Aller au contenu

Au musée d'Arnhem, Wilders hante les esprits

Notre premier ministre veut supprimer presque toutes les subventions culturelles. Seul l'art qui peut être correctement compris par les "vrais Néerlandais" mérite encore un soutien financier. Wilders s'en prend aux subventions culturelles pour des raisons idéologiques. Quiconque visite l'exposition "L'art dans le Troisième Reich - tentation et distraction" au musée d'Arnhem ne peut s'empêcher d'y voir des comparaisons troublantes.

Wilders considère l'art comme un outil permettant de renforcer l'identité néerlandaise. Cela fait partie de son idéologie de droite radicale. Évidemment, Wilders n'est pas Hitler, mais leurs points de vue sur l'art se ressemblent comme deux gouttes d'eau. Hitler a déployé l'art au service de son idéologie national-socialiste, comme le montre le musée d'Arnhem.

L'exposition "L'art dans le Troisième Reich - Séduction et distraction" présente quelque quatre-vingt-dix œuvres d'art propagandistes réalisées par une soixantaine d'artistes. Elles sont réparties selon les thèmes suivants : "peuple et campagne", "développement industriel", "culture du corps" et "propagande militaire". L'exposition est controversée : en ces temps de polarisation où l'extrême droite occupe une place prépondérante, faut-il montrer de telles œuvres d'art ? Personnellement, je ne pense pas du tout que ce soit un problème. Les œuvres d'art exposées n'ont aucun pouvoir de persuasion, et je ne peux donc pas imaginer que quelqu'un se fasse des idées "brunes" à la suite de cette exposition. 

Lors de ma visite, l'endroit était bondé de gens honnêtes qui - je suppose - ont voté pour la gauche verte. Ils se promenaient probablement avec la même question en tête : comment est-il possible qu'un art aussi largement superficiel ait joué un rôle aussi important dans l'histoire du monde ?

Peur de la glorification

La compilation de la collection a demandé beaucoup d'efforts, ce qui explique en partie son innocence politique. De 1937 à 1944, l'Allemagne nazie a organisé des expositions annuelles de propagande - Große Deutsche Kunstausstellungen - auxquelles ont assisté des centaines de milliers de personnes. Après la Seconde Guerre mondiale, les soldats américains se sont emparés de 8 500 objets exposés, car ils étaient considérés comme un risque possible pour la sécurité. La plupart d'entre elles ont depuis été restituées à l'Allemagne et intégrées à la collection du Deutsches Historisches Museum à Berlin : prêteur de la collection à Arnhem.

450 œuvres moins innocentes sont encore conservées dans les coffres de la base militaire de Fort Belvoir. Il s'agit notamment de portraits d'Hitler, d'images du culte du soldat, de la camaraderie et de l'héroïsme. La crainte que cet art contribue à la glorification du national-socialisme fait toujours obstacle à la restitution. Compte tenu de l'évolution de l'Amérique elle-même et de la forte démocratie qu'est devenue l'Allemagne, cette position semble assez dépassée.

Große Deutsche Kunstausstellung

Cela garantit que seules quelques toiles représentant des soldats peuvent être vues à Arnhem : un soldat mourant donnant sa dernière grenade à un camarade, l'infanterie qui avance, une colonne d'armée se frayant un chemin dans la boue. Au fur et à mesure que les années de guerre avancent, l'accent est mis sur les sacrifices consentis par les soldats allemands. Un bon exemple est le tableau d'Adolf Reich intitulé "Le plus grand sacrifice", où un soldat en béquilles, amputé d'une jambe, se fraye un chemin dans les rues, sous le regard de quelques passants. Le regard de la dame qui regarde au centre du tableau exprime plus de pitié que de fierté.

Pot haut ou bas

Un petit film au début de l'exposition interprète le contexte historique. Il fait comprendre que l'art présenté dans les Kunstausstellungen (les artistes étaient bien payés pour cela) devait être simple, accessible, traditionnel - bref, populiste. On voit donc de nombreux paysages paysans, une usine peinte de façon grandiloquente par Ria Picco-Rűckert - "Établissements de travail" de 1944 - et pas mal de nudité féminine blonde, en référence à l'origine aryenne du peuple allemand.

Potty high or low est 'Le jugement de Paris' de 1939 par Ivo Salinger dans lequel un jeune homme déguisé en jeunesse hitlérienne comme le fils du roi de Troie doit désigner la plus belle des trois déesses Héra, Athénée et Aphrodite.

Se promener dans l'exposition à Arnhem est une expérience aliénante, renforcée par une représentation historique des visiteurs observant les mêmes peintures pendant la période nazie. Tu marches, pour ainsi dire, dans leurs pas. La médiocrité de l'art fait qu'il vaut à peine la peine d'être regardé, mais il fascine quand même parce que pendant tout ce temps, on se demande comment il est possible que les représentations d'aigles ou les pèlerins de Tannhäuser aient pu manipuler les gens à ce point.

Prairies avec vaches

Lors de la Große Kunstausstellung en 1937, l'art "entartete" a été exposé et tourné en dérision dans un bâtiment voisin. Cette exposition a ensuite fait le tour de l'Allemagne et de l'Autriche. C'est l'exposition itinérante la plus fréquentée de l'époque. Il est dommage que l'on n'y prête guère attention à Arnhem. Après tout, l'art interdit faisait aussi partie du Troisième Reich.

En prenant ensuite un café, Wilders surgit à nouveau au coin de la rue. En fait, il a été une présence constante dans mon esprit. À quoi ressemblerait son exposition d'art idéale ? Des images de moulins à vent, de prairies avec des vaches, uniquement des blancs, des voitures roulant sur l'autoroute à 140 km/h, des drapeaux néerlandais flottants ? L'art et l'idéologie : ils ne sont pas compatibles. Et surtout, qu'il en reste ainsi.    

L'exposition "L'art dans le troisième Reich - Tentation et distraction" est présentée au musée d'Arnhem jusqu'au 24 mars.

J'apprécie cet article !

Tu es satisfait de cette histoire ? Montrez votre appréciation en faisant une petite contribution ! C'est ainsi que tu aideras à maintenir en vie le journalisme culturel indépendant. (Si tu ne vois pas de bouton ci-dessous, utilise ce lien : don!)

Faire un don en douceur
Faire un don

Pourquoi faire un don ?

Nous sommes convaincus qu'un bon journalisme d'investigation et des informations de fond expertes sont essentiels pour un secteur culturel sain. Il n'y a pas toujours l'espace et le temps pour cela. Culture Press veut fournir cet espace et ce temps, et les rendre accessibles à tous GRATUITEMENT ! Que tu sois riche ou pauvre. Merci à dons Grâce à des lecteurs comme toi, nous pouvons continuer à exister. C'est ainsi que Culture Press existe depuis 2009 !

Tu peux aussi Devenir membreEt transforme ton don unique en un soutien durable !

Onno Weggemans

Chez CulturePress, je combine ma passion pour la culture et mon amour de l'écriture. J'ai un large intérêt pour la culture et je vise un large public. J'aime choisir un angle personnel et j'aime expérimenter de temps en temps en termes de forme.Voir les messages de l'auteur

Petites adhésions
175 / 12 Maanden
Surtout pour les organisations dont le chiffre d'affaires ou la subvention est inférieur à 250 000 par an.
Pas de bannières gênantes
Un bulletin d'information premium
5 abonnements d'essai à la lettre d'information
Tous nos podcasts
Donne ton avis sur nos politiques
Connaître les finances de l'entreprise
Archives exclusives
Publie toi-même des communiqués de presse
Propre compte mastodonte sur notre instance
Nombreux membres
360 / Jaar
Voor culturele organisaties
Pas de bannières gênantes
Un bulletin d'information premium
10 abonnements d'essai à la lettre d'information
Tous nos podcasts
Participe
Connaître les finances de l'entreprise
Archives exclusives
Publie toi-même des communiqués de presse
Propre compte mastodonte sur notre instance
Collaboration
Adhésion privée
50 / Jaar
Pour les personnes physiques et les travailleurs indépendants.
Pas de bannières gênantes
Un bulletin d'information premium
Tous nos podcasts
Donne ton avis sur nos politiques
Connaître les finances de l'entreprise
Archives exclusives
Propre compte mastodonte sur notre instance
fr_FRFrançais