts
Ton propre compte Mastodon
Accès aux archives
Publie toi-même des communiqués de presse
Une attention particulière dans la couverture médiatique
Adhésion importante (mois)
36€ / Maand
Pour les institutions culturelles dont le chiffre d'affaires/subvention est supérieur à 250 000 € par an.
Pas de bannières gênantes
Une lettre d'information spéciale
Ton propre compte Mastodon
Accès aux archives
Partager les communiqués de presse avec notre public
Une attention particulière dans la couverture médiatique
Bulletin d'information Premium (substack)
5 abonnements d'essai
Tous nos podcasts

Les paiements sont effectués via iDeal, Paypal, carte de crédit, Bancontact ou prélèvement automatique. Si tu préfères payer manuellement, sur la base d'une facture établie à l'avance, nous facturons des frais administratifs de 10€

*Uniquement pour l'adhésion annuelle ou après 12 paiements mensuels

fr_FRFrançais