Aller au contenu

Plus de billets gratuits pour les journalistes après une attaque personnelle. Action légitime ou harcèlement indésirable ?

 "Jazzenzo n'est plus le bienvenu dans les salles de spectacles et les festivals"., déclare le magazine de jazz en ligne Jazzenzo. Elle a été provoquée par une lettre que le média a reçue de BIM House le 24 avril. En cette lettreDans le cadre de l'initiative "BIM House", cosignée par un nombre impressionnant de lieux et de festivals prestigieux tels que TivoliVredenburg et North Sea Jazz, la BIM House informe qu'elle n'accordera plus de billets gratuits aux reporters non rémunérés du magazine : "Suite à la - à nos yeux - énième publication inconvenante sur le site Jazzenzo.nl, nous avons décidé, avec un certain nombre de lieux et de festivals de jazz néerlandais, de ne plus accorder de carte de presse au magazine en ligne Jazzenzo."

Cela te semble familier. En 2018, Olivier Keegel, un critique d'opéra ayant des opinions assez tranchées sur le directeur de l'Opéra national Pierre Audi, a reçu une lettre similaire de la part de l'Opéra. Keegel a considéré qu'il s'agissait d'un boycott et d'une attaque contre la liberté de la presse. Il a traîné l'entreprise multimillionnaire devant les tribunaux, mais n'a pas eu gain de cause. 

349 euros

Le juge n'a pas considéré que le fait que Keegel doive désormais payer son propre billet constituait une restriction du droit à la libre collecte d'informations. C'est vrai, même si avec des prix de billets pouvant atteindre 173,50 €, on peut s'interroger sur ce degré de liberté. Après tout : les journalistes ne font pas partie du groupe de travailleurs indépendants les mieux payés. La critique non subtile devient donc le droit d'une petite élite fortunée.

Les billets pour le jazz sont généralement moins chers, même si à l'heure actuelle, Jazzenzo doit payer 350 euros pour trois jours de North Sea Jazz à Rotterdam. Plutôt inabordable pour ceux qui écrivent pour un site web en tant que petits indépendants. 

Et même si l'argument riche contre pauvre compte moins ici, ce qui est difficile dans les derniers écrits de tous ces lieux et festivals de jazz à Jazzenzo, c'est la massivité de la plainte. C'est maintenant comme si tout le secteur se retournait contre Jazzenzo. Cela ne doit pas être très agréable. 

Voyons alors à quel point ce média est ennuyeux. D'après les sites d'envoi de lettres, Jazzenzo joue pour l'homme/la femme :  "...Le rabaissement délibéré de personnes et le fait de jouer sur la personne, comme c'est souvent le cas dans les publications sur Jazzenzo, nous semblent inappropriés et font en outre tout sauf du bien à notre secteur du jazz bien-aimé. [...]Des personnes et des organisations spécifiques sont régulièrement attaquées dans des publications sur Jazzenzo d'une manière qui n'a rien à voir avec le contenu."

Lapin effrayé

Ici, à Culture Press, nous ne sommes pas des lecteurs réguliers de Jazzenzo, mais un premier coup d'œil sur le site montre principalement un cœur chaleureux pour le jazz improvisé par des gens qui sont généralement là depuis un peu plus longtemps. Le seul endroit où la fureur est visible est un article de Cyriel Pluimakers, dans lequel il se plaint que la vieille garde de la musique improvisée joue un trop petit rôle dans la prochaine fête d'anniversaire de la maison BIM. Dans cet article, le directeur Mijke Loeven et le programmateur Frank van Berkel sont particulièrement mis en cause. Van Berkel est traité de "lapin effrayé", ce qui peut encore être considéré comme une blague, mais Mijke Loeven est personnellement attaqué, comme dans ce passage : "Loeven travaille aussi au noir en tant que présentatrice et consultante. "Les gens m'aiment bien maintenant", telle est sa devise. Et oui, depuis son ascension dans l'échelle culturelle, sa diction est devenue de plus en plus royale." 

En effet, dans le contexte de l'histoire, l'attaque contre la directrice du BIM sort plutôt de nulle part. Les qualifications dont elle fait l'objet n'ont pas non plus grand-chose à voir avec le reste du contenu de l'histoire. 

Cependant, la lettre des salles de spectacles et des festivals est également hors sujet : "Tout compte fait, il semble que Jazzenzo ne prenne pas le code du journalisme au sérieux et nous ne voulons plus y contribuer. Par conséquent, nous ne mettrons plus de cartes de presse à la disposition de Jazzenzo pour le moment."

Code de Bordeaux

C'est un rebondissement solide, d'autant plus que la société des plaignants cite également le "code du journalisme". Cela donne à l'écriture un ton inutilement juridique. Le code du journalisme, par lequel les rédacteurs font probablement référence au Code de Bordeaux' auquel ce site souscrit également, après tout, fait une exception pour les articles d'opinion, tels que les chroniques. En outre, nous pouvons citer quelques grands médias qui emploient des personnes qui n'hésitent pas à lancer des attaques personnelles. La question est de savoir si ces personnes reçoivent également de telles lettres

Bien sûr, toute institution culturelle est libre de donner ou de refuser des billets gratuits à des personnes de la presse ; cela n'interfère pas avec la liberté de collecte d'informations. Est-ce que, ce faisant, tu dois utiliser des mots aussi forts pour mettre fin à une relation existante ? Cela commence alors à ressembler à une pression non désirée, qui conduit en outre à une... effet réfrigérant à d'autres petits médias. Oseront-ils écrire un autre article critique solide la prochaine fois, sachant que cela pourrait être la fin du site, qui ne peut faire son travail qu'avec des billets gratuits ?

Ou bien la critique d'art non sophistiquée deviendra-t-elle un privilège pour les riches ? 

J'apprécie cet article !

Tu es satisfait de cette histoire ? Montrez votre appréciation en faisant une petite contribution ! C'est ainsi que tu aideras à maintenir en vie le journalisme culturel indépendant. (Si tu ne vois pas de bouton ci-dessous, utilise ce lien : don!)

Faire un don en douceur
Faire un don

Pourquoi faire un don ?

Nous sommes convaincus qu'un bon journalisme d'investigation et des informations de fond expertes sont essentiels pour un secteur culturel sain. Il n'y a pas toujours l'espace et le temps pour cela. Culture Press veut fournir cet espace et ce temps, et les rendre accessibles à tous GRATUITEMENT ! Que tu sois riche ou pauvre. Merci à dons Grâce à des lecteurs comme toi, nous pouvons continuer à exister. C'est ainsi que Culture Press existe depuis 2009 !

Tu peux aussi Devenir membreEt transforme ton don unique en un soutien durable !

Wijbrand Schaap

Journaliste culturel depuis 1996. A travaillé comme critique de théâtre, chroniqueur et reporter pour Algemeen Dagblad, Utrechts Nieuwsblad, Rotterdams Dagblad, Parool et des journaux régionaux par l'intermédiaire d'Associated Press Services. Interviews pour TheaterMaker, Theatererkrant Magazine, Ons Erfdeel, Boekman. Auteur de podcasts, il aime expérimenter les nouveaux médias. Culture Press est l'enfant que j'ai mis au monde en 2009. Partenaire de vie de Suzanne Brink Colocataire d'Edje, Fonzie et Rufus. Cherche et trouve-moi sur Mastodon.Voir les messages de l'auteur

Petites adhésions
175 / 12 Maanden
Surtout pour les organisations dont le chiffre d'affaires ou la subvention est inférieur à 250 000 par an.
Pas de bannières gênantes
Un bulletin d'information premium
5 abonnements d'essai à la lettre d'information
Tous nos podcasts
Donne ton avis sur nos politiques
Connaître les finances de l'entreprise
Archives exclusives
Publie toi-même des communiqués de presse
Propre compte mastodonte sur notre instance
Nombreux membres
360 / Jaar
Voor culturele organisaties
Pas de bannières gênantes
Un bulletin d'information premium
10 abonnements d'essai à la lettre d'information
Tous nos podcasts
Participe
Connaître les finances de l'entreprise
Archives exclusives
Publie toi-même des communiqués de presse
Propre compte mastodonte sur notre instance
Collaboration
Adhésion privée
50 / Jaar
Pour les personnes physiques et les travailleurs indépendants.
Pas de bannières gênantes
Un bulletin d'information premium
Tous nos podcasts
Donne ton avis sur nos politiques
Connaître les finances de l'entreprise
Archives exclusives
Propre compte mastodonte sur notre instance
fr_FRFrançais