Aller au contenu

Retour au pouvoir primitif de la magie, grâce au théâtre pour la jeunesse. Avec les remerciements de Jetse Batelaan.

Les pièces de théâtre se terminent souvent dans le chaos. Une armoire à alcool renversée, une lame de sang chez les royaux, nous sommes habitués à certaines choses. La dernière pièce de Jetse Batelaan, baroque et plus tranchante que ce qu'il a montré auparavant, se termine également en beauté, mais alors c'est en fait le début. En effet, la fin est stérile et dépouillée de toute vie. Mais c'est là que la représentation commence. Le directeur artistique du Théâtre Artemis, une compagnie qui compte également des enfants de huit ans parmi son public cible, renverse tout dans "La fin du début de la fin". Et ça marche.

Pour ceux qui ne connaissent pas encore le travail de Batelaan, cet homme de théâtre parvient à faire en sorte que les spectateurs ne regardent presque rien pendant très longtemps, après quoi ils rentrent chez eux avec d'énormes histoires. Les textes sont généralement à peine présents et les scènes ne sont pas vraiment jouées. Tu peux essayer toi-même en t'asseyant sur un banc dans un square, et ensuite convenir avec toi-même que tout ce qui se passe sous tes yeux est du théâtre, qui a été travaillé pendant des semaines.

Bitterball à l'envers

Son dernier ouvrage, " La fin du début de la fin ", est plus théâtral que les précédentes œuvres de Batelaan. En effet, il commence par la fin d'une soirée théâtrale, lorsque les derniers techniciens quittent les lieux. C'est donc maintenant qu'ils entrent, à reculons. À partir de maintenant, le film est joué à l'envers pendant une heure et demie, ce qui donne lieu à des moments plutôt hilarants, comme un technicien qui se cogne la tête, ou une boule d'amertume qui est trop chaude à la première bouchée. Fais-le toi-même à l'envers, et tu comprendras à quel point c'est difficile.

À travers toutes sortes d'enchevêtrements et d'événements paradoxaux, l'ensemble travaille vers un final d'une beauté déchirante. En fin de compte, tout au long des plus de cinq quarts d'heure que dure ce spectacle, il est question de la magie de la scène. Et c'est quelque chose que nous, adultes terre-à-terre, oublions parfois. Que nous aussi, nous regardons encore de la magie quand nous allons au théâtre. Et que cette magie fonctionne aussi pour nous, les gens intelligents. Tu devrais aller voir une représentation théâtrale pour la jeunesse juste pour le plaisir, afin de rafraîchir ce sentiment.

L'énergie

Après tout, le théâtre pour la jeunesse, et certainement celui destiné aux enfants en âge d'aller à l'école primaire, ne fait pas de conventions. C'est du moins le cas du théâtre néerlandais pour la jeunesse, qui occupe depuis des années une place unique dans le monde du théâtre. Le lundi 6 septembre, un certain nombre de créateurs de théâtre pour la jeunesse ont été invités au Festival du théâtre néerlandais pour expliquer aux étudiants en théâtre néerlandais pourquoi leur métier est si fascinant. Il en a résulté une rencontre qui a donné à ce public une sacrée dose d'énergie.

Moniek Merkx, par exemple, peut parler avec finesse du fait que toute l'anarchie qui règne dans le théâtre pour jeunes depuis les années 1980 est en fait due à Annie M.G.. Lors d'un atelier, elle a montré - tout en parlant aux élèves - comment on peut travailler directement à un spectacle à partir d'une simple histoire personnelle racontée par un élève, simplement en restant proche de soi-même. Le travail de Merkx, qui s'accompagne de beaucoup de musique et de danse, est en fin de compte ancré dans ces rêves et ces peurs personnels de l'enfant qui est en vous. C'est aussi la raison pour laquelle les adultes qui assistent à ses spectacles sont invariablement en larmes au bout d'une demi-heure, tandis que les enfants les regardent encore avec fascination.

Bête inconnue

La présentation de l'équipe éducative du Théâtre Artemis, la compagnie Bossche de Jetse Batelaan, a été totalement bouleversante. Au cours de la fermeture ils ne pouvaient pas apporter leurs spectacles, mais ils pouvaient, avec un seul acteur, faire du théâtre dans les écoles. Batelaan a mis ses collègues au travail pour concevoir des spectacles pour un seul acteur, qui dureraient alors trois jours, parce que cela semblait être une bonne idée à une époque où les voyages et de nombreux déplacements étaient impossibles.

Les idées qui en ont découlé méritent une histoire à part entière. En bref, Batelaan déclenche l'imagination des enfants et parvient à les entraîner dans une histoire pendant trois jours qui est vécue pendant la journée d'école, et au-delà. Qu'il s'agisse de la recherche de la "bête non découverte" ou d'un ouvrier du bâtiment qui travaille sur un projet à l'école pendant trois jours au ralenti : les enfants sont captivés. Comme j'aurais aimé vivre quelque chose comme ça dans mon école primaire, au lieu du spectacle de marionnettes que nous avons eu l'occasion de visiter dans les années 1960.

Prix

Dans son dernier spectacle, Jetse Batelaan se montre plutôt sombre quant à l'avenir du théâtre. J'ai tendance à ne pas être d'accord avec lui sur ce point, avec ce passé à toute épreuve d'au moins 30 siècles. Ses propres spectacles en sont la preuve la plus convaincante.

Ah oui... Et pourquoi, dans le théâtre pour la jeunesse, un acteur noir peut jouer le fils d'un père blanc et le jeune public n'y voit pas d'inconvénient, alors que dans le théâtre pour adultes, ce n'est toujours pas le cas ? Et pourquoi un acteur de théâtre pour la jeunesse ne peut-il pas prétendre aux grands prix de théâtre qui seront à nouveau décernés lors du festival de théâtre ? Ce sont là quelques questions auxquelles "le secteur" doit réfléchir.

Wijbrand Schaap

Journaliste culturel depuis 1996. A travaillé comme critique de théâtre, chroniqueur et reporter pour Algemeen Dagblad, Utrechts Nieuwsblad, Rotterdams Dagblad, Parool et des journaux régionaux par l'intermédiaire d'Associated Press Services. Interviews pour TheaterMaker, Theatererkrant Magazine, Ons Erfdeel, Boekman. Auteur de podcasts, il aime expérimenter les nouveaux médias. Culture Press est l'enfant que j'ai mis au monde en 2009. Partenaire de vie de Suzanne Brink Colocataire d'Edje, Fonzie et Rufus. Cherche et trouve-moi sur Mastodon.Voir les messages de l'auteur

Petites adhésions
175€ / 12 Maanden
Surtout pour les organisations dont le chiffre d'affaires ou la subvention est inférieur à 250 000 par an.
Pas de bannières gênantes
Un bulletin d'information premium
5 abonnements d'essai à la lettre d'information
Tous nos podcasts
Donne ton avis sur nos politiques
Connaître les finances de l'entreprise
Archives exclusives
Publie toi-même des communiqués de presse
Propre compte mastodonte sur notre instance
Cultureel Lidmaatschap
360€ / Jaar
Voor culturele organisaties
Pas de bannières gênantes
Un bulletin d'information premium
10 abonnements d'essai à la lettre d'information
Tous nos podcasts
Participe
Connaître les finances de l'entreprise
Archives exclusives
Publie toi-même des communiqués de presse
Propre compte mastodonte sur notre instance
Collaboration
Adhésion privée
50€ / Jaar
Pour les personnes physiques et les travailleurs indépendants.
Pas de bannières gênantes
Un bulletin d'information premium
Tous nos podcasts
Donne ton avis sur nos politiques
Connaître les finances de l'entreprise
Archives exclusives
Propre compte mastodonte sur notre instance
fr_FRFrançais