Aller au contenu

Marieke Nijkamp a écrit un best-seller américain, et son prochain livre part lui aussi comme une fusée : "Les jeunes ont peur de pas grand-chose".

Cette jeune écrivaine de Hengelo - elle aura 32 ans en janvier - a vendu son premier roman. C'est ici que ça se termine plus d'un quart de million d'exemplaires aux États-Unis. Elle a passé 64 semaines en Le New York TimesLe livre de Marieke Nijkamp se trouve sur la liste des best-sellers. Marieke Nijkamp, auteure de livres pour jeunes adultes basée à Hengelo, a donc ressenti une légère pression lors de la rédaction de son deuxième livre, Avant de te laisser partir.

C'est une histoire exceptionnelle, qui se prêterait bien à un livre pour enfants : une jeune femme de Hengelo, fonctionnaire municipale, écrit un livre en anglais, accroche un agent littéraire en Amérique et devient un auteur à succès. C'est une histoire vraie. Et le conte de fées continue. Aussi, les premières critiques de son deuxième livre. Avant de lâcher prise (Avant de te laisser partir) sont pour la plupart positifs.

Marieke Nijkamp ©Marc Brester/AQM

'Before I Let You Go' se déroule dans le petit village isolé de Lost Creek en Alaska. Le personnage principal, Corey, a déménagé au Canada, mais revient au bout de sept mois pour chercher son amie Kyra. Mais juste avant qu'elle ne reparte, Kyra est retrouvée sous la glace. Suicide, dit-on, mais Corey n'y croit pas, et le traitement extrêmement hostile de ses anciens voisins n'atténue pas sa méfiance.

Est-ce qu'on fait cette interview en anglais ou en néerlandais ?

Ha ha, c'est très bien en néerlandais, tu sais. Ou en Twents, si tu veux ? Je n'ai jamais vécu à l'étranger, je n'ai pas été élevée dans le bilinguisme et je n'ai pas étudié l'anglais. J'ai commencé à écrire en néerlandais, mais pendant mes études, j'ai beaucoup voyagé - j'étais à Londres tous les mois pour aller au théâtre et je dormais dans une auberge de jeunesse, dans une chambre avec quatorze autres personnes. Plus tard, je me suis parfois demandé comment j'avais pu faire cela en tant qu'étudiante. Je pense qu'en étant très, très hollandaise avec mon argent".

'J'ai commencé à écrire en anglais parce que mes amis voulaient quelque chose à lire pendant ces voyages. Cela m'a plu. J'ai toujours lu beaucoup de livres en anglais ou dans d'autres langues - je suis une lectrice rapide, il m'arrive de lire jusqu'à cinq cents livres en un an. À l'époque, le Young Adult n'était pas encore un genre bien connu aux Pays-Bas, mais il l'était en Amérique. J'ai donc commandé beaucoup de livres sur Internet et j'ai échangé des conseils avec des amis.'

Marieke Nijkamp ©Marc Brester/AQM

Ou comme on le dit sur les sites Internet : si tu aimes ceci, tu aimes aussi cela.

'Exactement. En attendant, je me concentre surtout sur les États-Unis, car pour continuer à écrire dans ce pays, je dois aussi lire beaucoup. Ce qui est amusant, c'est qu'aux Pays-Bas, on lit de toute façon beaucoup plus de livres traduits qu'à l'étranger. En Angleterre et en Amérique, seulement 1 % de toute la littérature publiée est traduite.

Et te voilà, en tant que Hengelose non publiée avec un livre écrit en anglais, en train de frapper à la porte d'un agent : hello ! je voudrais être publiée en Amérique ?

Oui, c'est ce qui m'a semblé le plus logique, parce que le marché YA, l'offre pour cette tranche d'âge, était déjà beaucoup plus développé en Amérique et parce que ma façon d'écrire de la fiction correspondait bien à ce marché. Mes connaissances en écriture aux Pays-Bas m'ont dit : tu es folle, tu ne réussiras jamais. C'est ce que j'ai fait. piles de neige fondue En Amérique, le nombre de manuscrits envoyés est très élevé ; un agent littéraire reçoit environ dix mille livres par an. Et c'est le premier obstacle que tu dois franchir, car sans agent, tu ne peux pas entrer dans une maison d'édition. J'ai eu la chance que l'agent littéraire que j'ai contacté soit très enthousiaste.

Marieke Nijkamp ©Marc Brester/AQM

Tu as maintenant dépassé les 30 ans. Pourquoi les YA continuent-ils à te fasciner autant ? As-tu le syndrome de Peter Pan ?

Oui, absolument ! Pas question, j'aime beaucoup plus être 31 que d'être un adolescent. Mais beaucoup de choses sont possibles dans ce genre - du fantastique à des livres très littéraires - et cela me donne, en tant qu'écrivain, une grande marge de manœuvre pour expérimenter. Beaucoup de thèmes sont également possibles, les jeunes ne sont pas aussi timides qu'on pourrait le croire. Fille morte-vivante d'Elizabeth Scott, par exemple, raconte l'histoire d'une fille qui est kidnappée, retenue et maltraitée par l'auteur du crime. Et c'est le livre pour enfants le plus vendu en ce moment, The Hate U Give d'Angie Thomas, raconte l'histoire d'une jeune fille noire dont la meilleure amie est assassinée par un policier - le racisme institutionnel, en d'autres termes.'

'Les jeunes sont très engagés politiquement, surtout en ce moment en Amérique. Parce qu'avec un président comme Trump, tu ne peux pas échapper au fait d'avoir une opinion là-dessus - la politique affecte notre vie quotidienne. C'est très agréable de voir à quel point les jeunes sont engagés dans ce domaine.'

Marieke Nijkamp ©Marc Brester/AQM

Tes propres thèmes ne mentent pas non plus. Ton premier livre parlait d'une fusillade dans un lycée, ton nouveau roman d'une jeune fille maniaco-dépressive qui se suicide.

'Vrai. S'il y a un fusillade à l'école a lieu, les informations portent souvent principalement sur l'auteur de l'acte : de quel type de personne il s'agit et comment cette personne en est arrivée à cet acte. J'ai donc voulu montrer précisément son impact sur les victimes. En Avant de te laisser partir parle de Kyra, qui n'est pas comprise par son entourage. Comment réagissons-nous face à des personnes différentes ? Il y a régulièrement des suicides, pourquoi ? Si tu nais avec un handicap particulier, comme Kyra avec ses troubles bipolaires, ce n'est pas de ta faute. Pourtant, dans la société, tu es parfois diabolisé ou déshumanisé.

'C'est pourquoi j'ai pensé qu'il était important de décrire ce trouble bipolaire de manière respectueuse, afin de ne pas contribuer à cette stigmatisation. Je sais ce que c'est que d'avoir un handicap : j'ai moi-même des troubles bipolaires. l'hypermobilité, me causant beaucoup de douleurs dans les articulations. En conséquence, j'ai appareil dentaire et je marche souvent avec une canne. On se moque régulièrement de moi et on me gronde. Avec cette histoire, je voulais explorer jusqu'où les gens sont prêts à aller. Quel rôle jouent les spectateurs dans un tel événement ?

Est-ce qu'il t'a apporté des réponses, en te mettant aussi à la place des "auteurs" ?

Oui, je pense que j'ai mieux compris comment fonctionnent les processus de groupe et ce qui motive les gens à faire certains choix. Corey ne déraille pas complètement non plus - elle ne parle pas pendant des mois après avoir déplacé Kyra. J'ai compris beaucoup de choses sur elle, même si je n'approuvais pas son comportement. C'est ce que ce livre m'a apporté : j'ai mieux compris comment les choses pouvaient en arriver là. Mais certainement pas pour le fait que les choses puissent en arriver là.'

Où acheter ?

Avant de te laisser partir, HarperCollins, 17,99 €.

Marieke Nijkamp ©Marc Brester/AQM

 

J'apprécie cet article !

Blij met dit verhaal? Laat je waardering blijken met een kleine bijdrage! Zo help je onafhankelijke cultuurjournalistiek in stand houden. (Zie je geen knop hieronder, gebruik dan deze link: don!)

Vlot doneren
Faire un don

Pourquoi faire un don ?

Nous sommes convaincus qu'un bon journalisme d'investigation et des informations de fond expertes sont essentiels pour un secteur culturel sain. Il n'y a pas toujours l'espace et le temps pour cela. Culture Press veut fournir cet espace et ce temps, et les rendre accessibles à tous GRATUITEMENT ! Que tu sois riche ou pauvre. Merci à dons Grâce à des lecteurs comme toi, nous pouvons continuer à exister. C'est ainsi que Culture Press existe depuis 2009 !

Tu peux aussi Devenir membreEt transforme ton don unique en un soutien durable !

Wijbrand Schaap

Journaliste culturel depuis 1996. A travaillé comme critique de théâtre, chroniqueur et reporter pour Algemeen Dagblad, Utrechts Nieuwsblad, Rotterdams Dagblad, Parool et des journaux régionaux par l'intermédiaire d'Associated Press Services. Interviews pour TheaterMaker, Theatererkrant Magazine, Ons Erfdeel, Boekman. Auteur de podcasts, il aime expérimenter les nouveaux médias. Culture Press est l'enfant que j'ai mis au monde en 2009. Partenaire de vie de Suzanne Brink Colocataire d'Edje, Fonzie et Rufus. Cherche et trouve-moi sur Mastodon.Voir les messages de l'auteur

Adhésion privée (mois)
5 / Maand
Pour les personnes physiques et les travailleurs indépendants.
Pas de bannières gênantes
Une lettre d'information spéciale
Propre compte mastodonte
Accès à nos archives
Petite adhésion (mois)
18 / Maand
Pour les institutions culturelles dont le chiffre d'affaires/subvention est inférieur à 250 000 € par an.
Pas de bannières gênantes
Un bulletin d'information premium
Tous nos podcasts
Ton propre compte Mastodon
Accès aux archives
Publie toi-même des communiqués de presse
Une attention particulière dans la couverture médiatique
Adhésion importante (mois)
36 / Maand
Pour les institutions culturelles dont le chiffre d'affaires/subvention est supérieur à 250 000 € par an.
Pas de bannières gênantes
Une lettre d'information spéciale
Ton propre compte Mastodon
Accès aux archives
Partager les communiqués de presse avec notre public
Une attention particulière dans la couverture médiatique
Bulletin d'information Premium (substack)
5 abonnements d'essai
Tous nos podcasts

Les paiements sont effectués via iDeal, Paypal, carte de crédit, Bancontact ou prélèvement automatique. Si tu préfères payer manuellement, sur la base d'une facture établie à l'avance, nous facturons des frais administratifs de 10€

*Uniquement pour l'adhésion annuelle ou après 12 paiements mensuels

fr_FRFrançais