Aller au contenu

Suzie Ruzie : du cran, une absence de règles et des doigts qui puent

Les petites filles rebelles, c'est ce que l'écrivain Jaap Robben et l'illustrateur Benjamin Leroy savent faire. Suzie Ruzie, la fille au doigt qui pue, va à la piscine. Pas dans la piscine des tout-petits - enfin, dans la partie profonde ! Afke Bohle, la chroniqueuse invitée d'A Quattro Mani et mère de trois enfants, l'a accompagnée.

Le premier livre de Jaap Robben et Benjamin Leroy que nous avons eu ici à la maison s'appelle Si jamais quelqu'un trouve mes os. Ce titre a incité notre aîné à déterrer à nouveau l'oiseau que nous avions enterré dans le jardin trois semaines auparavant. Le plus jeune a félicité sa grand-mère pour son 80e anniversaire en lui demandant s'il pourra avoir ses os quand elle mourra. Aujourd'hui, nous avons lu Suzie se querelle dans les profondeurs. Je suis curieux.

L'histoire est celle de Suzie Ruzie (la fille des "ciseaux" et du "doigt qui pue"). Elle va pouvoir nager dans le grand bain pour la première fois. Elle est très enthousiaste. Suzie n'a donc pas le temps de s'occuper des portes d'entrée, des cabines de change et de la douche avant de nager. Juste avant son grand saut, elle rencontre le maître-nageur Dikbuik. Il n'est pas très enthousiaste à l'idée de voir cette fille courir bruyamment. Les autres personnes qui se trouvent dans la partie profonde ne le voient pas non plus d'un bon œil. Suzie, elle, n'est gênée par rien. Dikbuik décide alors de la remettre dans la pataugeoire. Suzie y reste assise. Mais bien sûr, pas pour longtemps.

Suzie se querelle dans les profondeursDes fesses épaisses dans les vestiaires

La solution proposée par Suzie a vraiment plu à notre plus jeune (4 ans). Nous avons immédiatement dû relire l'histoire, notamment pour regarder de plus près les grosses fesses dans la cabine d'essayage. Notre aîné (7 ans), qui n'a bien sûr pas lu l'histoire - "parce que c'est une histoire pour les petits enfants" - a apprécié le fait que Suzie soit plus maligne que les grandes personnes avec toutes leurs règles et leurs exigences. Bien qu'il soit heureux qu'elle ne vive pas dans sa maison, elle a gagné son respect.

En tant qu'adulte, j'ai trouvé que la culture de la piscine était dépeinte de façon lapidaire. Les différents types décrits dans le livre, je les rencontre moi-même régulièrement dans la piscine locale. Les dames âgées qui traînent sur le bord plus qu'elles ne nagent, les hommes machos rapides avec des lunettes de plongée idem, l'énorme maître-nageur qui se promène comme si la piscine lui appartenait, les mères avec leurs enfants qui rugissent. Le fait qu'ils soient représentés à hauteur d'yeux d'enfants est reconnaissable pour les enfants et constitue une occasion intéressante pour les adultes de se mettre dans la perspective d'un enfant pour une fois.

Croquis de Suzie Ruzie ©Benjamin Leroy
Croquis de Suzie Ruzie ©Benjamin Leroy

Reconnaissable et hilarant

Choisir le mauvais vestiaire et marcher pieds nus dans un cheveu ou quelque chose de boueux, faire secrètement pipi dans l'eau, les gens qui pensent qu'ils ont droit à leur propre couloir dans la partie profonde, cette couche persistante d'eau dans vos lunettes... Des situations reconnaissables. C'est hilarant à regarder comme ça, en fait. Et puis Suzie. Elle navigue imperturbablement entre les règles, les démonstrations de pouvoir et autres trucs de grands. Rien ne peut freiner sa curiosité et sa joie de vivre. Cela plaira à de nombreux enfants. Elle tend subtilement un miroir aux adultes. Elle les met en contact avec ce qu'elles n'ont jamais osé, oublié ou freiné. Je ne regrette pas que tout le monde ait Suzie Ruzie comme amie ou un moment Suzie Ruzie de temps en temps, même si son chien n'est pas tout à fait d'accord.....

Les grandes personnes seront ravies de l'exécution du livre. Il semble, autant que faire se peut, à l'épreuve de Suzie Ruzie. Les pages sont en carton solide, ce qui le rend résistant, par exemple, aux ciseaux affamés et aux doigts collants et malodorants. Les enfants apprécieront particulièrement le fait qu'ils puissent saisir le livre et l'explorer correctement pour une fois sans que quelqu'un crie constamment "attention !" ou "laisse-moi l'avoir".

Notre plus jeune s'est amusé à deviner les derniers mots de la phrase (le livre est écrit en rimes). Il y a beaucoup à voir. Les mots et les images t'invitent à explorer, à piocher dans tes propres expériences de piscine et t'encouragent à trouver des solutions encore plus dignes de Suzie Ruzie. Ce qui est bien avec le texte, c'est que l'accent est déjà donné par les mots imprimés en rouge. Pas besoin d'y penser si la lecture à haute voix n'est pas pour toi. Et ton petit frère restera fasciné lorsque tu (groupe 4) lui proposeras de lire.

Je me réjouis déjà de retrouver Suzie Ruzie au supermarché. Ou dans la cour de récréation, ou...

Suzie Ruzie en cours de fabrication ©Benjamin Leroy
Suzie Ruzie en cours de fabrication ©Benjamin Leroy

Quelques jours plus tard...

... nous irons nous baigner. À 9 h 47, nous arrivons à la piscine. Nous sommes trop tôt. La piscine de loisirs n'ouvre qu'à 10 heures. Jusque-là, il n'y a que de la natation en couloir. La dernière fois, nous étions aussi trop tôt, mais la dame derrière le comptoir n'y a pas vu d'inconvénient. Nous avons été autorisés à passer quand je lui ai expliqué qu'il nous faudrait au moins 20 minutes pour nous changer. Aujourd'hui, il y a une autre dame derrière le comptoir. Elle a levé la chaise sur laquelle elle est assise si haut qu'elle pend un peu au-dessus du comptoir. Son imposante poitrine s'appuie sur ses mains. Au début, on a l'impression qu'elle ne nous a pas vus entrer. Cela fait des minutes qu'elle fixe un dépliant publicitaire d'Aldi sans rien dire. Je tousse. Il ne se passe toujours rien. Au moment où je veux dire "bonjour", elle se retourne lentement, baisse ses lunettes de lecture et me regarde : "Oui ?
'Hum... nous venons nager', dis-je en lui faisant glisser notre carte d'accès à la piscine.
'Nous ouvrons à dix heures', dit la dame en faisant glisser le passe.
Je regarde désespérément l'horloge : 9 h 52. Non, je ne me suis pas trompée d'une heure. J'explique en riant qu'avant de nous changer, il sera au moins 10h15, donc.....
'A dix heures, tu peux entrer', dit la dame avec un regard dénué d'émotion.
Mais la semaine dernière, nous avons été autorisés...", commence-je.
'Dix heures, c'est dix heures', m'interrompt la dame, implacable. Elle plisse un peu les yeux. Cette dame a manifestement l'intention de faire son travail avec beaucoup de soin aujourd'hui. Avant de se replonger dans son dossier, elle murmure : "Vous pouvez vous asseoir là-bas". Elle regarde le banc à côté du comptoir.
Je vois les regards déçus de mes enfants. Ils doivent espérer une action héroïque de leur mère, mais je n'ose pas. La dame a un effet paralysant sur ma capacité d'affirmation. Les épaules tombantes, je prends place sur le banc et souris à mes garçons. 'Nous devons attendre très peu de temps, les garçons. Sympa, alors nous pouvons déjà regarder par la fenêtre pour voir ce que nous ferons plus tard', dis-je.
Ça n'a pas l'air très crédible, j'entends. Et à l'intérieur, on se sent un peu lâche.
Je pense à Suzie Ruzie. Comment aurait-elle résolu ce problème ? Elle ne se serait probablement pas assise docilement sur le banc. Mon aîné demande une pièce pour montrer un tour de magie. Et soudain, je sais.

Je pense à la blague commune de mon mari et de notre aîné. Elle est la suivante : tu dis à l'autre personne (qui ne se doute de rien) : "Tire sur mon doigt". Au moment où l'autre personne tire, tu laisses échapper un pet retentissant. Depuis des mois, cette blague est le numéro un dans notre famille, surtout depuis que l'aîné a appris à péter sur commande. Pour mon plus grand malheur, d'ailleurs. Je regarde l'horloge. Encore cinq minutes. Puis je dis à l'aîné : "Tu devrais peut-être raconter la blague de papa et toi à la dame derrière le comptoir. Je crois qu'elle la trouve très bonne...'

Suzie se querelle dans les profondeurs de Jaap Robben et Benjamin Leroy a été publié par Gottmer, tout comme les volumes précédents. Suzie Ruzie et les ciseaux et Suzie Ruzie et le doigt puant (€12,95).

Lis aussi les observations pleines d'esprit d'Afke Bohle sur son blog : www.jezelfzijnenzo.blogspot.nl

Le scénariste Jaap Robben (à gauche) et l'illustrateur Benjamin Leroy
Le scénariste Jaap Robben (à gauche) et l'illustrateur Benjamin Leroy ©Johannes Van de Voorde

Suzie Ruzie en trois questions

Afke Bohle : Qu'as-tu en commun avec Suzie Ruzie ?

Jaap Robben : "Elle ose tout ce que nous aimerions faire, mais que nous n'osons pas. Nous étions de très bons petits garçons qui écoutaient bien, et qui prenaient vite peur quand quelqu'un disait "UH !". Alors peut-être que nous sommes plutôt comme Chien. Vouloir partir à l'aventure, mais ne pas oser nous-mêmes...''.

Que ferais-tu si Suzie Ruzie venait passer quelques jours chez toi ?

''Oy, c'est une question délicate ! Je mettrais toutes les choses précieuses en haut de l'armoire, ou même plus haut. Ou dans un entrepôt spécialement loué. Un bunker peut-être ? Nous ne ferions certainement pas de gâteau. Ni faire de la découpe. Ou d'aller à la piscine. Je pense que nous ferons surtout quelque chose de très ennuyeux, car Suzie le transformera sans aucun doute en quelque chose de très amusant.''

Comment cela fonctionne-t-il réellement, de faire un livre ensemble ? Y a-t-il d'abord une image puis un texte, ou l'inverse ? Ou en même temps ?

''Nous faisons tout ensemble. Séparément, nous faisons des listes d'idées. Nous nous envoyons des textos et des messages avec des phrases courtes - principalement pour nous faire rire. Finalement, ces messages deviennent plus longs et nous nous retrouvons avec une montagne d'idées. Nous commençons à les découper, à les coller et à les mettre en forme. Nous passons chaque fois quelques jours ensemble. Benjamin dessine, je titille de courtes phrases sur le papier. Nous grattons, bougeons, faisons un brouillon et continuons à chercher le point faible de l'histoire, jusqu'à ce que nous ayons enfin une sorte de scénario. À cela, je commence à faire des textes et Benjamin fait des dessins. Et cela encore et encore. Nous continuons à nous adapter jusqu'à la fin.''

Jaap Robben ©Marc Brester/AQM
Jaap Robben ©Marc Brester/AQM

Auteur : Afke Bohle

Étiquettes:

A Quattro Mani

Le photographe Marc Brester et le journaliste Vivian de Gier savent lire et écrire l'un avec l'autre - littéralement. En tant que partenaires de crime, ils parcourent le monde pour divers médias, pour des critiques de la meilleure littérature et des entretiens personnels avec les écrivains qui comptent. En avance sur les troupes et au-delà de l'illusion du jour.Voir les messages de l'auteur

Petites adhésions
175€ / 12 Maanden
Surtout pour les organisations dont le chiffre d'affaires ou la subvention est inférieur à 250 000 par an.
Pas de bannières gênantes
Un bulletin d'information premium
5 abonnements d'essai à la lettre d'information
Tous nos podcasts
Donne ton avis sur nos politiques
Connaître les finances de l'entreprise
Archives exclusives
Publie toi-même des communiqués de presse
Propre compte mastodonte sur notre instance
Nombreux membres
360€ / Jaar
Voor culturele organisaties
Pas de bannières gênantes
Un bulletin d'information premium
10 abonnements d'essai à la lettre d'information
Tous nos podcasts
Participe
Connaître les finances de l'entreprise
Archives exclusives
Publie toi-même des communiqués de presse
Propre compte mastodonte sur notre instance
Collaboration
Adhésion privée
50€ / Jaar
Pour les personnes physiques et les travailleurs indépendants.
Pas de bannières gênantes
Un bulletin d'information premium
Tous nos podcasts
Donne ton avis sur nos politiques
Connaître les finances de l'entreprise
Archives exclusives
Propre compte mastodonte sur notre instance
fr_FRFrançais