Aller au contenu

Tamar van den Dop légendaire dans une version un peu trop expliquée de la Trilogie de la Passion de Judith Herzberg. 

Que tu te retrouves soudain en 1996 à Neige noireLeedvermaak, la série télévisée dans laquelle l'actrice Tamar van den Dop a réussi à accrocher toute une génération de téléspectateurs à l'époque. Depuis, ses boucles noires comme le corbeau se sont transformées en un éblouissant nuage d'argent, mais ceux qui se rendent à la trilogie Leedvermaak du Théâtre national revoient soudain la jeune Tamar. Une merveille de talent dans le jeu d'acteur et les grimaces, menant à une représentation légendaire de la mariée juive Lea dans le chef-d'œuvre de Judith Herzberg de 1982, aujourd'hui repris, pour la première fois, 40 ans plus tard.

Dans le théâtre néerlandais, nous avons donc une drôle de façon de traiter les chefs-d'œuvre. Nous notons les chefs-d'œuvre lorsqu'ils apparaissent, puis nous les mettons dans un placard sans fenêtre, où ils peuvent prendre la poussière. Aucune compagnie professionnelle n'y touchera. Personne ne siègera non plus dans un comité de subvention pour financer une reprise, une fois toutes les quelques années, de ce chef-d'œuvre. Une adaptation cinématographique, d'accord, mais avec un peu de malchance, l'expérience théâtrale d'une légende comme Leedvermaak se limitera aux quatre mille Amstellodamois qui, en 1982, ont joué au théâtre. la seule série Le théâtre Frascati d'Amsterdam, avec sa distribution en or (Kitty Courbois !) et la mise en scène délicate de Leonard Frank, en a fait l'expérience.

Le fait qu'Eric de Vroedt ose aujourd'hui remettre en scène Leedvermaak ainsi que les suites écrites plus tard, Rijgdraad et Simon, peut donc être considéré comme un acte héroïque pour cette seule raison.

Relations familiales

Cette Trilogie Leedvermaak est une séance de cinq heures qui se tient bien, grâce au jeu de Tamar van den Dop en particulier, mais certainement aussi de Jaap Spijkers dans le rôle de Simon, père de Léa, mais plus tard aussi de son demi-frère, engendré par son amie de cœur et ex de son mari Dory, exceptionnellement bien interprétée par Malou Gorter. À quoi Rick Paul van Mulligen apporte un rafraîchissement bien nécessaire en tant que père peu fiable de sept enfants avec un parent réticent, mais surtout dans un double rôle d'homme à tout faire.

Ce qui est déjà quelque peu évident d'après le paragraphe précédent : Judith Herzberg tisse une toile assez complexe de relations parents-enfants dans les trois pièces, avec la Seconde Guerre mondiale comme note clé constamment présente en arrière-plan. Les vies des personnages juifs et non juifs sont toutes marquées d'une manière ou d'une autre par l'Holocauste, et les générations suivantes ne parviennent pas non plus à échapper à cette fatalité.

Stylisé

De Vroedt en a fait une représentation stylisée, faisant de son mieux pour donner à l'humour de Judith Herzberg tout l'espace dont il a besoin. Malheureusement, il n'y parvient que partiellement. La première partie en particulier, dans laquelle est jouée une version très abrégée de la pièce Leedvermaak, souffre plutôt de l'accent mis par tous les acteurs sur les tournures passives-agressives du texte. C'est un peu risible, alors que le génie de Herzberg réside précisément dans la désinvolture involontaire avec laquelle les gens se blessent les uns les autres avec des mots.

Il s'agit davantage de jets de pierres gratuits à la The Office que de piqûres d'épingle accidentelles aux conséquences désastreuses que nous connaissons également grâce à d'autres œuvres (également sous-estimées) de Herzberg, telles que Scratch et And/Or. C'est vraiment dommage. J'aurais adoré faire à nouveau l'expérience de ce fonctionnement : entendre un dialogue, pour découvrir plus tard à quel point il était mauvais, alors que les gens sont passés à autre chose depuis longtemps.

L'interprétation devient encore plus problématique dans les suites. Dans certains monologues, elle vire au rouge sur rouge, et tu as l'impression de t'être retrouvé dans une soirée de théâtre scolaire à l'ancienne. C'est un témoignage du talent des acteurs et de la qualité de Herzberg que nulle part cela ne devient vraiment embarrassant, mais il y a définitivement quelque chose qui manque à cette vision de la mise en scène.

Renforcement du son

J'ai passé une nuit à me demander ce qui avait bien pu se passer, car Eric de Vroedt est d'habitude mieux au point. Est-ce dû à l'utilisation qu'il fait de la sonorisation ? En effet, la performance présente une accumulation intéressante dans l'utilisation des microphones. D'une amplification presque nulle au début, à une amplification presque totale, musique et tout, dans la troisième partie.

Ainsi, la section de la Passion est pratiquement "acoustique" : les acteurs ont un son naturel, ce qui a longtemps été inédit au théâtre, où même les plus petites salles jouent encore avec des microphones de contact.

Plus fort !

Peut-être la pièce sonnait-elle mieux dans l'intimité du Theater aan het Spui à La Haye, où la première de presse était initialement prévue. Maintenant, dans la grande salle (malheureusement pas remplie à ras bord) du Stadsschouwburg d'Utrecht, les acteurs semblent surcompenser. Peut-être ont-ils eu peur des cris et des sifflements "plus fort ! plus fort !" des appareils auditifs dont beaucoup se souviennent encore de l'époque des matinées du dimanche au Théâtre Royal, où le son n'était pas amplifié.

Il sera difficile de manquer ne serait-ce qu'un seul des joyaux linguistiques de Herzberg dans ce spectacle extraordinairement nécessaire. Tu peux aussi considérer cela comme un gain.

Quoi qu'il en soit, il n'y a aucune raison de ne pas aller voir.

Bon à savoir Bon à savoir
Trilogie de la détresse de Judith Herzberg par le Théâtre national. Les billets sont encore disponibles.

J'apprécie cet article !

Si tu as apprécié cet article et que tu veux montrer ton appréciation par une petite contribution : tu peux ! C'est ainsi que tu aides à maintenir en vie le journalisme indépendant. Montre ton appréciation avec une petite don!

don
Faire un don

Pourquoi faire un don ?

Nous sommes convaincus qu'un bon journalisme d'investigation et des informations de fond expertes sont essentiels pour un secteur culturel sain. Il n'y a pas toujours l'espace et le temps pour cela. Culture Press veut fournir cet espace et ce temps, et les rendre accessibles à tous GRATUITEMENT ! Que tu sois riche ou pauvre. Merci à dons Grâce à des lecteurs comme toi, nous pouvons continuer à exister. C'est ainsi que Culture Press existe depuis 2009 !

Tu peux aussi Devenir membreEt transforme ton don unique en un soutien durable !

Wijbrand Schaap

Journaliste culturel depuis 1996. A travaillé comme critique de théâtre, chroniqueur et reporter pour Algemeen Dagblad, Utrechts Nieuwsblad, Rotterdams Dagblad, Parool et des journaux régionaux par l'intermédiaire d'Associated Press Services. Interviews pour TheaterMaker, Theatererkrant Magazine, Ons Erfdeel, Boekman. Auteur de podcasts, il aime expérimenter les nouveaux médias. Culture Press est l'enfant que j'ai mis au monde en 2009. Partenaire de vie de Suzanne Brink Colocataire d'Edje, Fonzie et Rufus. Cherche et trouve-moi sur Mastodon.Voir les messages de l'auteur

Adhésion privée (mois)
5 / Maand
Pour les personnes physiques et les travailleurs indépendants.
Pas de bannières gênantes
Une lettre d'information spéciale
Propre compte mastodonte
Accès à nos archives
Petite adhésion (mois)
18 / Maand
Pour les institutions culturelles dont le chiffre d'affaires/subvention est inférieur à 250 000 € par an.
Pas de bannières gênantes
Un bulletin d'information premium
Tous nos podcasts
Ton propre compte Mastodon
Accès aux archives
Publie toi-même des communiqués de presse
Une attention particulière dans la couverture médiatique
Adhésion importante (mois)
36 / Maand
Pour les institutions culturelles dont le chiffre d'affaires/subvention est supérieur à 250 000 € par an.
Pas de bannières gênantes
Une lettre d'information spéciale
Ton propre compte Mastodon
Accès aux archives
Partager les communiqués de presse avec notre public
Une attention particulière dans la couverture médiatique
Bulletin d'information Premium (substack)
5 abonnements d'essai
Tous nos podcasts

Les paiements sont effectués via iDeal, Paypal, carte de crédit, Bancontact ou prélèvement automatique. Si tu préfères payer manuellement, sur la base d'une facture établie à l'avance, nous facturons des frais administratifs de 10€

*Uniquement pour l'adhésion annuelle ou après 12 paiements mensuels

fr_FRFrançais