Aller au contenu

L'écriture a été mon salut. L'histoire de la vie mouvementée de Vamba Sherif

En fait, tous ses personnages féminins sont inspirés de sa puissante mère et de sa grand-mère, explique Vamba Sherif (47 ans). Dans son nouveau livre autobiographique Un amour sans précédent l'écrivain d'origine libérienne raconte sa vie mouvementée à sa fille Bendu. Une ode à sa patrie et aux femmes les plus importantes de sa vie.

'Je suis né dans une famille érudite et influente. Les Sherifs étaient une famille de théologiens considérés comme les gardiens de l'islam au Libéria. Ils jouissaient de prestige et de respect, et de loin en loin, les gens venaient demander conseil à mes parents et à mes oncles. Sherif Quarter, le composé à Kolahun, où nous vivions, était dirigée par ma mère. Elle était femme d'affaires et gérait des magasins, des stations-service, des maisons. La communauté comptait environ deux cents personnes, il y avait donc toujours de l'animation. Après un petit déjeuner de bouillie de riz, les garçons allaient à la composé balayage et les filles qui allaient chercher de l'eau au puits. L'après-midi, nous recevions des cours d'arabe et d'anglais dispensés par des professeurs venus du Liberia, de Guinée ou de Sierra Leone.'

'J'étais un petit garçon incroyablement curieux et coquin. Je voulais tout essayer et, par conséquent, je faisais des choses qui ne pouvaient pas être faites. Par exemple, un jour, j'ai mis un masque de la société païenne Poro. Au sein de notre communauté, c'était un tabou. Tout le monde en parlait avec honte.

Vamba Sherif : "Ma curiosité a pris le dessus à 11 ans ©Marc Brester-aquattromani.co.uk

'Cette curiosité a pris le dessus sur moi à l'âge de 11 ans. J'ai grandi au milieu des livres et j'aimais lire. Notre famille avait une bibliothèque contenant des livres précieux, écrits à la main, qui étaient interdits aux personnes de moins de quarante ans, l'âge auquel on est considéré comme mentalement mature au Libéria. La pièce dans laquelle se trouvaient ces livres était donc toujours fermée à clé. Je savais qu'il y avait aussi des livres appartenant à mon père, qui était mort alors que je n'avais que cinq ans environ. J'entendais toujours les gens parler de lui. Il semblait savoir écrire magnifiquement, mais je n'avais jamais vu son écriture.'

'Un jour, je n'ai plus pu contenir ma curiosité. En passant par le grenier, j'ai réussi à franchir le plafond pour arriver dans la pièce où se trouvaient les manuscrits secrets. Je peux difficilement décrire ce que cela a signifié pour moi de voir enfin cette belle écriture de mon père et de mon grand-père. De comprendre ce dont tous ces gens n'avaient cessé de parler.'

'Pendant des mois, je me suis tenue près d'une fente de lumière en lisant secrètement un manuscrit après l'autre - j'ai presque commencé à croire que ce que je faisais était normal. Jusqu'au jour où j'ai soudain entendu la voix de mon beau-frère - j'avais été prise en flagrant délit. À son intonation, j'ai tout de suite compris que cela allait avoir de graves conséquences. Au cours des jours suivants, notre composé un concert d'indignation qui n'a cessé de croître. Personne dans la famille n'a fait preuve de compréhension. J'ai préféré disparaître.

'Ce que j'avais fait était si grave qu'il a été décidé que je devais partir : j'ai été renvoyée. Du jour au lendemain, mon monde, jusque-là plein de chaleur et d'amour, s'est écroulé. Mon sentiment de sécurité s'est envolé du jour au lendemain. Je me suis sentie complètement abandonnée. Je me suis sentie seule et exclue.

Mon frère aîné Vamuyah avait obtenu un poste à l'université du Koweït et m'a emmené avec lui. Là-bas, nous vivions dans un appartement avec d'autres personnes sympathiques. J'y suis allée à l'école, nous avions des livres et les gens cuisinaient pour nous. C'était donc une vie riche, mais en même temps pauvre, donc sans ma mère et ma grand-mère. Je les ai vues une fois, pendant de courtes vacances au Libéria. J'ai passé un moment merveilleux, mais comme cela me faisait très mal de devoir leur dire au revoir une nouvelle fois, je suis partie tôt le dernier jour, sans leur dire au revoir. De retour au Koweït, j'ai appris que ma grand-mère était morte.

'Juste après, la guerre civile a éclaté au Libéria et la première guerre du Golfe a commencé au Koweït. Une fois de plus, j'ai dû partir, cette fois à cause de la guerre. Avec Vamuyah et mon cousin Alpha, j'ai fui le pays. Nous nous sommes retrouvés dans un camp de réfugiés en Jordanie. Alpha et moi avons ensuite voyagé jusqu'aux Pays-Bas. Après trois ans d'incertitude, j'ai finalement obtenu un permis de séjour. J'ai fait des études de droit et j'ai épousé une Néerlandaise. Nous vivons à Groningue avec nos fils Jamil (16 ans) et Noah (13 ans) et notre fille Bendu (11 ans).

[le texte continue sous la photo]

Vamba Sherif et sa fille Bendu ©Marc Brester-aquattromani.co.uk

Vamba Sherif et sa fille Bendu ©Marc Brester-aquattromani.co.uk

'Il m'a fallu des années pour écrire ce livre. S'il s'agissait de ma grand-mère, je pleurais au bout de quelques secondes seulement. Mon enfance a tourné autour d'elle. C'est elle qui m'a élevée, elle m'a protégée et a toujours été là pour moi. C'était une belle femme, qui chantait très bien - je connais encore ses chansons par cœur. Écrire sur sa mort, je ne pouvais pas le faire'.

'Mais récemment, parce que je devais me rapporter à toutes sortes de questions avec lesquelles le monde se bat actuellement, comme le fait d'être noir, l'appartenance, l'ascendance et la migration, j'ai voulu définir et articuler mes pensées à ce sujet. Ces deux femmes m'ont façonnée, elles reviennent dans tout. Tous les personnages féminins de mes livres s'inspirent d'elles : des femmes fortes, indépendantes et entreprenantes.'

'En Bendu, je vois beaucoup de leur tempérament, mais je reconnais aussi beaucoup de choses en moi. La générosité et l'ouverture d'esprit de ma mère m'ont inspirée. Chaque vendredi, elle distribuait de l'argent aux pauvres et veillait à ce que les enfants puissent apprendre et étudier. Je me souviens encore d'une femme pauvre qui a abordé ma mère dans la rue et lui a demandé si elle pouvait envoyer sa fille à l'école, ce à quoi ma mère l'a emmenée dans notre maison. 'composé'.

Vamba Sherif : "Aucun mode de vie n'est supérieur". ©Marc Brester-aquattromani.co.uk

'Ne pas s'accrocher à son argent, mais le partager avec les autres et se placer devant les autres et les affronter avec amour, voilà ce que j'ai appris d'elle. J'ai presque ressenti comme un devoir de partager cette perspective et ce mode de vie à travers ce livre, parce que de telles valeurs sont nécessaires à une époque de populisme et de xénophobie. J'espère que mon livre montrera aux lecteurs que les gens en Afrique, au Libéria, n'ont pas forcément une vie moins précieuse qu'ici. Des personnes belles et sages y vivent aussi, dont nous pouvons apprendre quelque chose. Aucun mode de vie n'est supérieur, alors écoutons les récits de vie des uns et des autres et enrichissons-nous des expériences de chacun.'

'Ma migration et le peu de temps que j'ai passé dans un camp de réfugiés en Jordanie ont renforcé mon sentiment d'itinérance. Ce que j'ai vu dans ce camp, je ne le souhaite à personne - c'était l'enfer là-bas. Beaucoup de gens pensent que les réfugiés devraient être reconnaissants de recevoir de l'aide, mais c'est une vie très dure. Il n'y a aucune perspective d'avenir, aucun espoir. Ma vie n'était que peur. Quand soudain vous ne contrôlez plus votre vie et que d'autres décident de tout - ce que vous mangez, ce que vous faites - cela vous marque pour la vie.'

Vamba Sherif : "Ma vie n'était que peur". ©Marc Brester-aquattromani.co.uk

'Dans nos riches Pays-Bas, où nous pourrions vraiment faire la différence pour les personnes en difficulté, nous ne faisons rien ou presque pour les réfugiés. Nous commençons immédiatement à parler de leurs devoirs, sans écouter ce qu'ils ont vécu. Il y a peu d'empathie pour les migrants. Cela me rend triste. Nous réalisons trop peu que c'est vraiment un miracle si les réfugiés peuvent encore participer avec succès à la société malgré ce qu'ils ont vécu.''

'Je suis encore en train d'apprendre à freiner et à laisser aller mon anxiété. L'écriture a été mon salut. Avec chaque roman que j'écris, je ramène un petit morceau du monde de mon enfance et des gens que j'aimais, tout ce qui n'existe plus. Transformer ma perte en art et la partager avec le monde est un moyen pour moi de faire face à mes expériences et à mes traumatismes.'

Bon à savoir Bon à savoir

Vamba Sherif, Un amour sans précédent. De Geus, 20,00 €.

J'apprécie cet article !

Tu es satisfait de cette histoire ? Montrez votre appréciation en faisant une petite contribution ! C'est ainsi que tu aideras à maintenir en vie le journalisme culturel indépendant. (Si tu ne vois pas de bouton ci-dessous, utilise ce lien : don!)

Faire un don en douceur
Faire un don

Pourquoi faire un don ?

Nous sommes convaincus qu'un bon journalisme d'investigation et des informations de fond expertes sont essentiels pour un secteur culturel sain. Il n'y a pas toujours l'espace et le temps pour cela. Culture Press veut fournir cet espace et ce temps, et les rendre accessibles à tous GRATUITEMENT ! Que tu sois riche ou pauvre. Merci à dons Grâce à des lecteurs comme toi, nous pouvons continuer à exister. C'est ainsi que Culture Press existe depuis 2009 !

Tu peux aussi Devenir membreEt transforme ton don unique en un soutien durable !

Wijbrand Schaap

Journaliste culturel depuis 1996. A travaillé comme critique de théâtre, chroniqueur et reporter pour Algemeen Dagblad, Utrechts Nieuwsblad, Rotterdams Dagblad, Parool et des journaux régionaux par l'intermédiaire d'Associated Press Services. Interviews pour TheaterMaker, Theatererkrant Magazine, Ons Erfdeel, Boekman. Auteur de podcasts, il aime expérimenter les nouveaux médias. Culture Press est l'enfant que j'ai mis au monde en 2009. Partenaire de vie de Suzanne Brink Colocataire d'Edje, Fonzie et Rufus. Cherche et trouve-moi sur Mastodon.Voir les messages de l'auteur

Adhésion privée (mois)
5 / Maand
Pour les personnes physiques et les travailleurs indépendants.
Pas de bannières gênantes
Une lettre d'information spéciale
Propre compte mastodonte
Accès à nos archives
Petite adhésion (mois)
18 / Maand
Pour les institutions culturelles dont le chiffre d'affaires/subvention est inférieur à 250 000 € par an.
Pas de bannières gênantes
Un bulletin d'information premium
Tous nos podcasts
Ton propre compte Mastodon
Accès aux archives
Publie toi-même des communiqués de presse
Une attention particulière dans la couverture médiatique
Adhésion importante (mois)
36 / Maand
Pour les institutions culturelles dont le chiffre d'affaires/subvention est supérieur à 250 000 € par an.
Pas de bannières gênantes
Une lettre d'information spéciale
Ton propre compte Mastodon
Accès aux archives
Partager les communiqués de presse avec notre public
Une attention particulière dans la couverture médiatique
Bulletin d'information Premium (substack)
5 abonnements d'essai
Tous nos podcasts

Les paiements sont effectués via iDeal, Paypal, carte de crédit, Bancontact ou prélèvement automatique. Si tu préfères payer manuellement, sur la base d'une facture établie à l'avance, nous facturons des frais administratifs de 10€

*Uniquement pour l'adhésion annuelle ou après 12 paiements mensuels

fr_FRFrançais