Aller au contenu

De la musique avec des balles pour Beatrix au Holland Festival

Tu as déjà lu ici messages gratuits. Alors rejoins Culture Press dès maintenant. Nous avons plus de 400 membres fidèles. Des personnes impliquées dans les arts, qui y travaillent, qui définissent des politiques. Des personnes qui apprécient une vision indépendante du journalisme artistique. Tout comme toi.

Rejoins-nous! Pour que Culture Press continue à fonctionner !

Le jazz-rock, ça existe encore. Pendant toutes ces années passées à m'asseoir au théâtre, à lire des livres ou à écouter David Bowie ou Rufus Wainwright, je l'avais un peu oublié. De la musique faite par de vrais hommes, du Heavy Metal pour des gens qui ont étudié pour ça, gothiques mais avec plusieurs diplômes de conservatoire à leur actif. Un hachage subtil où le batteur frappe une mesure de 17/23e avec la main gauche, tandis que la main droite frappe un simple 19/16, et que le bassiste valse par-dessus avec un 15/8e anguleux. Cela conduit généralement à un headbanging complexe. 

Samedi 8 juin, je suis restée assise au sixième rang du Muziekgebouw d'Amsterdam pendant un peu moins de deux heures avec un sourire jusqu'aux oreilles. Les festivaliers à côté et devant moi étaient pour la plupart en colère, les rangées du fond applaudissaient avec allégresse. Depuis le premier rang du balcon, la princesse Beatrix (cette fois-ci sans toute l'agitation royale) a vu que tout allait bien. Jusqu'au rappel furieusement complexe et trépidant. 

Pensée

Tigran Hamasyan est un musicien et compositeur doué qui est retourné à ses racines en Arménie après une vie aux États-Unis. Le programme "L'oiseau aux mille voix" est sa célébration de cette ancienne patrie. L'histoire est celle d'une quête qu'un jeune homme doit entreprendre pour sauver le pays, la tragédie est celle d'une jeune fille qui vieillit, meurt et se transforme en violette en attendant en vain le retour de son amant. 

Vous ne vous attendez pas à un concert de jazz-rock à un concert du Holland Festival où la princesse, désormais très âgée, joue également. Alors quand ça a commencé par une montée aux chandelles d'une chanteuse vêtue de voiles blancs, j'étais en mode "flotter vers le ciel dans des sons raréfiés". Et puis ces deux heures allaient être bien longues. Hochement de tête au lieu de headbanging. 

Cela a commencé avec toutes ces voix raréfiées elles aussi, soutenues par deux batteries de claviers et de séquenceurs sur scène. Le fait qu'il y ait aussi une énorme batterie n'était pas encore très visible. 

Beaucoup de cordes

Jusqu'à ce que le bassiste propose une Fender à six cordes. Les guitares basses des bassistes ordinaires ont quatre cordes. Ceux qui veulent être sophistiqués en ajoutent parfois une cinquième. Les six cordes sont réservées aux hommes sérieux qui ont beaucoup de notes sur leur voix. C'est la Harley Davidson améliorée des guitares basses.

Les quatre hommes aux allures de moines ont donné au conte de fées arménien l'allure d'un Seigneur des anneaux extra pimpant. La voix impeccable de la chanteuse Areni Agbabian a donné à l'ensemble les accents célestes nécessaires, tandis que la mise en scène a progressivement pris des ailes au cours des deux heures. 

C'était beaucoup de choses. Beaucoup de sons, et surtout beaucoup de notes, mais cela fait un peu partie du jazz-rock. L'histoire, qu'Areni Agabian lisait en partie grâce à un autocue, devenait déjà presque aussi compliquée que les rythmes de la musique. Elle n'en restait pas moins captivante, cette musique de la vraie vie avec des couilles en or. 

Et Beatrix a apprécié. Surtout la dernière, à laquelle je ne m'attendais pas. 

L'oiseau aux mille voix, vu le 8 juin au Muziekgebouw d'Amsterdam. Toujours présent le 9 juin. Complet, avec liste d'attente.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Wijbrand Schaap

Journaliste culturel depuis 1996. A travaillé comme critique de théâtre, chroniqueur et reporter pour Algemeen Dagblad, Utrechts Nieuwsblad, Rotterdams Dagblad, Parool et des journaux régionaux par l'intermédiaire d'Associated Press Services. Interviews pour TheaterMaker, Theatererkrant Magazine, Ons Erfdeel, Boekman. Auteur de podcasts, il aime expérimenter les nouveaux médias. Culture Press est l'enfant que j'ai mis au monde en 2009. Partenaire de vie de Suzanne Brink Colocataire d'Edje, Fonzie et Rufus. Cherche et trouve-moi sur Mastodon.Voir les messages de l'auteur

Petites adhésions
175 / 12 Maanden
Surtout pour les organisations dont le chiffre d'affaires ou la subvention est inférieur à 250 000 par an.
Pas de bannières gênantes
Un bulletin d'information premium
5 abonnements d'essai à la lettre d'information
Tous nos podcasts
Donne ton avis sur nos politiques
Connaître les finances de l'entreprise
Archives exclusives
Publie toi-même des communiqués de presse
Propre compte mastodonte sur notre instance
Nombreux membres
360 / Jaar
Voor culturele organisaties
Pas de bannières gênantes
Un bulletin d'information premium
10 abonnements d'essai à la lettre d'information
Tous nos podcasts
Participe
Connaître les finances de l'entreprise
Archives exclusives
Publie toi-même des communiqués de presse
Propre compte mastodonte sur notre instance
Collaboration
Adhésion privée
50 / Jaar
Pour les personnes physiques et les travailleurs indépendants.
Pas de bannières gênantes
Un bulletin d'information premium
Tous nos podcasts
Donne ton avis sur nos politiques
Connaître les finances de l'entreprise
Archives exclusives
Propre compte mastodonte sur notre instance
fr_FRFrançais