Aller au contenu

Le Conseil de la culture étudie les comportements transfrontaliers dans le secteur culturel

Nous en avons un peu fini avec le sexe, les drogues et le rock'n'roll dans la culture. Du moins, pas dans ce qui est présenté dans nos galeries, sur nos écrans de cinéma et dans nos salles de spectacle, mais dans la façon dont cela se produit. La ministre Ingrid van Engelshoven a demandé l'avis du Conseil de la culture, qui va mettre en place une commission sur ce sujet. Cela vient d'être annoncé via Site du Conseil.

L'ambition est ferme : 'La tâche de la société est de prévenir, d'identifier, d'arrêter toutes les formes de comportement transgressif et de fournir une aide opportune et appropriée.' Outre la tâche qui incombe à la Chambre des représentants de ses propres membresLe secteur culturel est un endroit où les excès ont récemment fait la une des journaux plus souvent qu'il n'est bon pour toutes les parties concernées.

Les relations de pouvoir

'Dans la pratique, il semble que le risque de comportement transgressif soit plus élevé lorsque les relations de pouvoir ou de dépendance sont inégales,' déclare le ministre. 'Dans le secteur culturel et créatif, cela peut être le cas. Pense aux auditions dans les arts du spectacle, aux commandes dans le secteur créatif et à la relation de pouvoir entre le professeur et l'étudiant dans les écoles d'art.'

Maintenant, c'est quelque chose qui se joue dans tous les secteurs ; la course aux postes lucratifs dans les entreprises Zuidas ne mentira pas non plus. Le ministre le comprend. Il y a donc une différence : 'Elle est aussi souvent considérée comme une vocation, quelque chose dans lequel tu dois te jeter à corps perdu si tu veux atteindre le plein épanouissement artistique. C'est pourquoi il est parfois très difficile de déterminer où se situent exactement les limites de l'admissible.'

Questions

Les questions auxquelles le comité du Conseil doit répondre sont les suivantes :

  • Comment le secteur (organisations faîtières, employeurs, clients) peut-il définir correctement sa responsabilité ?
  • Qu'est-ce que l'industrie pourrait faire différemment ?
  • Comment le ministère peut-il soutenir cette démarche ?

travailleurs indépendants

Le ministre demande également avec insistance que l'on s'intéresse aux indépendants culturels. Après tout, ce sont les indépendants les plus vulnérables, également parce que leur travail se substitue rarement à un emploi salarié, comme c'est le cas dans les soins de santé, la construction ou même le journalisme.

Pourtant, il y a déjà quelque chose à faire sur ce dernier point, si je peux me permettre d'offrir un conseil non sollicité à ce stade : optez plus souvent pour un emploi permanent. Pas seulement dans les arts du spectacle, où il est relativement facile d'obliger les orchestres, les troupes de théâtre et les "sociétés de production" à employer du personnel artistique et des artistes. Tu pourrais même opter pour le salariat dans les arts visuels lorsqu'il s'agit de collaborer entre des institutions de diffusion subventionnées et des artistes.

Carthaginem esse delendam

Le plus grand obstacle à surmonter (si l'on inclut les objections attendues de l'industrie à cette proposition) est l'état d'esprit des artistes, même les plus vulnérables. Comme nous l'avons déjà mentionné dans un Lettre de Maurits Fondse publiée ici a été dénoncée : ce sont souvent les acteurs, les musiciens et les artistes visuels eux-mêmes qui acceptent des conditions de travail minables et le travail gratuit.

De même, les étudiants endureront les pires indignités pour leurs maigres chances de réussite si cela peut augmenter ces chances ne serait-ce que d'une fraction. Après tout, les avocats en herbe se livrent aussi à des bizutages malgré tous les excès.

Il est difficile de changer cela. Mais, en tant que Cato Sr (Carthage doit être détruite !)Je ne cesserai de répéter à partir de maintenant qu'il existe une solution à ce problème : le revenu de base universel. Une fois que cela est là, il ne s'agit plus que de contenu dans les arts. (La pétition a encore besoin de quelques signatures).

En attendant, bien sûr, il sera rhétorique de savoir qui siègera à ce comité.

J'apprécie cet article !

Tu es satisfait de cette histoire ? Montrez votre appréciation en faisant une petite contribution ! C'est ainsi que tu aideras à maintenir en vie le journalisme culturel indépendant. (Si tu ne vois pas de bouton ci-dessous, utilise ce lien : don!)

Faire un don en douceur
Faire un don

Pourquoi faire un don ?

Nous sommes convaincus qu'un bon journalisme d'investigation et des informations de fond expertes sont essentiels pour un secteur culturel sain. Il n'y a pas toujours l'espace et le temps pour cela. Culture Press veut fournir cet espace et ce temps, et les rendre accessibles à tous GRATUITEMENT ! Que tu sois riche ou pauvre. Merci à dons Grâce à des lecteurs comme toi, nous pouvons continuer à exister. C'est ainsi que Culture Press existe depuis 2009 !

Tu peux aussi Devenir membreEt transforme ton don unique en un soutien durable !

Wijbrand Schaap

Journaliste culturel depuis 1996. A travaillé comme critique de théâtre, chroniqueur et reporter pour Algemeen Dagblad, Utrechts Nieuwsblad, Rotterdams Dagblad, Parool et des journaux régionaux par l'intermédiaire d'Associated Press Services. Interviews pour TheaterMaker, Theatererkrant Magazine, Ons Erfdeel, Boekman. Auteur de podcasts, il aime expérimenter les nouveaux médias. Culture Press est l'enfant que j'ai mis au monde en 2009. Partenaire de vie de Suzanne Brink Colocataire d'Edje, Fonzie et Rufus. Cherche et trouve-moi sur Mastodon.Voir les messages de l'auteur

Adhésion privée (mois)
5 / Maand
Pour les personnes physiques et les travailleurs indépendants.
Pas de bannières gênantes
Une lettre d'information spéciale
Propre compte mastodonte
Accès à nos archives
Petite adhésion (mois)
18 / Maand
Pour les institutions culturelles dont le chiffre d'affaires/subvention est inférieur à 250 000 € par an.
Pas de bannières gênantes
Un bulletin d'information premium
Tous nos podcasts
Ton propre compte Mastodon
Accès aux archives
Publie toi-même des communiqués de presse
Une attention particulière dans la couverture médiatique
Adhésion importante (mois)
36 / Maand
Pour les institutions culturelles dont le chiffre d'affaires/subvention est supérieur à 250 000 € par an.
Pas de bannières gênantes
Une lettre d'information spéciale
Ton propre compte Mastodon
Accès aux archives
Partager les communiqués de presse avec notre public
Une attention particulière dans la couverture médiatique
Bulletin d'information Premium (substack)
5 abonnements d'essai
Tous nos podcasts

Les paiements sont effectués via iDeal, Paypal, carte de crédit, Bancontact ou prélèvement automatique. Si tu préfères payer manuellement, sur la base d'une facture établie à l'avance, nous facturons des frais administratifs de 10€

*Uniquement pour l'adhésion annuelle ou après 12 paiements mensuels

fr_FRFrançais