Aller au contenu

'Je m'excuse' est maintenant un livre. Allez le lire, tous ensemble. 

"Écouter, ne pas toujours comprendre, mais essayer d'accompagner les voix (noires) a fait en sorte que, selon moi, il y avait un beau texte au cœur de la représentation Ik zeg toch sorry." Si une courte préface à une pièce de théâtre a autant de sens que cette citation de Raymi Sambo, le texte lui-même doit offrir bien plus. Et c'est ce que fait "Ik zeg toch sorry", écrit par l'écrivain blanc Erik Snel, fondateur de la compagnie Aluin, basée à Utrecht.

Le texte a été écrit pour une pièce de théâtre dans laquelle l'équipe de Raymi Sambo a collaboré avec Alum, dans une équipe de trois acteurs noirs et trois acteurs blancs. La première de la pièce a eu lieu à Oerol en 2022. J'ai assisté au coup d'envoi de la tournée le long du circuit des petits théâtres en septembre de cette année-là et j'ai été, pour ainsi dire, 'soufflé'. L'article a une fois de plus mis en évidence l'importance d'écouter avant d'émettre une opinion.

Page noire

J'ai trop souvent entendu des gens dire que l'histoire de l'esclavage est quelque chose d'ancien, une page noire que nous avons laissée derrière nous. D'ailleurs, comment un habitant d'Utrecht pourrait-il se sentir coupable d'un événement survenu il y a 200 ans dans un pays lointain ? L'appel lancé aux Pays-Bas pour qu'ils s'excusent pour le mal fait, un point essentiel soulevé par Sylvana Simons et Bij1 pendant leur trop courte présence à la Chambre basse, n'est pas ressenti par tout le monde, dirons-nous. 

L'auteur Erik Snel a écrit cette pièce avec cette idée en tête. Il est parvenu à rendre ce malaise palpable, discutable et ridicule à la fois de façon brillante. 

Transmettre la honte

Dans la préface de l'édition du texte, désormais disponible chez l'éditeur It&fb, Raymi Sambo l'explique mieux que je ne pourrais le faire : "Réaliser un spectacle sur ce sujet est extrêmement complexe. Tu découvres que le noir et le blanc parlent la même langue, mais ne ressentent pas la même chose. Erik Snel écrit à ce sujet : "La douleur est-elle transmise par les gènes, mais la honte non ? Comment la douleur joue-t-elle encore un rôle dans la vie des acteurs noirs et comment les acteurs blancs gèrent-ils la honte en réponse à cette douleur ? Et comment gérer cela dans le processus de création ?"

Les cent représentations que l'ensemble a maintenant données ont impressionné, si je compte de manière optimiste, vingt mille personnes. Pas mal, mais une goutte d'eau dans l'océan, surtout après le 22 novembre, quand un quart du pays a voté pour un parti qui met en avant le retrait des excuses pour le passé esclavagiste. 

Soldat d'Orange

Pourquoi le système de subventions néerlandais n'est-il pas conçu de manière à ce qu'une pièce comme "Ik zeg toch sorry" puisse être jouée aussi longtemps que "Soldaat van Oranje" ? Ce n'est pas si cher, et tout comme des bus entiers partent chaque soir vers ce hangar reconverti, ne devrait-il pas y avoir un théâtre où cette pièce intime puisse faire son travail de guérison pendant des années ?

Ou devons-nous espérer un statut de légende, récompensé dans 30 ans par une adaptation cinématographique ? Comme Leedvermaak, une pièce de Judith Herzberg décisive pour notre traitement de l'héritage de l'Holocauste, qui n'a été jouée que 30 fois à Frascati en 1982, mais qui a néanmoins changé de nombreuses vies ?

Le texte est donc maintenant disponible. Publier des textes de théâtre n'est pas l'option la plus rentable de la profession d'éditeur, et c'est un euphémisme. Dans un pays où les compétences en lecture ont sombré à un niveau pathétique, surtout un texte de théâtre est difficile à lire seul. 

Vive le club de lecture

Il faut espérer le circuit du théâtre de passionnés, et les clubs de lecture, car il semble y en avoir pas mal. La semaine dernière, j'ai lu le texte avec un club de lecture de mon cru. Les six rôles ont été répartis, nous avons lu à haute voix les uns pour les autres et nous avons été profondément impressionnés. Le talent d'acteur n'est même pas nécessaire pour cela, car le texte semble suffisamment fort pour se mettre en place même sans le contexte spécifique des professionnels du théâtre. 

Essaie simplement avec des amis, au lieu de jouer au klaverjassen ou après des gourmets le soir de Noël. Avec la réduction imminente, voire l'arrêt des subventions artistiques, qui affectera particulièrement les petites compagnies comme Alum et Raymi Sambo Makes, il y a peut-être un avenir semi-clandestin dans les salons des fans. Le texte le mérite, et les Pays-Bas en ont besoin. 

La presse culturelle fonctionne différemment. C'est toi qui décides de la valeur de cette histoire !

C'est bien que tu aies lu jusqu'ici. Tu lisais déjà à l'heure qu'il est histoires de cet auteur. Montre ton appréciation avec un petit don!

don
Faire un don

Pourquoi faire un don ?

Nous sommes convaincus qu'un bon journalisme d'investigation et des informations de fond expertes sont essentiels pour un secteur culturel sain. Souvent, les journaux et les autres médias, anciens et nouveaux, n'ont ni la place ni le temps pour cela. Culture Press veut offrir cet espace et ce temps, et nous voulons qu'il en soit ainsi pour tout le monde. Que tu sois riche ou pauvre. C'est pourquoi nous voulons que ce site reste gratuit autant que possible. Cela coûte de l'argent, beaucoup d'argent. Merci à dons Grâce à des lecteurs comme vous, nous pouvons continuer à exister et nous rendre compte de l'importance que les lecteurs nous accordent. De plus, nous pensons que c'est la meilleure façon possible de garder un journalisme indépendant. C'est ainsi que Culture Press existe depuis 2009 : grâce aux lecteurs qui s'approprient ainsi un peu ce lieu indispensable !

Tu peux aussi Devenir membreEt transforme ton don unique en un soutien durable !

Wijbrand Schaap

Journaliste culturel depuis 1996. A travaillé comme critique de théâtre, chroniqueur et reporter pour Algemeen Dagblad, Utrechts Nieuwsblad, Rotterdams Dagblad, Parool et des journaux régionaux par l'intermédiaire d'Associated Press Services. Interviews pour TheaterMaker, Theatererkrant Magazine, Ons Erfdeel, Boekman. Auteur de podcasts, il aime expérimenter les nouveaux médias. Culture Press est l'enfant que j'ai mis au monde en 2009. Partenaire de vie de Suzanne Brink Colocataire d'Edje, Fonzie et Rufus. Cherche et trouve-moi sur Mastodon.Voir les messages de l'auteur

Adhésion privée (mois)
5 / Maand
Pour les personnes physiques et les travailleurs indépendants.
Pas de bannières gênantes
Une lettre d'information spéciale
Propre compte mastodonte
Accès à nos archives
Petite adhésion (mois)
18 / Maand
Pour les institutions culturelles dont le chiffre d'affaires/subvention est inférieur à 250 000 € par an.
Pas de bannières gênantes
Un bulletin d'information premium
Tous nos podcasts
Ton propre compte Mastodon
Accès aux archives
Publie toi-même des communiqués de presse
Une attention particulière dans la couverture médiatique
Adhésion importante (mois)
36 / Maand
Pour les institutions culturelles dont le chiffre d'affaires/subvention est supérieur à 250 000 € par an.
Pas de bannières gênantes
Une lettre d'information spéciale
Ton propre compte Mastodon
Accès aux archives
Partager les communiqués de presse avec notre public
Une attention particulière dans la couverture médiatique
Bulletin d'information Premium (substack)
5 abonnements d'essai
Tous nos podcasts

Les paiements sont effectués via iDeal, Paypal, carte de crédit, Bancontact ou prélèvement automatique. Si tu préfères payer manuellement, sur la base d'une facture établie à l'avance, nous facturons des frais administratifs de 10€

*Uniquement pour l'adhésion annuelle ou après 12 paiements mensuels

fr_FRFrançais