Aller au contenu

A propos des hipsters sans direction, de leurs parents et de la guerre en Europe (à venir) #HF17

Vincent Macaigne est mal à l'aise. Il regarde nerveusement autour de lui chaque fois que les serveuses passent en courant avec des plateaux remplis de verres qui s'entrechoquent et claquent les portes. Il a à peine dormi et, la veille au soir, il a assommé le public du Théâtre suisse de Vidy avec son interprétation brutale et inimitable Et Manque. Accoudé, il s'est assis pour l'entretien. "Sorry, I have to find my English...", marmonne-t-il en s'excusant. Visage sympathique, sourire engageant. Il veut faire de son mieux, mais ce bruit le déconcentre. C'est étrange, car Macaigne bourre son théâtre de bruits célestes tering pour faire tomber les spectateurs.

En 2013, il a fait ses débuts au festival de Hollande avec . Requiem 3Le film est une adaptation hilarante et brutale de la querelle fratricide biblique entre Caïn et Abel (avec une touche de Shakespeare, un jeu d'acteur hystérique et frénétique et des litres de faux sang). Macaigne, largement connu en France en tant qu'acteur de cinéma dans romans d'art et d'essai, s'applique en Et Manque Une fois de plus, la tactique de la terre brûlée. Cette fois-ci avec moins de sang, mais une quantité volcanique de fumée, un jeu bouleversé et un décor innovant. Nous en reparlerons plus tard. Avec un double expresso dans le corps, il se détend.

Et Manque est un coup de massue qui désoriente. Était-ce l'intention ?

Vincent Macaigne : " Oui, mais je ne sais pas si je veux perdre le public dans le processus. Pour moi, faire du théâtre est une sorte d'accident. Tout tourne autour de l'instant, et si le public est déconcerté, c'est une bonne chose - alors il reste avec lui. Je crée le chaos dans l'espoir de provoquer quelque chose d'intéressant. Il y a en effet beaucoup de bruit dans mon travail, mais je ne veux pas perdre le contrôle. Nous recherchons de grandes dynamiques, du très fort au très doux, où tout est pensé. Il y a peu d'improvisation dans mes spectacles, même si parfois on n'en a pas l'impression.'

Irritant

'Alors oui, cette désorientation est délibérée. Je veux que le public perde de temps en temps toute expérience du temps. Par exemple, dans Et Manque danser avec les spectateurs. Cela dure délibérément un peu trop longtemps, au point d'en devenir irritant. De cette façon, le temps qui passe devient soudain intensément palpable. Je cherche la limite avec cela.

Et Manque a commencé comme une adaptation de Crave par Sarah Kanen'est-ce pas ?

VM : "Oui, eh bien, non. J'ai déjà travaillé pour l'organisation artistique Ménagerie de Verre a créé un spectacle basé sur Crave. Ou plutôt vaguement inspiré. Car il s'agissait d'une performance avec un danseur, sans texte. Mais j'en étais content. Lorsque j'ai voulu répéter cette performance récemment pour le Théâtre Vidy, ce danseur n'a pas pu participer. J'ai alors décidé de travailler avec des acteurs, mais personne de mon groupe habituel n'était disponible non plus. J'ai fini par travailler avec une nouvelle troupe et je n'ai eu que trois semaines - c'est très court pour moi. Nous avons tout chamboulé. Maintenant, aucun des Crave gauche".

Pourquoi Et Manque dans une galerie d'art ?

VM : 'Au début, je voulais montrer l'histoire d'une femme, seule dans une pièce, qui s'isole de plus en plus du monde grâce à la richesse et à l'art. C'était le point de départ. En même temps, je voulais dire quelque chose sur notre culture actuelle, dans laquelle le gouvernement et le secteur public confient de plus en plus de fonctions à des organismes privés : des constructions douteuses et artificielles qui transforment l'art public en art privé. L'art devient ainsi de plus en plus un objet d'investissement, ce qui fait que les artistes n'osent plus prendre de risques. C'est ainsi que le secteur de l'art se dévore lui-même. Je pense que c'est un grand danger pour notre culture. Je voulais dire quelque chose à ce sujet.

Conflit de générations

'En même temps, Et Manque sur un conflit générationnel entre une mère mélancolique et sa fille idéaliste. La mère, Sofia, a épousé un homme riche après une enfance marquée par la pauvreté. Avec la fortune qu'elle a amassée, elle a fondé une prestigieuse galerie d'art dans la vallée où elle a grandi, parmi les "gens du commun". Et elle s'est isolée du reste du monde. Son excès d'argent permet à la partie damnée de sa personnalité de faire surface, comme l'appelle Georges Bataille : La part maudite humaine. Sa fille Liza forme le contre-mouvement. Elle est la rebelle dissolue qui veut démolir tout ce que sa mère a construit.'

Liza est-elle le prototype du hipster sans orientation ?

VM : "Oui, elle symbolise notre génération. Comme les milléniaux Nous savons tout sur les célébrités, mais peu sur le contenu de leur idéologie et de leur philosophie. Les idoles de Liza sont Kanye West et Ghandi, mais leur célébrité est plus importante que ce que ces personnes ont réellement à dire. Nous n'avons plus de principes directeurs, nous nous comprenons peu et la capacité à nous différencier s'estompe. Nous sommes déconnectés mais à la recherche d'un point d'appuiEt nous ressentons ce malaise. Dans toute cette incompréhension, le radicalisme peut surgir. Tu peux le constater aujourd'hui politiquement.”

En Manque. Photo Mathilda Olmi

Nazigeld

Mon français est nul, j'ai donc dû me contenter des surtitres. Mais même ce texte est hilarant et incisif. Comment écris-tu ?

VM : 'Seul, à la maison, après les répétitions et en fonction de l'énergie des acteurs. J'écrivais en me basant sur mes expériences ici en Suisse, alors je suis allé à Gstaad pendant un week-end pour m'imprégner de l'atmosphère de ce village de montagne. Je me suis sentie mortellement ennuyeuse, cloîtrée et follement civilisée. Tout l'argent de l'Europe et tout le pire de l'Europe s'y retrouvent, mais dans un environnement sucré. Tu peux sentir l'odeur de l'argent naziTu peux aussi découvrir les objets d'art pillés et les capitales cachées. Et tu ressens le contraste entre la vallée et la montagne. Il fallait que je fasse quelque chose avec ça. Pour cette production, j'ai aussi essayé de jouer sur toutes sortes d'éléments visuels et physiques. Le texte n'est venu qu'après.

Et Manque est en effet beaucoup plus évocateur que la langue cascade Requiem 3.

VM : "Je pensais de façon très visuelle, et j'avais des plans de décors sauvages. Je voulais montrer deux mondes. Par exemple, j'avais prévu de faire construire une sorte de piscine au-dessus de la scène, qui se remplirait progressivement et serait suspendue juste au-dessus de l'actrice. Mais c'était impossible à réaliser. Encore aujourd'hui Et Manque ont une atmosphère organique et vivante. L'idée est que cette performance aurait également pu être une installation artistique autonome. À l'avenir, je ferai une autre performance avec uniquement des décors et des objets en mouvement. Sans personne.

En Manque. Photo Mathilda Olmi

J'ai ressenti une étrange nostalgie après l'émission. Grâce aussi aux classiques de la pop et aux films familiaux qui ont précédé.

VM : "Ce spectacle flotte sur un sentiment de mélancolie et de nostalgie. Notre génération a eu toutes les possibilités de faire quelque chose de la vie, nous n'avons pas connu la guerre, nous avons nos héros pop, notre pétrole, notre plastique, nos nouveaux médias. Et nos parents estimaient que tout était fini et parfait. Ils nous ont élevés pour que nous restions tranquilles et passifs. L'avenir s'est déroulé dans un monde qui n'a pas évolué pour eux. Cette génération de baby-boomers est aujourd'hui devenue archi-conservatrice, s'accrochant au passé. Alors que nous découvrons aujourd'hui que le monde n'est pas si fantastique que ça. C'est très dangereux.

Les tons foncés

'Quand je lis des livres sur la période qui a précédé la Première Guerre mondiale, je remarque qu'à l'époque déjà, les gens voulaient s'accrocher à un passé idéalisé. Cependant, les découvertes scientifiques et les nouvelles façons de penser s'accumulaient. Ces personnes sont devenues réactionnaires, incapables de suivre le progrès et sont devenues radicales. Tu vois la même chose se produire aujourd'hui. Je disais souvent à mes acteurs : c'est un spectacle qui date de juste avant la guerre. Je recherchais un sentiment d'urgence dans leur jeu, un sous-entendu sombre. Le sentiment qu'une guerre inévitable se prépare. L'ancien monde touche à sa fin, et ce qui prendra sa place, personne ne le sait. Et Manque ne concerne donc pas seulement la France, mais l'ensemble de l'Europe".

Quel sera le montant Et Manque au Holland Festival diffère de la version du Théâtre Vidy ?

VM : "Aucune idée. La série évolue encore. Honnêtement, je ne suis pas non plus très satisfait de la fin actuelle - elle pourrait être plus nette et plus claire. Par contre, je suis content de notre emplacement à Amsterdam (le Compagnietheater), au cœur du quartier le plus populaire et le plus riche de la ville, avec beaucoup de monde. nouveau riche. C'est là que le texte est le plus fort. Mais chaque lieu est particulier. Le théâtre ne peut pas ne pas être spécial. Tu dois toujours te connecter avec le public, et c'est toujours un défi. J'ai peur à chaque fois."

Bon à savoir

Et Manque de Vincent Macaigne. À voir du 7 au 9 juin. Compagnietheater, Amsterdam. Festival de Hollande 2017. Pour plus d'infos, cliquer ici 

Daniel Bertina

/// Journaliste culturel indépendant, critique, écrivain et dramaturge. Omnivore, il aime l'art, la culture et les médias dans toutes les gradations insondables entre l'obscurité de l'underground et le courant commercial dominant. Travaille également pour Het Parool et VPRO. Et s'entraîne au Jiu Jitsu brésilien.Voir les messages de l'auteur

Petites adhésions
175€ / 12 Maanden
Surtout pour les organisations dont le chiffre d'affaires ou la subvention est inférieur à 250 000 par an.
Pas de bannières gênantes
Un bulletin d'information premium
5 abonnements d'essai à la lettre d'information
Tous nos podcasts
Donne ton avis sur nos politiques
Connaître les finances de l'entreprise
Archives exclusives
Publie toi-même des communiqués de presse
Propre compte mastodonte sur notre instance
Nombreux membres
360€ / Jaar
Voor culturele organisaties
Pas de bannières gênantes
Un bulletin d'information premium
10 abonnements d'essai à la lettre d'information
Tous nos podcasts
Participe
Connaître les finances de l'entreprise
Archives exclusives
Publie toi-même des communiqués de presse
Propre compte mastodonte sur notre instance
Collaboration
Adhésion privée
50€ / Jaar
Pour les personnes physiques et les travailleurs indépendants.
Pas de bannières gênantes
Un bulletin d'information premium
Tous nos podcasts
Donne ton avis sur nos politiques
Connaître les finances de l'entreprise
Archives exclusives
Propre compte mastodonte sur notre instance
fr_FRFrançais