Aller au contenu

Comment j'ai failli tomber de mon vélo à cause d'un documentaire VR #IDFA Doclab

IDFA DocLab est de retour au Brakke Grond, et comment ! Plus de trente-cinq œuvres explorent les limites du documentaire dans son contenu et sa forme. DocLab est le terrain de jeu numérique où tout est désormais techniquement et conceptuellement possible. J'ai donc regardé une œuvre avec des odeurs, j'ai dansé dans les années 1980 et je me suis tellement détendue que j'ai failli tomber de mon vélo.

Systèmes nerveux est le nom de cette édition. En effet, certaines œuvres pénètrent directement dans la partie non rationnelle du cerveau. L'odorat, par excellence, possède cette qualité. D'autres œuvres te touchent émotionnellement par leur contenu. Et d'autres encore traitent de la nervosité du système lui-même, par exemple à travers l'insomnie systémique.

Histoires urgentes

Plus encore que l'année dernière, j'ai ressenti une urgence de fond dans tous les ouvrages. Ce sont des histoires qui doivent être racontées, et la forme XR permet d'en maximiser l'impact. Ces histoires concernent le changement climatique, la violence à l'égard des femmes trans, les diasporas. Mais aussi sur la société dans son ensemble, sur la façon dont la numérisation enferme les gens ou les exclut. La forme va de l'abstrait (tu dois lire la description pour bien comprendre ce que tu vois) au bombardement sensoriel.

L'une des œuvres les plus abstraites qui m'a touchée est la suivante. Oiseaux de la frontière. Une série de photos montre des oiseaux encerclés en train de voler. La légende t'indique où les oiseaux ont été photographiés : aux frontières difficilement pénétrables pour les personnes qui n'ont pas les bons papiers. L'intelligence artificielle a appris à reconnaître les oiseaux sur des séquences vidéo provenant de caméras accessibles au public aux frontières entre le Mexique et les États-Unis, le Maroc et l'Espagne, la Grèce et la Turquie et la France et l'Angleterre. Dries et Bieke Depoorter ont choisi 100 images. Ce projet fait partie d'un projet plus vaste qui utilise les NFT pour collecter des fonds pour le réseau européen des femmes migrantes et la Croix-Rouge. La signification et la technologie ne sont pas dans ton visage, mais c'est justement la contribution monétaire indirecte et réelle à une situation complexe qui fait de ce travail une œuvre solide comme le roc.

Danse dans ton propre monde

Moins subtil, mais un documentaire brillamment réalisé est... À la recherche de rythmes répétitifs par Darren Emerson. En 1989, le culture rave Au Royaume-Uni, le phénomène est important. Des fêtes illégales autour de l'acide dans des hangars abandonnés ou d'autres lieux difficiles à trouver attirent des milliers de danseurs. Comment y parviennent-ils ? Nous nous joignons à la chasse aux meilleures fêtes. Ce documentaire VR est très bien construit, tu vis la recherche tout en voyant de courtes interviews des ravers de la première heure. Emerson conduit le visiteur devant une série de flyers qui, si tu les ramasses, montrent l'interview d'un organisateur, d'un danseur ou d'un officier de police. Une cabine téléphonique contient un indice sur le lieu de la fête. À l'arrière de la voiture, la tête hors du toit ouvert, tu peux sentir le vent. Un ventilateur procure une expérience physique et un sentiment d'euphorie s'empare de moi.

Le jeu du chat et de la souris des organisateurs, de la police et des ravers est palpable. Le documentaire montre le contexte, une Angleterre sans espoir, où différents groupes de personnes se complètent pour échapper au quotidien. Les Jamaïcains fournissent les systèmes de sonorisation. Les ex-hooligans assurent la sécurité. C'est précisément le fait que tant de personnes différentes - qui ne se mélangent pas pendant la journée - puissent danser ensemble les étoiles du ciel la nuit qui a rendu la scène rave si unique. Quand on déjoue la police et qu'on arrive à une fête avec des milliers de personnes, on vit et on comprend la libération. Et la liberté et la nature non réglementée des fêtes illégales te manquent.

 

L'écoulement de la pluie dure comme de la pierre

Une autre œuvre, plus douce, presque plus sucrée est... L'anticipation de la pluie par Naima Karim. À grands coups de pinceau, elle crée un environnement en 3D accompagné d'un paysage sonore hypnotique. Elle explique qu'une inflammation l'a laissée incapable de bouger pendant un an et condamnée à observer le ciel. Elle a vécu l'approche de la mousson encore plus intensément que d'habitude. Cette intensité a également été amplifiée par la crise climatique : la mousson est plus intense et plus dévastatrice au Bangladesh qu'auparavant. Pourtant, c'est une période romantique, selon Karim. L'accumulation avec le ciel noir menaçant et les orages, la décharge qui lave tout. Un parfumeur a développé deux senteurs spécialement pour ce travail de RV, l'une du lourd parfum de terre avant l'éruption de la mousson. L'autre est un parfum plus frais et plus floral pour après. Les parfums t'entraînent profondément dans le monde animé.

Dormir, un acte radical

La dernière œuvre que j'ai visitée est l'une des plus détendues que je connaisse. Slumberland est une installation VR suédoise sur l'insomnie. Un travailleur social a déclaré à un journal suédois que de nombreux jeunes criminels avec lesquels il travaille se plaignent d'insomnie. 30% de personnes (il n'est pas précisé s'il s'agit du monde entier ou seulement de la Suède) souffrent d'insomnie. L'entreprise Bombina Bombast en conclut à juste titre que si l'insomnie est un tel problème, et en même temps un modèle de revenu dans notre économie de l'attention, alors prendre du repos est une action radicale. Les visiteurs sont donc autorisés à s'asseoir sur leur propre peau de mouton et à subir le travail avec une couverture et des oreillers.

Deux femmes de conte de fées - l'une à Stockholm, l'autre à Malmø - emmènent les visiteurs dans un doux paysage nocturne. Elles nous tiennent la main, leurs manettes touchant virtuellement les nôtres, mais cela semble plus intime. Dans leur chambre, des jeunes nous expliquent pourquoi ils n'arrivent pas à dormir et à quoi ressemblerait leur environnement de sommeil idéal. Lentement, les femmes de contes de fées nous emmènent vers un ciel étoilé, où nous pouvons nous assoupir un moment avant de devoir sortir dans la nuit froide. Une fois dans la rue, je ne parviens pas à me réveiller vraiment. À la maison, je me glisse rapidement sous une couverture sur le canapé, en pensant aux expériences physiques des œuvres que j'ai vues.

Et c'est tout de suite une question délicate. Aurais-je autant vécu la mousson sans l'odeur ? Aurais-je trouvé la culture rave aussi libératrice sans avoir la tête hors du toit de la voiture ? Peut-être pas, mais la question est probablement aussi absurde que de savoir à quoi ressemblerait un Mondrian s'il avait utilisé du rose et du vert.

Bon à savoir Bon à savoir

Bon à savoir : L'IDFA se poursuit jusqu'au 20 novembre. Clique ici pour plus d'informations sur le DocLab

 

J'apprécie cet article !

Tu es satisfait de cette histoire ? Montrez votre appréciation en faisant une petite contribution ! C'est ainsi que tu aideras à maintenir en vie le journalisme culturel indépendant. (Si tu ne vois pas de bouton ci-dessous, utilise ce lien : don!)

Faire un don en douceur
Faire un don

Pourquoi faire un don ?

Nous sommes convaincus qu'un bon journalisme d'investigation et des informations de fond expertes sont essentiels pour un secteur culturel sain. Il n'y a pas toujours l'espace et le temps pour cela. Culture Press veut fournir cet espace et ce temps, et les rendre accessibles à tous GRATUITEMENT ! Que tu sois riche ou pauvre. Merci à dons Grâce à des lecteurs comme toi, nous pouvons continuer à exister. C'est ainsi que Culture Press existe depuis 2009 !

Tu peux aussi Devenir membreEt transforme ton don unique en un soutien durable !

Wijbrand Schaap

Journaliste culturel depuis 1996. A travaillé comme critique de théâtre, chroniqueur et reporter pour Algemeen Dagblad, Utrechts Nieuwsblad, Rotterdams Dagblad, Parool et des journaux régionaux par l'intermédiaire d'Associated Press Services. Interviews pour TheaterMaker, Theatererkrant Magazine, Ons Erfdeel, Boekman. Auteur de podcasts, il aime expérimenter les nouveaux médias. Culture Press est l'enfant que j'ai mis au monde en 2009. Partenaire de vie de Suzanne Brink Colocataire d'Edje, Fonzie et Rufus. Cherche et trouve-moi sur Mastodon.Voir les messages de l'auteur

Petites adhésions
175 / 12 Maanden
Surtout pour les organisations dont le chiffre d'affaires ou la subvention est inférieur à 250 000 par an.
Pas de bannières gênantes
Un bulletin d'information premium
5 abonnements d'essai à la lettre d'information
Tous nos podcasts
Donne ton avis sur nos politiques
Connaître les finances de l'entreprise
Archives exclusives
Publie toi-même des communiqués de presse
Propre compte mastodonte sur notre instance
Cultureel Lidmaatschap
360 / Jaar
Voor culturele organisaties
Pas de bannières gênantes
Un bulletin d'information premium
10 abonnements d'essai à la lettre d'information
Tous nos podcasts
Participe
Connaître les finances de l'entreprise
Archives exclusives
Publie toi-même des communiqués de presse
Propre compte mastodonte sur notre instance
Collaboration
Adhésion privée
50 / Jaar
Pour les personnes physiques et les travailleurs indépendants.
Pas de bannières gênantes
Un bulletin d'information premium
Tous nos podcasts
Donne ton avis sur nos politiques
Connaître les finances de l'entreprise
Archives exclusives
Propre compte mastodonte sur notre instance
fr_FRFrançais