Aller au contenu

'L'écriture me permet de me débarrasser de mon insécurité.' Pepijn Lanen a écrit un livre sur la paternité

L'année où l'écrivain et rappeur Pepijn Lanen (38 ans) est devenu père pour la troisième fois, il a tenu un journal. Vad3r est le récit d'une période mouvementée et inspirée. 'J'aime tout ce qui concerne la paternité.'

Nouveau site

Un journal sur la paternité à venir - on s'attendrait plutôt à cela avec l'arrivée d'un premier enfant. Mais Pepijn Lanen, également connu du grand public sous le nom de la formation de rap De Jeugd van Tegenwoordig, avait déjà un fils et une fille lorsqu'il a appris en 2019 que sa femme attendait le troisième.

'Pourtant, cela me semblait être un nouveau territoire, comme si cela allait entraîner un grand changement dans nos vies', explique Lanen. 'En 2016, alors que mon fils venait de naître, nous vivions en Amérique. Je n'ai pas écrit de lettre parce que je voulais rester dans notre petit cocon. C'était une année folle, en partie parce que Trump a alors été élu président - la fin de l'"ancien" monde et le début du chaos dans lequel nous sommes encore aujourd'hui.

Rétrospectivement, je regrette de n'avoir rien écrit pendant tout ce temps ; même s'il ne s'était agi que de cent mots par jour, cela serait devenu un document fascinant sur une période particulière. C'est en pensant à cela que m'est venue l'idée de Vad3r. J'ai réalisé qu'une telle grossesse formait aussi un beau récit autonome. Cela m'a enthousiasmé en tant qu'écrivain et en tant qu'aspirant à devenir père trois fois.'

Modifié

'Je suis tellement éloigné de celui que j'étais avant que nous ne devenions parents', écris-tu. En quoi la paternité vous a-t-elle changé ?

Ce n'est pas une seule chose ; je ne suis tout simplement plus la même personne. Avant d'avoir des enfants, je me satisfaisais de plaisirs à court terme, comme une grande fête ou un manteau coûteux. J'ai longtemps marchandé contre les responsabilités. Maintenant, les objectifs que je veux atteindre servent à ma famille, à prendre soin de ce dont elle a besoin. Je suis devenue beaucoup plus attentionnée envers les autres, mais je me sens aussi plus connectée aux autres grâce à cela. Je suis devenu plus conscient de ma place dans la société.

En tant que parent, tu es constamment confronté, par l'intermédiaire de tes enfants, à des traits de caractère et à des comportements qui te sont propres et dont tu aimerais le plus les préserver. Mon impatience, par exemple. Un enfant a tendance à abandonner facilement si quelque chose ne fonctionne pas tout de suite. Il est difficile de leur apprendre à ne pas abandonner, et à ne pas le faire toi-même non plus. Car si le fait de nouer les lacets de la chaussure ne fonctionne toujours pas après la énième fois, il m'arrive de me dire : tant pis, on continuera demain. J'essaie d'être plus patiente.

Le fait que j'ai changé de rôle se traduit également dans ma façon d'interagir avec les autres. Par exemple, lorsque je travaille avec des artistes jeunes ou moins expérimentés, j'agis inconsciemment de la même manière que lorsque je communique avec mes enfants : 'Mais tu n'écoutes pas non plus, ce n'est pas ce que j'ai dit. On va recommencer.' Ce n'est pas que je cours partout jouer au père en ce moment, mais c'est une illustration du fait que la parentalité s'infiltre aussi dans le reste de votre vie.'

Sentiment primitif

Qu'est-ce que tu aimes dans le fait d'être père ?

Dès que vous regardez et sentez votre bébé, vous éprouvez un sentiment primitif - qui ne peut être décrit par des mots inventés par l'homme. Le fait d'être père me donne des repères ; je me sens beaucoup plus connecté au passé et à l'avenir. Élever des enfants me semble très concret et logique ; pour moi, c'est la bonne chose à faire. Même les moments difficiles sont beaux, même si j'ai mal dormi une nuit. Ma vie ne se résume plus à moi-même, je suis au service des autres. C'est un sentiment très riche.

 Dans ton livre, il semble que ta famille très occupée te donne encore plus de concentration et de motivation pour ton travail.

'Bien sûr. Je suis un bourreau de travail paresseux. Ma famille m'oblige à structurer davantage ma journée de travail. J'essaie de choisir mes expressions créatives de façon à pouvoir faire mon travail à la maison ou entre deux affaires autant que possible. Ce livre, par exemple, je l'ai écrit très tôt le matin, avant que ma femme et mes enfants ne se réveillent. De cette façon, mon travail ne doit pas se faire au détriment de mes engagements envers ma famille.'

Nouvelles normes

Est-ce que le fait d'être parent a aussi changé l'artisan qui est en toi ?

'Oui, de nouvelles normes et valeurs s'insinuent dans mon travail, car je réfléchis davantage au type de société dans laquelle mes enfants vivront bientôt. Du doigt levé que je ne suis pas, je pense qu'il est important que les gens puissent échapper à la réalité quotidienne dans mon travail. Mais je veux aussi aborder des questions sociales, comme les inégalités dans notre société. Par exemple, dans mon livre, j'écris sur ma recherche d'une autre maison, qui semble presque impossible, parce que le logement est devenu si cher que vous êtes presque incapable de vivre - et même dans ce cas, j'ai le luxe de gagner plus que le salaire minimum. Ces dernières années, j'ai également pris davantage conscience des inégalités sociales fondées sur le sexe. Prends le fait qu'au départ, le football masculin rémunéré a été autorisé à continuer à l'époque de Corona, mais que le football féminin rémunéré ne l'a pas été. C'est tellement embarrassant. Je souhaite à mes filles que l'égalité soit considérée comme allant de soi.'

Incertitude

Espères-tu montrer à d'autres jeunes papas à quel point il est amusant de s'occuper d'enfants ?

'Ce serait certainement bien, mais j'ai commencé ce livre principalement parce que je voulais écrire sur mes propres peurs et insécurités en tant que père. Comme beaucoup d'autres parents qui travaillent, je souffre d'une culpabilité constante. Ma plus grande peur est de ne pas être à la hauteur en tant que parent, qu'il s'agisse de faciliter un foyer ou d'être en retard à l'école pour récupérer mon enfant. C'est juste une partie de la parentalité, je pense ; écrire à ce sujet m'aide à libérer un peu cette insécurité. Et j'espère montrer à d'autres pères qu'il n'y a pas de mal à parler de ces sentiments en tant qu'homme.'

Bon à savoir Bon à savoir
Pepijn Lanen, Vad3r, publié par Ambo Anthos, 22,50 €. Acheter à Bol

J'apprécie cet article !

Tu es satisfait de cette histoire ? Montrez votre appréciation en faisant une petite contribution ! C'est ainsi que tu aideras à maintenir en vie le journalisme culturel indépendant. (Si tu ne vois pas de bouton ci-dessous, utilise ce lien : don!)

Faire un don en douceur
Faire un don

Pourquoi faire un don ?

Nous sommes convaincus qu'un bon journalisme d'investigation et des informations de fond expertes sont essentiels pour un secteur culturel sain. Il n'y a pas toujours l'espace et le temps pour cela. Culture Press veut fournir cet espace et ce temps, et les rendre accessibles à tous GRATUITEMENT ! Que tu sois riche ou pauvre. Merci à dons Grâce à des lecteurs comme toi, nous pouvons continuer à exister. C'est ainsi que Culture Press existe depuis 2009 !

Tu peux aussi Devenir membreEt transforme ton don unique en un soutien durable !

Wijbrand Schaap

Journaliste culturel depuis 1996. A travaillé comme critique de théâtre, chroniqueur et reporter pour Algemeen Dagblad, Utrechts Nieuwsblad, Rotterdams Dagblad, Parool et des journaux régionaux par l'intermédiaire d'Associated Press Services. Interviews pour TheaterMaker, Theatererkrant Magazine, Ons Erfdeel, Boekman. Auteur de podcasts, il aime expérimenter les nouveaux médias. Culture Press est l'enfant que j'ai mis au monde en 2009. Partenaire de vie de Suzanne Brink Colocataire d'Edje, Fonzie et Rufus. Cherche et trouve-moi sur Mastodon.Voir les messages de l'auteur

Adhésion privée (mois)
5 / Maand
Pour les personnes physiques et les travailleurs indépendants.
Pas de bannières gênantes
Une lettre d'information spéciale
Propre compte mastodonte
Accès à nos archives
Petite adhésion (mois)
18 / Maand
Pour les institutions culturelles dont le chiffre d'affaires/subvention est inférieur à 250 000 € par an.
Pas de bannières gênantes
Un bulletin d'information premium
Tous nos podcasts
Ton propre compte Mastodon
Accès aux archives
Publie toi-même des communiqués de presse
Une attention particulière dans la couverture médiatique
Adhésion importante (mois)
36 / Maand
Pour les institutions culturelles dont le chiffre d'affaires/subvention est supérieur à 250 000 € par an.
Pas de bannières gênantes
Une lettre d'information spéciale
Ton propre compte Mastodon
Accès aux archives
Partager les communiqués de presse avec notre public
Une attention particulière dans la couverture médiatique
Bulletin d'information Premium (substack)
5 abonnements d'essai
Tous nos podcasts

Les paiements sont effectués via iDeal, Paypal, carte de crédit, Bancontact ou prélèvement automatique. Si tu préfères payer manuellement, sur la base d'une facture établie à l'avance, nous facturons des frais administratifs de 10€

*Uniquement pour l'adhésion annuelle ou après 12 paiements mensuels

fr_FRFrançais