Aller au contenu

Joie de vivre et constriction glacée. L'Ensemble Modern interprète des premières mondiales saisissantes de compositrices pendant le mois de novembre de la musique.

L'Ensemble Modern présente en Musique de novembre des premières mondiales de la germano-néerlandaise Iris ter Schiphorst et de la turque Zeynep Gedizlioğlu. Et c'est une bonne nouvelle, car la femme compositrice reste trop souvent invisible, même en 2019. Dans les brochures de n'importe quel orchestre néerlandais, tu ne trouveras aucune, ou seulement une seule œuvre d'une femme. Sur les nouvelles Liste des cœurs et des âmes Sur Radio 4, tu peux choisir "parmi les 300 plus beaux morceaux jamais composés". Seuls deux d'entre eux, selon notre station classique nationale, n'ont pas été écrits par un homme.

Novembre La musique programme depuis longtemps beaucoup de musique de femmes. Par exemple, les compositrices Calliope Tsoupaki le désormais traditionnel Requiem de Bosch pour la prochaine édition. L'année dernière, cet honneur était revenu à Kate Moore. Les Requiems de 2016 et 2017 ont été écrits par Detlev Glanert et Antony Fiumara. Un rapport 50/50 bienveillant, en d'autres termes. Que l'Ensemble Modern applique également lors de son concert à . 8 novembre.

Aux côtés des premières mondiales de Ter Schiphorst et de Gedizlioğlu se trouvent le virtuose concerto pour piano de György Ligeti et le coloré. Scherben par Enno Poppe. Il est également le chef d'orchestre. Ligeti est assez bien connu ici, dans le pays. En 2018, le Muziekgebouw aan het IJ lui a même consacré un numéro de téléphone. festival complet à ce moderniste hongrois. Enno Poppe n'est pas non plus un inconnu. Mais les noms d'Iris ter Schiphorst et de Zeynep Gedizlioğlu ne te viendront pas immédiatement à l'esprit. Et c'est dommage, car toutes deux écrivent de la musique entraînante.

Iris ter Schiphorst : une musique pleine de joie de vivre

Comme son nom l'indique, Iris ter Schiphorst (1956) a des racines néerlandaises. Elle est la fille d'une pianiste allemande et d'un ingénieur néerlandais. Après avoir étudié le piano, elle s'est produite en tant que pianiste pendant quelque temps, mais à la recherche de nouveaux défis, elle a commencé à voyager à travers l'Europe et l'Afrique. De 1980 à 1986, elle joue de la basse et de la batterie dans des groupes de rock expérimental. Pendant ce temps, elle étudie la philosophie, le théâtre et les études culturelles et écrit ses premières pièces de théâtre.

En 1990, elle fonde l'ensemble électroacoustique Intrors, dans lequel elle joue elle-même du piano, du synthétiseur et de l'échantillonneur. Six ans plus tard, elle forme un duo avec Helmuth Oehring. Ils ont exploré les interfaces entre le langage et la musique dans des productions théâtrales telles que la pièce primée Les mouvements du silence et Der Ort ist nicht der Ort. En 1999, ils remportent un grand succès avec l'album entièrement composé en collaboration. Polaroïdsqui a été créé par l'Ensemble Modern. À partir du début du vingt-et-unième siècle, Ter Schiphorst se concentre à nouveau sur ses propres compositions.

Elle y lave nos oreilles avec des sons inattendus, brouillant les frontières entre musique électronique et acoustique. Ter Schiphorst crée une atmosphère presque industrielle enracinée dans le rock d'avant-garde. Dans cette musique de grande ville pleine de sons abrasifs, obsédants, parfois rythmés par le piétinement, presque aucun instrument ne sonne "naturel". En même temps, on entend les voix mystérieuses du groupe. À partir de là, elle tisse des compositions organiques et poétiques qui t'entraînent irrémédiablement dans l'histoire et dégagent une énorme joie de jouer et de vivre.

Vision du monde oppressive

Ter Schiphorst aborde aussi parfois des thèmes sociaux. Par exemple, dans Zerstören (2006) sur l'attaque des tours jumelles. Selon elle, cela a conduit à la montée d'une nouvelle forme d'irrationalité, qui a fait revenir la politique à la violence primitive. Dans le même temps, diverses religions se sont érigées en gardiennes de normes et de valeurs archaïques. Surtout pour les femmes, une "évolution fatale et effrayante". Les musiciens jouent - amplifiés électroniquement - des bruits sonores, qui doivent sonner aussi "sales que possible". Elle crée ainsi une vision du monde oppressive par des moyens musicaux.

En 2017, elle a écrit ce qui suit . L'imaginaire selon Lacan pour soprano, orchestre et électronique en direct. La chanteuse interprète deux rôles : une femme arabe et une femme européenne. Elle récite des extraits de poésie arabe classique, tantôt vêtue d'arabe, tantôt d'une tenue européenne. Le matériel musical est souvent répété mot pour mot, mais prononcé sous une autre forme. Ter Schiphorst nous tend ainsi un miroir. Sommes-nous indépendants dans notre jugement ou sommes-nous guidés par des préjugés ?

Zeynep Gedizlioğlu : des gestes puissants

Zeynep Gedizlioğlu est née à Izmir en 1977 et a étudié la composition avec Cengiz Tanc à Istanbul. Elle s'est ensuite installée en Europe. Là, elle prend des cours de composition avec Theo Brandmüller à Sarrebruck, Ivan Fedele à Strasbourg et Wolfgang Rihm à Karlsruhe. Elle a remporté plusieurs prix et a participé aux célèbres cours d'été pour la nouvelle musique à Darmstadt. Elle a également étudié la musique électronique à l'IRCAM à Paris. Elle vit en Allemagne depuis la fin de l'année 2001.

Le travail de Gedizlioğlu a une forte spatialité et utilise des gestes puissants. Souvent, le matériel musical est très contrasté. Par exemple, de longues lignes étirées sont entrecoupées d'éruptions soudaines qui jaillissent de nulle part. L'immobilité et l'activité furieuse alternent, et elle inverse régulièrement les rôles des différents instruments.

Les ténèbres

Tout comme Ter Schiphorst, Gedizlioğlu réfléchit parfois sur des sujets d'actualité. En 2007, elle a composé son deuxième quatuor à cordes, Susma ("ne vous taisez pas") pour le quatuor Arditti. Elle est dédiée au journaliste arméno-turc Hrant Dink, qui a été assassiné plus tôt dans l'année. Les onsets féroces, les dissonances heurtées, les pizzicati qui claquent et les glissandi qui se faufilent créent une atmosphère inquiétante. De cette façon, elle rend le climat étouffant et l'absence croissante de liberté en Turquie presque physiquement palpables.

En 2014, elle a composé le tout aussi oppressant. Kelimeler ("mot-clé") pour Neue Vokalsolisten Stuttgart. Elle a été créée pendant la même période que les manifestations puissamment réprimées par Erdogan sur la place Taksim d'Istanbul. Gedizlioğlu a développé le morceau à partir du caractère de la langue turque, en choisissant des mots de noirceur et de détermination. Les cinq vocalistes poussent des cris glacés, fredonnent de méchantes notes aiguës et s'interrompent les uns les autres par des chuchotements mystérieux. La musique agitée et crue se glisse sous ta peau.

'Il n'y a pas de compromis entre l'obscurité et les ténèbres', disait-elle elle-même à ce sujet. 'Il n'y a pas de lumière ou d'obscurité blanche, juste une obscurité sombre. J'aime le fait qu'il n'y ait pas de compromis.'

Je me demande quel genre de monde Gedizlioğlu et Ter Schiphost nous présenteront dans leurs nouvelles pièces pour l'Ensemble Modern.

Bon à savoir Bon à savoir
A suivre le 8 novembre dans le cadre de la musique de novembre. Informations
Le concert peut également être écouté un jour plus tôt dans La maison de la musique à l'IJ

Thea Derks

Thea Derks a étudié l'anglais et la musicologie. En 1996, elle a terminé ses études de musicologie cum laude à l'université d'Amsterdam. Elle s'est spécialisée dans la musique contemporaine et a publié en 2014 la biographie 'Reinbert de Leeuw : man or melody', saluée par la critique. Quatre ans plus tard, elle a terminé 'Un bœuf sur le toit : la musique moderne dans le vogevlucht', qui s'adresse surtout aux profanes intéressés. Tu peux l'acheter ici : https://www.boekenbestellen.nl/boek/een-os-op-het-dak/9789012345675 En 2020, la 3e édition du Reinbertbio est parue,avec 2 chapitres supplémentaires décrivant la période 2014-2020. Ceux-ci sont également parus séparément sous le titre Final Chord.Voir les messages de l'auteur

Petites adhésions
175€ / 12 Maanden
Surtout pour les organisations dont le chiffre d'affaires ou la subvention est inférieur à 250 000 par an.
Pas de bannières gênantes
Un bulletin d'information premium
5 abonnements d'essai à la lettre d'information
Tous nos podcasts
Donne ton avis sur nos politiques
Connaître les finances de l'entreprise
Archives exclusives
Publie toi-même des communiqués de presse
Propre compte mastodonte sur notre instance
Nombreux membres
360€ / Jaar
Voor culturele organisaties
Pas de bannières gênantes
Un bulletin d'information premium
10 abonnements d'essai à la lettre d'information
Tous nos podcasts
Participe
Connaître les finances de l'entreprise
Archives exclusives
Publie toi-même des communiqués de presse
Propre compte mastodonte sur notre instance
Collaboration
Adhésion privée
50€ / Jaar
Pour les personnes physiques et les travailleurs indépendants.
Pas de bannières gênantes
Un bulletin d'information premium
Tous nos podcasts
Donne ton avis sur nos politiques
Connaître les finances de l'entreprise
Archives exclusives
Propre compte mastodonte sur notre instance
fr_FRFrançais