Aller au contenu

COMMENT J'AI TROUVÉ LE DUENDE À RABAT

1.

Lors du 11 septembre, j'étais à Salamanque avec deux amis. Le jour où Geert Wilders a réussi à obtenir 37 sièges (merci le VVD et les médias normalisateurs), j'étais à Rabat, pour assister à la conférence musicale Visa for Music, avec laquelle le Réseau européen de jazz (l'un des réseaux les plus performants au sein du financement culturel européen, je dis en tant que Le nouveau venu en ville dans cette entreprise) a pour la première fois, dans le cadre du 10e anniversaire de Visa for Music, établi une collaboration. Tout simplement, l'objectif est le suivant : plus d'échanges culturels sous forme de concerts, de l'Afrique vers l'Europe et vice-versa. Il y a une bonne compagnie 'aguerrisJe suis donc optimiste.

2.

Un exemple inspirant est venu aujourd'hui de l'un des programmateurs du North Sea Jazz Festival, qui a raconté comment il avait été approché par un booker d'origine hindoustani-surinamaise, qui lui avait suggéré de faire une création pour le North Sea Jazz dans le cadre des activités autour des 150 ans de l'abolition de l'esclavage aux Pays-Bas. Très concrètement, il a impliqué les communautés surinamaises, antillaises et indonésiennes d'aujourd'hui dans ce projet, qui a remporté un franc succès cet été au NSJ.

3.

Que Geert Wilders soit un fasciste dans l'âme, je n'en suis même pas convaincu. Il me fait plutôt penser à Mickey Mouse dans le sous-sol du film. Fantasia (1940) en tant qu'apprenti sorcier, au-delà du contrôle de ce dont il s'est rendu compte. De plus, je n'en suis pas encore au point d'effacer de mon carnet de bal tous ceux qui ont voté pour le PVV en tant que nazis - je pense plutôt que le VVD et les médias normalisateurs sont coupables dans cette histoire.

La crise actuelle du logement vient plutôt des travailleurs migrants bon marché autorisés par le VVD et surtout de l'énorme stock de logements sociaux de premier ordre vendus à des fonds d'investissement étrangers sous la direction jubilatoire du VVD.

Le PVV récolte les fruits de décennies de politiques néolibérales pernicieuses du VVD dans tous les domaines de la vie. Quelle privatisation a encore réussi ? Mais quand je lis ce que le PVV a dans son programme (oubliez un instant son offensive de charme de ces derniers jours et lisez son programme), je crains le pire pour mon ancienne patrie. Au fait, je crains un instant qu'il y ait en Belgique beaucoup de types douteux très enthousiastes à ce sujet victoire écrasante de Wilders cs.

4.

Après les vitrines, j'ai terminé ce soir. seul dans une authentique maison de flamenco, avec un public vraiment merveilleux - tous les métis. Des jeunes, des vieux, des Espagnols, des Marocains, des "Africains de l'Ouest", des internationaux, des V/M/X. On fumait, on tapait des mains de façon très raffinée, on se passait des guitares depuis le public, le chanteur de service n'était pas très doué pour atteindre la note la plus haute, mais il le faisait... con mucho duende - et en tant que non-fumeuse qui déteste les établissements à fumée bleue d'antan, j'ai été touchée par cette entreprise et l'ambiance. Et puis soudain, ils jouent une version flamenco de Historia de un Amorque je connais dans la version d'Eydie Gormé (juive séfarade/ New York).

J'ai immédiatement pensé à une édition légendaire de North Sea Jazz, toujours à La Haye, avec deux amis d'Utrecht, alors que nous nous étions retrouvés dans un hôtel près du Holland Spoor à cause du prix - il nous a fallu un certain temps pour comprendre pourquoi les plafonds avaient des miroirs et toutes les lumières étaient rouges. Là, nous avons décidé de partager une tournée de classiques personnels jusqu'à l'aube et nous avons chanté bruyamment (et de façon guindée) avec Eydie.

J'ai aussi appelé mon père arubano-chinois ce soir-là, qui était très amusé par ce rapprochement inattendu de la part de son fils. Je savais qu'il adorait aussi ce boléro - il pensait qu'elle était turque, mais elle vient du Bronx! Mon père et moi sommes comme des sphinx égyptiens antiques l'un pour l'autre, avec ici et là... un moment de vraie compréhensiong.

5.

En bref : je l'ai eu trop mal pendant un certain temps, à Casa José, Rabat. J'ai, nota bene, un bon ami depuis de nombreuses années qui amène le flamenco artistique aux Pays-Bas au plus haut niveau, mais le flamenco ne me touche vraiment profondément que lorsqu'il entre lui-même dans un nouvel hybride, comme avec le chanteur pakistanais Faiz Ali Faiz lors de la première Biennale du flamenco, ou dans cet incroyable classique de salsa hardcore de Jose Mangual Jr, Gitana (muchos gracias Mauri !).

Ce soir à Rabat, le flamenco est entré dans mon âme par une autoroute : quelle que soit la façon dont tu le regardes, c'est une culture hybride, le fantastique confluent, la culture unique de l'éternel outsider, du Rajasthan à travers l'Afrique du Nord et l'Europe de l'Est jusqu'au fin fond de l'Espagne - vue... Latcho Drom (1993, le meilleur film du réalisateur algérien Tony Gatlif), et tu comprendras ce que je veux dire ici. Il y a tellement de choses dans ce film, et cela résonne directement avec le public qui vient assister à ce spectacle à Rabat. Cela va des voix criardes et des cordes hargneuses aux plus subtils mouvements de poignet et aux chants d'approbation dans le public. C'est un plaisir bipolaire que de ressentir ces vibrations tout en se rappelant ma pauvre, pauvre patrie plongée dans un ravin moral.

6.

Ce qui pousse les Néerlandais à voter pour le PVV, je ne peux pas l'interpréter autrement que par une profonde peur de l'avenir. Maintenant oui, et l'hystérie de masse, attisée par ces putain d'entreprises de Californie, qui présentent principalement à l'utilisateur l'émeute jusque dans sa poche, plutôt que la nuance. Plus quelques médias néerlandais par peur tout aussi profonde. encore de rater le coche (comme lors de la montée au pouvoir en forme de fusée de Fortuyn) ont commencé à jouer un affreux air de manivelle populiste. J'aimerais bien que ces électeurs du PVV lisent les rapports britanniques sur les bienfaits du Brexit pour le peuple britannique (Nexit fait partie intégrante des plans du PVV).

7.

L'idylle présentée par le PVV et les partis apparentés est une idylle. Je ne m'attends pas à une opérette de Fortuyn 2.0, Wilders est bien trop expérimenté pour cela. Je m'attends au chaos, à la stagnation et à une guerre de tranchées à La Haye qui ne mènera à rien, ou tout au plus à plus de méfiance mutuelle et à un retard fatal dans les mesures indispensables en faveur de l'environnement. Mais le démocrate en moi dit : les urnes ont parlé, laissons le PVV prouver qu'il a raison pour les Pays-Bas.

L'alternative, un cabinet minoritaire sans le PVV - là, j'imagine que Wilders n'aura alors besoin que d'un tweet pour faire marcher la racaille jusqu'au Binnenhof, torche enflammée et potence à la main. Ce pays est et reste celui des frères De Witt, de Van Oldenbarnevelt et des 60 000 juifs déportés d'Amsterdam (102 000 des Pays-Bas).

La presse culturelle fonctionne différemment. C'est toi qui décides de la valeur de cette histoire !

C'est bien que tu aies lu jusqu'ici. Tu lisais déjà à l'heure qu'il est histoires de cet auteur. Montre ton appréciation avec un petit don!

don
Faire un don

Pourquoi faire un don ?

Nous sommes convaincus qu'un bon journalisme d'investigation et des informations de fond expertes sont essentiels pour un secteur culturel sain. Souvent, les journaux et les autres médias, anciens et nouveaux, n'ont ni la place ni le temps pour cela. Culture Press veut offrir cet espace et ce temps, et nous voulons qu'il en soit ainsi pour tout le monde. Que tu sois riche ou pauvre. C'est pourquoi nous voulons que ce site reste gratuit autant que possible. Cela coûte de l'argent, beaucoup d'argent. Merci à dons Grâce à des lecteurs comme vous, nous pouvons continuer à exister et nous rendre compte de l'importance que les lecteurs nous accordent. De plus, nous pensons que c'est la meilleure façon possible de garder un journalisme indépendant. C'est ainsi que Culture Press existe depuis 2009 : grâce aux lecteurs qui s'approprient ainsi un peu ce lieu indispensable !

Tu peux aussi Devenir membreEt transforme ton don unique en un soutien durable !

Jaïr Tchong

Auparavant journaliste culturel et programmateur musical (Tolhuistuin, Melkweg) aux Pays-Bas. Depuis le 1er décembre 2019, programmateur musical pour le centre artistique KAAP. KAAP organise deux collaborations annuelles à Bruges et à Ostende. À Ostende dans son propre lieu au bord de la mer, à Bruges de manière nomade dans toute la ville et avec des partenaires tels que Concertgebouw Brugge, Cactus, CC Brugge et De Republiek. KAAP organise également des festivals : Push the Button, Dansand, Jazz Brugge et AMOK.Voir les messages de l'auteur

Adhésion privée (mois)
5 / Maand
Pour les personnes physiques et les travailleurs indépendants.
Pas de bannières gênantes
Une lettre d'information spéciale
Propre compte mastodonte
Accès à nos archives
Petite adhésion (mois)
18 / Maand
Pour les institutions culturelles dont le chiffre d'affaires/subvention est inférieur à 250 000 € par an.
Pas de bannières gênantes
Un bulletin d'information premium
Tous nos podcasts
Ton propre compte Mastodon
Accès aux archives
Publie toi-même des communiqués de presse
Une attention particulière dans la couverture médiatique
Adhésion importante (mois)
36 / Maand
Pour les institutions culturelles dont le chiffre d'affaires/subvention est supérieur à 250 000 € par an.
Pas de bannières gênantes
Une lettre d'information spéciale
Ton propre compte Mastodon
Accès aux archives
Partager les communiqués de presse avec notre public
Une attention particulière dans la couverture médiatique
Bulletin d'information Premium (substack)
5 abonnements d'essai
Tous nos podcasts

Les paiements sont effectués via iDeal, Paypal, carte de crédit, Bancontact ou prélèvement automatique. Si tu préfères payer manuellement, sur la base d'une facture établie à l'avance, nous facturons des frais administratifs de 10€

*Uniquement pour l'adhésion annuelle ou après 12 paiements mensuels

fr_FRFrançais