Aller au contenu

Rito de Primavera : spectaculaire, mais aussi une montagne de kitsch, indigne du Holland Festival.

Rito de PrimaveraLa chorégraphie de groupe, présentée au Holland Festival en début de semaine, s'adresse à cinquante jeunes danseurs. Le chorégraphe José Vidal s'est librement inspiré de Sacre du printempsVidal a minimisé l'aspect rituel du sacrifice, essentiel aux nombreuses versions réalisées au cours du 20e siècle. Des fragments de la musique de Stravinsky ont été transformés en 4-quarts beetz par le DJ Jim Hast, tandis que Vidal a minimisé l'aspect rituel du sacrifice, essentiel aux nombreuses versions réalisées tout au long du 20ème siècle (outre la version primitive de Nijinsky, Massine, Béjart et Bausch, entre autres).

Ce qui reste, c'est l'expérience visuelle écrasante d'une masse gigantesque de danseurs surgissant de l'obscurité. La coordination du groupe, tantôt dansant sauvagement les uns à travers les autres, tantôt faisant le tour de la scène en un long défilé, est impressionnante. Elle produit une esthétique fascinante et révélatrice, mais la danse de groupe n'interpelle en rien le public. On pourrait l'appeler un amas de kitsch, ou de l'opium pour le peuple. Quoi qu'il en soit, c'est une forme de spectacle que je considère indigne du Holland Festival.

Voyage scolaire

La représentation commence comme une sortie scolaire. Près de la billetterie, les spectateurs sont préparés en groupe à ce qui va suivre. Ils sont gentiment priés d'enlever leurs chaussures en entrant dans le théâtre, puis de marcher pieds nus, main dans la main avec les autres spectateurs, dans l'obscurité. Régulièrement, quelqu'un réclame bruyamment le silence, car la représentation a déjà commencé. La nervosité avec laquelle le public, qui est censé se mettre en rang après les instructions, est emmené vers la salle de spectacle située deux bâtiments plus loin, a également quelque chose de désagréable.

L'initiation des visiteurs se poursuit dans la salle de purification, lorsqu'ils traversent l'obscurité totale main dans la main avec le sable frais à leurs pieds. C'est l'un des rares moments ambigus de l'exposition. Rito de Primavera. Où cela nous mène-t-il ? Dans quel conte de fées sommes-nous entraînés ? De quel bateau de touristes sommes-nous tombés pour assister à nouveau aux rituels de quel peuple ?

A poil ! ?

Au début, l'expérience totale que recherchent tant de parcs à thème contemporains prend vraiment forme. Pendant une demi-heure, je fixe une scène dans l'obscurité. Je vois et je sens qu'il y a beaucoup de gens, je pense nus car il y a parfois un astucieux éclair de lumière douce, mais l'obscurité dominante m'empêche d'y prendre pied. Un chant éthéré composé par Andrés Abarzúa - un seul accord sonne en gargouillant de plusieurs gorges - accompagne l'entrée de tous les autres spectateurs pendant une demi-heure.

Les gradins entourent la surface de jeu. Il n'y a que les lumières rouges et blanches des vélos des guides des nombreux groupes de spectateurs qui te donnent un peu d'orientation dans l'espace. Cela a quelque chose de Tintin à Takatukaland. Un public qui paie pour assister à un rituel miraculeux et inédit de nymphose printanière.

Rito de Primavera, José Vidal & Cía. Photo : Fabian Cambero
Rito de Primavera, José Vidal & Cía. Photo : Fabian Cambero

Logique

L'artificialité du décor donne une certaine tension. Dans l'obscurité, en tant que spectateur, tu peux imaginer toutes sortes de choses sur ce qui va suivre. Mais à un moment donné, les lumières du vélo s'éteignent, signe que tous les spectateurs sont assis, et les danseurs enfilent tous des pantalons. La lumière augmente et le premier beetz cum stravinsky supplante le chant. Lorsque, après l'introitus incertain, le spectacle proprement dit commence, sa logique ne devient que trop claire. Une chorégraphie de groupe parfaitement organisée prend le relais.

Dans ce qui suit, rien n'est laissé au hasard. Et ce n'est pas du luxe avec autant de danseurs dans la pénombre, d'autant plus que la moitié d'entre eux sont également novices, car issus du département de danse théâtrale moderne de l'université des sciences appliquées d'Amsterdam. Le groupe fait des mouvements pulsés, dialogue avec un voisin, court en groupe, recommence à chanter, prend des postures et, à l'occasion, soulève une seule personne en l'air.

Conscient de l'impact

Mais tout comme l'obscurité, le groupe s'habitue. Ce sont tous de très jeunes gens, assez détendus, qui dansent ensemble. L'attitude désinhibée avec laquelle les chorégraphies de groupe compliquées sont exécutées est touchante. Une sorte d'abandon ou de foi naïve s'en dégage.

Mais peu à peu, les effets, de la chorégraphie de groupe, de la lumière qui crée les perspectives photographiques, du chant répétitif et du beetz deviennent ennuyeux. La répétition des mouvements est chargée d'effets, de rhétorique, d'affirmation de soi. Nulle part un moment de débâcle, de défaillance. Personne qui se pose une question, n'arrive à suivre, a tort of zelfs maar even stil staat. Iedereen in deze groep lijkt te weten waar het heen gaat en zondermeer bereid te gaan.

Rito de Primavera, José Vidal & Cía.Foto: iamsterdam.com
Rito de Primavera, José Vidal & Cía. Foto: iamsterdam.com

Macarema

De Macarema dansen op een stravinsky-beat, badend in rood licht. Een nonchalant ingezet expressionistisch midden tussen ballet en moderne dans leidt tot veel armen en benen dramatisch gestrekt en gekromd. Een zekere geilheid wordt gesuggereerd, uitgebeeld zou je vroeger gezegd hebben, maar nergens lijkt iemand echt verstrikt te raken in een omhelzing. Het tempo ligt hoog en de dansers volgen bereidwillig het grote plan. Dit is natuurlijk ook de kern van het voorjaarsoffer-ritueel, dat iedereen zich overgeeft, zonder vragen te stellen of bedenkingen te uiten.

Ergens over de helft, wanneer de beetz al een paar keer zijn opgevoerd tot party-dikte, wenken de dansers het publiek en nodigen hen uit mee te komen doen. Hele rijen toeschouwers begeven zich gretig naar de dansvloer en dansen mee, hun armen in de lucht, hun heupen enigzins zwoegend. Maar het moment is relatief kort. Het is maar een gimmick. Zoals de hele voorstelling een uitwisseling tussen velen suggereert, maar in feite een goed georganiseerde exercitie is, vol clichés.

Discipliné

Gedisciplineerd laten de festivalbezoekers zich terugvallen in hun rol als toeschouwer. Zo snel als ze uit hun rol stapten, zo snel zitten ze weer naast mij, opgetogen – het was wat benauwd in het midden van de dansvloer, vertelt mijn buurvrouw. Om half tien zitten we, na een trance party van hooguit 10 minuten en zonder pillen, stil te kijken hoe het licht blauw-groen wordt. Kennelijk is het nu tijd voor de ochtendstond, the morning after. Het gezang neemt het weer over, net als in het begin. De groep formeert zich met kleine gestes in een grote cirkel op de rand van het speelvlak.

De choreograaf Laurent Chetouane heeft een aantal jaren geleden een Sacre gemaakt zonder offer. Ook Vidal laat dat moment gaan. Maar in tegenstelling tot Chetouane, bevraagt Vidal dat moment van transformatie, van offering, van iemand laten lijden namens velen -zo essentieel voor de traditie van het herinterpreteren van dit hoegenaamd paganistische ritueel- niet. Hij stelt er een fast-forward trance feestje voor in de plaats.

Sans risque

Alle extatische en apocalyptische beelden ten spijt – mij kwamen fresco’s uit Perugia en Assisi, beeldengroepen uit Pisa en Lucca voor de geest, maar ook Franse kathedralen en Pieter Breughel (de oudere) – weet Vidal nergens ook maar een moment iets meer te zeggen, met zijn zorgvuldig geordende-ongeordende massa, dan dat het een feest is om samen te zijn. In tijden van aanslagen, van crisis op crisis, van blame-games en de publieke offering online of op straat, overal in de wereld, voelt het als een totaal misplaatste vanzelfsprekendheid deze Rito zo voor te spiegelen. Er wordt geen risico genomen, geen vraag gesteld, geen verlies geleden.

Ik kan mij voorstellen dat een zeker escapisme gehuldigd dient te worden, en dat zowel in Londen als in Santiago, de steden waar Vidal actief is, de feesten druk bezocht worden. Maar het blijft de vraag wat een mens, wanneer hij of zij dan eindelijk in het theater is aangekomen, moet met deze disco.

Gezien op dinsdag 6 juni tijdens het Holland Festival

Fransien van der Putt

Fransien van der Putt est dramaturge et critique. Elle travaille notamment avec Lana Coporda, Vera Sofia Mota, Roberto de Jonge, João Dinis Pinho & Julia Barrios de la Mora et Branka Zgonjanin. Elle écrit sur la danse et le théâtre pour l'Agence de presse culturelle, Theatererkrant et Dansmagazine. Entre 1989 et 2001, elle a mixé du texte sous forme de son à Radio 100. Entre 2011 et 2015, elle a développé une mineure pour le BA Dance, Artez, Arnhem - sur les processus artistiques et sa propre recherche dans le domaine de la danse. Dans le cadre de son travail, elle accorde une attention particulière à l'importance des archives, de la notation, du discours et de l'histoire du théâtre par rapport à la danse aux Pays-Bas. Avec Vera Sofia Mota, elle fait des recherches sur le travail de l'artiste de vidéo, d'installation et de performance Nan Hoover pour le compte de www.li-ma.nl.Voir les messages de l'auteur

Petites adhésions
175€ / 12 Maanden
Surtout pour les organisations dont le chiffre d'affaires ou la subvention est inférieur à 250 000 par an.
Pas de bannières gênantes
Un bulletin d'information premium
5 abonnements d'essai à la lettre d'information
Tous nos podcasts
Donne ton avis sur nos politiques
Connaître les finances de l'entreprise
Archives exclusives
Publie toi-même des communiqués de presse
Propre compte mastodonte sur notre instance
Nombreux membres
360€ / Jaar
Voor culturele organisaties
Pas de bannières gênantes
Un bulletin d'information premium
10 abonnements d'essai à la lettre d'information
Tous nos podcasts
Participe
Connaître les finances de l'entreprise
Archives exclusives
Publie toi-même des communiqués de presse
Propre compte mastodonte sur notre instance
Collaboration
Adhésion privée
50€ / Jaar
Pour les personnes physiques et les travailleurs indépendants.
Pas de bannières gênantes
Un bulletin d'information premium
Tous nos podcasts
Donne ton avis sur nos politiques
Connaître les finances de l'entreprise
Archives exclusives
Propre compte mastodonte sur notre instance
fr_FRFrançais