Aller au contenu

Nerd podcast Live : Marijn Lems, Erik Snel et Bran Remie sur la valeur de l'audience et la nécessité de la critique.


La nouvelle série de podcasts geek de Culture Press porte sur la façon de faire en sorte que le théâtre se connecte à ton public, et sur ce qui se passe lorsque les spectateurs professionnels continuent à regarder à leur manière. Et il est question des ambitions de la "région". Nous nous entretenons donc avec Bran Remie, auteur et créateur de la série théâtrale à succès d'Enschede "Huize Enschede", dont nous avons fait une critique jubilatoire ailleurs sur notre site web.

Bran Remi affirme que le marketing n'est pas une solution pour exploiter de nouveaux groupes cibles. Il faut adapter l'offre : "À Enschede, il y a beaucoup d'institutions culturelles, mais je n'y vois pratiquement pas d'étudiants. Et puis il y a 24 000 étudiants à Enschede. Personne ne vient ici pour voir, ne vient à notre théâtre. Ils ne savent pas qu'il existe. Alors on a beau pousser toutes les représentations grâce au marketing, et dire : c'est vraiment quelque chose de très bien pour vous, mais ils le laissent filer. J'ai donc pensé : si nous amenons leurs histoires sur scène maintenant, nous pourrons mieux les introduire dans le monde du théâtre."

Une ligne directe

Maxime Vandommele se joint également à nous. Elle joue dans le sur ce site également spectacle très acclamé Metamorphoses II de Theatre Group Alum : "Cela fait maintenant cinq ou six ans que je joue pour les écoles. J'ai déjà entendu beaucoup de gens dire, en réponse à nos représentations : si vous avez une représentation ouverte, je reviendrai avec mes parents. Cela donne effectivement une ligne très directe."

La langue est également importante, explique Bran Remie : "Ce que j'ai trouvé très important, c'est que tu parles quand même la langue des élèves, pour que tu fasses vraiment en sorte que ce ne soit pas trop artificiel, parce que j'obtiens une sorte de film gouvernemental qui veut être cool."

Comment cela fonctionne-t-il ?

Sur le site Le critique Marijn Lems de Theatererkrant.nl a écrit une critique de Métamorphoses II dans laquelle il critiquait principalement l'apport du metteur en scène Erik Snel. Ce dernier, par le biais d'un e-mail, a entamé une conversation avec Lems : "J'aimerais beaucoup que Marijn me dise comment il en arrive à cette description, et je me demande aussi : sait-il vraiment comment cela fonctionne ? C'est peut-être une réponse un peu pédante, mais c'était mon opinion à l'époque. D'ailleurs, je pense que le plus important, c'est que les acteurs ne s'y retrouvent pas, parce qu'ils doivent le jouer tous les soirs ou tous les après-midi. Je peux lécher mes plaies dans un coin quelque part."

Lems n'a pas reculé devant le défi par courriel, et aussi dans ce podcast : "Je pense qu'une critique est le début d'une conversation. Je suis toujours heureux lorsqu'il y a une réaction de la part des créateurs de théâtre, des acteurs et de toutes les personnes impliquées dans leur production. Cela arrive, parfois, et je suis toujours très heureux lorsque cette conversation peut avoir lieu. Erik et moi avions déjà eu des conversations auparavant, notamment à propos de ses précédents spectacles et de ses textes. C'était donc bien que ce seuil ait déjà été franchi et qu'Erik se sente libre de me poser des questions à ce sujet."

Direction du jeu et chameaux

La conversation a déjà donné quelques nouvelles : "Ce que je n'avais pas inclus dans la critique, et que je regrette, c'est que la mise en scène de la pièce est aussi la sienne, bien sûr. Dans la critique, on a l'impression que les acteurs ont fait ça de manière complètement autonome, alors qu'Erik a manifestement eu son mot à dire. C'était vraiment une critique très valable à laquelle je me suis dit : je peux vraiment faire mieux la prochaine fois."

Il y a également une discussion sur ce qu'il faut faire avec la critique selon laquelle "rien n'est ajouté". Moi aussi, en tant qu'animateur du podcast, j'ai des problèmes avec ça. Erik Snel est d'accord : "Je trouve que la question de savoir si quelque chose est ajouté à une pièce de théâtre est un mot d'achoppement. À l'école d'art dramatique, nous avions toujours une expression : 'il n'y avait plus de chameau dans la pièce'. Cela signifiait donc qu'il s'agissait parfois de ce qui ne s'y trouvait pas plutôt que de ce qui s'y trouvait. Je suis fondamentalement une adepte du fait de regarder ce qu'il y a dedans et de voir ce que ça te fait. À partir du moment où cela ne suffit pas, je comprends que tu commences à chercher plus loin."

La faim

Marijn Lems tente d'expliquer cette idée plus en détail : "Je ne pense pas que chaque pièce doive avoir un thème social actuel. Mais les auteurs devraient avoir réfléchi à ce que cela signifie de raconter cette histoire aujourd'hui ? Qu'est-ce que cela signifie pour moi ? Qu'est-ce que cela signifie pour le public ? J'ai donc eu l'impression que cet aspect était trop absent de Metamorphosis II, parce que j'ai eu l'impression qu'il s'agissait avant tout d'une pièce qui mettait l'accent sur la beauté de ces vieilles histoires. Cela a beaucoup de valeur, mais j'écris une critique de mon propre point de vue et non pas pour répondre à la question de savoir si la pièce a de la valeur. Cela a été la rencontre entre moi et la pièce, Pour moi, en tant que spectateur, alors je reste un peu sur ma faim avec cette pièce."

Le podcast parle de bien plus, avec beaucoup de valeur ajoutée car tu entends vraiment les voix et tu ressens vraiment les émotions. Alors, écoute-le !

J'apprécie cet article !

Blij met dit verhaal? Laat je waardering blijken met een kleine bijdrage! Zo help je onafhankelijke cultuurjournalistiek in stand houden. (Zie je geen knop hieronder, gebruik dan deze link: don!)

Vlot doneren
Faire un don

Pourquoi faire un don ?

Nous sommes convaincus qu'un bon journalisme d'investigation et des informations de fond expertes sont essentiels pour un secteur culturel sain. Il n'y a pas toujours l'espace et le temps pour cela. Culture Press veut fournir cet espace et ce temps, et les rendre accessibles à tous GRATUITEMENT ! Que tu sois riche ou pauvre. Merci à dons Grâce à des lecteurs comme toi, nous pouvons continuer à exister. C'est ainsi que Culture Press existe depuis 2009 !

Tu peux aussi Devenir membreEt transforme ton don unique en un soutien durable !

Wijbrand Schaap

Journaliste culturel depuis 1996. A travaillé comme critique de théâtre, chroniqueur et reporter pour Algemeen Dagblad, Utrechts Nieuwsblad, Rotterdams Dagblad, Parool et des journaux régionaux par l'intermédiaire d'Associated Press Services. Interviews pour TheaterMaker, Theatererkrant Magazine, Ons Erfdeel, Boekman. Auteur de podcasts, il aime expérimenter les nouveaux médias. Culture Press est l'enfant que j'ai mis au monde en 2009. Partenaire de vie de Suzanne Brink Colocataire d'Edje, Fonzie et Rufus. Cherche et trouve-moi sur Mastodon.Voir les messages de l'auteur

Adhésion privée (mois)
5 / Maand
Pour les personnes physiques et les travailleurs indépendants.
Pas de bannières gênantes
Une lettre d'information spéciale
Propre compte mastodonte
Accès à nos archives
Petite adhésion (mois)
18 / Maand
Pour les institutions culturelles dont le chiffre d'affaires/subvention est inférieur à 250 000 € par an.
Pas de bannières gênantes
Un bulletin d'information premium
Tous nos podcasts
Ton propre compte Mastodon
Accès aux archives
Publie toi-même des communiqués de presse
Une attention particulière dans la couverture médiatique
Adhésion importante (mois)
36 / Maand
Pour les institutions culturelles dont le chiffre d'affaires/subvention est supérieur à 250 000 € par an.
Pas de bannières gênantes
Une lettre d'information spéciale
Ton propre compte Mastodon
Accès aux archives
Partager les communiqués de presse avec notre public
Une attention particulière dans la couverture médiatique
Bulletin d'information Premium (substack)
5 abonnements d'essai
Tous nos podcasts

Les paiements sont effectués via iDeal, Paypal, carte de crédit, Bancontact ou prélèvement automatique. Si tu préfères payer manuellement, sur la base d'une facture établie à l'avance, nous facturons des frais administratifs de 10€

*Uniquement pour l'adhésion annuelle ou après 12 paiements mensuels

fr_FRFrançais