Aller au contenu

'La fantaisie est le bouchon sur lequel je flotte dans cette vie.' Comment le "photographe à scandale" Erwin Olaf est devenu un photographe de la royauté.

Les images qu'il a en tête sont toujours très fortes, même s'il ne sait pas à l'avance ce qu'elles signifient. Le photographe Erwin Olaf travaille de manière intuitive et ne voit qu'après coup le sens de ses séries de photos. Comme Palm SpringsLe Musée de la photographie de La Haye présente depuis ce week-end ses nouvelles œuvres dans le cadre de la double exposition du Gemeentemuseum et du Fotomuseum à La Haye. 'Pour moi, la fantaisie est le bouchon sur lequel je flotte dans cette vie. Elle rend ma vie plus belle et plus grande.'

Échecs XVII (1988) ©Erwin Olaf

La rétrospective rend bien compte de l'évolution du travail d'Erwin Olaf. Il s'est fait connaître grâce à sa série de photos brisant les tabous et montrant des personnes nues entravées (Hommes d'échecs, 1987-1988) ou des pin-ups âgées (Mature1999), au cours du nouveau millénaire, son travail est devenu plus discret, avec des séries telles que Griefs (2007), sur le deuil et la solitude. De "photographe de scandale", il est devenu un photographe d'art arrivé, ayant eu l'honneur de prendre les portraits d'état de la famille royale l'année dernière.

Regarde-moi

Le travail de ces premières années, toujours impressionnant à voir, suscite un sourire chez son créateur. 'Je repense à ces travaux plus anciens avec douceur, ils me donnent parfois une boule dans la gorge', dit Olaf. 'Quel homme en difficulté j'étais à l'époque. Je vois beaucoup d'agressivité, j'ai fait beaucoup pour attirer l'attention. C'est moi, écoutez-moi, regardez-moi. Mes photos pourraient en être accablantes. Les hommes entre trente et quarante ans sont tous désireux de s'asseoir au sommet du rocher du singe ou d'y grimper. Je sentais que je devais énormément faire mes preuves. Parce que j'étais gay, parce que j'avais fait l'école de journalisme mais pas l'Académie Rietveld - ce n'est qu'à ce moment-là que l'on devient vraiment artiste - je n'étais pas du tout sûr de moi".

Il l'est toujours, avoue-t-il, mais à présent, cette incertitude l'étreint moins, car l'expérience a montré qu'il parvient toujours à laver ses cochons à la fin. 'Après mes quarante ans, cette passion pour les preuves s'est lentement calmée, et j'ai commencé à réaliser que mon opinion n'est pas forcément la plus importante, que je ne détiens pas la vérité. Cela a également entraîné un grand changement dans mon travail. J'ai commencé à photographier plus ouvertement, en laissant plus de place à l'interprétation du spectateur. Pourquoi devrais-je être au sommet de ce rocher de singe ? Pourquoi suis-je si génial ? J'ai appris à mettre les choses en perspective.'

Palm Springs, " La visite de la famille " (2018) ©Erwin Olaf

Critique sur le plan social

À l'aube de ses 60 ans, Olaf se sent comme un homme plus âgé, tant physiquement que mentalement - et il ne trouve pas cela désagréable. En raison de son emphysème pulmonaire, il doit peut-être se ménager, mais il lui arrive encore de se démener, comme pour la série... Palm Springs, qu'il a réalisée à l'automne dernier et qui est exposée pour la première fois lors de la rétrospective.

Comme toujours, l'œuvre se révèle socialement critique à la bonne écoute. Ses photographies, où chaque détail a été pensé et où tout est exactement à sa place, racontent une histoire qui ne se dévoile souvent que lorsqu'on y regarde de plus près. Pour lui aussi, d'ailleurs. D'habitude, Olaf ne voit qu'après coup ce qu'une image signifie, dit-il. 'Grâce à l'un des modèles, une belle femme âgée à la silhouette épanouie et aux cheveux gris, j'ai reçu l'image d'une tante dans une situation délicate avec sa nièce de 14 ans. Elle devait porter un pull en mohair vert, j'ai eu l'impression, et elle devait être catholique, donc elle a reçu une croix en or. Aucune idée de la raison - jusqu'à ce que, peu de temps après, je relise soudain le reportage selon lequel, en Pennsylvanie, des prêtres faisaient porter des croix en or à leurs victimes d'abus depuis quelques décennies, afin que leurs collègues puissent reconnaître les enfants susceptibles d'être victimes d'abus sexuels. Tout d'un coup, j'ai eu mon histoire.

Décroissance

La photo sur laquelle Olaf se tient au bord de la piscine, avec un jeune homme en maillot de bain dans l'eau, rend subtilement visible l'éphémère : l'âge qui avance irrémédiablement, l'herbe qui jaunit - et contient donc aussi une allusion à la question du climat. 'Le cerf-volant', une photo d'une mère afro-américaine pique-niquant avec sa fille près d'un parc éolien, s'est avéré être une autre merveilleuse représentation du thème du racisme. Olaf : "Accroché à l'arbre, il y avait un cerf-volant cassé avec un drapeau américain dessus. J'ai demandé à la fille si elle voulait regarder ce cerf-volant avec la main sur les yeux. J'ai commencé à cliquer et soudain je me suis dit : merde, maintenant on dirait qu'elle salue une tombe avec toutes ces croix blanches. Les Afro-Américains n'ont jamais été autorisés dans l'armée jusqu'à ce qu'il y ait une pénurie de viande de canon.

Ainsi, toute la série s'est révélée être Palm Springs sur la décadence de notre société, sur les abus sexuels et sur le racisme profondément ancré en chacun de nous - des sujets qui m'ont beaucoup occupée ces derniers temps. La discrimination est peut-être objectivement moins mauvaise qu'avant, mais elle est vécue comme plus intense parce qu'elle n'est en fait plus acceptable. Mais si je devais penser à faire une série de photos sur un tel sujet au préalable, cela échouerait.'

Berlin, " Freimaurer Loge Dahlem ", (2012) ©Erwin Olaf

Thérapeutique

Ainsi, son travail a inconsciemment un effet thérapeutique pour lui. En 2003, par exemple, j'ai eu Séparation J'ai fait de grands tirages de figures de mères et d'enfants en latex, qui symbolisaient la peau, la protection et, en même temps, une certaine inaccessibilité. Ces tirages iront au musée Groninger, et ce n'est que lorsque je me suis retrouvée seule dans mon studio et que j'ai regardé l'une de ces images - deux mains de femmes et un enfant qui s'avance vers elles et lève ses petites mains - que j'ai réalisé : il s'agit de moi et de maman. Même lorsque tu es tout petit et entouré de tout l'amour du monde, tu es en réalité profondément seul. Ce sentiment intense de solitude ne concerne pas seulement l'enfant, mais aussi la mère - même s'il s'agit de deux personnes qui s'aiment terriblement. Je fais quelque chose et ce n'est que plus tard que je vois ce que cela signifie. C'est ainsi que ce sujet a pris de l'importance pour moi.

Trou de serrure, "Trou de serrure 6" (2012) ©Erwin Olaf

Maison du Roi

Bien sûr, l'exposition présente également les magnifiques portraits de la famille royale, pour lesquels Olaf a reçu à juste titre beaucoup d'éloges l'année dernière. Alors que la reine Máxima rayonne d'énergie, la photo en gros plan du roi Willem-Alexander montre une vulnérabilité et une douceur émouvantes. Le fait qu'Olaf dessine la nouvelle pièce d'euro était déjà une grande surprise - "Je peux probablement faire un croquis, me suis-je dit" - mais qu'il ait l'honneur de représenter les membres de la famille royale était une chose à laquelle il ne s'attendait pas. Dans les pièces espagnoles Vanity FairIls avaient imprimé ma photo de la reine et de ses trois filles à côté d'une œuvre gratuite représentant un homme en érection et mon autoportrait datant de mes 30 ans, également en érection. Au-dessus, le titre : "Un photographe à scandale photographie la reine !". Bien sûr, le couple royal, la DRV et tous les autres conseillers savent ce que je faisais. Nous avons eu des réunions à ce sujet et avons finalement décidé : nous allons le faire. Je pense donc que c'est vraiment fantastique pour notre pays et notre famille royale.'

Bon à savoir Bon à savoir

La double exposition est visible au Gemeentemuseum et au Fotomuseum Den Haag jusqu'au 12 mai. Une grande exposition au Rijksmuseum suivra à partir du 2 juillet.

La presse culturelle fonctionne différemment. C'est toi qui décides de la valeur de cette histoire !

C'est bien que tu aies lu jusqu'ici. Tu lisais déjà à l'heure qu'il est histoires de cet auteur. Montre ton appréciation avec un petit don!

don
Faire un don

Pourquoi faire un don ?

Nous sommes convaincus qu'un bon journalisme d'investigation et des informations de fond expertes sont essentiels pour un secteur culturel sain. Souvent, les journaux et les autres médias, anciens et nouveaux, n'ont ni la place ni le temps pour cela. Culture Press veut offrir cet espace et ce temps, et nous voulons qu'il en soit ainsi pour tout le monde. Que tu sois riche ou pauvre. C'est pourquoi nous voulons que ce site reste gratuit autant que possible. Cela coûte de l'argent, beaucoup d'argent. Merci à dons Grâce à des lecteurs comme vous, nous pouvons continuer à exister et nous rendre compte de l'importance que les lecteurs nous accordent. De plus, nous pensons que c'est la meilleure façon possible de garder un journalisme indépendant. C'est ainsi que Culture Press existe depuis 2009 : grâce aux lecteurs qui s'approprient ainsi un peu ce lieu indispensable !

Tu peux aussi Devenir membreEt transforme ton don unique en un soutien durable !

Étiquettes:

A Quattro Mani

Le photographe Marc Brester et le journaliste Vivian de Gier savent lire et écrire l'un avec l'autre - littéralement. En tant que partenaires de crime, ils parcourent le monde pour divers médias, pour des critiques de la meilleure littérature et des entretiens personnels avec les écrivains qui comptent. En avance sur les troupes et au-delà de l'illusion du jour.Voir les messages de l'auteur

Adhésion privée (mois)
5 / Maand
Pour les personnes physiques et les travailleurs indépendants.
Pas de bannières gênantes
Une lettre d'information spéciale
Propre compte mastodonte
Accès à nos archives
Petite adhésion (mois)
18 / Maand
Pour les institutions culturelles dont le chiffre d'affaires/subvention est inférieur à 250 000 € par an.
Pas de bannières gênantes
Un bulletin d'information premium
Tous nos podcasts
Ton propre compte Mastodon
Accès aux archives
Publie toi-même des communiqués de presse
Une attention particulière dans la couverture médiatique
Adhésion importante (mois)
36 / Maand
Pour les institutions culturelles dont le chiffre d'affaires/subvention est supérieur à 250 000 € par an.
Pas de bannières gênantes
Une lettre d'information spéciale
Ton propre compte Mastodon
Accès aux archives
Partager les communiqués de presse avec notre public
Une attention particulière dans la couverture médiatique
Bulletin d'information Premium (substack)
5 abonnements d'essai
Tous nos podcasts

Les paiements sont effectués via iDeal, Paypal, carte de crédit, Bancontact ou prélèvement automatique. Si tu préfères payer manuellement, sur la base d'une facture établie à l'avance, nous facturons des frais administratifs de 10€

*Uniquement pour l'adhésion annuelle ou après 12 paiements mensuels

fr_FRFrançais