Aller au contenu

Antonio Scurati a écrit un roman sur Mussolini : 'Parmi mes lecteurs, 99 pour cent considèrent le livre comme antifasciste. Les 1 % restants étaient déjà fascistes et s'y reconnaissent.'

Formation des Fasci di combattimento (les chemises noires).

Milan, Piazza San Sepolcro, 23 mars 1919

 Nous surplombons la Piazza San Sepolcro. À peine une centaine de personnes. Tous des hommes qui ne comptent pas. Nous sommes peu nombreux et nous sommes morts.

Ils attendent que je parle, mais je n'ai rien à dire.

La scène est vide, inondée de 11 millions de cadavres, un raz-de-marée de corps - réduits en bouillie, en purée - provenant des tranchées des montagnes du Karst, du Monte Ortigara, de l'Isonzo. Nos héros ont déjà été tués ou le seront. Nous les aimons jusqu'au dernier souffle, sans distinction. Nous nous plaçons sur le bûcher funéraire sacré.

C'est ainsi que M. Le fils du siècle, le premier volume de la série de livres d'Antonio Scurati qui a longtemps captivé l'Italie. M. est la première partie, épaisse comme un poing, d'une série de romans sur le dictateur Benito Mussolini, qui a remporté haut la main le prix littéraire le plus important d'Italie en 2019 et est devenu un énorme best-seller. La traduction néerlandaise de la deuxième partie a été publiée récemment : L'homme providentiel. Bien que M Pas moins de 850 pages bâclées et une partie de 600 autres, les exemplaires s'envolent des librairies. Une série télévisée internationale est en préparation et des traductions apparaissent également dans le monde entier. Scurati avait-il l'intention d'en faire une trilogie, entre-temps, l'histoire raconte qu'une quatrième partie et peut-être même une cinquième partie suivront également.

La tanière du lion

Ce doit être un travail de moine pour Antonio Scurati, écrivain et professeur de 62 ans. Pour écrire ces romans, qui couvrent la période 1919-1925, il a épluché à peu près tous les documents disponibles sur Mussolini et le fascisme en Italie. Car bien que le livre s'appelle un roman, rien n'est inventé ; tout ce que Scurati décrit dans le livre est basé sur des rapports, des documents et d'autres éléments historiques. L'auteur a dû pénétrer dans la gueule du loup : le monde de la pensée de ce leader d'une honorabilité et d'une violence sans précédent. Une expérience qui a failli lui faire perdre la raison.

Qu'est-ce qui pousse quelqu'un à vouloir entrer dans la peau et l'esprit de quelqu'un comme Benito Mussolini pendant si longtemps ?

'En fait, je n'étais pas fasciné par Mussolini, j'étais fasciné par l'antifascisme et je voulais écrire un livre sur la résistance, la lutte des partisans. Mais en faisant mes recherches pour cela, j'ai réalisé qu'aucun roman n'avait jamais été écrit sur Mussolini et le fascisme.'

'La littérature en particulier a la capacité de jeter un regard très pénétrant ín les êtres humains. C'est pourquoi j'ai ressenti un grand besoin de le faire. J'ai passé cinq ans avec Mussolini et j'ai regardé dans l'abîme de ses pensées. Cela a eu un grand impact sur moi sur le plan psychologique. Lorsque j'ai terminé le premier livre, j'étais mentalement dissocié de moi-même.'

Qu'est-ce qu'un roman ajoute à tous les livres documentaires qui ont déjà été publiés ?

'Il existe des dizaines d'études sur le fascisme, mais la forme du roman offre des possibilités qu'une étude historique n'offre pas. Par exemple, une caractéristique du roman est qu'il ne comporte pas de (pré)jugements idéologiques. De plus, un roman est accessible à tous - jeunes ou vieux, peu ou très instruits - et constitue donc un média très démocratique. Cela fait du roman en lui-même, pour ainsi dire, une réponse au fascisme, qui rejetait la démocratie et prônait un état totalitaire.''

De l'intérieur

Scurati caresse sa moustache pendant un moment et poursuit : 'Il y a quelque temps, j'ai rencontré une femme âgée, et elle m'a dit qu'elle n'avait pas pu apprendre quand elle était jeune. La non-fiction scientifique, elle ne pouvait pas la suivre correctement à cause de cela, mais grâce à mon livre, m'a-t-elle dit, elle avait enfin pu lire et comprendre ce qui s'était passé dans le passé. Je rencontre aussi des jeunes qui me disent qu'ils trouvent mon roman beaucoup plus accessible et captivant que les cours d'histoire à l'école. En tant que lecteur, tu t'impliques dans l'histoire et tu suis les événements comme s'ils se déroulaient en direct. Comme l'histoire est racontée de l'intérieur, elle est beaucoup plus proche et cela offre une forme plus riche de connaissance de la réalité.'

Par exemple ?

'Prends, par exemple, la fin de la Marche sur Rome. Mussolini est assis dans une pièce avec ses officiers, et tout en se félicitant au plus haut point, il enlève ses bottes et pose ses pieds malodorants sur la table. Pour un historien, un tel détail n'a aucune importance, mais il rend ce moment important beaucoup plus concret. En tant que lecteur, tu découvres ainsi un nouveau côté humain de Mussolini qui manque souvent à l'image habituelle.'

Il y a une odeur de pied.

            Il a enlevé les guêtres, retiré ses chaussures, débouclé la ceinture de son pantalon et s'est affalé dans le fauteuil en manches de chemise. La cigarette pend à mi-chemin de ses lèvres, dans son français, il pose ses jambes sur le fauteuil d'en face, " à sa manière américaine ", dit-il.

(D'après M., p. 600)

Pourquoi cet homme était-il si attirant ?

'Au début du livre, je montre un Mussolini qui a perdu. Moins de cent personnes ont assisté à la première réunion du parti fasciste et les premières élections ont été un fiasco ; le parti n'a obtenu que quatre mille voix dans toute l'Italie. Ce n'est que trois ans plus tard qu'il est arrivé au pouvoir. Comment a-t-il réussi ? En fait, il avait deux armes. La première était la violence de ses bandes fascistes, les voyous. L'autre arme était son journal, avec lequel il a développé un nouveau style journalistique et produit une propagande brutale et agressive. Il a ainsi attisé les émotions fondamentales de la classe moyenne, en particulier la peur du socialisme.'

Intrus

Les socialistes, selon Mussolini, n'étaient pas des Italiens ; c'étaient des envahisseurs qui voulaient seulement dominer l'Italie. La peur est passive, mais en créant un ennemi à combattre, il l'a transformée en haine, et la haine est active. Le but était de détruire tout ce que les socialistes avaient construit : les associations de travailleurs, les ligues de paysans, tous les syndicats que les socialistes avaient créés. Les fascistes ne sont pas allés jusqu'à tuer des femmes et des enfants, mais ce qu'ils ont fait, c'est se rendre au domicile des socialistes la nuit et les tuer en présence de femmes et d'enfants.

S'agissait-il principalement d'une soif de pouvoir ou Mussolini était-il motivé par une agitation politique ?

'Mussolini est l'archétype du leader populiste que l'on voit encore aujourd'hui dans toute l'Europe. Il n'avait pas d'objectifs politiques élevés auxquels il voulait inspirer son peuple, eh bien non. Au début, c'était un pacifiste, il était contre la bourgeoisie, contre la monarchie, contre l'église. Plus tard, il avait des idées très différentes, et il a fait la guerre, il a fait des alliances avec l'industrie, il a obtenu le pouvoir du roi et s'est marié à l'église.'

Homme vide

Mon livre dresse le portrait d'un homme vide, d'un homme sans contenu politique positif, qui a réussi à combler ce vide de manière très compétente avec l'esprit du temps. Mussolini suivait pour ainsi dire les masses : il sentait les odeurs, les idées, les opinions dominantes du peuple. Je suis l'homme du jour d'en bas", disait-il de lui-même. Il sentait d'où venait le vent et il flottait sur lui.'

Que pouvons-nous apprendre de cette histoire ?

'Ce que j'ai découvert, c'est qu'en fait, tout un réseau de groupes était complice et a commis des erreurs. Les libéraux ont toléré Mussolini parce qu'il voulait éliminer le socialisme et qu'ils pensaient pouvoir dompter le fascisme plus tard. La classe moyenne espérait une solution facile à ses problèmes et pensait qu'un peu de violence améliorerait sa situation politique. Les sentiments de la classe moyenne d'alors - peur, sentiment de perte et de déception, rejet de certains idéaux - sont les mêmes que ceux de la classe moyenne d'aujourd'hui.'

Et le fascisme se relève à nouveau.

'Oui, et pas seulement en Italie, il y a aussi des mouvements aux Pays-Bas et ailleurs en Europe qui descendent directement du fascisme et du nazisme. Ce que je trouve dangereux, c'est que de grandes masses de personnes, qui ne sont peut-être pas violentes en elles-mêmes, se sentent séduites et prêtes à échanger leur liberté politique contre la promesse populiste de protection et de sécurité.'

Que pouvons-nous - ou devrions-nous - faire différemment qu'à l'époque ?

'Je pense que nous devrions viser une alliance de tous les partis démocratiques en Europe, contre les partis populistes et de droite. En Italie, vous avez un terme, le sovranismoL'Union européenne, pour les groupes nationalistes qui s'opposent à l'Union européenne et à ses institutions. Ces groupes forment un réseau au sein de l'Europe. Il devrait en être de même pour les partis démocratiques. Une unité qui protège les idéaux de la civilisation européenne et qui considère la rencontre avec "l'autre" non pas comme un problème mais comme un enrichissement".

Trouves-tu ennuyeux que M. est également lu par les sympathisants de droite ?

'Parmi mes lecteurs, 99 pour cent considèrent le livre comme antifasciste. Les 1 % restants étaient déjà fascistes et s'y reconnaissent. Mussolini a dit un jour : "Les masses sont comme des chiennes, elles ne demandent qu'à être dominées." Devant une telle déclaration, tu te dis : quel connard. Un fasciste, lui, pense : wow, comme c'est bon. Je sais que M. dans les librairies de l'extrême droite se trouve dans la vitrine. Cela ne me surprend pas. Je le prends seulement comme une reconnaissance de sa qualité littéraire, du fait qu'il est devenu un vrai portrait, sans jugement.'

Bon à savoir Bon à savoir

Le fils du siècle et L'homme providentiel ont été publiés par l'éditeur Podium

J'apprécie cet article !

Tu es satisfait de cette histoire ? Montrez votre appréciation en faisant une petite contribution ! C'est ainsi que tu aideras à maintenir en vie le journalisme culturel indépendant. (Si tu ne vois pas de bouton ci-dessous, utilise ce lien : don!)

Faire un don en douceur
Faire un don

Pourquoi faire un don ?

Nous sommes convaincus qu'un bon journalisme d'investigation et des informations de fond expertes sont essentiels pour un secteur culturel sain. Il n'y a pas toujours l'espace et le temps pour cela. Culture Press veut fournir cet espace et ce temps, et les rendre accessibles à tous GRATUITEMENT ! Que tu sois riche ou pauvre. Merci à dons Grâce à des lecteurs comme toi, nous pouvons continuer à exister. C'est ainsi que Culture Press existe depuis 2009 !

Tu peux aussi Devenir membreEt transforme ton don unique en un soutien durable !

Wijbrand Schaap

Journaliste culturel depuis 1996. A travaillé comme critique de théâtre, chroniqueur et reporter pour Algemeen Dagblad, Utrechts Nieuwsblad, Rotterdams Dagblad, Parool et des journaux régionaux par l'intermédiaire d'Associated Press Services. Interviews pour TheaterMaker, Theatererkrant Magazine, Ons Erfdeel, Boekman. Auteur de podcasts, il aime expérimenter les nouveaux médias. Culture Press est l'enfant que j'ai mis au monde en 2009. Partenaire de vie de Suzanne Brink Colocataire d'Edje, Fonzie et Rufus. Cherche et trouve-moi sur Mastodon.Voir les messages de l'auteur

Petites adhésions
175 / 12 Maanden
Surtout pour les organisations dont le chiffre d'affaires ou la subvention est inférieur à 250 000 par an.
Pas de bannières gênantes
Un bulletin d'information premium
5 abonnements d'essai à la lettre d'information
Tous nos podcasts
Donne ton avis sur nos politiques
Connaître les finances de l'entreprise
Archives exclusives
Publie toi-même des communiqués de presse
Propre compte mastodonte sur notre instance
Cultureel Lidmaatschap
360 / Jaar
Voor culturele organisaties
Pas de bannières gênantes
Un bulletin d'information premium
10 abonnements d'essai à la lettre d'information
Tous nos podcasts
Participe
Connaître les finances de l'entreprise
Archives exclusives
Publie toi-même des communiqués de presse
Propre compte mastodonte sur notre instance
Collaboration
Adhésion privée
50 / Jaar
Pour les personnes physiques et les travailleurs indépendants.
Pas de bannières gênantes
Un bulletin d'information premium
Tous nos podcasts
Donne ton avis sur nos politiques
Connaître les finances de l'entreprise
Archives exclusives
Propre compte mastodonte sur notre instance
fr_FRFrançais