Aller au contenu

Jan Hoek, 94 ans, de Rotterdam, a écrit une lettre aux jeunes que tout le monde aura déjà lue - depuis cette ficelle de la boîte aux lettres de Terlouw, on n'avait pas accordé autant d'attention à un message émanant d'une personne âgée.

Ce message est sympathique et clair : jeunes gens, continuez pour l'instant, pour nous, et vous pourrez faire la fête à nouveau l'année prochaine. Pour la motivation, il parle de sa propre enfance, dont dix ans ont dû céder à la Seconde Guerre mondiale et à ses conséquences.

 

Bonne lettre, selon l'ami et l'ennemi. Qui a reçu cette réponse ? Mais un journaliste a eu la bonne idée de demander à quatre jeunes d'environ 17 ans d'écrire une réponse. Tu peux espérer que ces jeunes laissent leur écran tranquille pendant quelques jours, parce qu'ils se font traiter de "pleurnicheurs gâtés", entre autres, et je pense qu'il va y en avoir d'autres.

C'est injustifié. En effet, l'action de cette lettre n'est pas très éloignée de l'exploitation des enfants en ce qui me concerne. Le fait que ces jeunes de 17 ans passent pour des enfants gâtés ne signifie pas automatiquement qu'ils manquent d'empathie ou qu'ils ont la vie bien trop belle. Cela signifie que les sacrifices consentis par d'innombrables personnes au cours de la dernière guerre mondiale avaient un sens, et qu'ils en ont toujours un - la liberté pour laquelle ils se sont sacrifiés s'est avérée si durable que ma génération ne sait déjà pas ce que cela doit être de ne pas vivre en liberté, et encore moins ces enfants.

Lorsque vous lisez ces lettres, vous observez un état d'esprit différent, qui n'a pu être créé que par cette liberté débridée. Et à moins que nous ne voulions nous transformer en personnes qui disent "ce serait bien qu'il y ait une autre guerre, ça les soulagerait", nous devrions nous estimer heureux d'avoir des enfants qui prennent la peine d'entrer en dialogue à partir de leur vision du monde. Car ce dialogue est une chose pour laquelle les générations intermédiaires sont nettement moins douées.

Dans le monde, les enfants deviennent sages d'eux-mêmes, surtout à notre époque - il n'y a pas lieu de le craindre. C'est à leurs géniteurs de le faire.

Ingmar Heytze

Né en 1970 à Utrecht. Poète. Premier philosophe maison du Centraal Museum (1999-2000) et premier poète de la ville d'Utrecht (2009-2011). A écrit des chroniques anti-sportives pour le Volkskrant pendant deux ans et des chroniques pour le (AD) Utrechts Nieuwsblad pendant vingt ans. Travaille actuellement pour Onze Taal. A écrit une quinzaine de livres de poésie et travaille toujours à de nouvelles œuvres. A remporté le prix C.C.S. Crone en 2008 pour l'ensemble de son œuvre et a reçu le Maartenspenning de la ville d'Utrecht en 2016.Voir les messages de l'auteur

Petites adhésions
175 / 12 Maanden
Surtout pour les organisations dont le chiffre d'affaires ou la subvention est inférieur à 250 000 par an.
Pas de bannières gênantes
Un bulletin d'information premium
5 abonnements d'essai à la lettre d'information
Tous nos podcasts
Donne ton avis sur nos politiques
Connaître les finances de l'entreprise
Archives exclusives
Publie toi-même des communiqués de presse
Propre compte mastodonte sur notre instance
Cultureel Lidmaatschap
360 / Jaar
Voor culturele organisaties
Pas de bannières gênantes
Un bulletin d'information premium
10 abonnements d'essai à la lettre d'information
Tous nos podcasts
Participe
Connaître les finances de l'entreprise
Archives exclusives
Publie toi-même des communiqués de presse
Propre compte mastodonte sur notre instance
Collaboration
Adhésion privée
50 / Jaar
Pour les personnes physiques et les travailleurs indépendants.
Pas de bannières gênantes
Un bulletin d'information premium
Tous nos podcasts
Donne ton avis sur nos politiques
Connaître les finances de l'entreprise
Archives exclusives
Propre compte mastodonte sur notre instance
fr_FRFrançais