Aller au contenu

Et la catégorie est : chamanisme

Le voguing et la religion à Yishun brûlent chez Julidans

Blague : un policier américain dit qu'il a déjà passé les menottes à trois trafiquants de drogue armés en même temps. Un pompier anglais se vante d'avoir sauvé 10 personnes d'un appartement en feu. Un Singapourien dit qu'il habite à Yishun. Tout le monde applaudit le Singapourien.

Yishun est la banlieue dystopique de Singapour. Et c'est le point de départ du spectacle de Choy Ka Fa, Yishun is Burning, avec le performeur Sun Phitthaya Phaefuang.

Shamans et rituels

Singapour est une ville où la liberté d'expression et la liberté religieuse sont fermement mises à mal. Les banlieues laissent toutefois une place à cette liberté, et on y trouve des temples, des mosquées et des églises où chacun est plus ou moins libre d'accomplir des rituels. Choy Ka Fai y a rencontré une femme chamane qui incarne les déesses Kali et Guanyin. Les extraits du documentaire montrent qu'elle est aussi spirituelle que pragmatique : les déesses ne se gênent pas l'une l'autre, elles viennent simplement à des jours différents.

Les vidéos montrent les rituels effectués pour exorciser le mal. Ce n'est pas toujours subtil, avec des épingles et des crochets en métal qui percent les joues et le dos. Puis parfois, c'est lyrique, avec des mouvements rituels exécutés jusqu'à ce que les participants soient en transe. Sun Phitthaya Phaefuang est l'un des participants, évoluant entre transe, reddition, queerness et performance.

Sur la religion et le corps

Ce faisant, il soulève des questions sur ce qu'est exactement la religion, ce qu'elle signifie pour nous, dans quelle mesure elle est intrinsèquement performative. S'asseoir démonstrativement au premier rang à l'église est-il différent de se planter une épingle dans la joue ? C'est moins douloureux, c'est sûr. Mais tu peux discuter de la différence entre les hosties et la danse, les deux requièrent un acte physique plutôt que spirituel.

Le réalisateur, artiste multimédia et chorégraphe Choy Ka Fai interroge la relation entre la spiritualité et le corps, le genre et la sexualité. Il montre la nature libératrice de la transe religieuse, la libération de l'âme par la libération du corps. Mais peut-on libérer son corps s'il est entravé par des normes de genre imposées ? Les deux déesses ont un sexe diffus, les exécutants des rituels aussi. Et Sun Phitthaya Phaefuang l'est certainement.

https://vimeo.com/532584152

Il a suivi une formation en danse classique, mais s'est ensuite tourné vers le scène de bal en Asie du Sud-Est. Cela lui donne beaucoup plus de liberté pour être qui il est, mais aussi pour combattre cette liberté sur scène. Parce qu'on pense bien que la Thaïlande, son pays natal, est un paradis queer, mais malheureusement, c'est un leurre. Les femmes trans ne peuvent pas changer leur genre dans leur passeport, par exemple.

Vogue est bien plus que ce que Madonna voudrait nous faire croire

Le titre est basé sur le film légendaire Paris is Burning qui traite de la vogue et de la scène des salles de bal à New York dans les années 1980. Dans ce film, des danseurs de différents maisons les uns contre les autres dans différentes catégories, dans lesquelles ils persiflent les rôles de genre, de classe et de profession et offrent une échappatoire à la réalité quotidienne. Les catégories peuvent être thématisées, compétences ou les techniques le sont, la concurrence est rude.

Bien qu'il existe désormais des séries Netflix sur la scène et que Ru Paul contribue également à sa popularité, il existe toujours aussi une scène underground. Cette scène est née du besoin de trouver un endroit sûr et d'avoir une famille choisie, les maisons. Le voguing classique se voit avec deux chansons. Au Théâtre Bellevue, quatre danseurs de Dutch maisons présents qui ont donné le meilleur d'eux-mêmes mouvements spectacle. Sun danse au rythme des étoiles et flirte avec le public.

Dans une courte cape de dentelle blanche qui m'a rappelé la tenue des cardinaux, et une coiffe thaïlandaise, il a montré ce dont il s'agit. Façonne ta propre vie, crée tes propres rituels religieux, ta propre identité de genre. La vogue et le bal viennent de la communauté queer et trans de Bipoc à New York. L'activisme et l'expression de qui tu veux être dans un environnement sûr sont dans les gènes de cette forme de danse.

Les gardes de l'enfer et les aventures d'un soir

Yishun is Burning réunit un spectacle vivant avec de la musique jouée en direct à Singapour par le duo Nada et la percussionniste Cheryl Ong. Nada joue dans le costume des gardes de l'enfer chinois, ceux qui sont censés conduire les âmes perdues en enfer. Le chanteur est tout de blanc vêtu, une allusion au passé butoh de Choy Ka Fai ? On voit aussi des clips de Yishun, mettant en scène le chaman, des rituels et des scènes de rue. Et des textes projetés à un rythme meurtrier. Cette multiplicité est séduisante, elle donne au spectacle un formidable élan. Mais c'est aussi parfois trop, de sorte qu'on ne sait pas très bien quels choix Choy veut faire, où il veut aller exactement.

La partition nous guide tout au long de la représentation. La musique en direct est entraînante, avec un rôle important pour les percussions. Les chansons diffusées à la fin sont trompeuses. La première passe pour un air classique de pop asiatique, mais s'avère être une chanson sur les aventures d'un soir. C'est ce genre d'ingrédient légèrement subversif qui donne au spectacle sa puissance. Le contenu est politique, la forme presque festive. Tu n'as pas besoin de descendre dans la rue avec une banderole pour exprimer ton opinion. On peut aussi très bien le faire avec une mini-cape blanche et de la musique entraînante.

Bon à savoir Bon à savoir
Vu à Julidans

J'apprécie cet article !

Tu es satisfait de cette histoire ? Montrez votre appréciation en faisant une petite contribution ! C'est ainsi que tu aideras à maintenir en vie le journalisme culturel indépendant. (Si tu ne vois pas de bouton ci-dessous, utilise ce lien : don!)

Faire un don en douceur
Faire un don

Pourquoi faire un don ?

Nous sommes convaincus qu'un bon journalisme d'investigation et des informations de fond expertes sont essentiels pour un secteur culturel sain. Il n'y a pas toujours l'espace et le temps pour cela. Culture Press veut fournir cet espace et ce temps, et les rendre accessibles à tous GRATUITEMENT ! Que tu sois riche ou pauvre. Merci à dons Grâce à des lecteurs comme toi, nous pouvons continuer à exister. C'est ainsi que Culture Press existe depuis 2009 !

Tu peux aussi Devenir membreEt transforme ton don unique en un soutien durable !

Helen Westerik

Helen Westerik est historienne du cinéma et grande amatrice de films expérimentaux. Elle enseigne l'histoire du cinéma et fait des recherches sur le corps dans l'art.Voir les messages de l'auteur

Petites adhésions
175 / 12 Maanden
Surtout pour les organisations dont le chiffre d'affaires ou la subvention est inférieur à 250 000 par an.
Pas de bannières gênantes
Un bulletin d'information premium
5 abonnements d'essai à la lettre d'information
Tous nos podcasts
Donne ton avis sur nos politiques
Connaître les finances de l'entreprise
Archives exclusives
Publie toi-même des communiqués de presse
Propre compte mastodonte sur notre instance
Nombreux membres
360 / Jaar
Voor culturele organisaties
Pas de bannières gênantes
Un bulletin d'information premium
10 abonnements d'essai à la lettre d'information
Tous nos podcasts
Participe
Connaître les finances de l'entreprise
Archives exclusives
Publie toi-même des communiqués de presse
Propre compte mastodonte sur notre instance
Collaboration
Adhésion privée
50 / Jaar
Pour les personnes physiques et les travailleurs indépendants.
Pas de bannières gênantes
Un bulletin d'information premium
Tous nos podcasts
Donne ton avis sur nos politiques
Connaître les finances de l'entreprise
Archives exclusives
Propre compte mastodonte sur notre instance
fr_FRFrançais