Aller au contenu

'Les gens en pleurs cherchaient désespérément des photos de famille'. Franco Faggiani a écrit un roman sur les tremblements de terre en Italie.

Des maisons, des monuments, des magasins et des rues ont été rayés de la carte. Près de trois cents personnes sont mortes sous les décombres. Franco Faggiani (73 ans) a écrit un livre passionnant sur le tremblement de terre qui a frappé le centre de l'Italie il y a cinq ans : Parfois, j'aimerais être le vent.

Bonne chance

Dès qu'il le peut, Franco Faggiani se rend dans les montagnes du nord de l'Italie.

L'écrivain italien Franco Faggiani

Aujourd'hui encore, il est dans les Alpes piémontaises, à 1 700 mètres d'altitude, au soleil et dans la neige. 'C'est surtout en hiver que j'aime être ici. Demain, je dois aller en Ligurie pour une conférence sur mon nouveau roman, à 250 kilomètres au sud, puis je reviendrai en voiture', dit-il.

Après une longue carrière dans le journalisme, il fait ses débuts de romancier en 2018, à 70 ans, avec . Entre deux mondes. Il a percé aux Pays-Bas un an plus tard, lorsque le panel de livres de Le monde a tourné la porte son roman L'année où Shizo Kanakuri a disparu proclamé livre du mois.

Le succès n'a pas radicalement changé sa vie, affirme Faggiani. 'En tant qu'écrivain, on vous met souvent à tort sur un piédestal. Après une présentation, une dame s'est approchée de moi et s'est exclamée avec surprise : gosh, vous êtes en fait une personne très ordinaire!'

 Ton nouveau roman parle du tremblement de terre du 24 août 2016, qui a rasé de nombreux villages et hameaux dans le centre de l'Italie. Connaissais-tu déjà la région auparavant ?

'Oui, je connaissais bien les endroits touchés, des connaissances à moi y vivaient, donc mes pensées se sont immédiatement dirigées vers eux. Le centre historique d'Amatrice, où se déroule principalement mon roman, a été anéanti. Le village lui-même comptait 2 200 habitants, et puis il compte aussi 69 sous-villages disséminés dans les montagnes. Le week-end suivant le tremblement de terre, la grande fête annuelle en l'honneur de la pâtes à l'amatriciana Le site attire des milliers de visiteurs chaque année. Je craignais qu'il y ait un grand nombre de personnes sous les décombres. Comme aucune communication n'était possible, je me suis rendu dans les zones sinistrées dès que j'ai pu. Ce que j'ai trouvé était terrible. Les maisons, les tours, les bâtiments, les monuments, les magasins et les rues avaient été balayés, il ne restait que du sable, de la terre, des pierres et de la poussière.'

Amatrice après les tremblements de terre. ©Marc Brester/A Quattro Mani

À Amatrice, 230 personnes ont été tuées : un miracle, compte tenu des milliers de visiteurs. 

En effet, c'est un miracle, d'autant plus que le tremblement de terre a eu lieu à 3h30 ET que les murs se sont effondrés vers l'intérieur, ce qui est beaucoup plus dangereux que s'ils tombent vers l'extérieur. Les premiers services d'urgence sont arrivés au bout d'une heure, une heure et demie - ils ont dû venir de Rieti, à une soixantaine de kilomètres de là. À la fin du premier jour, il y avait presque plus de secouristes que d'habitants. Dans une telle situation, tout tourne autour de la vitesse. 238 personnes ont finalement été sorties de sous les décombres.'

Arquata del Tronto, l'un des villages les plus touchés. ©Marc Brester/A Quattro Mani

Qu'est-ce qui t'a le plus touché ?

'Les histoires des pompiers sur les propriétaires qui voulaient avant tout sauver des photos : des photos en noir et blanc des grands-parents, des mariages, des fêtes de famille à la campagne. Ils voulaient sauver leurs souvenirs. Beaucoup de ces histoires se sont retrouvées dans le livre sous une forme modifiée.

Récemment, j'étais au café Meletti à Ascoli Piceno, où se déroule la scène d'ouverture de mon roman. J'y ai rencontré deux personnes qui avaient tout perdu dans le tremblement de terre. L'une d'elles était une grand-mère de 45 ans qui avait perdu son petit-fils d'un an et demi. Elle m'a dit qu'au début, elle avait eu du mal à lire mon livre, mais qu'elle avait fini par y puiser du réconfort.'

Reconstruction

Comment se passe la vie à Amatrice aujourd'hui ?

Il y a de nouveau des supermarchés, des pharmacies et d'autres centres publics, mais environ 70 pour cent de la population ne peut toujours pas rentrer chez elle et vit toujours dans les abris d'urgence préfabriqués d'il y a cinq ans. La reconstruction de leurs maisons est un problème. Non seulement à cause de l'énorme bureaucratie, mais aussi parce que tout doit être résistant aux tremblements de terre. Il y a aussi toutes sortes de grands bâtiments qui doivent encore être démolis, mais où doivent aller tous ces déchets ? Personne n'en veut et les coûts d'élimination et de traitement sont énormes. Pour les entreprises de construction, construire un immeuble en ville est beaucoup plus lucratif que de reconstruire un village de montagne.'

La reconstruction de la zone touchée est lente et laborieuse. ©Marc Brester/A Quattro Mani

 Les dégâts économiques sont énormes, mais quelles sont les conséquences sociales ?

Beaucoup de gens, surtout des jeunes, ont déménagé et cela m'inquiète. Si la reconstruction n'est pas assez rapide, ils deviendront des villages fantômes désertés. C'est pourquoi j'ai voulu que mon roman remette cette situation en lumière cinq ans plus tard. Heureusement, la reconstruction d'Amatrice a bien commencé depuis sept mois ; 400 ouvriers ont été affectés à la collecte de pierres spéciales, de tuiles et de décorations avec lesquelles ils reconstruisent les façades des anciens bâtiments et monuments. Ils sont également en train de rendre à nouveau habitables les hameaux alentour. Dans un village où il ne se passait rien il y a encore six mois, il y a maintenant 11 grues de levage. Il est important de reconstruire le tissu social, sinon les gens perdent espoir. Et sans espoir, il n'y a pas d'avenir".

Bon à savoir Bon à savoir

Parfois, j'aimerais être le vent, traduit par Saskia Peterzon-Kotte, éditions Signatuur, 20,99 €.

Lire aussi ce rapport sur la zone sinistrée

J'apprécie cet article !

Blij met dit verhaal? Laat je waardering blijken met een kleine bijdrage! Zo help je onafhankelijke cultuurjournalistiek in stand houden. (Zie je geen knop hieronder, gebruik dan deze link: don!)

Vlot doneren
Faire un don

Pourquoi faire un don ?

Nous sommes convaincus qu'un bon journalisme d'investigation et des informations de fond expertes sont essentiels pour un secteur culturel sain. Il n'y a pas toujours l'espace et le temps pour cela. Culture Press veut fournir cet espace et ce temps, et les rendre accessibles à tous GRATUITEMENT ! Que tu sois riche ou pauvre. Merci à dons Grâce à des lecteurs comme toi, nous pouvons continuer à exister. C'est ainsi que Culture Press existe depuis 2009 !

Tu peux aussi Devenir membreEt transforme ton don unique en un soutien durable !

Étiquettes:

Wijbrand Schaap

Journaliste culturel depuis 1996. A travaillé comme critique de théâtre, chroniqueur et reporter pour Algemeen Dagblad, Utrechts Nieuwsblad, Rotterdams Dagblad, Parool et des journaux régionaux par l'intermédiaire d'Associated Press Services. Interviews pour TheaterMaker, Theatererkrant Magazine, Ons Erfdeel, Boekman. Auteur de podcasts, il aime expérimenter les nouveaux médias. Culture Press est l'enfant que j'ai mis au monde en 2009. Partenaire de vie de Suzanne Brink Colocataire d'Edje, Fonzie et Rufus. Cherche et trouve-moi sur Mastodon.Voir les messages de l'auteur

Adhésion privée (mois)
5 / Maand
Pour les personnes physiques et les travailleurs indépendants.
Pas de bannières gênantes
Une lettre d'information spéciale
Propre compte mastodonte
Accès à nos archives
Petite adhésion (mois)
18 / Maand
Pour les institutions culturelles dont le chiffre d'affaires/subvention est inférieur à 250 000 € par an.
Pas de bannières gênantes
Un bulletin d'information premium
Tous nos podcasts
Ton propre compte Mastodon
Accès aux archives
Publie toi-même des communiqués de presse
Une attention particulière dans la couverture médiatique
Adhésion importante (mois)
36 / Maand
Pour les institutions culturelles dont le chiffre d'affaires/subvention est supérieur à 250 000 € par an.
Pas de bannières gênantes
Une lettre d'information spéciale
Ton propre compte Mastodon
Accès aux archives
Partager les communiqués de presse avec notre public
Une attention particulière dans la couverture médiatique
Bulletin d'information Premium (substack)
5 abonnements d'essai
Tous nos podcasts

Les paiements sont effectués via iDeal, Paypal, carte de crédit, Bancontact ou prélèvement automatique. Si tu préfères payer manuellement, sur la base d'une facture établie à l'avance, nous facturons des frais administratifs de 10€

*Uniquement pour l'adhésion annuelle ou après 12 paiements mensuels

fr_FRFrançais