Aller au contenu

Cher Hans Teeuwen, l'art n'a rien à craindre des hommes ennuyeux.

C'est une excellente chose qu'il y ait des humoristes qui prennent le pouls de la société. Hans Teeuwen, par exemple, s'est une fois de plus mis en colère. Il a rejoint le petit chœur des hommes (pour la plupart) qui voient venir la fin du monde à cause d'une réfutation. Il s'agit de la réfutation qui vient maintenant via les médias sociaux de groupes au sujet desquels ils pouvaient auparavant faire des blagues gentilles et dures sans être contredits. Ensuite, ces anciennes victimes disent, par exemple, qu'elles n'aiment pas ces blagues, ou qu'elles sont blessantes parce qu'elles proviennent d'une culture qui pense apparemment qu'il est de bon ton de ridiculiser des personnes en position vulnérable.

Le dernier sujet de "microagression" de Teeuwen, GeenStijl et Telegraaf concerne le système de subventions. Par exemple, Teeuwen se transforme en une publication récente sur Instagram Il s'en prend à la ministre de la culture sortante, Ingrid van Engelshoven, qui, selon la version grincheuse du révérend Gremdaat, est déterminée à interdire l'art dans les universités. Teeuwen s'en prend ensuite à Bero Beyer, directeur du Fonds du film, qui affirme que le fonds devrait plutôt chercher à promouvoir la diversité au lieu de continuer à soutenir des grands noms comme Paul Verhoeven.

Fonds de tradition

Selon Teeuwen, ce serait parce que Beyer voudrait interdire l'œuvre de Verhoeven (qui a en effet beaucoup de qualité mais peu de diversité). Ce que Beyer ne dit pas, dans l'extrait contesté. Il dit seulement qu'il veut rompre avec la tradition du fonds cinématographique qui veut que les subventions du fonds aillent aujourd'hui le plus souvent au même groupe de cinéastes reconnus. Teeuwen ne peut qu'être d'accord avec cela. Après tout, les subventions ne sont pas destinées à rendre plus riches ceux qui peuvent déjà bien exploiter grâce au marché, mais à offrir des opportunités à ceux qui ne sont pas encore assez riches, connus ou populaires pour le faire.

Le seul faux pas (nous sommes à Cannes) que Beyer fait dans l'extrait contesté est que, en tant que directeur, il outrepasse ses limites, en faisant ses propres jugements de goût sur le fond. Ce n'est pas permis, et ça ne peut pas l'être : en tant que directeur, tu n'as pas ton mot à dire là-dessus : c'est à cela que servent les ennuyeux comités consultatifs des subventions. Des clubs de "pairs", qui respectent les directives en matière de subventions que nous, en tant que citoyens, avons établies par l'intermédiaire de la Chambre des représentants. L'opinion du réalisateur n'a aucune importance. Il devrait, comme le souligne à juste titre le cinéaste Martin Koolhoven dans un commentaire sur Facebook, se préoccuper davantage de la diversité et des pratiques équitables au sein de sa propre organisation. Après tout, il y a là quelques lacunes. Et c'est aussi la seule chose sur laquelle il a quelque chose à dire.

Plus, pas moins

Comme pour les autres fonds artistiques (Arts de la scène, Fonds Mondriaan et Littérature), le gouvernement déploie le système de subvention pour créer de nouvelles opportunités avec de l'argent supplémentaire pour les personnes qui en sont actuellement dépourvues. C'est nous-mêmes, c'est-à-dire la Chambre basse, qui fixons les règles auxquelles cette subvention doit se conformer. Il s'agit donc de supplémentaires de l'argent pour nouveau Il ne s'agit pas d'interdire l'art qui traite d'autres choses. Si tu veux demander des subventions pour avoir insulté des concitoyens moins valides, tu as tout simplement moins de chances. Ce n'est pas une règle néerlandaise ; elle peut aussi te coûter des commissions ailleurs, par exemple dans les pays suivants Cornelius remarqué au Japon.

Ainsi, il y a maintenant des conditions pour une pratique équitable, la gouvernance et la diversité est l'une des choses qui viennent avec la subvention. Ce n'est pas une interdiction pour l'art de faire sa chose d'une manière différente. Il en va de même pour le guide du ministère de l'éducation, de la culture et des sciencesIl ne dit pas que les œuvres d'art susceptibles d'être perçues comme offensantes doivent disparaître. Le ministère fait référence à Un exemple à l'Université de LeidenEn effet, deux statues de femmes professeurs ont été ajoutées à une galerie honorifique de professeurs qui n'était composée que d'hommes. Quelque chose a donc été ajouté, et non enlevé.

La liberté d'expression mérite d'être protégée

Et encore une fois, le manuel du ministère a pour but de fournir des conseils pratiques à des règles qui sont suivies depuis des années et qui s'appliquent à l'obtention d'une subvention européenne spécifique. Il ne s'agit pas de retirer de l'argent à ceux qui n'y avaient pas droit de toute façon.

Il est bizarre que les partis, qui aiment se présenter comme des protecteurs de la liberté d'expression, se préoccupent de ces subventions. Ils devraient être heureux que l'argent de nos impôts soit géré par des hommes ennuyeux, et non par des types flamboyants comme ils pensent l'être eux-mêmes. Après tout, ce genre d'argent supplémentaire sert à égaliser les chances, à donner accès à des gens qui n'ont aucune chance aujourd'hui. Plus de débats, plus de réfutations, plus de plaisir, moins d'ennui.

Et en jouant moins sur les humains. Moins de blagues faciles, en d'autres termes. Ce serait bien. Parce que personnellement, j'aime l'humour qui amuse plus de monde que ceux qui se considèrent comme des plaisantins supérieurs, plutôt que le marquage facile sur le dos de ceux qui ne peuvent pas se défendre. Mais ce sont mes goûts. Et nous pouvons nous disputer à ce sujet.

Bon à savoir Bon à savoir
Cette histoire est née en partie sur la base d'un article informatif. Fil Twitter par Jeroen de Ridder.

Wijbrand Schaap

Journaliste culturel depuis 1996. A travaillé comme critique de théâtre, chroniqueur et reporter pour Algemeen Dagblad, Utrechts Nieuwsblad, Rotterdams Dagblad, Parool et des journaux régionaux par l'intermédiaire d'Associated Press Services. Interviews pour TheaterMaker, Theatererkrant Magazine, Ons Erfdeel, Boekman. Auteur de podcasts, il aime expérimenter les nouveaux médias. Culture Press est l'enfant que j'ai mis au monde en 2009. Partenaire de vie de Suzanne Brink Colocataire d'Edje, Fonzie et Rufus. Cherche et trouve-moi sur Mastodon.Voir les messages de l'auteur

Petites adhésions
175€ / 12 Maanden
Surtout pour les organisations dont le chiffre d'affaires ou la subvention est inférieur à 250 000 par an.
Pas de bannières gênantes
Un bulletin d'information premium
5 abonnements d'essai à la lettre d'information
Tous nos podcasts
Donne ton avis sur nos politiques
Connaître les finances de l'entreprise
Archives exclusives
Publie toi-même des communiqués de presse
Propre compte mastodonte sur notre instance
Cultureel Lidmaatschap
360€ / Jaar
Voor culturele organisaties
Pas de bannières gênantes
Un bulletin d'information premium
10 abonnements d'essai à la lettre d'information
Tous nos podcasts
Participe
Connaître les finances de l'entreprise
Archives exclusives
Publie toi-même des communiqués de presse
Propre compte mastodonte sur notre instance
Collaboration
Adhésion privée
50€ / Jaar
Pour les personnes physiques et les travailleurs indépendants.
Pas de bannières gênantes
Un bulletin d'information premium
Tous nos podcasts
Donne ton avis sur nos politiques
Connaître les finances de l'entreprise
Archives exclusives
Propre compte mastodonte sur notre instance
fr_FRFrançais