Aller au contenu

Le pavillon Vondelpark devient le pavillon des documentaires de l'IDFA - un lieu de rencontre pour les gens et les idées.

Une touche de nostalgie avec du nouveau et de l'excitant. C'est ce que l'on ressent lorsqu'on monte les nouveaux escaliers de ce magnifique bâtiment du XIXe siècle situé dans le Vondelpark d'Amsterdam, où se déroulera dans quelques jours la flamboyante semaine d'ouverture du pavillon des documentaires de l'IDFA.

Jusqu'à il y a une douzaine d'années, c'est ici que le Musée du cinéma accueillait le public. Entre-temps, les diffuseurs, notamment AVROTROS, l'ont utilisé. Aujourd'hui, l'IDFA va y apposer un nouveau cachet ferme. Et les portes s'ouvriront à nouveau au public, aux amateurs de documentaires avant tout. Cela promet d'être un centre assez unique, où il se passe bien plus que des projections de films. Une "maison du documentaire", c'est ainsi que l'on appelle ce nouveau lieu de rencontre. Le pavillon Vondelpark sera Pavillon des documentaires.

Programme kaléidoscopique

Sous la rubrique En cours de construction L'IDFA donne des avant-premières depuis quelques mois déjà. Bientôt, du 16 au 23 mars pour être précis, c'est la véritable semaine d'ouverture avec un programme kaléidoscopique. Un programme dans lequel les frontières entre l'art, la technologie et la réalité s'estompent. Du film à la réalité virtuelle, du classique à l'expérimental. Avec des projections, des introductions, des rencontres et des entretiens de suivi.

La façon dont cela a pu s'épanouir ainsi est, eh bien, un heureux concours de circonstances. La ville d'Amsterdam tenait à ce que ce lieu soit à nouveau plus ouvert au public. Elle a attiré l'attention de l'IDFA, entre autres. À l'époque, cet organisme était à la recherche de nouveaux locaux. Et l'idée de disposer d'un lieu propre pour toutes les activités que l'IDFA organise déjà tout au long de l'année en marge du festival se profilait à l'horizon. "Car", souligne Wotienke Vermeer, responsable du programme, avec un enthousiasme visible, "l'IDFA est devenu depuis longtemps bien plus qu'un festival. C'est une institution qui rassemble les gens et les idées."

En cours de construction

Ainsi, un plus un pourrait devenir trois. Les travaux de rénovation ont commencé au printemps dernier. L'été dernier, le déménagement a déjà eu lieu. À partir d'octobre, le programme pilote En cours de constructionIl s'agit d'un programme d'une durée de trois ans, avec des représentations publiques ou scolaires environ une fois par semaine, ainsi que des locations. Il se trouve que je vois un exemple de ces dernières lorsque je jette un coup d'œil pour cet article. Les employés de Qui est la taupe ? sont ensuite à pied d'œuvre pour transformer l'une des salles en studio pour la diffusion de la finale. Ainsi, ce programme soutient également le documentaire.

Une partie de Under Construction consistait à en apprendre un peu plus sur les capacités du bâtiment et à impliquer les partenaires dans le processus. Le coup d'envoi a été donné le 4 octobre en collaboration avec le Stedelijk Museum. La projection de Toute la beauté et l'effusion de sang de Laura Poitras sur l'artiste et activiste Nan Goldin a coïncidé avec l'exposition solo de Goldin au Stedelijk. Autre exemple La dernière année des ténèbres sur l'un des derniers sanctuaires pour les jeunes et les personnes non conventionnelles en Chine. Suivi d'une performance queer, organisée avec le collectif d'artistes Darkmatter. Ou, plus récemment, avec des étudiants de l'UvA, Le silence de la raisonLe film a été réalisé par l'Institut de recherche sur les droits de l'homme (IRD), sur les horribles expériences vécues par les femmes pendant la guerre de Bosnie, mises en lumière par le TPIY. Mais aussi tout simplement une merveilleuse reprise de La jungle plate (1978) de Johan van der Keuken (1938-2001), l'un des plus grands documentaristes des Pays-Bas.

Semaine d'ouverture : docu en période de turbulences

Pour la semaine d'ouverture, l'IDFA a demandé à un certain nombre de cinéastes, d'artistes et à un groupe d'étudiants de remplir chacun une journée. Cela a donné lieu à un programme de films multicolores, pourparlers et représentations. "Fantasme avec nous. Qu'est-ce qui te passionnerait ? Que peut signifier le documentaire en ces temps agités ?" Telle était l'invitation.

Shout, du programme Esther Gould (image : IDFA)

Ester Gould, connue pour la série acclamée Les classes et CoupableLe coup d'envoi sera donné le 16 mars avec trois films relativement courts, dont le film phare de Martin Scorsese. Italo-Américain (1974). Suivi de l'exposé Façons de voirDans cet article, Gould donne un aperçu des façons de raconter des histoires et de réaliser des documentaires. "Pour moi, c'est une question de recherche. La recherche documentaire est une façon de regarder."

Réalisateur émergent Festus Toll explore les traces coloniales, en invitant de jeunes artistes dont le travail est ancré dans les différentes diasporas. Cinéaste Vincent van Monnikendam présente quelques-uns de ses favoris et discute de son approche observationnelle distinctive dans un entretien. Aliona van der Horst célèbre les souvenirs, en particulier leur rapport avec le cinéma, dans son programme. Le collectif socialement engagé Jeunes fruits de six jeunes présente leur bloc de courts métrages préférés. Artiste multimédia Ali Eslami met en place un programme de courts métrages et d'œuvres de RV sur les nombreuses régions du monde touchées par les guerres. Ce que nous savons et ne savons pas à leur sujet.

The Zoo Hypothesis, du programme Ali Eslami (image : IDFA)

Salon culturel

L'IDFA qualifie le pavillon de "nouveau salon culturel d'Amsterdam". Les lignes originales de la Renaissance et le nouveau style des rénovations généreusement abordées avec de nouvelles œuvres d'art se mélangent harmonieusement.

En traversant l'escalier accueillant par la promenade, j'aperçois le Miroir sur la gauche. C'est la salle de cinéma permanente, redécorée avec 70 sièges spacieux. Le documentaire comme miroir de l'époque, en d'autres termes.

À droite se trouve le Podium, un espace flexible pour toutes sortes d'activités, des expositions aux dîners. À côté se trouve le Salon, plus petit, adapté aux ateliers mais aussi aux installations ou comme espace de travail pour les makers qui développent des projets. Et si tu passes le bar installé en face de l'entrée, tu entres dans ce que l'on appelle le Living Room. Là, tu peux simplement t'asseoir en tant que visiteur pour tout assimiler pendant un moment. Ou en tant que cinéaste pour forger de nouveaux plans avec un partenaire de crime. Comme toujours, l'escalier qui descend mène au restaurant Park South, où tu peux aussi commander ton café.

Une année pleine de développement

Après la semaine d'ouverture, le Pavillon des documentaires battra son plein. Les projections les plus visibles pour le public sont celles des mercredis, vendredis et dimanches. Vermeer explique que l'objectif n'est pas de concurrencer les projections de documentaires récemment sortis dans les salles de cinéma. Il existe déjà une riche infrastructure pour cela à Amsterdam. Le pavillon des documentaires ne sera pas une salle de cinéma d'avant-garde. Cependant, il peut projeter des films qui n'ont pas été distribués régulièrement. Ou il pourrait chercher des moyens de soutenir la sortie de nouveaux titres avec des distributeurs. Comme des œuvres antérieures d'un réalisateur, par exemple.

En outre, il y a des activités dans des cadres plus privés, il y a... fentes pour les projections de presse et les locations avec des partenaires en fait également partie. Il s'agira d'une expérimentation flexible des possibilités. L'exploration de ce que signifie faire partie du rythme de la ville.

Nouveaux médias

Et cela ne s'arrête pas au cinéma. Le pavillon des documentaires est une excellente occasion de développer le DocLab de l'IDFA, qui occupe déjà une place importante dans le festival. Pense à la RV, aux programmes interactifs et aux expériences similaires pour les nouveaux et jeunes publics, les professionnels et les étudiants. Tout au long de l'année maintenant.

Le DocLab de l'IDFA présente des œuvres qui posent des questions sur notre rapport aux nouvelles technologies, aux côtés d'œuvres qui peuvent rendre palpables des thèmes tels que la crise climatique, l'inclusion et l'(in)sécurité. Un lieu également qui peut apporter un soutien important à la distribution et à la présentation, jusqu'ici difficiles, des œuvres des nouveaux médias. Pour commencer, Podium accueillera une galerie VR en avril.

Le soutien des forces créatives dans le monde du documentaire est tout aussi important. Comme le programme de formation de longue date IDFA Project Space, où les réalisateurs novices peuvent être soutenus par des collègues expérimentés lors de l'élaboration d'un nouveau projet.

C'est un exemple qui souligne que le Pavillon des documentaires veut aussi être le lieu où se réunissent les professionnels du secteur, en particulier les producteurs, les réalisateurs et les financiers. L'endroit, comme mentionné, où les gens et les idées se rencontrent.

L'éducation

Et Dernier point, mais non des moindresL'éducation est également au centre des préoccupations. Depuis de nombreuses années, le festival propose un important programme pour les écoliers et collabore avec des étudiants de l'UvA qui préparent un master.réservation et présentation de l'image en mouvement do. Il y a également une collaboration avec les journées des écoles d'art depuis des années. Il existe désormais un lieu permanent pour toutes ces activités, qui se déroulent également en dehors du festival. "C'est passionnant de voir comment cette branche de l'IDFA peut être développée ici", estime Vermeer. Comment rapprocher encore mieux l'éducation et les nouveaux médias, par exemple.

La flexibilité est importante dans tout cela. Il ne faut pas que cela devienne un programme encadré et fixe tout au long de l'année. Surtout pour la première fois, le pavillon documentaire sera un lieu où chacun pourra s'habituer aux possibilités offertes par ce nouvel emplacement. Un endroit où l'on peut grandir et inventer des choses. À en juger par les réactions, il est clair que le personnel de l'IDFA et les documentaristes sont pleins de feu.

Pour plus d'infos, le site de la Pavillon des documentaires de l'IDFA. Y compris une vue d'ensemble des projets achevés Programme en cours de construction, des activités pour élèves et le programme de la semaine d'ouverture.

J'apprécie cet article !

Tu es satisfait de cette histoire ? Montrez votre appréciation en faisant une petite contribution ! C'est ainsi que tu aideras à maintenir en vie le journalisme culturel indépendant. (Si tu ne vois pas de bouton ci-dessous, utilise ce lien : don!)

Faire un don en douceur
Faire un don

Pourquoi faire un don ?

Nous sommes convaincus qu'un bon journalisme d'investigation et des informations de fond expertes sont essentiels pour un secteur culturel sain. Il n'y a pas toujours l'espace et le temps pour cela. Culture Press veut fournir cet espace et ce temps, et les rendre accessibles à tous GRATUITEMENT ! Que tu sois riche ou pauvre. Merci à dons Grâce à des lecteurs comme toi, nous pouvons continuer à exister. C'est ainsi que Culture Press existe depuis 2009 !

Tu peux aussi Devenir membreEt transforme ton don unique en un soutien durable !

Leo Bankersen

Leo Bankersen écrit sur le cinéma depuis Chinatown et La nuit des morts-vivants. A longtemps travaillé en tant que journaliste cinématographique indépendant pour le GPD. Il est aujourd'hui, entre autres, l'un des collaborateurs réguliers de De Filmkrant. Aime rompre une lance pour les films pour enfants, les documentaires et les films de pays non occidentaux. Autres spécialités : les questions numériques et l'éducation cinématographique.Voir les messages de l'auteur

Adhésion privée (mois)
5 / Maand
Pour les personnes physiques et les travailleurs indépendants.
Pas de bannières gênantes
Une lettre d'information spéciale
Propre compte mastodonte
Accès à nos archives
Petite adhésion (mois)
18 / Maand
Pour les institutions culturelles dont le chiffre d'affaires/subvention est inférieur à 250 000 € par an.
Pas de bannières gênantes
Un bulletin d'information premium
Tous nos podcasts
Ton propre compte Mastodon
Accès aux archives
Publie toi-même des communiqués de presse
Une attention particulière dans la couverture médiatique
Adhésion importante (mois)
36 / Maand
Pour les institutions culturelles dont le chiffre d'affaires/subvention est supérieur à 250 000 € par an.
Pas de bannières gênantes
Une lettre d'information spéciale
Ton propre compte Mastodon
Accès aux archives
Partager les communiqués de presse avec notre public
Une attention particulière dans la couverture médiatique
Bulletin d'information Premium (substack)
5 abonnements d'essai
Tous nos podcasts

Les paiements sont effectués via iDeal, Paypal, carte de crédit, Bancontact ou prélèvement automatique. Si tu préfères payer manuellement, sur la base d'une facture établie à l'avance, nous facturons des frais administratifs de 10€

*Uniquement pour l'adhésion annuelle ou après 12 paiements mensuels

fr_FRFrançais