Aller au contenu

La BRI est morte, vive les marionnettes !

Commençons par la bonne nouvelle : De Staat est désormais un habitué des Pays-Bas. Nous parlons donc du groupe De Staat. Qui réalise aujourd'hui de fantastiques vidéos musicales. Ils sont passés d'une subvention de quatre ans avec le Fonds pour les arts du spectacle à une subvention de quatre ans selon l'Infrastructure culturelle de base (BIS). Avec 55 autres nouveaux venus. Le tout pesé par des experts, dont l'expertise est incontestée. Les subventions pour la musique pop, soit dit en passant, sont à mon avis de premier ordre. La Scandinavie est devenue grande grâce à elle.

Les membres de De Staat ont dû vendre leur âme pour obtenir leur place dans la BIS, car dans l'infrastructure de base, tu n'es plus un groupe, mais une institution. Un endroit auquel on donne de l'argent pour obtenir quelque chose dans notre culture, sans tenir compte des marionnettes. Si cela était arrivé aux Rolling Stones, Mick et Keith auraient pris leur retraite depuis longtemps. Le Conseil se félicite que le groupe se transforme maintenant en un collectif d'artistes.

Automne chaud

C'est tout à leur honneur, bien sûr, mais la décision du Conseil de la culture, qui a tiré le jeudi 4 juin le premier coup de feu de ce qui sera un automne long, chaud, et qui durera au moins un an et demi, montre bien où les choses tournent mal dans la politique artistique néerlandaise. Il était une fois, dans une galaxie très éloignée d'ici, après une vingtaine d'années de chamailleries, des gens avaient trouvé la solution aux chamailleries quadriennales appelée Kunstenplan. 

Avec une infrastructure culturelle de base, à partir de 2009, tout ce que font les Pays-Bas sera coulé dans du béton ou du cuivre. Plus besoin de se battre tous les quatre ans pour savoir quels artistes ont donné le meilleur d'eux-mêmes, mais simplement de déterminer si les "fonctions" sont toujours correctement remplies. Une fonction "grand théâtre", une fonction "musée", une fonction "petit théâtre", une fonction "institution de développement" et ainsi de suite, joliment réparties dans tout le pays. Ça ne paie pas de mine, mais ça marche. Du moins, c'est ce qu'on attendait, car la première année où le système a fonctionné, un homme du VVD ayant de bonnes relations dans les datchas russes a annoncé que 30 pour cent de l'argent devait sortir. Donc, par rapport à l'infrastructure de la circulation : chouette toutes ces autoroutes et ces places de circulation, mais on va arbitrairement rendre 30 pour cent à la nature, alors vois comment tu vas de A à B. Avec ton tracteur.

Trop de fonctions

Deux plans artistiques ont été élaborés depuis lors et il est maintenant officiellement clair que l'infrastructure de base telle qu'elle avait été conçue n'existe plus. Le Conseil a remis tellement de "fonctions" dans ce BIS qu'il ne reste plus grand-chose en dehors de celui-ci. Le renouvellement, l'éducation et la recherche, la distribution régionale et les inventions libres : tout est là-dedans, et c'est une grande question de savoir ce que les fonds, censés fournir cette flexibilité à côté du béton de la BRI, signifient encore. Pire encore, on en revient à la marionnette et aux évaluations individuelles. Comme pour The State, mais bien sûr, il s'agit de plus que cela.

Est-ce que c'est une mauvaise chose ? Je laisse cette question au lobby. Il est particulièrement regrettable qu'avec l'avis actuel, nous soyons revenus aux années 1980, lorsque l'État décidait de chaque centime de subvention par l'intermédiaire du Conseil, et que la politique avait plus d'influence que Thorbecke ne l'aurait souhaité.

L'histoire ne s'arrête pas là. La compagnie de danse Scapino est mise à la porte, au profit du Club Guy et Rony, basé à Groningue et intimement lié au Noord Nederlands Toneel. La raison n'est pas que Scapino ne serait pas bon, car le Conseil est enthousiaste à son sujet. La raison est qu'il fallait aussi quelque chose pour la danse à Groningue et que Scapino n'a donc pas été retenu. Peut-être avec la consolation que la compagnie de jeunes Maastd comble en partie cette lacune. 

Ouest

Pour les institutions de présentation, c'est un peu la même chose : parce qu'il n'y avait rien en Zélande, De Vleeshal à Middelburg s'est présenté à la BRI avec d'excellents projets, mais comme le nombre de places à la BRI pour les institutions de présentation est limité, West à La Haye s'est donc envolé. On s'achemine vers l'arbitraire. 

Il y a sans doute une stratégie derrière cette action "évaluation positive, mais pas de place" du Conseil : les clubs réputés avec un bon réseau vont faire du lobbying un peu partout et cela pourrait bien aboutir à ce que la Chambre basse débloque des fonds supplémentaires pour des clubs comme Scapino et West cet automne. Ou pour le Poetry International, qui n'est pas subventionné, car Rotterdam a été durement touchée par cet avis. Après tout : la maison de production rattachée à l'état de fusion du Théâtre Rotterdam, qui est en plein chaos, ne recevra pas d'argent non plus. Rotterdam devient ainsi la Groningue de la Hollande méridionale, car Groningue est devenue la Rotterdam du Nord. 

Musical

Voilà pour cette première tentative d'interprétation. Avec quelques postcombustions supplémentaires. J'accorde de bon cœur leur place à tous les nouveaux venus, et il sera passionnant de voir comment ils tiendront leur promesse à l'époque de Corona. C'est une perspective passionnante et plutôt agréable. Ce qui est aussi vraiment cool : ORKATER A UNE PLACE FIXE. Pendant des décennies, Orkater a été un gadget récurrent dans les débats autour des plans artistiques : trop grand pour la serviette, trop petit pour la nappe, une entreprise moyenne pour laquelle le Performing Arts Fund a presque été spécialement inventé. Maintenant, ils sont dans le BIS en tant qu'institution de développement et les Van Warmerdam doivent être crédités de cela avant de mourir. 

Le Conseil a aussi parfois ignoré l'avis des conseillers, comme dans le cas des Festivals. Ce n'est pas dit très clairement, mais les conseillers voulaient qu'Oerol soit retiré du BIS, probablement en faveur du boulevard des festivals, injustement non honoré. Ou plus de budget pour les festivals qui reçoivent maintenant vraiment trop peu. Le conseil en a décidé autrement. Oerol est trop grand pour faire faillite.

Potins

Soit dit en passant, la fonction de musique du monde est également morte au cours de la dernière décennie. Après la chute de la RASA, rien n'a pris sa place.

Nous avons également un autre potin amusant. Il était déjà clair que la comédie musicale aurait également droit à un article dans le BIS, et beaucoup soupçonnaient que cela signifierait le retour de l'illustre M-LAB, qui était autrefois une véritable innovation du genre. Ils ont également bien travaillé sur le développement des talents. M-Lab n'a pas réussi, mais un nouveau nom, qui, j'en suis sûr, fera également l'affaire. Le bon côté des choses, c'est qu'Albert Verlindes Stage Entertainment, qui a jadis fondé M-Lab puis lui a de nouveau tordu le cou en raison d'une trop forte concurrence en lui retirant son soutien, n'a désormais plus rien à dire sur le nouveau club pendant un certain temps.

Bien que tu saches qu'avec Joop Je n'en suis jamais tout à fait sûr.

Lis plus d'informations sur l'opinion ici :

Les conseils sont ici. Que se passera-t-il dans la culture subventionnée néerlandaise au cours des quatre prochaines années ?

Wijbrand Schaap

Journaliste culturel depuis 1996. A travaillé comme critique de théâtre, chroniqueur et reporter pour Algemeen Dagblad, Utrechts Nieuwsblad, Rotterdams Dagblad, Parool et des journaux régionaux par l'intermédiaire d'Associated Press Services. Interviews pour TheaterMaker, Theatererkrant Magazine, Ons Erfdeel, Boekman. Auteur de podcasts, il aime expérimenter les nouveaux médias. Culture Press est l'enfant que j'ai mis au monde en 2009. Partenaire de vie de Suzanne Brink Colocataire d'Edje, Fonzie et Rufus. Cherche et trouve-moi sur Mastodon.Voir les messages de l'auteur

Petites adhésions
175€ / 12 Maanden
Surtout pour les organisations dont le chiffre d'affaires ou la subvention est inférieur à 250 000 par an.
Pas de bannières gênantes
Un bulletin d'information premium
5 abonnements d'essai à la lettre d'information
Tous nos podcasts
Donne ton avis sur nos politiques
Connaître les finances de l'entreprise
Archives exclusives
Publie toi-même des communiqués de presse
Propre compte mastodonte sur notre instance
Nombreux membres
360€ / Jaar
Voor culturele organisaties
Pas de bannières gênantes
Un bulletin d'information premium
10 abonnements d'essai à la lettre d'information
Tous nos podcasts
Participe
Connaître les finances de l'entreprise
Archives exclusives
Publie toi-même des communiqués de presse
Propre compte mastodonte sur notre instance
Collaboration
Adhésion privée
50€ / Jaar
Pour les personnes physiques et les travailleurs indépendants.
Pas de bannières gênantes
Un bulletin d'information premium
Tous nos podcasts
Donne ton avis sur nos politiques
Connaître les finances de l'entreprise
Archives exclusives
Propre compte mastodonte sur notre instance
fr_FRFrançais