Aller au contenu

Recherche : la rémunération équitable dans le secteur artistique coûtera 180 millions de plus d'ici 2025

Les recherches sont là, et les chiffres ne sont pas réjouissants. Dans le secteur artistique, le fait de sous-payer en particulier les travailleurs indépendants et de ne pas honorer les heures supplémentaires est une politique permanente. S'il faut désormais compenser cela avec le budget existant, les petites institutions et les festivals en particulier tomberont immédiatement à l'eau. L'étude sur ce sujet a été présentée hier au secrétaire d'État à la culture sortant, Uslu.

Le principal Kunsten '92 se félicite de l'étude, affirmant qu'il faut au moins 34 millions supplémentaires pour répondre au besoin initial, soit 5 millions de plus que les 29 millions promis par l'actuel secrétaire d'État. "La rémunération équitable est en bonne voie. Avec cette recherche, qui donne un aperçu de la sous-rémunération et du sous-paiement des heures, une étape importante a été franchie pour que le secteur culturel et créatif reste résilient. Cependant, le grand saut est encore à venir, avec plus de recherches, d'outils et d'argent nécessaires pour faire du salaire équitable une réalité partout."

L'association professionnelle, qui regroupe donc principalement des employeurs, poursuit : "Kunsten '92 considère le montant mentionné dans l'enquête comme un montant de référence. Il est également clair que ce montant n'est pas exhaustif pour l'ensemble du secteur culturel et créatif."

34 millions, c'est trop peu

La demande de recherches supplémentaires devrait alors être une réponse aux chiffres dramatiques, qui sont mauvais pour le lobby. Les 34 millions sur lesquels Kunsten '92, en tant qu'association professionnelle, mise aujourd'hui sont une goutte d'eau dans l'océan. Cela ne fonctionne que pour l'année prochaine. Et encore, seulement pour la subvention de l'État. Les communes ont encore besoin d'un montant d'environ 70 millions pour la première année. Encore une fois, ce n'est rien comparé à ce qui est prévu dans le redoutable Année du ravin 2025 sera nécessaire. Cette année-là, lorsque les caisses municipales seront partout vides, un multiple de cette somme pourrait bien être nécessaire. Pense au chiffre "6".

En effet, l'étude précise : "Compte tenu de l'évolution des salaires bruts (y compris les charges sociales patronales) prévue par le Bureau central de planification, en plus des coûts supplémentaires de 29,2 mln €, un montant supplémentaire de 149,0 mln € est nécessaire pour l'indexation afin de réaliser le Fair Pay en 2025. Ce montant se compose de 5,4 mln € pour l'indexation des coûts supplémentaires et de 143,6 € pour l'indexation des frais de personnel actuels."

Un manque à gagner de 180 millions seulement, et ce à la veille d'élections qui promettent une majorité aux partis qui préféreraient moins, voire plus du tout, de subventions pour les arts. Si l'on s'en tient à leur propre demande de paiement équitable, le maintien du montant total des subventions à 900 millions signifierait que l'on pourrait produire près d'un quart d'œuvres en moins.

Baldrige transmis au personnel

Il existe une similitude intéressante entre le montant avec lequel le premier cabinet de droite de Rutte a lancé l'attaque contre les arts (200 millions) et la dette actuelle que les institutions culturelles ont accumulée auprès de leur personnel. Les subventions dans les années qui ont suivi 2012 se sont principalement concentrées sur le maintien de l'offre, contre la subvention moindre. Le fonds pour les arts du spectacle a continué à verser la subvention réduite en fonction du nombre de représentations vendues, quel que soit le nombre de productions réalisées par une compagnie auparavant. De cette manière, les coûts ont été répercutés sur les épaules les plus faibles : celles des gens de l'atelier, surtout dans les petites institutions, dont la plupart sont des indépendants.

Cette action des institutions subventionnaires a donc retardé l'exécution. En effet, le ministère de l'éducation, de la culture et des sciences participe également au sous-paiement, semble-t-il. C'est une mauvaise nouvelle à l'heure où le secteur culturel doit sortir le grand jeu face à une Chambre qui semble avoir peu de cœur pour l'art. On dira que le secteur devrait alors se débrouiller tout seul. Une réduction drastique de l'offre est inévitable. Cela entraînera une stérilité à long terme, car les jeunes et petites institutions, où se développe souvent le nouvel art, sont particulièrement touchées. Le cabinet Rutte 1, dans lequel le PVV a joué un rôle prépondérant, arrivera alors à ses fins après 13 ans.

Alors maintenant, il arrive déjà que le paiement de musiciens professionnels souvent jeunes lors d'un programme classique de l'ONL ait entraîné l'annulation de ce programme. Jusqu'à présent, ils se produisaient gratuitement. Au cours d'une rencontre à TivoliVredenburg a répondu à Peter Kwint du PS le mercredi 15 novembre en clarifiant la situation qui s'était créée : "Avant tout, c'est aussi un signal que le secteur a accepté un modèle de revenus pervers depuis bien trop longtemps."

Lire l'étude complète ici

J'apprécie cet article !

Blij met dit verhaal? Laat je waardering blijken met een kleine bijdrage! Zo help je onafhankelijke cultuurjournalistiek in stand houden. (Zie je geen knop hieronder, gebruik dan deze link: don!)

Vlot doneren
Faire un don

Pourquoi faire un don ?

Nous sommes convaincus qu'un bon journalisme d'investigation et des informations de fond expertes sont essentiels pour un secteur culturel sain. Il n'y a pas toujours l'espace et le temps pour cela. Culture Press veut fournir cet espace et ce temps, et les rendre accessibles à tous GRATUITEMENT ! Que tu sois riche ou pauvre. Merci à dons Grâce à des lecteurs comme toi, nous pouvons continuer à exister. C'est ainsi que Culture Press existe depuis 2009 !

Tu peux aussi Devenir membreEt transforme ton don unique en un soutien durable !

Wijbrand Schaap

Journaliste culturel depuis 1996. A travaillé comme critique de théâtre, chroniqueur et reporter pour Algemeen Dagblad, Utrechts Nieuwsblad, Rotterdams Dagblad, Parool et des journaux régionaux par l'intermédiaire d'Associated Press Services. Interviews pour TheaterMaker, Theatererkrant Magazine, Ons Erfdeel, Boekman. Auteur de podcasts, il aime expérimenter les nouveaux médias. Culture Press est l'enfant que j'ai mis au monde en 2009. Partenaire de vie de Suzanne Brink Colocataire d'Edje, Fonzie et Rufus. Cherche et trouve-moi sur Mastodon.Voir les messages de l'auteur

Adhésion privée (mois)
5 / Maand
Pour les personnes physiques et les travailleurs indépendants.
Pas de bannières gênantes
Une lettre d'information spéciale
Propre compte mastodonte
Accès à nos archives
Petite adhésion (mois)
18 / Maand
Pour les institutions culturelles dont le chiffre d'affaires/subvention est inférieur à 250 000 € par an.
Pas de bannières gênantes
Un bulletin d'information premium
Tous nos podcasts
Ton propre compte Mastodon
Accès aux archives
Publie toi-même des communiqués de presse
Une attention particulière dans la couverture médiatique
Adhésion importante (mois)
36 / Maand
Pour les institutions culturelles dont le chiffre d'affaires/subvention est supérieur à 250 000 € par an.
Pas de bannières gênantes
Une lettre d'information spéciale
Ton propre compte Mastodon
Accès aux archives
Partager les communiqués de presse avec notre public
Une attention particulière dans la couverture médiatique
Bulletin d'information Premium (substack)
5 abonnements d'essai
Tous nos podcasts

Les paiements sont effectués via iDeal, Paypal, carte de crédit, Bancontact ou prélèvement automatique. Si tu préfères payer manuellement, sur la base d'une facture établie à l'avance, nous facturons des frais administratifs de 10€

*Uniquement pour l'adhésion annuelle ou après 12 paiements mensuels

fr_FRFrançais