Aller au contenu

Deelder est mort. Nadeche Pyka vit. Pourquoi les gens disent des choses est le meilleur festival littéraire des Pays-Bas.

Jules Deelder m'a inculqué l'amour de la poésie. Il était là quand j'avais besoin d'autre chose que des poèmes de grandes personnes qui ne parlaient pas de moi, en tant que punk en puissance. C'était il y a presque quarante ans maintenant. Il vient de mourir, et le paradis sera lui aussi très animé. 

Hier soir, alors que le maire de nuit de Rotterdam rendait vraisemblablement son dernier soupir, j'étais assis dans une salle remplie d'alto et de hipsters d'une vingtaine d'années, tous avides de réciter, de jeunes poètes. Des histoires avec du cœur, tout droit sorties de la rue.

Comment cela peut-il être dégrisant ? J'ai rarement vécu une soirée de poésie aussi animée que celle-ci, principalement parce que les poètes et le public étaient à peu près aussi sobres à la fin qu'au début. Ce n'était souvent pas le cas dans les années de Deelder.

Sucre de fourmis

Ok, nous sommes à Utrecht, une ville où la faculté de lettres n'a pas encore été supprimée et où quelque chose comme la Nuit de la Poésie existe depuis près de quarante ans. Mais ce programme au poppodium Ekko est différent. People Say Things, le programme de poésie/parole/hip-hop/rap du co-initiateur Teddy Tops, y a vécu sa cent quatorzième nuit et il était donc à nouveau plein. Les Zwolse B-Boys de Ness ont clôturé la soirée, un peu surpris par un public aussi attentif, qui n'a pas bavardé. 

Teddy Tops (Photo : Wijbrand Schaap)

C'était donc trop engageant en termes de contenu pour faire ce que vous faites normalement avec les groupes de scène. À Ekko, personne ne se tenait dos à la scène pour parler de football. Peut-être était-ce dû à l'ouverture avec Lev Avitan et Yasin Genç, qui ont apporté une combinaison surprenante de sons de guitare doux comme la fourmi et de poésie de rue brute. Mais c'est aussi grâce à Daniëlle Zawadi, qui a conquis la salle avec ses textes et sa présence impressionnante. Quel rock ! 

Successeur

Mais tout cela n'était rien comparé à Nadeche Pyka. Cheveux d'or, elle a le sens de la rue, elle va droit au cœur et elle est vulnérable là où il faut l'être. Cette jeune femme vient de la ville de Deelder et vous fait sentir d'où cette métropole de béton tire son estime de soi. Elle travaille sur un EP et ce n'est vraiment pas la dernière fois que nous verrons cette digne héritière de Deelder. 

People Say Things est un festival méconnu, mais il illustre tous les festivals littéraires que compte notre pays. Bien sûr, la récitation de poètes entrecoupée d'une mélodie et d'une interview de trois corps parlants derrière une table sont amusantes aussi, mais elles n'échappent jamais à la lourdeur à cause de laquelle ces festivals perdent tant de jeunes publics. Bien sûr, ce n'est pas la classe mondiale qui est ici, mais la spontanéité et le caractère direct de ce set à Ekko qui m'ont manqué pendant des années. 

Développement des talents

Le festival, qui a vu le jour à Nimègue et qui a également des éditions dans d'autres villes, et qui va même bientôt descendre aux Antilles, est un excellent exemple de développement spontané de talents. Il offre une scène aux personnes qui ont dépassé le Kunstbende et les slams de poésie. Ici, tout est permis : même la lourdeur un peu hermétique d'Arnoud Rigter ou les chansons plutôt douces du futur auteur-compositeur-interprète Vic Willems trouvent un public enthousiaste. 

People Say Things célèbre la langue, et combien il est agréable de la montrer dans tous les coins de la pièce. Le pays est peut-être au levain, mais la poésie est plus vivante que jamais. 

Bon à savoir Bon à savoir
People Say Things joue tous les derniers mercredis du mois à Ekko. Renseignements : https://www.facebook.com/MensenZeggenDingen/

 

J'apprécie cet article !

Tu es satisfait de cette histoire ? Montrez votre appréciation en faisant une petite contribution ! C'est ainsi que tu aideras à maintenir en vie le journalisme culturel indépendant. (Si tu ne vois pas de bouton ci-dessous, utilise ce lien : don!)

Faire un don en douceur
Faire un don

Pourquoi faire un don ?

Nous sommes convaincus qu'un bon journalisme d'investigation et des informations de fond expertes sont essentiels pour un secteur culturel sain. Il n'y a pas toujours l'espace et le temps pour cela. Culture Press veut fournir cet espace et ce temps, et les rendre accessibles à tous GRATUITEMENT ! Que tu sois riche ou pauvre. Merci à dons Grâce à des lecteurs comme toi, nous pouvons continuer à exister. C'est ainsi que Culture Press existe depuis 2009 !

Tu peux aussi Devenir membreEt transforme ton don unique en un soutien durable !

Wijbrand Schaap

Journaliste culturel depuis 1996. A travaillé comme critique de théâtre, chroniqueur et reporter pour Algemeen Dagblad, Utrechts Nieuwsblad, Rotterdams Dagblad, Parool et des journaux régionaux par l'intermédiaire d'Associated Press Services. Interviews pour TheaterMaker, Theatererkrant Magazine, Ons Erfdeel, Boekman. Auteur de podcasts, il aime expérimenter les nouveaux médias. Culture Press est l'enfant que j'ai mis au monde en 2009. Partenaire de vie de Suzanne Brink Colocataire d'Edje, Fonzie et Rufus. Cherche et trouve-moi sur Mastodon.Voir les messages de l'auteur

Adhésion privée (mois)
5 / Maand
Pour les personnes physiques et les travailleurs indépendants.
Pas de bannières gênantes
Une lettre d'information spéciale
Propre compte mastodonte
Accès à nos archives
Petite adhésion (mois)
18 / Maand
Pour les institutions culturelles dont le chiffre d'affaires/subvention est inférieur à 250 000 € par an.
Pas de bannières gênantes
Un bulletin d'information premium
Tous nos podcasts
Ton propre compte Mastodon
Accès aux archives
Publie toi-même des communiqués de presse
Une attention particulière dans la couverture médiatique
Adhésion importante (mois)
36 / Maand
Pour les institutions culturelles dont le chiffre d'affaires/subvention est supérieur à 250 000 € par an.
Pas de bannières gênantes
Une lettre d'information spéciale
Ton propre compte Mastodon
Accès aux archives
Partager les communiqués de presse avec notre public
Une attention particulière dans la couverture médiatique
Bulletin d'information Premium (substack)
5 abonnements d'essai
Tous nos podcasts

Les paiements sont effectués via iDeal, Paypal, carte de crédit, Bancontact ou prélèvement automatique. Si tu préfères payer manuellement, sur la base d'une facture établie à l'avance, nous facturons des frais administratifs de 10€

*Uniquement pour l'adhésion annuelle ou après 12 paiements mensuels

fr_FRFrançais