Aller au contenu

Cache les livres, si tu veux qu'il y ait des gens dans la bibliothèque. (Leçons de Manchester, épisode 2)

Un agent immobilier m'a confié un jour qu'une bibliothèque dans le salon permet d'économiser des milliers d'euros dans la valeur de revente d'une maison. Dans le sens négatif du terme. Ce fait fait toujours recette dans les soirées, et les amoureux des livres (mon réseau en est rempli) lui en veulent. Lors d'une visite de la bibliothèque centrale de Manchester, le bibliothécaire en chef nous a fièrement dit que le café de la bibliothèque rénovée et beaucoup plus accessible fonctionnait si bien parce qu'il n'y avait aucun livre à voir.

Je suis allée à Manchester et à Liverpool en février pour apprendre des choses. La curiosité m'a conduit, avec une vingtaine d'entrepreneurs et de managers du secteur culturel, dans la deuxième ville d'Angleterre. Près de 3 millions de personnes composent le Greater Manchester Area, une région urbaine semblable à notre Rijnmond : un "organisme public" dirigé par les travaillistes depuis des temps immémoriaux. 

Maître-autel

Par Gtosti - Travail personnel, CC BY-SA 3.0, https://commons.wikimedia.org/w/index.php?curid=5855901

La bibliothèque de Manchester, dans un panthéon de béton de 1934 qui, contrairement au Tardis de Dr Who, semble plus grand à l'extérieur qu'à l'intérieur, grâce à un truc astucieux avec le dôme, est un succès au moins depuis sa réouverture en 2014. Après une rénovation de quatre ans, 70 % du bâtiment est désormais ouvert au public, au lieu de 30 auparavant. Pièce de résistance, la salle d'étude sous le gigantesque dôme, où les études se font uniquement dans un silence serein. Le bureau de prêt, conçu comme un grand autel, n'est plus occupé. La salle est follement populaire auprès des écoliers, qui y trouvent le calme et la tranquillité qui font défaut dans le reste de cette ville trépidante et post-industrielle. En période d'examens scolaires, la salle est pleine à craquer.

Batterie d'entraînement, bibliothèque centrale de Manchester (photo : auteur)

À côté de la salle de lecture se trouve la médiathèque, avec une batterie d'entraînement. Héritage du technicien de batterie écrasé de Radiohead. De temps en temps, il y a des sessions de jam.

Musée juif

(Photo : Auteur)

Les livres ont déménagé au sous-sol. Pas de silence sanctifié ici, mais des voix d'enfants, même si elles restent britishly restrainted. La bibliothèque est un terrain de jeu idéal pour les (grands-)parents stressés, qui peuvent y laisser leurs enfants vagabonder librement. Les lecteurs s'y promènent, et les étagères sont remplies d'ouvrages dans plusieurs des 200 langues parlées à Manchester. Le rez-de-chaussée dispose d'un espace pour les boutiques pop-up et les expositions temporaires des institutions municipales, comme aujourd'hui le musée juif, qui se trouve dans une banlieue et qui est temporairement fermé.

Les visites ont considérablement augmenté, le bâtiment bourdonne de vie. Le prêt de livres n'est plus la tâche principale de la bibliothèque. La salle d'étude est pleine, le pop-up culture shop est sous les pieds d'une classe d'écoliers en uniforme. Dans la section, réservée aux entrepreneurs et aux start-ups, quelques vieillards minables font la sieste, derrière un exemplaire du Guardian. Manchester a également découvert que la bibliothèque devait être le salon de la ville. Elle y est parvenue dans un bâtiment ancien, et non avec une nouvelle construction, comme chez nous à Amersfoort, Groningue ou Tilburg, où les nouvelles constructions ont offert des opportunités sans précédent.

Manchester ne pouvait plus être fière de sa bibliothèque, lorsque la cathédrale de béton montrait principalement son propre dos, et le dos des livres à la population. L'investissement réalisé par le conseil municipal, non seulement pour restaurer le bâtiment, mais surtout pour le revitaliser, permet aux Mancuniens d'être à nouveau fiers du bâtiment, qui est désormais la toile de fond des festivals et des cérémonies de la ville. Il est une source d'inspiration.

Wijbrand Schaap

Journaliste culturel depuis 1996. A travaillé comme critique de théâtre, chroniqueur et reporter pour Algemeen Dagblad, Utrechts Nieuwsblad, Rotterdams Dagblad, Parool et des journaux régionaux par l'intermédiaire d'Associated Press Services. Interviews pour TheaterMaker, Theatererkrant Magazine, Ons Erfdeel, Boekman. Auteur de podcasts, il aime expérimenter les nouveaux médias. Culture Press est l'enfant que j'ai mis au monde en 2009. Partenaire de vie de Suzanne Brink Colocataire d'Edje, Fonzie et Rufus. Cherche et trouve-moi sur Mastodon.Voir les messages de l'auteur

Petites adhésions
175€ / 12 Maanden
Surtout pour les organisations dont le chiffre d'affaires ou la subvention est inférieur à 250 000 par an.
Pas de bannières gênantes
Un bulletin d'information premium
5 abonnements d'essai à la lettre d'information
Tous nos podcasts
Donne ton avis sur nos politiques
Connaître les finances de l'entreprise
Archives exclusives
Publie toi-même des communiqués de presse
Propre compte mastodonte sur notre instance
Cultureel Lidmaatschap
360€ / Jaar
Voor culturele organisaties
Pas de bannières gênantes
Un bulletin d'information premium
10 abonnements d'essai à la lettre d'information
Tous nos podcasts
Participe
Connaître les finances de l'entreprise
Archives exclusives
Publie toi-même des communiqués de presse
Propre compte mastodonte sur notre instance
Collaboration
Adhésion privée
50€ / Jaar
Pour les personnes physiques et les travailleurs indépendants.
Pas de bannières gênantes
Un bulletin d'information premium
Tous nos podcasts
Donne ton avis sur nos politiques
Connaître les finances de l'entreprise
Archives exclusives
Propre compte mastodonte sur notre instance
fr_FRFrançais