Aller au contenu

Écrivain Annelies Verbeke : "Il y a une atmosphère apocalyptique dans ma collection".

L'écrivaine belge Annelies Verbeke combine dans son nouveau recueil de nouvelles. Alléluia combine habilement le sérieux et l'absurde. Ce recueil montre une fois de plus pourquoi l'écrivaine belge a parfois été qualifiée de "diva de la nouvelle". Comme toutes ses œuvres, le nouveau recueil contient Alléluia en plus d'une touche plus sérieuse, de nombreuses situations drôles, absurdes et parfois même surréalistes et des personnages remarquables - dans l'univers de Verbeke, par exemple, un bébé qui pleure n'est pas seulement un bébé qui pleure, mais un bébé qui pleure parce qu'il connaît toutes les souffrances que l'avenir va lui réserver.

Annelies Verbeke (née en 1976), qui avec son premier roman Dors ! L'auteur, qui a fait son entrée dans la littérature en 2003 - le livre est devenu un best-seller international et a reçu le Prix des débutants -, a construit au cours des 14 dernières années une œuvre idiosyncrasique comprenant des pièces de théâtre, des scénarios, des recueils de nouvelles, des romans et des novellas. Après le succès de son roman Trente joursAprès la publication de son premier livre, qui lui a valu l'an dernier le prix F. Bordewijk, le prix du livre du CNR et le prix littéraire Opzij, Verbeke laisse à nouveau libre cours à son talent dans le domaine de la nouvelle. Le résultat final : un beau recueil varié d'histoires intrigantes, parfois abrasives ou aliénantes et souvent pleines d'esprit.

Thème général

Contrairement à beaucoup d'autres recueils de nouvelles, les vôtres ont généralement un thème général. Y penses-tu à l'avance ou ne vois-tu le fil conducteur que plus tard ?

''Le déclencheur d'une histoire peut être n'importe quoi ; un article de journal, une image. Mais en effet, je veux toujours catégoriquement faire une collection avec un thème général. Même lorsque j'écris une histoire commandée, j'ai déjà en tête le recueil qui viendra. Mon précédent recueil, HypothèsesEn fait, on peut dire que c'est un roman en histoires, car chaque histoire met en scène au moins un personnage de l'une des autres histoires. Par la suite, les hypothèses que le lecteur peut avoir sur les personnages ne se révèlent pas toujours exactes. Au Alléluia J'ai envisagé un livre dont le thème général serait "les débuts et les fins".''

Pourquoi ce thème exactement ?

''Je pense que c'est lié au fait que j'ai eu 40 ans l'année dernière. Je m'attarde davantage sur la perte que vous expérimentez au cours de votre vie, sur la fin inévitable qui va arriver un jour. Il semble aussi y avoir une atmosphère apocalyptique dans le monde, le sentiment que nous ne pouvons plus assumer certaines valeurs démocratiques. Cela aussi a contribué au choix de ce thème. L'année dernière, nous avons eu des attentats en Belgique, et cela n'a pas créé une atmosphère agréable dans le pays. Moi-même, surtout depuis l'élection de Donald Trump à la présidence des États-Unis - ce que je ne pensais vraiment pas possible -, je ressens une peur constante. Et récemment, un nouveau plancher a été atteint en Belgique, lorsque le plus grand parti de Flandre a semblé vouloir abolir l'État de droit. Ce ne sont pas de belles évolutions, et tout cela semble se succéder si rapidement, cette démolition - parce que vous ne pouvez certainement pas l'appeler autrement que cela. Cette atmosphère apocalyptique plane aussi un peu sur la collection.''

Pourtant, en tant que lecteur, tu n'en retires aucun sentiment de déprime.

''Il y a toujours de l'humour qui se glisse dans mon travail, parce que c'est mon ton et ma façon de voir le monde. Une fin annonce aussi souvent un nouveau départ, donc en plus de la "fin", il y a aussi un "début" dans le recueil. Mais quand je l'ai relu moi-même, j'ai remarqué qu'il y avait plus de fin que de début.''

Réflexions

Comment composer un paquet ?

''Je vise toujours une quinzaine d'histoires. J'aime ce nombre, il permet d'avoir suffisamment de perspectives différentes. La huitième histoire est le cœur du recueil, en l'occurrence 'L'ours', mon histoire la plus personnelle. Outre l'histoire qui la précède et celle qui la suit, que je considère comme une introduction et une réponse, toutes les autres histoires se reflètent autour de ce cœur. Je veux dire par là, par exemple, que l'histoire d'un couple qui se languit de la préhistoire reflète l'histoire dans laquelle une femme se trouve dans la campagne new-yorkaise avec son patron et où celui-ci annonce la fin du monde à ses employés. Non seulement en termes de temps et de décor, mais les deux parlent aussi de l'amour, et de ses côtés les moins agréables.

Pour moi, l'écriture est un examen du monde qui m'entoure et un examen de conscience. En Alléluia Je retourne d'où je viens, j'explore mes propres débuts, mes racines. L'avant-dernière histoire, 'Emeritus', par exemple, parle de mon père, qui s'est élevé d'un milieu ouvrier sans soutien et s'est fait une raison - mais même ce genre de victoire a une fin. Et la dernière histoire est une sorte de portrait de la personne vivante la plus âgée de ma famille.''

Arrête d'écrire

'L'ours' est l'histoire la plus personnelle, as-tu dit. Le personnage principal est un auteur qui se transforme en ours.

''J'ai déjà écrit plusieurs histoires du "point de vue de l'auteur" et aussi en... Trente jours fait surgir ce personnage, l'auteur. Maintenant, je voulais écrire une histoire sur l'auteur, qui est dans une phase sombre.

L'histoire parle du fait que parfois, j'ai envie d'arrêter d'écrire et de sortir de ce monde littéraire. En même temps, je sais que je ne peux pas. Donc d'un côté, c'est ma libération de pouvoir écrire et d'un autre côté, c'est mon piège. Lorsque j'ai écrit cette histoire, j'ai résolu quelque chose. Ce faisant, j'ai éloigné quelque chose de moi, je crois. L'auteur se transforme en ours, mais peut-être que c'est une phase et qu'il ne restera pas un ours. Peut-être que les choses vont s'arranger. Dans cette histoire, " elle " n'est également plus un auteur à la fin. Dans une histoire, j'ai pu arrêter pendant un certain temps, ce qui m'a soulagé.'' '

Pourquoi as-tu parfois envie d'arrêter d'écrire ?

''Principalement à cause de tout le business qui l'entoure. Toutes ces activités périphériques, comme se produire dans les bibliothèques, qui ont à peu près rempli les 14 dernières années de ma vie. Mais l'écriture elle-même nécessite aussi constamment une énorme prise de conscience, et parfois j'aimerais laisser tomber cela. Parfois, j'aimerais devenir coiffeuse ou masseuse. En fait, cette idée m'habite de plus en plus. Alors apparemment, en même temps, il faut que j'écrive quelque chose à ce sujet pour pouvoir lâcher prise. Parce que l'écriture elle-même est en même temps la chose la plus libératrice qui soit, donc je ne peux pas non plus lâcher ça, je pense. C'est un métier plein de contradictions, parce que c'est aussi une vie privilégiée.''

Tu as parfois dit qu'un livre parle souvent de la phase dans laquelle on se trouve soi-même à ce moment-là, et qu'elle se referme une fois le livre terminé. Est-ce que tu ressens la même chose aujourd'hui ?

''Je l'espère, mais sur le plan politique, il se passe tellement de choses qui font monter cette atmosphère apocalyptique, que je ne sais pas vraiment. Pour moi, même depuis que le livre est terminé, il y a encore des fins dans l'air. Le truc, c'est de trouver un moyen de s'élever au-dessus de ça.''

Bon à savoir

Le recueil d'histoires Alléluia d'Annelies Verbeke a été publié par De Geus, 19,99 €.

J'apprécie cet article !

Tu es satisfait de cette histoire ? Montrez votre appréciation en faisant une petite contribution ! C'est ainsi que tu aideras à maintenir en vie le journalisme culturel indépendant. (Si tu ne vois pas de bouton ci-dessous, utilise ce lien : don!)

Faire un don en douceur
Faire un don

Pourquoi faire un don ?

Nous sommes convaincus qu'un bon journalisme d'investigation et des informations de fond expertes sont essentiels pour un secteur culturel sain. Il n'y a pas toujours l'espace et le temps pour cela. Culture Press veut fournir cet espace et ce temps, et les rendre accessibles à tous GRATUITEMENT ! Que tu sois riche ou pauvre. Merci à dons Grâce à des lecteurs comme toi, nous pouvons continuer à exister. C'est ainsi que Culture Press existe depuis 2009 !

Tu peux aussi Devenir membreEt transforme ton don unique en un soutien durable !

Wijbrand Schaap

Journaliste culturel depuis 1996. A travaillé comme critique de théâtre, chroniqueur et reporter pour Algemeen Dagblad, Utrechts Nieuwsblad, Rotterdams Dagblad, Parool et des journaux régionaux par l'intermédiaire d'Associated Press Services. Interviews pour TheaterMaker, Theatererkrant Magazine, Ons Erfdeel, Boekman. Auteur de podcasts, il aime expérimenter les nouveaux médias. Culture Press est l'enfant que j'ai mis au monde en 2009. Partenaire de vie de Suzanne Brink Colocataire d'Edje, Fonzie et Rufus. Cherche et trouve-moi sur Mastodon.Voir les messages de l'auteur

Petites adhésions
175 / 12 Maanden
Surtout pour les organisations dont le chiffre d'affaires ou la subvention est inférieur à 250 000 par an.
Pas de bannières gênantes
Un bulletin d'information premium
5 abonnements d'essai à la lettre d'information
Tous nos podcasts
Donne ton avis sur nos politiques
Connaître les finances de l'entreprise
Archives exclusives
Publie toi-même des communiqués de presse
Propre compte mastodonte sur notre instance
Nombreux membres
360 / Jaar
Voor culturele organisaties
Pas de bannières gênantes
Un bulletin d'information premium
10 abonnements d'essai à la lettre d'information
Tous nos podcasts
Participe
Connaître les finances de l'entreprise
Archives exclusives
Publie toi-même des communiqués de presse
Propre compte mastodonte sur notre instance
Collaboration
Adhésion privée
50 / Jaar
Pour les personnes physiques et les travailleurs indépendants.
Pas de bannières gênantes
Un bulletin d'information premium
Tous nos podcasts
Donne ton avis sur nos politiques
Connaître les finances de l'entreprise
Archives exclusives
Propre compte mastodonte sur notre instance
fr_FRFrançais