Aller au contenu

pina bausch

Podcast en temps de Corona (9) : Cinedans est en ligne, mais pour la sensation du festival, nous devons attendre l'année prochaine.

Nous nous sommes entretenus avec Andreas Hannes au sujet de l'annulation de Cinedans 2020. En tant que programmateur, comment gérez-vous l'annulation d'un festival sur lequel vous avez passé toute une année à travailler ? Comment conserver un peu du sens de la communauté qui est si important pour un festival lorsque vous n'êtes qu'en ligne ? Pour l'instant, le festival ne va pas dans les... 

HOLLAND FESTIVAL 2020 AVEC BILL T. JONES À LA RECHERCHE D'UN "NOUS

Du 4 au 28 juin 2020, Amsterdam accueillera la 73e édition du Holland Festival. L'artiste associé cette année est le chorégraphe, réalisateur, écrivain et danseur américain Bill T. Jones. Il présentera notamment le nouveau spectacle Deep Blue Sea, dans lequel Jones danse lui-même et, assisté d'une centaine de personnes pour la plupart locales.... 

Gisèle Vienne se produit au @hollandfestival sur la culture rave : 'La violence et l'agression ne sont pas nécessairement négatives.'

La créatrice de théâtre franco-autrichienne Gisèle Vienne présente sa dernière œuvre Crowd au Holland Festival. Vienne prend la rave party comme point de départ pour des observations subtiles sur ce qui émeut les gens au cours d'une soirée. Outre le plaisir extatique de la danse et de la transe, le spectacle met en scène toutes sortes de pertes de soi nocturnes, de maladresses, de solitudes et d'agressions. Acid Le merveilleux mélange d'acide, de transe et de... 

Dimitris Papaioannou tourne l'héritage de Pina Bausch à son avantage avec Neues Stück 1 Seit sie pour le Tanztheater Wuppertal, Holland Festival #HF2018.

Neues Stück 1 Seit sie - Ein Stück von Dimitris Papaioannou est un long titre pour une pièce bouleversante, que le Tanztheater Wuppertal présente cette année au Holland Festival. Il y a neuf ans, le 30 juin 2009, un mois avant son soixante-neuvième anniversaire, Pina Bausch est décédée subitement. Cette chorégraphe mondialement connue et très influente, auteur d'un théâtre dansé expérimental, obsédant et inégalé, a laissé derrière elle un... 

Jens van Daele : "Le pouvoir des femmes est plus grand que celui des hommes".

J'admire la force des femmes. Je la ressens comme plus grande que celle des hommes. La force des femmes réside dans le dévouement avec lequel elles peuvent faire face aux choses. Le courage de repousser les limites. Jens van Daele, dans son dernier spectacle de théâtre "Nighthexen 1 : Jeanne", rend hommage à la force des femmes et met en lumière leur héroïsme de... 

Rito de Primavera, José Vidal & Cía, Festival de Marseille. Photo : Fabian Cambero.

Rito de Primavera : spectaculaire, mais aussi une montagne de kitsch, indigne du Holland Festival.

Rito de PrimaveraLa chorégraphie de groupe, présentée au Holland Festival en début de semaine, s'adresse à cinquante jeunes danseurs. Le chorégraphe José Vidal s'est librement inspiré de Sacre du printempsVidal a minimisé l'aspect rituel du sacrifice, essentiel aux nombreuses versions réalisées au cours du 20e siècle. Des fragments de la musique de Stravinsky ont été transformés en 4-quarts beetz par le DJ Jim Hast, tandis que Vidal a minimisé l'aspect rituel du sacrifice, essentiel aux nombreuses versions réalisées tout au long du 20ème siècle (outre la version primitive de Nijinsky, Massine, Béjart et Bausch, entre autres).

Ce qui reste, c'est l'expérience visuelle écrasante d'une masse gigantesque de danseurs surgissant de l'obscurité. La coordination du groupe, tantôt dansant sauvagement les uns à travers les autres, tantôt faisant le tour de la scène en un long défilé, est impressionnante. Elle produit une esthétique fascinante et révélatrice, mais la danse de groupe n'interpelle en rien le public. On pourrait l'appeler un amas de kitsch, ou de l'opium pour le peuple. Quoi qu'il en soit, c'est une forme de spectacle que je considère indigne du Holland Festival.

Voyage scolaire

La représentation commence comme une sortie scolaire. Près de la billetterie, les spectateurs sont préparés en groupe à ce qui va suivre. Ils sont gentiment priés d'enlever leurs chaussures en entrant dans le théâtre, puis de marcher pieds nus, main dans la main avec les autres spectateurs, dans l'obscurité. Régulièrement, quelqu'un réclame bruyamment le silence, car la représentation a déjà commencé. La nervosité avec laquelle le public, qui est censé se mettre en rang après les instructions, est emmené vers la salle de spectacle située deux bâtiments plus loin, a également quelque chose de désagréable.

L'initiation des visiteurs se poursuit dans la salle de purification, lorsqu'ils traversent l'obscurité totale main dans la main avec le sable frais à leurs pieds. C'est l'un des rares moments ambigus de l'exposition. Rito de Primavera. Où cela nous mène-t-il ? Dans quel conte de fées sommes-nous entraînés ? De quel bateau de touristes sommes-nous tombés pour assister à nouveau aux rituels de quel peuple ?

A poil ! ?

Au début, l'expérience totale que recherchent tant de parcs à thème contemporains prend vraiment forme. Pendant une demi-heure, je fixe une scène dans l'obscurité. Je vois et je sens qu'il y a beaucoup de gens, je pense nus car il y a parfois un astucieux éclair de lumière douce, mais l'obscurité dominante m'empêche d'y prendre pied. Un chant éthéré composé par Andrés Abarzúa - un seul accord sonne en gargouillant de plusieurs gorges - accompagne l'entrée de tous les autres spectateurs pendant une demi-heure.

Les gradins entourent la surface de jeu. Il n'y a que les lumières rouges et blanches des vélos des guides des nombreux groupes de spectateurs qui te donnent un peu d'orientation dans l'espace. Cela a quelque chose de Tintin à Takatukaland. Un public qui paie pour assister à un rituel miraculeux et inédit de nymphose printanière.

Rito de Primavera, José Vidal & Cía. Photo : Fabian Cambero
Rito de Primavera, José Vidal & Cía. Photo : Fabian Cambero

Logique

L'artificialité du décor donne une certaine tension. Dans l'obscurité, en tant que spectateur, tu peux imaginer toutes sortes de choses sur ce qui va suivre. Mais à un moment donné, les lumières du vélo s'éteignent, signe que tous les spectateurs sont assis, et les danseurs enfilent tous des pantalons. La lumière augmente et le premier beetz cum stravinsky supplante le chant. Lorsque, après l'introitus incertain, le spectacle proprement dit commence, sa logique ne devient que trop claire. Une chorégraphie de groupe parfaitement organisée prend le relais.

Dans ce qui suit, rien n'est laissé au hasard. Et ce n'est pas du luxe avec autant de danseurs dans la pénombre, d'autant plus que la moitié d'entre eux sont également novices, car issus du département de danse théâtrale moderne de l'université des sciences appliquées d'Amsterdam. Le groupe fait des mouvements pulsés, dialogue avec un voisin, court en groupe, recommence à chanter, prend des postures et, à l'occasion, soulève une seule personne en l'air.

Conscient de l'impact

Mais tout comme l'obscurité, le groupe s'habitue. Ce sont tous de très jeunes gens, assez détendus, qui dansent ensemble. L'attitude désinhibée avec laquelle les chorégraphies de groupe compliquées sont exécutées est touchante. Une sorte d'abandon ou de foi naïve s'en dégage.

Mais peu à peu, les effets, de la chorégraphie de groupe, de la lumière qui crée les perspectives photographiques, du chant répétitif et du beetz deviennent ennuyeux. La répétition des mouvements est chargée d'effets, de rhétorique, d'affirmation de soi. Nulle part un moment de débâcle, de défaillance. Personne qui se pose une question, n'arrive à suivre, a tort

Sortie poursuivie par un ours

Le spectacle d'adieu Arthur Rosenfeld parle d'une seule personne. Ana Teixido.

Le 5 février 2017, le chorégraphe Arthur Rosenfeld a fait ses adieux (pour l'instant) à une longue carrière de danseur. Une carrière qui repose essentiellement sur sa femme, la danseuse Ana Teixido. Un tel adieu ne se fait pas sans heurts chez Rosenfeld. Quitter le terrain pour un autre, qui en a vraiment envie ? Sortie poursuivie par un ours, basée sur une référence directoriale excentrique de Shakespeare, se poursuit jusqu'à... 

Bien que daté, le Nelken de Pina Bausch impressionne toujours #HF16

Depuis la neuvième rangée, on a l'impression d'être soi-même plongé jusqu'aux genoux dans des œillets. Les têtes des spectateurs devant moi se fondent silencieusement dans une forêt de tiges couronnées de rose, à travers lesquelles les danseurs avancent et reculent prudemment comme des poulets sur pattes.

La trouvaille est géniale : Nelken de Pina Bausch dépeint le paradis comme un endroit où il faut faire attention, sinon les choses iront mal. Les œillets obligent les danseurs à être prudents. En tant que spectateur, tu les suis, sans que toutes les pensées sous-jacentes ne te parviennent immédiatement.

Gertrud Leistikow : Les vraies racines de la danse moderne se trouvent donc aux Pays-Bas ?

Dans la première moitié du 20e siècle, la danse ne représentait pas grand-chose aux Pays-Bas. Il y avait un certain intérêt, mais il concernait exclusivement le ballet classique. Les spectacles de danse à succès venaient tous de l'étranger.

Il a pratiquement disparu des livres d'histoire qu'une danseuse et chorégraphe remarquablement créative et originale s'est installée dans notre pays au cours de ces années : Gertrud Leistikow (1885 - 1948).

Le Sacre du Printemps de Chetouane : pourrions-nous nous passer de ce fichu sacrifice ?

Au cours de Spring Utrecht, le "Sacré Sacre du Printemps" a été présenté. La danse infâme de Vaslav Nijinsky sur la musique révolutionnaire d'Igor Stravinsky a été créée il y a 100 ans. Le chorégraphe et metteur en scène Laurent Chetouane résiste au cœur de l'histoire : le sacrifice.
SYLPHIDES

L'œuvre d'art imaginative SYLPHIDES s'intéresse à ce qui fait bouger les gens, en commençant par la respiration

Chaque festival fait appel à des bénévoles, et dans les premiers temps de Springdance, il n'y avait même pas de personnel rémunéré. Ce n'est pas peu dire. Alors que Springdance fusionne avec le Festival aan de Werf après 30 ans, le thème de cette nouvelle édition est "scupltured bodies & body sculptures". Chez SYLPHIDES, ce thème s'applique parfaitement. "La façon dont les gens bougent ne m'intéresse pas, je veux... 

Adhésion privée (mois)
5 / Maand
Pour les personnes physiques et les travailleurs indépendants.
Pas de bannières gênantes
Une lettre d'information spéciale
Propre compte mastodonte
Accès à nos archives
Petite adhésion (mois)
18 / Maand
Pour les institutions culturelles dont le chiffre d'affaires/subvention est inférieur à 250 000 € par an.
Pas de bannières gênantes
Un bulletin d'information premium
Tous nos podcasts
Ton propre compte Mastodon
Accès aux archives
Publie toi-même des communiqués de presse
Une attention particulière dans la couverture médiatique
Adhésion importante (mois)
36 / Maand
Pour les institutions culturelles dont le chiffre d'affaires/subvention est supérieur à 250 000 € par an.
Pas de bannières gênantes
Une lettre d'information spéciale
Ton propre compte Mastodon
Accès aux archives
Partager les communiqués de presse avec notre public
Une attention particulière dans la couverture médiatique
Bulletin d'information Premium (substack)
5 abonnements d'essai
Tous nos podcasts

Les paiements sont effectués via iDeal, Paypal, carte de crédit, Bancontact ou prélèvement automatique. Si tu préfères payer manuellement, sur la base d'une facture établie à l'avance, nous facturons des frais administratifs de 10€

*Uniquement pour l'adhésion annuelle ou après 12 paiements mensuels

fr_FRFrançais