Aller au contenu

L'"Euphoria" de Rosefeldt est l'une des choses les plus impressionnantes que j'ai jamais vécues. 

Et si 200 des plus grands penseurs et poètes que cette planète a connus au cours des derniers siècles étaient l'un d'entre nous ? Un simple inconnu dans un bus, ou ton chauffeur de taxi, ou un patineur ? Ou un tigre chantant dans un supermarché ? Julian Rosefeldt rend cette pensée audible, tangible et presque palpable dans la méga-installation "Euphoria" au Holland Festival. C'est l'une des choses les plus impressionnantes que j'ai vécues ces dernières années.

Julian Rosefeldt, c'est l'homme qui, après l'avant-première de presse, jeudi 8 juin, a demandé avec beaucoup d'insistance si nous avions des questions. Des questions ? Des centaines, mais pas spécialement pour lui. Pour lui, je ne ferais que m'agenouiller. Parce qu'il a un talent fou pour transformer de Très Grandes Pensées en Très Grand Art, qui résonne encore profondément chez les petites gens comme votre serviteur.

Cate Blanchett

La première fois que je l'ai vu au Holland Festival, c'était à l'occasion d'une installation tout aussi impressionnante. Manifeste. Sur treize écrans apparemment séparés, on voyait Cate Blanchett débattre de Manifestes d'artistes dans des situations toujours différentes. C'était déjà magnifique, mais ce qui l'était encore plus, c'est que ces vidéos apparemment commencées séparément étaient hypersynchrones : à chaque fois, un climax criant émergeait dans lequel tout était à l'unisson.

La technique est utilisée différemment dans Euphoria, mais l'effet n'en est pas moins écrasant. Pas d'écrans errants dans le cadre d'une exposition : Rosefeldt te fait entrer dans une gigantesque pièce ronde et haute, où un écran central attire tous les regards vers lui. Mais tout autour de cet espace sombre se trouve un chœur entier de jeunes new-yorkais, grandeur nature. Ils semblent se tenir avec toi dans l'espace, mais ce sont des projections. Au-dessus de ces jeunes : cinq batteries, jouées par les meilleurs batteurs de l'époque. Des projections également.

Scènes naturelles

Ce qui se passe dans cet espace est difficile à décrire : le film sur l'écran central contient des scènes apparemment naturelles : un chauffeur de taxi avec un client rigide, des sans-abri dans un chantier naval abandonné, des trieurs de courrier, une banque. Mais ces scènes n'ont rien de naturel : le chauffeur de taxi proclame de façon très engageante la plus grande sagesse sur l'erreur systémique que nous appelons le capitalisme libéral, les sans-abri s'en prennent au climat, les trieurs à notre compulsion d'achat, la banque s'avère être un cirque et les jeunes se révèlent toujours pleins d'espoir. Tout cela jusqu'au final avec Cate Blanchett dans un supermarché.

Tous les textes sont composés d'œuvres de ces centaines de poètes et de sages, et ne semblent donc pas directement naturalistes venant des personnages qui les prononcent. Pourtant, les acteurs parviennent à les prononcer si naturellement, et Rosefeldt les dépeint si intimement que tu bois leurs paroles.

Une technologie incroyable

La musique joue un rôle de premier plan dans les intermèdes, mais explose dans le final. C'est alors que tu réalises à quel point il est fou que tout cela soit synchronisé : la chorale, les batteurs, le film. Une technique incroyable, non seulement dans la présentation, mais aussi dans l'ensemble du processus créatif, dans lequel un taxi new-yorkais qui fait des sauts périlleux est tout à fait naturel, et est également amené de cette façon.

Le cadre dans lequel Rosefeldt filme tout cela se situe dans de nombreuses villes différentes, mais on a l'impression d'un grand New York mondial : une ville où l'échelle humaine est perdue, les transports motorisés (du haut des airs, j'ai vu une maigre piste cyclable) et l'architecture apocalyptique (cet énorme hall en béton : c'est de la folie !).

Kiev

La recherche de décors a été stressante pour Rosefeldt. L'événement devait initialement être présenté en avant-première au Holland Festival l'année dernière, mais alors que Rosefeldt travaillait sur le tournage final à Kiev, l'histoire du film l'a rattrapé : Poutine a commencé sa guerre contre l'Occident décadent et a envahi l'Ukraine. L'art a pris la fuite. Et a trouvé des alternatives qui s'emboîtent parfaitement, le monde étant une métropole sans issue.

Le lieu le plus beau est celui pour lequel le projet a été conçu : la halle du marché central, dans le quartier du marché de gros d'Amsterdam West, qui va bientôt s'embourgeoiser. Le petit train dans lequel tu es mis en tant que visiteur pour atteindre cette halle pourrait tout simplement faire partie du film, et la halle l'est certainement.

Heure de fin

Ce film au titre évocateur contribue au sentiment d'impuissance de la fin des temps qui s'empare de nombreuses personnes grâce aux pandémies, aux catastrophes climatiques et aux guerres. Rosefeldt, avec ses dizaines de philosophes et de poètes, n'offre aucune solution, parce qu'il n'y en a pas, tant chaque débat entre les penseurs de ce film est clair.

Parmi toute cette horreur, au moins, il y a encore de l'espoir dans les gens qui t'entourent, les gens qui sont beaux et qui partagent de belles pensées. Ou un sourire. C'est ce dont l'art est capable.

Reste-t-il une consolation ? J'ai eu la rare chance d'être autorisée à rendre visite à Laurie Anderson au Carré après l'avant-première de presse, ailleurs déjà. avis élogieux d'une collègue, Helen Westerik. Laurie Anderson a réussi à nous faire grimacer devant le gâchis que nous en avons fait. Qu'elle vive encore 100 ans, tout cela n'aura pas été vain. Nous n'avons pas besoin d'autres experts non plus.

Vu : Euphoria au Holland Festival. À voir jusqu'au 25 juin. Informations.

J'apprécie cet article !

Tu es satisfait de cette histoire ? Montrez votre appréciation en faisant une petite contribution ! C'est ainsi que tu aideras à maintenir en vie le journalisme culturel indépendant. (Si tu ne vois pas de bouton ci-dessous, utilise ce lien : don!)

Faire un don en douceur
Faire un don

Pourquoi faire un don ?

Nous sommes convaincus qu'un bon journalisme d'investigation et des informations de fond expertes sont essentiels pour un secteur culturel sain. Il n'y a pas toujours l'espace et le temps pour cela. Culture Press veut fournir cet espace et ce temps, et les rendre accessibles à tous GRATUITEMENT ! Que tu sois riche ou pauvre. Merci à dons Grâce à des lecteurs comme toi, nous pouvons continuer à exister. C'est ainsi que Culture Press existe depuis 2009 !

Tu peux aussi Devenir membreEt transforme ton don unique en un soutien durable !

Wijbrand Schaap

Journaliste culturel depuis 1996. A travaillé comme critique de théâtre, chroniqueur et reporter pour Algemeen Dagblad, Utrechts Nieuwsblad, Rotterdams Dagblad, Parool et des journaux régionaux par l'intermédiaire d'Associated Press Services. Interviews pour TheaterMaker, Theatererkrant Magazine, Ons Erfdeel, Boekman. Auteur de podcasts, il aime expérimenter les nouveaux médias. Culture Press est l'enfant que j'ai mis au monde en 2009. Partenaire de vie de Suzanne Brink Colocataire d'Edje, Fonzie et Rufus. Cherche et trouve-moi sur Mastodon.Voir les messages de l'auteur

Petites adhésions
175 / 12 Maanden
Surtout pour les organisations dont le chiffre d'affaires ou la subvention est inférieur à 250 000 par an.
Pas de bannières gênantes
Un bulletin d'information premium
5 abonnements d'essai à la lettre d'information
Tous nos podcasts
Donne ton avis sur nos politiques
Connaître les finances de l'entreprise
Archives exclusives
Publie toi-même des communiqués de presse
Propre compte mastodonte sur notre instance
Nombreux membres
360 / Jaar
Voor culturele organisaties
Pas de bannières gênantes
Un bulletin d'information premium
10 abonnements d'essai à la lettre d'information
Tous nos podcasts
Participe
Connaître les finances de l'entreprise
Archives exclusives
Publie toi-même des communiqués de presse
Propre compte mastodonte sur notre instance
Collaboration
Adhésion privée
50 / Jaar
Pour les personnes physiques et les travailleurs indépendants.
Pas de bannières gênantes
Un bulletin d'information premium
Tous nos podcasts
Donne ton avis sur nos politiques
Connaître les finances de l'entreprise
Archives exclusives
Propre compte mastodonte sur notre instance
fr_FRFrançais