Aller au contenu

Se toucher les uns les autres est tabou. Anne Nguyen met en scène breakdance et capoeira, hommes vulnérables et jeux vidéo dans Kata @hollandfestival.

Au Kata, le dernier ouvrage de l'artiste français casse-croûte et la chorégraphe Anne Nguyen, les hommes hip-hop transcendent les clichés du hip-hop. La dureté, l'intouchabilité et l'habituel rapport frontal avec le public sont échangés contre des gestes indirects, des effets différés, des diagonales et des latérales, des doubles sens et de l'ironie.

Nguyen, lui-même adepte de la pratique du capoeira, ming chun et breakdanceElle met ses danseurs au défi de transformer leur mode de combat et de cesser de s'approcher les uns des autres uniquement comme des rivaux. Elle parvient également à établir un lien extrêmement subtil entre la fonction d'intouchabilité au combat - s'assurer de ne pas se faire prendre - et l'impossibilité de s'approcher qui découle de la survie dans la grande ville.

Treizième siècle

Anne Nguyen © Philippe Gramard

Anne Nguyen est une femme menue et super sympathique. Avec son bébé encore tout jeune sur les genoux, elle donne des interviews dans un café de Paris à la fin du mois de mars. La veille, mon collègue journaliste Fritz de Jong et moi avons vu Kata dans le centre communautaire multifonctionnel de Jouy-le-Moutier, un village du 13ème siècle, ville dortoir sous la fumée de Paris depuis les années 1960.

Selon les normes néerlandaises, il est assez inconcevable qu'une œuvre sélectionnée pour le Holland Festival se rende dans un lieu peu prestigieux comme Jouy-le-Moutier. Au moins, la France a mis de l'ordre dans sa distribution culturelle. La salle n'est pas pleine, mais le public est joliment diversifié avec des parents et des enfants de tous âges et de toutes origines.

Vulnérable

Un couple d'adolescents réagit parfois violemment au spectacle. Ils ne peuvent pas rester à leur place et se promènent avec agitation parmi les rangées vides au fond de la salle. Non pas qu'ils soient excités par les rythmes lourds ou les paroles féroces. Des rythmes sur de petits tambours et d'autres percussions asiatiques remplacent ce qui vient habituellement du caisson de basse. Parfois même, un silence assourdissant est de notre partie. Il rend tout le monde vulnérable, sur scène et dans la salle.

Lorsque j'interroge Anne Nguyen sur l'agitation des garçons, elle doit deviner. Elle n'était pas là la nuit précédente.

"Il y a plusieurs choses qui se passent. Tout d'abord, j'ai l'impression que nous vivons à une époque pudibonde. Lorsque les danseurs font des mouvements de hanche, un public adolescent en particulier panique nerveusement. Mais c'est aussi lié au break et à la capoeira, deux sources importantes dans mon travail. Vous ne vous touchez pas. Se faire toucher est un signe de faiblesse. Vous perdez le combat."

Principes

Kata est encore pleine de cruauté bouge, mais ils sont sortis du schéma habituel qui consiste à impressionner avec des chansons rapides dans un spectacle branché. Kata est austère et abstraite. Il rend la danse personnelle, presque existentielle. Et avec un sens de l'humour discret, Nguyen relativise le machisme si caractéristique du hip-hop. Kata plonge profondément dans la rupture et, comparé au spectacle de hip-hop moyen, exige vraiment quelque chose de différent de la part des danseurs et du public.

"Kata" en japonais signifie, entre autres, forme. Les katas sont exécutés par artistes martiauxLes catas sont des outils de travail, utilisés par les maîtres du combat pour stocker et transmettre les connaissances. Les catas expriment des principes, sont une formalisation de la pratique du combat. Les kata ne révèlent pas leurs secrets à la légère. Ce n'est souvent qu'en les pratiquant très souvent que l'on pénètre dans le sens profond, que l'on comprend vraiment les principes."

Pas assez féminin

Anne Nguyen (née en 1978) a grandi dans une famille où le sport et la santé étaient des priorités. arts martiaux a été fait. Elle-même était très douée pour la capoeira jusqu'à ce qu'elle passe au hip-hop et devienne une b-girl vers l'âge de 20 ans. En tant que fille, Nguyen n'a jamais voulu danser. Elle devait se forcer lorsque ses amis lui demandaient de participer. Elle associait la danse au fait de devoir être séduisante et sexy devant les autres. Et en gymnastique de compétition, elle se voyait invariablement retirer des points parce qu'elle ne bougeait pas assez "fémininement".

"Le breakdance a été une découverte vraiment importante. J'étais un garçon manqué, je n'aimais pas danser en regardant quelqu'un dans les yeux, danser pour plaire et séduire les hommes ou un public. Comme si tu avais quelque chose à prouver sur ta féminité, que tu ne pouvais pas te passer de cette attention, que tu cherchais à t'affirmer. Dans le breakdance, comme dans les arts martiaux, vous vous lancez des défis. Il y a de la compétition, de la rivalité et une certaine égalité dans le fait d'aller au combat. Mon professeur de capoeira était moins heureux. Il avait l'impression que je polluais mon style de combat avec des fioritures, des mouvements non fonctionnels. À la fin, j'ai dû choisir et c'est devenu le breakdance."

Au Kata transforme le bataille à d'autres formes de contact, à des lignes individuelles plus longues et au travail en groupe. Nguyen réécrit le spectaculaire de la pause à une forme qui n'est pas moins virtuose mais extrêmement sobre. La dureté du hip-hop est associée au zen et à la maîtrise de soi des arts martiaux, et combinée à des stratégies issues du théâtre et de la danse contemporains.

Jeux vidéo

"Je commence le spectacle par des katas qui sont... arts martiaux et le breakdance se combinent. Ensuite, je me concentre sur des combats plus quotidiens, solitaires. luttes avec toi-même, avec des amis ou des gens dans la rue, pour des choses réelles ou imaginaires, avec des personnes très proches ou très éloignées. Dans la dernière partie, on laisse tomber les combats, ça devient vraiment un jeu. Je me suis inspiré de vieux jeux vidéo. Bien sûr, la plupart des gens ne se battent que dans les jeux vidéo, ou peut-être comme un sport, mais pas dans la rue, pas pour leur vie."

Les sept hommes et la femme (Yanis Bouregba, Santiago Codon Gras, Fabrice Mahicka, Jean-Baptiste Matondo, Antonio Mvuani Gaston, Hugo de Vathaire, Konh-Ming Xiong et Valentine Nagata-Ramos) ont chacun développé leur propre parcours et leur propre forme de danseur. Kata prend ces capacités individuelles comme point de départ, sans jamais devenir privé ou explicite. Des solos, des duos, parfois même des trios passent comme dans un défilé sans fin, arrangé avec désinvolture. Les danseurs ressemblent souvent à des passants occasionnels sur une place ou un autre lieu public, certains agissant de façon très déterminée, d'autres errant.

Empathie

"Tous ces hommes découvrent mon travail pour la première fois. Certains le connaissaient déjà, d'autres sont encore des jeunes de la scène de rupture. Je leur ai demandé pendant les auditions, par exemple, de faire des jeux de jambes sans tourner avec, comme ils en ont l'habitude. Ou d'expérimenter leurs intentions, de ressentir autre chose que le machisme habituel, le fait de devoir être dominant. Travailler avec empathie, se rendre vulnérable, est vraiment la chose la plus difficile pour les danseurs. Tout comme le contact physique mutuel, le fait de se toucher."

En fait, ce machisme est très précieux. De nombreux danseurs ont tellement instrumentalisé leur corps que la façon dont ils sont touchés et l'endroit où ils le sont, qu'ils doivent écarter les jambes ou se produire nus, n'ont guère d'importance.

"Certains danseurs ne sont même pas venus aux auditions parce qu'ils savaient que je leur demanderais de se toucher, je veux dire : avec du sentiment, de l'empathie. Mais au cours du processus de création, cela a très vite changé. Chacun a pu faire des propositions à partir de son propre bagage de mouvements. Nous avons fait des improvisations de contact. C'était vraiment un processus de apprentissage collectif. Maintenant, ils ne pensent plus qu'ils ont l'air gay quand ils se touchent."

Superpouvoirs

"La dernière scène, qui fait référence aux vieux jeux vidéo et aux super-pouvoirs, est aussi pour moi une métaphore de l'idiotie qu'il y a à continuer à se battre tout le temps. Souvent, un combat dépasse son objectif. Il devient un combat pour le plaisir de se battre, très comique d'une certaine façon, mais il a aussi un côté tragique."

Anne Nguyen avait déjà travaillé pour Autarcie (....) (2013) avec le compositeur et percussionniste Sébastien Lété. Pour Kata ils ont assumé la esprit de rupture.

"Le esprit de rupture est pour moi tribal. Il s'agit d'aller vers le sol, de frapper le sol, la terre. Avec un rythme fort. La percussion réagit vraiment à la façon dont pause sent. Mais il ne fallait pas que ça sonne comme du rock, ni trop asiatique ou japonais. Nous voulions une combinaison de toutes sortes de traditions de percussion, Tambours Taiko est l'une d'entre elles, venant de partout et n'étant pas immédiatement, comme la musique traditionnelle, reconnaissable. Et je voulais aussi un son urbain, de l'urbanisme, industrielset transe et des battements de cœur. Et il contient des références au rap des années 90, telles que Wu-Tang. Je veux que la musique n'impose pas un sentiment ou une identité spécifique, mais qu'elle crée un espace libre, universel."

Genre

Lignes claires et vide réel, explosivité et pudeur, chorégraphie fixe et improvisation, sérieux et ironie - montrer la force et la vulnérabilité de chaque danseur n'empêche pas Nguyen de jouer également avec les attentes en matière d'identité et d'ingénierie sociale, si associées au hip-hop et à la... scène urbaine. Le jeu avec les clichés de genre et l'ethnicité sont tous deux déployés de manière extrêmement subtile.

Que ressens-tu à l'idée de te produire en tant que groupe noir devant un public blanc ?

"En France, les banlieues sont très mélangées, pas aussi ségréguées, blanches et noires, qu'en Amérique. Les enfants asiatiques, arabes et noirs ne sont pas seulement à l'école ensemble, mais passent aussi leur temps libre ensemble. La scène hip-hop française est mélangés, vraiment différente de celle des Américains. Le hip-hop est une sous-culture idéaliste, une culture libre. communauté, où les différences d'origine n'ont pas d'importance."

"Ce n'est pas la même chose partout. J'ai travaillé à New York l'année dernière, à Brooklyn et dans le Bronx, avec 20 jeunes, tous noirs. Là-bas, ils avaient vraiment une idée très différente. Ils disaient qu'ils voulaient prouver avec le hip-hop que les Noirs peuvent aussi apporter quelque chose de bien, de positif. Un hip-hopper noir français ne dirait jamais cela. Je suis tellement fière et heureuse d'avoir été élevée avec des gens très différents. horizons autour de moi".

Textes

"Je ne sais pas comment c'est exactement aux Pays-Bas. Mais j'ai l'impression que c'est un peu comme en France. Même si tu parles mieux l'anglais et que, par conséquent, aux Pays-Bas, il y a une meilleure relation avec les... vieille école tradition du hip-hop. Le hip-hop français est plus libre à cet égard, les gens ne comprennent simplement très souvent pas les paroles."

Avec Kata brise tes tabous. As-tu fixé toi-même des tabous, des choses qui ne pouvaient absolument pas figurer dans ce spectacle ?

"Eh bien, le frontal. Et la musique, bien sûr. Je ne voulais surtout pas de rythmes hip-hop. C'est ce que je fais dans toutes mes œuvres. J'ai beaucoup de batailles fait. Ceux-ci sont toujours avec le même type de rythmes, le même bpm. À mon avis, cela limite les danseurs dans leur expression, dans leur liberté de mouvement, dans ce qu'ils peuvent faire avec leur vocabulaire. Tu dois toujours bouger super vite et efficacement pour te rattacher à ces rythmes. Cela conduit à une certaine uniformité. Je pense que le break est une forme de mouvement indépendante que tu ne dois pas nécessairement faire sur de la musique hip-hop ou avec le code vestimentaire hip-hop. En effet, je pense qu'il est bon de dissocier les deux. Tu peux faire du break sur n'importe quelle musique."

Bon à savoir Bon à savoir
Anne Nguyen, avec sa première œuvre, le solo Racine carrée de 2005, qui a été vu une fois aux Pays-Bas. Elle a ensuite collaboré avec Aruna Vermeulen de la Hiphophuis de Rotterdam, entre autres. Depuis, elle a fait une énorme carrière, s'est construit un corpus d'œuvres qui lui est propre et est récemment devenue artiste associé de l'un des plus importants théâtres de France, le Théâtre Chaillot de Paris. Kata y a été présenté pour la première fois en octobre 2017. En plus de Kata L'exposition d'Anne Nguyen au Holland Festival comprend également Danse des Guerriers de ville Le groupe a également présenté des installations interactives pour les jeunes et les moins jeunes, qui donnent un aperçu du hip-hop et de la musique de rupture. Pour plus d'informations, consulte le vaste matériel textuel sur le site Internet de son entreprise. Par Terre et le Festival de Hollande.

 

J'apprécie cet article !

Tu es satisfait de cette histoire ? Montrez votre appréciation en faisant une petite contribution ! C'est ainsi que tu aideras à maintenir en vie le journalisme culturel indépendant. (Si tu ne vois pas de bouton ci-dessous, utilise ce lien : don!)

Faire un don en douceur
Faire un don

Pourquoi faire un don ?

Nous sommes convaincus qu'un bon journalisme d'investigation et des informations de fond expertes sont essentiels pour un secteur culturel sain. Il n'y a pas toujours l'espace et le temps pour cela. Culture Press veut fournir cet espace et ce temps, et les rendre accessibles à tous GRATUITEMENT ! Que tu sois riche ou pauvre. Merci à dons Grâce à des lecteurs comme toi, nous pouvons continuer à exister. C'est ainsi que Culture Press existe depuis 2009 !

Tu peux aussi Devenir membreEt transforme ton don unique en un soutien durable !

Wijbrand Schaap

Journaliste culturel depuis 1996. A travaillé comme critique de théâtre, chroniqueur et reporter pour Algemeen Dagblad, Utrechts Nieuwsblad, Rotterdams Dagblad, Parool et des journaux régionaux par l'intermédiaire d'Associated Press Services. Interviews pour TheaterMaker, Theatererkrant Magazine, Ons Erfdeel, Boekman. Auteur de podcasts, il aime expérimenter les nouveaux médias. Culture Press est l'enfant que j'ai mis au monde en 2009. Partenaire de vie de Suzanne Brink Colocataire d'Edje, Fonzie et Rufus. Cherche et trouve-moi sur Mastodon.Voir les messages de l'auteur

Adhésion privée (mois)
5 / Maand
Pour les personnes physiques et les travailleurs indépendants.
Pas de bannières gênantes
Une lettre d'information spéciale
Propre compte mastodonte
Accès à nos archives
Petite adhésion (mois)
18 / Maand
Pour les institutions culturelles dont le chiffre d'affaires/subvention est inférieur à 250 000 € par an.
Pas de bannières gênantes
Un bulletin d'information premium
Tous nos podcasts
Ton propre compte Mastodon
Accès aux archives
Publie toi-même des communiqués de presse
Une attention particulière dans la couverture médiatique
Adhésion importante (mois)
36 / Maand
Pour les institutions culturelles dont le chiffre d'affaires/subvention est supérieur à 250 000 € par an.
Pas de bannières gênantes
Une lettre d'information spéciale
Ton propre compte Mastodon
Accès aux archives
Partager les communiqués de presse avec notre public
Une attention particulière dans la couverture médiatique
Bulletin d'information Premium (substack)
5 abonnements d'essai
Tous nos podcasts

Les paiements sont effectués via iDeal, Paypal, carte de crédit, Bancontact ou prélèvement automatique. Si tu préfères payer manuellement, sur la base d'une facture établie à l'avance, nous facturons des frais administratifs de 10€

*Uniquement pour l'adhésion annuelle ou après 12 paiements mensuels

fr_FRFrançais