Aller au contenu

Le festival d'été le plus révélateur : le festival de théâtre Boulevard 2022 à Den Bosch

C'est peut-être à cause de la météo ou de mon humeur, mais 2022 a été l'une des meilleures éditions du Theatre Festival Boulevard que j'ai vécues depuis des décennies. De l'ouverture intéressante, et aussi un peu perturbante, à la dernière soirée, que j'ai vécue hier, j'ai vu des tripes, de la passion et des limites repoussées. Pas partout en même temps, mais sur des scènes séparées, et à des niveaux différents. Et ce n'est qu'une fraction des 120 choses que j'ai vues.

Prends hier, pour moi le dernier jour. En ce chaud samedi, j'ai vu un spectacle de Lisetta Ma Neza. C'était une nouvelle rencontre. En 2021 Je l'ai vue pour la première fois et elle m'a convaincu. J'ai émis quelques réserves : par exemple, j'ai trouvé qu'elle riait trop de son message. Du coup, ça n'a pas frappé aussi fort, et avec le contenu que Lisette Ma Neza apporte avec elle, c'est un peu dommage. Ses racines rwandaises, son enfance à Breda, la déchirure qui vient avec les générations : assez de substance pour une poésie féroce et des histoires idem.

Il y a quand même de quoi se plaindre

Cette année, avec l'émission Ta mère guérit les blessures, elle franchit allègrement une étape. Finie la timidité, feinte ou non, Ma Neza laisse désormais libre cours à sa colère. Elle se sent mieux, même un peu mal à l'aise dans le bon sens du terme. Quand elle rit de quelque chose maintenant, cela amplifie la douleur. Lorsqu'elle chante, elle reste plus souvent proche de sa voix parlée, ce qui augmente l'éloquence et réduit les risques d'éclats stridents.

Je ne respecterais pas mon nom et ma profession si je n'avais pas de quoi râler de toute façon, et il s'agit de l'improvisation. Comme l'année dernière, Ma Neza donne parfois à son backing band des missions d'improvisation impossibles, telles que "combiner le destin d'un réfugié, un attentat à la bombe et une tempête de pluie", pour n'en citer que quelques-unes. Comme l'année dernière, il n'en résulte pas de surprenantes explosions musicales, mais des notes réfléchies qui sont pour la plupart faciles à entendre et qui sonnent toujours de la même façon.

C'est plus souvent le problème avec les improvisations : si vous ne gardez pas en réserve des ingrédients fixes et excitants, si vous n'osez pas dépasser vos limites, vous restez presque toujours coincé dans votre zone de confort, et c'est exactement ce dont ce programme n'a pas besoin. Peut-être que Lisette Ma Neza elle-même devrait prendre plus de contrôle et montrer à ses musiciens tous les coins de la pièce dans le cadre d'un processus de répétition sérieux. Peut-être qu'un ou plusieurs compositeurs devraient l'observer et écrire avec elle. L'année prochaine, en ce qui me concerne, elle pourrait être un poil plus aventureuse.

Le passé colonial

Là où la netteté s'impose, c'est dans L'intérieur indien, le spectacle que j'ai vu à titre d'essai, au... depuis que le Volkskrant en a parlé Rosmalen, célèbre dans le monde entier. Bo Tarenskeen l'a écrite, et sur la scène vide, six personnages dansent les uns autour des autres. L'occasion est la mort annoncée du pater familias, un rapatrié métis des anciennes Indes néerlandaises, joué par Hans Dagelet.

Autour de lui, outre l'héritage soigneusement préservé de siècles de mélancolie coloniale et d'animisme indonésien vital, se trouvent deux fils et 1 fille, plus un petit-fils à la suite blonde. La famille semble entièrement composée d'architectes.

L'auteur Tarenskeen, qui joue le jeu lui-même, indique si clairement que ces personnes aiment beaucoup façonner la vie des autres, et qu'elles aiment parler d'éloquence, mais que celle-ci leur fait un peu défaut dans leur propre vie.

Gloire

La pièce est redevable à Leedvermaak de Judith Herzberg, une pièce qui, lors de sa publication en 1982, légendairement mise en scène par Leonard Frank, a pour la première fois rendu palpables les traumatismes de la première et de la deuxième génération de survivants juifs de la guerre. Et tout comme cette pièce devrait être jouée chaque année autour du 4 mai, Indisch Interieur a été créée pour le 15 août, jour qui devrait être au moins aussi important pour notre pays, parce qu'il marque non seulement la fin réelle de la Seconde Guerre mondiale, mais aussi parce que ce jour de 1945 a marqué la fin plutôt sanglante de 300 ans de domination coloniale par les Pays-Bas.

La déchirure que cela crée encore aujourd'hui, non seulement au sein de la communauté de 2 millions d'âmes ayant du sang indien, a été cachée derrière une façade de survie sobre pendant trop longtemps.

Les couleurs comptent

Ce qui rapproche de manière inattendue les deux pièces de cette soirée, c'est précisément le colonialisme et la position des réfugiés. Un choix peut-être délibéré de la nouvelle direction du festival de rendre l'actualité sociale palpable pour les festivaliers de l'été d'une manière qui ne soit pas trop emphatique. Lisette Ma Neza qui nous rappelle que la guerre en Ukraine a fait comprendre que les réfugiés ne sont les bienvenus que s'ils ne sont pas de couleur, et Bo Tarenskeen qui donne à comprendre que c'est précisément cette couleur de peau qui gênait tant les Indes néerlandaises, et que la "première" génération s'est efforcée de nier.

Du théâtre significatif, avec de l'éloquence et tant de choses, et si tôt dans la saison : Boulevard a définitivement donné au terme Festival d'été une couche plus profonde.

Wijbrand Schaap

Journaliste culturel depuis 1996. A travaillé comme critique de théâtre, chroniqueur et reporter pour Algemeen Dagblad, Utrechts Nieuwsblad, Rotterdams Dagblad, Parool et des journaux régionaux par l'intermédiaire d'Associated Press Services. Interviews pour TheaterMaker, Theatererkrant Magazine, Ons Erfdeel, Boekman. Auteur de podcasts, il aime expérimenter les nouveaux médias. Culture Press est l'enfant que j'ai mis au monde en 2009. Partenaire de vie de Suzanne Brink Colocataire d'Edje, Fonzie et Rufus. Cherche et trouve-moi sur Mastodon.Voir les messages de l'auteur

Petites adhésions
175€ / 12 Maanden
Surtout pour les organisations dont le chiffre d'affaires ou la subvention est inférieur à 250 000 par an.
Pas de bannières gênantes
Un bulletin d'information premium
5 abonnements d'essai à la lettre d'information
Tous nos podcasts
Donne ton avis sur nos politiques
Connaître les finances de l'entreprise
Archives exclusives
Publie toi-même des communiqués de presse
Propre compte mastodonte sur notre instance
Nombreux membres
360€ / Jaar
Voor culturele organisaties
Pas de bannières gênantes
Un bulletin d'information premium
10 abonnements d'essai à la lettre d'information
Tous nos podcasts
Participe
Connaître les finances de l'entreprise
Archives exclusives
Publie toi-même des communiqués de presse
Propre compte mastodonte sur notre instance
Collaboration
Adhésion privée
50€ / Jaar
Pour les personnes physiques et les travailleurs indépendants.
Pas de bannières gênantes
Un bulletin d'information premium
Tous nos podcasts
Donne ton avis sur nos politiques
Connaître les finances de l'entreprise
Archives exclusives
Propre compte mastodonte sur notre instance
fr_FRFrançais