Aller au contenu

Un chien qui a besoin de voler, avec la voix de Frans Bromet. Johannes Hogebrink aime les documentaires qui te font gratter derrière l'oreille

Ce qui a éveillé ma curiosité Le chien volant de Johannes Hogebrink ? Ce curieux documentaire qui fait sa première Picl juste avant la réouverture des cinémas et qui est un autre conseil rapide pour les spectateurs à domicile. Peut-être qu'il m'intrigue parce que c'est une idée tellement farfelue qui s'avère être en même temps une métaphore intemporelle. Apprendre à un chien à voler avec un delta-glider. Un peu comme on trouve sur YouTube des vidéos de chiens qui font du surf ou qui conduisent des voitures. Mais un chien volant n'existait pas encore, selon son créateur.

Son chien errant adopté en Bosnie devrait suivre les traces de ses héros comme le pionnier de l'aviation Otto Lilienthal et la chienne russe de l'espace Laika. En même temps, je pense moi-même au mythe d'Icare. Et puis quand, par contraste, c'est Frans Bromet qui donne sa voix au chien Chayka, eh bien, je veux le voir.

Ce faisant, je veux bien savoir pourquoi Hogebrink aime non seulement les chiens et les mouches, mais aussi, comme je l'ai lu quelque part, faire des films bizarres. Sa petite amie russe, Paulina, le qualifie de romantique. Johannes ne le nie pas.

L'entrée inattendue, c'est tout ça Le chien volant se lance non pas avec des chiens ou des deltaplanes, mais avec une animation mystérieuse. 'Tout commence par une évasion', lit-on dans le texte d'ouverture. Comme l'oiseau s'échappe de son nid, le poussin de son œuf, l'œuf de sa mère, l'univers s'échappe comme quelque chose de rien.'

S'évader

Le petit chien Chayka (photo : Amstelfilm)

Alors, de quoi Hogebrink veut-il s'échapper ?

"Bonne question", réfléchit-il lorsque je l'appelle. "Je pense que c'est une échappatoire à l'existence conventionnelle. La maison, l'arbre, le travail et le fait de payer des impôts, des choses pour lesquelles je n'ai aucun talent. En même temps, il y a un côté philosophique à cela. La vie comme une échappatoire au chaos. La matière vivante est quelque chose qui s'organise, se reproduit et grandit. C'est une sorte de besoin primaire. S'échapper de son nid, de ses parents, de son passé. C'est aussi de là que vient le désir de voler."

Mais ensuite, comme le montre le film de façon assez amusante, un autre chaos nous guette. Chayka s'avère avoir le vertige. Il faut même faire appel à un chuchoteur. Le producteur fronce les sourcils et lorsque la presse vient assister au tournage dans les Alpes autrichiennes, la catastrophe menace. Ou bien est-ce le cas ? Où l'entêtement de Hogebrink va-t-il nous mener ? La situation s'avère moins prévisible que prévu. Et voyons-nous vraiment ce que nous voyons ?

"Eh bien, tu ne peux pas vraiment échapper au chaos, bien sûr".

Prends un emploi ?

À quoi Hogebrink ajoute une autre motivation très prosaïque.

"Pour moi, en tant qu'artiste, je voyais aussi cela comme une sorte de palliatif pour construire un moyen de subsistance, une voie vers la sécurité financière nécessaire pour faire passer Paulina. Pour faire simple, si je me fais un nom avec un beau film, il y a une chance que je puisse continuer sur cette voie. Sinon, il se peut que je doive accepter un emploi. Bien sûr, je n'ai rien contre les gens qui ont un travail, mais je ne suis pas très doué pour ça moi-même", dit-il en riant.

"Ce n'est effectivement pas le chemin le plus évident vers une plus grande sécurité. Il n'y a pas de garanties non plus, mais tu dois faire quelque chose dans ta vie là où se trouvent ta passion et ton talent. Si tu n'essaies pas cela, tu peux le regretter toute ta vie."

Sur le mauvais pied

Donc faire un film bizarre.

"J'aime les films qui prennent le spectateur au dépourvu, ou qui donnent une tournure bizarre à un genre familier. De sorte que tu dois te gratter derrière l'oreille pendant un moment parce que tu te demandes 'qu'est-ce que je regarde maintenant ?'.

Le tout aussi poignant et absurde Profite de la pauvreté Hogebrink cite un bel exemple. Dans celui-ci, l'artiste visuel Renzo Martens se rend au Congo pour conseiller à la population de commencer à exploiter sa pauvreté.

"Un film brillant, d'une certaine manière à vous couper les orteils parce que vous ne savez pas vraiment ce qu'il veut dire exactement. Pour cette même raison, une sorte de miroir qui te force à réfléchir."

Conception d'un planeur delta pour Chayka (photo : Amstelfilm)

"Mon approche de la Le chien volant c'est que j'ai une faux documentaire voulait faire. Donc pas quelque chose qui a l'air vrai mais qui est faux, mais plutôt un film qui a l'air faux mais qui est vrai. Cela semblait être une expérience intéressante avec le genre documentaire. Explorer la tension que tu as toujours avec la réalisation de films. Qu'est-ce qui correspond le mieux à la réalité et qu'est-ce qui est le plus clair en termes d'histoire. C'est l'étape du film expérimental que je voulais franchir. Heureusement, le Fonds du film l'a également reconnu."

Financement difficile

Mais la bonne volonté du Film Fund ne suffit pas.

"Il s'est avéré très difficile d'obtenir un financement. Je me promenais avec ce projet de rêve depuis 2011. Mais avant de pouvoir postuler au Fonds cinématographique, il faut qu'un diffuseur dise 'oui'. À chaque fois, la réponse était : un beau projet, mais il ne répond pas à un problème socialement urgent. Le seul qui s'est montré intéressé au départ était, de façon assez amusante, l'OE. Parce qu'il s'agit de croire en l'impossible, contre mon gré, ai-je d'abord pensé. Mais ce n'était pas le cas."

"Les gens pensaient que c'était une belle histoire qui avait juste besoin d'une référence à la Bible quelque part. J'y ai longtemps réfléchi et j'ai finalement décidé de ne pas le faire. Parce que soit les non-croyants penseront qu'il s'agit en fait de Jésus, soit les croyants penseront que je sors une citation biblique de son contexte."

"Le premier diffuseur qui a immédiatement dit "oui" était un diffuseur autrichien. C'est donc devenu une coproduction néerlando-autrichienne."

Passion pour les documentaires

Johannes Hogebrink a obtenu son diplôme de l'Académie néerlandaise du cinéma en 2010 avec Dévotion. Un court documentaire magnifiquement conçu qui donne un aperçu intime de la façon dont quatre personnes complètement différentes vivent leur plus grande passion. Mais avant cela et encore aujourd'hui, il était et est également actif en tant qu'artiste visuel avec un large répertoire, comme on peut le voir sur son... site web. Pourtant, à l'Académie du cinéma, il choisit le documentaire plutôt que la fiction.

"Je ne sais pas exactement pourquoi, explique-t-il après réflexion, mais j'ai toujours été attiré par le documentaire. Qu'il traite de quelque chose de réel, alors qu'en même temps le film peut mettre en scène ou manipuler des choses au montage. J'ai trouvé ça intéressant."

"Voyez par exemple les films de Michael Moore, qui le fait ouvertement. Ou le film suédois Excédent Sur la société de consommation. C'est aussi un documentaire mais on dirait presque un clip vidéo. Tu comprends alors à quel point tu peux être manipulé par la télévision. Ajoutons à cela que je trouve beaucoup de fictions néerlandaises assez médiocres. Nous sommes un pays de polders, trop de compromis, trop de gens qui ont une opinion. J'ai remarqué que le côté non conventionnel d'une idée est rasé en premier."

Le chien volant une fois le projet lancé, il a pu le rendre raisonnablement comme il l'entendait.

"Dans le cadre des contraintes de production, six semaines de durée dont seulement la première et la dernière avec l'équipe, j'ai pu suivre à peu près ma propre voie en termes de contenu. Mais pour apprendre à un chien tout ce que j'avais prévu, il m'aurait fallu au moins trois mois, voire deux étés."

Autoportrait

Ce billet pour une merveilleuse carrière (Hogebrink rit quand il entend cela), pouvons-nous le décrire comme un projet artistique qui a échappé à tout contrôle ? Peut-être un autoportrait ?

"Ehhh, ce n'était pas mon intention de faire un autoportrait. Je n'aime pas les documents sur l'ego. Mais je ne pouvais pas y échapper. Mon équipe me l'a également fait comprendre. 'Admets-le Johannes, il ne s'agit que de toi'. J'ai effectivement représenté une sorte de caricature de moi-même dans le film."

"Et un projet artistique ? Tout ce qui est fait pour inspirer ou provoquer les gens à réfléchir à quelque chose peut être appelé art. Mais il ne s'agit pas d'un film de haute voltige. Il est délibérément léger. Cela peut être un film familial amusant, agréable à regarder."

Maintenant Le chien volant trouve son chemin vers le public, Hogebrink a le temps de peindre et de photographier à nouveau. Et il y a des projets pour un film d'animation.

"J'aime beaucoup l'animation. C'est juste une grosse quantité de travail, mais ce chien volant l'était aussi."

Bon à savoir Bon à savoir

Le chien volant peut être vue à partir du 28 mai à Picl et Vitamine Cineville.

Leo Bankersen

Leo Bankersen écrit sur le cinéma depuis Chinatown et La nuit des morts-vivants. A longtemps travaillé en tant que journaliste cinématographique indépendant pour le GPD. Il est aujourd'hui, entre autres, l'un des collaborateurs réguliers de De Filmkrant. Aime rompre une lance pour les films pour enfants, les documentaires et les films de pays non occidentaux. Autres spécialités : les questions numériques et l'éducation cinématographique.Voir les messages de l'auteur

Adhésion privée (mois)
5€ / Maand
Pour les personnes physiques et les travailleurs indépendants.
Pas de bannières gênantes
Une lettre d'information spéciale
Propre compte mastodonte
Accès à nos archives
Petite adhésion (mois)
18€ / Maand
Pour les institutions culturelles dont le chiffre d'affaires/subvention est inférieur à 250 000 € par an.
Pas de bannières gênantes
Un bulletin d'information premium
Tous nos podcasts
Ton propre compte Mastodon
Accès aux archives
Publie toi-même des communiqués de presse
Une attention particulière dans la couverture médiatique
Adhésion importante (mois)
36€ / Maand
Pour les institutions culturelles dont le chiffre d'affaires/subvention est supérieur à 250 000 € par an.
Pas de bannières gênantes
Une lettre d'information spéciale
Ton propre compte Mastodon
Accès aux archives
Partager les communiqués de presse avec notre public
Une attention particulière dans la couverture médiatique
Bulletin d'information Premium (substack)
5 abonnements d'essai
Tous nos podcasts

Les paiements sont effectués via iDeal, Paypal, carte de crédit, Bancontact ou prélèvement automatique. Si tu préfères payer manuellement, sur la base d'une facture établie à l'avance, nous facturons des frais administratifs de 10€

*Uniquement pour l'adhésion annuelle ou après 12 paiements mensuels

fr_FRFrançais