Aller au contenu

Du réconfort en période de corona. Ou l'inverse ? Un top 5 des livres sur les catastrophes. (Pourquoi tu devrais lire Quarantine. Ou pas).

Échapper à la misère de la réalité pendant un moment ? Tu peux, bien sûr, aller à l'infini binge-watching avec feelgoodmovies ou des séries passionnantes, mais ouvrir un beau livre sur une catastrophe du monde extérieur est au moins aussi efficace - regardez, ça ne va finalement pas si mal chez nous ! Tu pourras aussi ramasser quelques précieuses ce qu'il faut faire et ce qu'il ne faut pas faire en cas d'urgence ; on est prévenu quand on est prévenu et on est préparé quand on est prévenu. As-tu La route ou World War Z déjà lu ou vu ? Si c'est le cas, en voici cinq de moins suspects habituels pour toi.

(Et oh oui, même si tu commandes un livre sur Internet plutôt qu'en magasin, fais-le sur le site de ta librairie plutôt que sur celui des géants de l'Internet ! Les librairies en particulier ont besoin de tout le soutien possible en ce moment. La Semaine du livre a été prolongée jusqu'à la fin du mois, afin que tous ceux qui le souhaitent puissent mettre la main sur le cadeau de la Semaine du livre).

©Marc Brester/A Quattro Mani

Wytske Versteeg - Quarantaine (Querido)

Rien que pour le titre, ce livre ne doit pas être manqué dans notre temps de quarantaine, bien sûr ! Le chirurgien plastique égocentrique et insensible Tomas Augustus s'est retiré dans le sous-sol de sa maison barricadée dans une ville néerlandaise à cause d'une maladie mortelle très contagieuse qui a déjà anéanti la quasi-totalité de la population. Tomas est l'un des rares survivants. L'électricité, l'eau et Internet ont été coupés, les magasins ont été pillés. Il réfléchit et décrit sa vie, dans laquelle la dernière année avant la maladie, la jeune Maria a joué un rôle important. Il l'a rencontrée lors d'une fête où il se trouvait avec sa femme Leanne, qui a été l'une des premières à mourir des suites de la maladie.

Quarantaine traite de l'importance du contact réel, de l'amour, du fait de toucher et d'être touché. Quelque chose que nous pourrions également expérimenter de plus en plus dans les semaines - ou les mois - à venir. Le personnage principal, Tomas Augustus, est incapable d'établir un contact substantiel tout au long de sa vie, il n'a aucune trace d'amour humain. Ce n'est que lorsqu'il fait le bilan de sa vie qu'il se rend compte - en repensant à son amour pour Maria - de ce qui compte vraiment dans la vie, bien qu'il soit déjà trop tard : il n'y a plus grand monde. À la fin du roman, il se tient dans la rue et crie lorsqu'un avion survole une vieille dame sénile et l'accueille. Il veut se connecter : "Mes mains se languissent. (...) Ma peau a faim. Il devient enfin une personne réelle.

Renoncer au toucher

L'ironie est que, précisément à cause de la maladie infectieuse qui régnait, il fallait renoncer au toucher et les personnes ayant peu de contacts étaient donc avantagées : "Ce sont les solitaires qui survivent à cette maladie, ceux qui ne touchent pas ou ne sont pas touchés et qui sont donc à l'abri.

Quarantaine pourrait être qualifié de dystopie : le livre brosse un tableau sombre de la société dans un futur proche, un monde apocalyptique, fortement inspiré de l'actualité contemporaine : "Nous avons gardé nos peurs pour d'autres choses ; nous avons beaucoup réfléchi au terrorisme, aux catastrophes aériennes, occasionnellement au climat. La maladie était toujours sur un autre continent, jusqu'à ce que soudain elle ne le soit plus. Ce n'est qu'à ce moment-là que la panique a commencé. Mon Dieu, d'où est-ce que nous tenons cela ?

©Marc Brester/A Quattro Mani

Roderik Six - Inondation (De Arbeiderspers)

Quatre jeunes gens bivouaquent sur le toit d'un appartement d'étudiant : Victor, le narrateur à la première personne ; Nina, une femme aux multiples visages, qui a une vis sans fin ; Michael, la gentillesse même, et sa petite amie Joke. Ils regardent en bas à travers leurs jumelles. Il ne cesse de pleuvoir et la vallée et la ville en contrebas sont déjà inondées. Les quatre sont plus ou moins coincés dans la tour et sont les derniers à rester, tous les autres habitants ayant apparemment fui ou péri - les oiseaux noirs picorant parfois un cadavre avec appétence.

C'est un monde apocalyptique que Roderik Six esquisse dans son premier roman. Inondation, qui a obtenu à juste titre la chouette de bronze 2012. Au départ, les protagonistes se livrent sans fin à des relations sexuelles sans amour, en buvant et en fumant de l'Ultra, une drogue qui sépare temporairement la conscience en deux. Mais l'atmosphère devient de plus en plus sinistre, la situation de plus en plus inquiétante, et il continue de pleuvoir, des gouttes incessantes descendant et l'eau de lavage montant de plus en plus haut.

Et cela ne fait qu'empirer.

Sinistre

Inondation rappelle des scènes de livres et de films sur les catastrophes écologiques et la disparition de la terre, Les oiseaux d'Hitchcock, les films en bobine bizarres et souvent inquiétants de David Lynch, la Bible. En même temps, il n'en est rien. Six crée une tension sous-cutanée dès la première page. Il donne vie à un monde qui se présente comme une Sodome et Gomorrhe contemporaine. La couche de civilisation est très mince et s'efface facilement. 'L'eau n'est pas venue en vain', réfléchit le narrateur. Tout au plus, trop tard.

En même temps, l'auteur bouscule la "vérité de l'histoire" en jouant avec les fantasmes du narrateur à la première personne, les hallucinations qu'Ultra induit, le secret qui entoure ce qui se passe exactement. Quelle est la fiabilité de ce Victor qui a parfois envie "d'enfoncer lentement entre ses côtes le couteau à découper que j'utilisais pour couper en deux les pommes de terre bantam", au moment où Nina le nargue à nouveau ? Tout ce qu'il raconte ne pourrait-il pas être une grande hallucination ultra ?

Six a également déversé son histoire intrigante dans un langage vivant débordant de descriptions, d'images et de métaphores racoleuses. 'J'étais tombé dans une embuscade verbale, bombardé par une nuée de balles de mots', dit le narrateur à un moment donné. Il en va de même pour le lecteur. En phrases mesurées, bien formulées et bien dosées, Six déroule son histoire pénétrante. Tu peux imaginer les bandes de médicaments fleuris autant que la femme en carton renversé enterrée sous la terre vantant les mérites de la crème solaire dans une pharmacie en ruine. Sans parler de ce qu'ils trouvent dans le jardin d'un couvent et dans une villa abandonnée - des images que l'on n'oublie jamais.

©Marc Brester/A Quattro Mani

Davide Longo - L'homme vertical (De Geus)

'Quelques instants avant de s'endormir, une sinistre prémonition des choses à venir s'insinua en lui pour la première fois. Une nouvelle ère s'annonçait, une période austère qui durerait longtemps et dans laquelle tout serait "moins", contrairement à la période précédente où "plus" était le mot magique.'

Bien entendu, nous publions déjà une interview de Davide Longo à la suite de ce livre - parce que c'est le premier livre auquel nous avons pensé lorsque l'enfer s'est déchaîné en Italie. (Tu peux lire cette interview. ici.) Dans son roman L'homme vertical L'écrivain italien Davide Longo esquisse une Italie future et apocalyptique. L'Europe n'est plus ce qu'elle était : la prospérité s'est évaporée et la loi de la jungle prend peu à peu le pas sur l'esprit communautaire et la raison. Des bandes de pillards balaient le pays comme une invasion de sauterelles, le laissant dépouillé et brisé. Alors que les frontières se ferment et que les gens se retranchent dans des maisons ou se replient dans les zones montagneuses, de plus en plus de personnes fuient également le pays, vers la France ou la Suisse. On peut toutefois se demander si la situation y est meilleure, car les réfugiés donnent rarement signe de vie.

Baldwin

Pour le protagoniste du roman, l'ancien écrivain Leonardo, la vie était stérile depuis des années. Depuis qu'un scandale a détruit sa carrière et sa vie de famille, il vit reclus dans un village. Il n'écrit plus depuis des années, mais dans sa "bibliothèque", il trouve la paix. Leonardo est un homme qui sauve un petit chiot de la mort, un homme qui cherche la beauté dans le banal, un homme qui a peu de mal intentionnel en lui, mais qui ne semble pas très courageux non plus.

Le contraste entre le monde de la fantaisie et de la littérature et le monde dur et brut qui s'imposait irrévocablement à lui devenait de plus en plus net. 'Désormais, son corps était celui d'un homme de cinquante-deux ans, consacrant sa vie aux livres, aux réflexions intellectuelles et au dialogue. Des choses qui avaient de moins en moins d'utilité dans le monde qui se déroulait sous ses yeux.'

Lorsque son ex-femme se présente un jour sur le pas de sa porte et lui laisse (temporairement) leur fille et son fils issu de son second mariage, Leonardo est contraint de faire des choix. Il fait de son mieux pour bien s'occuper d'eux, mais est-il assez courageux pour les protéger ?

Miroir

Davide Longo se réfère explicitement à des exemples littéraires tels que. La route de Cormac McCarthy, mais avec L'homme vertical il a écrit un roman dystopique très propre et original, qui est un miroir de notre époque. Ce n'est pas une cause extérieure, aucune grande catastrophe naturelle ou climatique, qui provoque le déclin de l'Europe, mais un processus de dégénérescence intérieure : lorsqu'une culture est à son apogée, le déclin suit inexorablement, même si on l'impute aux " étrangers ", comme on appelle les gens venus d'ailleurs. Longo montre un monde qui, bien que magnifié, est peut-être effroyablement plus proche de la réalité que nous ne voulons le savoir. En effet, que reste-t-il de l'humanité lorsque les hommes se sentent menacés dans leur propre existence ? Que reste-t-il de la civilisation lorsque la prospérité disparaît et que les gens ne peuvent compter que sur eux-mêmes et sur les autres pour se nourrir, s'aider ou se soigner ?

Longo n'offre au lecteur aucune fin heureuse, mais plutôt la consolation de la paix de l'âme qui découle de choix véritables et d'un engagement profond envers d'autres êtres vivants, humains ou animaux. Nous pouvons en tirer de l'espoir.

©Marc Brester/A Quattro Mani

Margriet de Moor - L'homme noyé (AtlasContact)

Pas une dystopie mais une histoire qui se déroule autour d'une catastrophe qui a réellement eu lieu est. L'homme noyé Par Margriet de Moor. Avec l'avertissement de Rutger Bregmans L'eau vient encore dans tes oreilles, cela ne te fera peut-être pas de mal de relire ce qui s'est passé en 1953 et les conséquences de cette inondation catastrophique. Bon, il s'agit surtout de l'histoire des deux sœurs Lidy et Armanda.

Armanda demande à Lidy de reprendre un engagement de sa part en Zélande, car elle souhaite en fait passer une nuit avec son beau-frère Sjoerd. Mais juste ce week-end-là, une catastrophe survient et Lidy est tuée dans le raz-de-marée qui inonde Schouwen-Duiveland. Armanda prend alors la place de Lidy. Pourtant, la vie à laquelle elle aspire n'est pas satisfaisante car ce n'est pas celle qui lui revient de droit.

De dramatische kracht van L'homme noyé schuilt in sublieme passages over de drie onafzienbaar lange, helse dagen waarin Lidy haar dood tegemoet gaat. Indringende scènes die alle corona-ellende bijna letterlijk (voor even althans) doet wegspoelen.

©Marc Brester/A Quattro Mani

 

Thea Beckman – Les enfants de la Terre Mère (Lemniscaat)

Goed, misschien een beetje smokkelen, deze klassieker, want het gaat natuurlijk minder over een mondiale ramp dan over de periode ná zo’n ramp. Maar toch, zeker in de wereld van vandaag doet dit boek heeft wel verdacht veel raakvlakken met wat er gaande is hier op aarde. Door een kernoorlog is de aarde gekanteld en zijn de polen verplaatst, waardoor het klimaat op aarde volkomen is veranderd en bijvoorbeeld het ijs op Groenland is gesmolten. Kleine groepjes mensen hebben de ramp overleefd. Thule, het vroegere Groenland, is een prachtig, groen eiland geworden waar Moeder Aarde nu wél goed wordt behandeld. Vrouwen vormen er de regering, omdat mannen hebben laten zien dat ze niet goed omgaan met macht en met hun leefomgeving. Maar dan wordt dit paradijselijke oord opnieuw bedreigd.

Les enfants de la Terre Mère behoort tot de klassiekers van de jeugdliteratuur en is een van de meest geliefde boeken van Thea Beckman. Net iets lichter en hoopvoller dan de andere titels, en bovendien: met een happy end. Het is niet voor niets dat debatcentrum De Nieuwe Liefde recent juist dit boek koos voor de aftrap van een nieuwe serie Toekomstlezers, waarbij klassieke maar vooruitziende jeugdboeken worden gebruikt als uitgangspunt voor een gesprek over het heden en de toekomst. Les enfants de la Terre Mère is een boek waar we nog steeds mee vooruit kunnen.

Bon à savoir Bon à savoir

(óók als je een boek op internet bestelt in plaats van in de winkel zelf, doe dat dan op de website van jouw boekhandel zelf in plaats van bij die grote internetreuzen! Juist de boekwinkels hebben alle steun nu hard nodig. De Boekenweek is verlengd tot het einde van de maand, zodat iedereen die dat wil het Boekenweekgeschenk kan bemachtigen.) 

J'apprécie cet article !

Tu es satisfait de cette histoire ? Montrez votre appréciation en faisant une petite contribution ! C'est ainsi que tu aideras à maintenir en vie le journalisme culturel indépendant. (Si tu ne vois pas de bouton ci-dessous, utilise ce lien : don!)

Faire un don en douceur
Faire un don

Pourquoi faire un don ?

Nous sommes convaincus qu'un bon journalisme d'investigation et des informations de fond expertes sont essentiels pour un secteur culturel sain. Il n'y a pas toujours l'espace et le temps pour cela. Culture Press veut fournir cet espace et ce temps, et les rendre accessibles à tous GRATUITEMENT ! Que tu sois riche ou pauvre. Merci à dons Grâce à des lecteurs comme toi, nous pouvons continuer à exister. C'est ainsi que Culture Press existe depuis 2009 !

Tu peux aussi Devenir membreEt transforme ton don unique en un soutien durable !

Wijbrand Schaap

Journaliste culturel depuis 1996. A travaillé comme critique de théâtre, chroniqueur et reporter pour Algemeen Dagblad, Utrechts Nieuwsblad, Rotterdams Dagblad, Parool et des journaux régionaux par l'intermédiaire d'Associated Press Services. Interviews pour TheaterMaker, Theatererkrant Magazine, Ons Erfdeel, Boekman. Auteur de podcasts, il aime expérimenter les nouveaux médias. Culture Press est l'enfant que j'ai mis au monde en 2009. Partenaire de vie de Suzanne Brink Colocataire d'Edje, Fonzie et Rufus. Cherche et trouve-moi sur Mastodon.Voir les messages de l'auteur

Adhésion privée (mois)
5 / Maand
Pour les personnes physiques et les travailleurs indépendants.
Pas de bannières gênantes
Une lettre d'information spéciale
Propre compte mastodonte
Accès à nos archives
Petite adhésion (mois)
18 / Maand
Pour les institutions culturelles dont le chiffre d'affaires/subvention est inférieur à 250 000 € par an.
Pas de bannières gênantes
Un bulletin d'information premium
Tous nos podcasts
Ton propre compte Mastodon
Accès aux archives
Publie toi-même des communiqués de presse
Une attention particulière dans la couverture médiatique
Adhésion importante (mois)
36 / Maand
Pour les institutions culturelles dont le chiffre d'affaires/subvention est supérieur à 250 000 € par an.
Pas de bannières gênantes
Une lettre d'information spéciale
Ton propre compte Mastodon
Accès aux archives
Partager les communiqués de presse avec notre public
Une attention particulière dans la couverture médiatique
Bulletin d'information Premium (substack)
5 abonnements d'essai
Tous nos podcasts

Les paiements sont effectués via iDeal, Paypal, carte de crédit, Bancontact ou prélèvement automatique. Si tu préfères payer manuellement, sur la base d'une facture établie à l'avance, nous facturons des frais administratifs de 10€

*Uniquement pour l'adhésion annuelle ou après 12 paiements mensuels

fr_FRFrançais